Les islamistes anglais ne sont pas des Anglais, mais des islamistes

Tandis que des hommes ont choisi de commémorer silencieusement les terribles attentats du 11 Septembre, d’autres en ont profité pour vitupérer l’Amérique. Les premiers sont des Occidentaux, mais les seconds également : ceux-ci sont mêmes des Anglais, et des Londoniens de surcroît ! Or, les Anglais sont les alliés traditionnels de l’Amérique. Comment donc expliquer cette anomalie ? La réponse est dans les photographies ci-dessous : ces Anglais sont tous des musulmans !

Comment ça, des musulmans ? Ne peut-on pas être anglais et musulman ?

Mais si l’on peut être anglais et musulman, pourquoi ces Anglais-là sont-ils farouchement anti-américains ? Parce qu’ils ne sont pas anglais d’abord : ils sont d’abord musulmans – ce qui revient à dire qu’ils ne sont pas anglais du tout, car un Anglais véritable porte en lui les valeurs de l’Angleterre : si tous les Anglais véhiculaient les valeurs du djihad, il n’y aurait plus d’Anglais ! Par conséquent, les Londoniens qui ont brûlé le drapeau américain le jour des cérémonies du 11 Septembre ne sont ni des Anglais, ni des Occidentaux : ce sont des islamistes. Leur patrie, c’est l’islam !

Or, si leur patrie c’est l’islam, pourquoi ne vont-ils point en Arabie Saoudite, où l’islam se vit au présent ? Parce que l’islam se doit de dominer le monde !

Tel est le hic de l’immigration musulmane. Non seulement c’est une immigration anti-intégratrice – et qui le sera toujours plus si les musulmans sont toujours plus – mais encore une immigration capable du pire. Ce ne sont pas des immigrés musulmans que le Gouvernement de Sa Majesté accueille en ces personnes : ce sont des soldats de l’islam !

Faut-il préciser que ce n’est pas ainsi que l’on construit la paix sociale, et, a fortiori, l’Angleterre de demain ? Par contre, si l’on veut que demain il n’y ait plus l’Angleterre de Sa Gracieuse Majesté, il faut continuer en cette voie !

Et voilà par la même occasion le hic des associations bienpensantes – dont aucune n’a dénoncé cette énième manifestation «djihadiste». Pourtant, que n’auraient-elles pas dit si des non-musulmans avaient crié des slogans anti-musulmans et demandé, à l’instar des musulmans exigeant la fin de la démocratie en Angleterre, la fin de l’islam en Angleterre ? N’auraient-elles pas fulminé contre les réactions d’un peuple qui, n’en déplaise à quiconque, souffre du laxisme immigrationniste de ses dirigeants ? N’auraient-elles pas vanté les mérites de la tolérance… à cette nuance près que la tolérance qui tolère l’intolérance perd tous ses mérites ?

Aucune démocratie ne devrait tolérer que l’on puisse se servir de la démocratie pour réclamer la fin de la démocratie : il y en a déjà assez avec les entorses étatiques en ce domaine, comme il s’est vu après le «non» au Traité Constitutionnel Européen, que Nicolas Sarkozy a transformé en «oui» trois ans plus tard ! (1)

Quant aux étrangers qui, venant d’une autre culture, entendent abolir celle des autochtones, ils n’ont qu’une solution : retourner dans leur pays d’origine, pour leur plus grand bonheur et celui des autochtones, autrement dit pour le plus grand bonheur de tous !

 Maurice Vidal

(1) En février 2008, la majorité des députés et sénateurs a voté le Traité Européen de Lisbonne, qui, selon Valéry Giscard d’Estaing, père fondateur du Traité Constitutionnel Européen, est «exactement le même» que le défunt TCE auquel les Français avaient dit «non» par référendum le 29 mai 2005. Nicolas Sarkozy s’est ensuite saisi du vote des députés pour ratifier le Traité Européen de Lisbonne, ce qui lui permit de court-circuiter l’avis des Français !


 

 

«11 Septembre 2011, début de la fin de la démocratie. La Charia c’est l’avenir».

 

 


 

 

 

 

 

 

«Des émirats islamiques pour la Grande-Bretagne». – «L’Amérique est en guerre contre l’islam et les musulmans, une guerre qu’ils ne pourront jamais gagner». – «L’islam dominera le monde».

 

 


 

 

 

Le drapeau noir du djihad

 


 

image_pdf
0
0