Les islamistes, soutenus par la Halde veulent la mort d'une crèche qui interdit le voile

En février 2010, j’avais rencontré la directrice de la crèche Baby-Loup, à Chanteloup-les-Vignes. Femmes d’origine chilienne, ayant la dictature de Pinochet, elle m’avait raconté ses inquiétudes, devant l’évolution d’une crèche unique en France, ouverte 24 heures sur 24. Elisabeth Badinter en est la marraine.
http://www.nouvelles-des-deux-rives.com/article471.html
Natalia Baleato, la directrice, m’avait informé de l’action en justice menée par une salariée, qui entendait porter le voile sur son lieu de travail. Elle m’avait alors fait part de la réalité de ce qu’elle connaissait, sous la pression de pratiques de plus en plus incompatibles avec nos valeurs républicaines. Ainsi, elle avait dû licencier un salarié qui refusait dorénavant de lui serrer la main, parce que femme. Elle avait vu avec surprise les musulmans les plus radicaux se présenter, à des élections de délégués du personnel, sous l’étiquette de la CGT. Natalia, démocratiquement, avait délégué des tâches… mais avait rapidement constaté que pour les repas du midi, on ne commandait plus que de la viande halal. Elle venait d’apprendre que cette salariée, la nommée, Elle n’avait pas souhaité, lors de cet entretien, que je révèle tout cela, ni que je donne le don de la crèche, parce que certains membres de son conseil d’administration ne souhaitaient pas que l’affaire soit médiatisée. J’avais alors respecté cette demande.
http://www.ripostelaique.com/Dans-une-creche-la-Halde-defend-le.html
Depuis, l’affaire ne s’arrange pas. Fatima, soutenue par la Halde – c’était du temps de Schweitzer – réclame ni plus ni moins 80.000 euros de dommages et intérêts à la crèche. Si le tribunal la suivait, le 8 novembre, à Mantes, Baby-Loup devrait fermer.
http://www.leparisien.fr/chanteloup-les-vignes-78570/une-affaire-de-voile-menace-une-creche-unique-en-france-08-10-2010-1100438.php

Plus inquiétant, les convictions laïques de la directrice dérangent les plus déterminés des musulmans, qui font pression auprès de la municipalité pour qu’elle lâche Natalia Baléato. Un journal local, « Les Nouvelles des deux rives », soutient à fond la directrice. Mais cela sera-t-il suffisant pour éviter une fermeture de la crèche, avec licenciement de tout le personnel… et une réouverture d’une autre chèche, où on reprendrait un personnel plus consensuel… et une direction qui pourrait accepter le voile, pour mieux acheter la paix sociale dans le quartier.
Une histoire révélatrice de la pression islamiste exercée au quotidien sur les personnel, et sur les autorités.
Jeanne Bourdillon

image_pdf
0
0