Les journaleux primitifs, les gentils musulmans et les méchants islamistes

Publié le 3 novembre 2020 - par - 14 commentaires - 1 037 vues
Traduire la page en :

À la fin du XIXe siècle, des voyageurs et des ethnographes découvrent des hommes qui vivaient comme nos ancêtres du néolithique. Pour les désigner, primitifs a été préféré au méprisant sauvages. Ces primitifs croyaient dans la magie ; ils étaient superstitieux ; ils ne faisaient pas usage de leur raison. Un événement avait toujours pour cause la volonté des esprits et ils avaient des mots tabous, qu’il ne fallait pas prononcer de peur de faire advenir la chose mauvaise qu’ils désignaient. C’est exactement ainsi que procèdent les médias et leurs obligés de la politique, en dépit de leurs caméras et de leurs ordinateurs. Dans la France actuelle, ils sont nos primitifs.

Le Tunisien dénommé Issaoui, que des organisations humanitaires sans autre but que le lucre ont conduit à Lampedusa et, de là, à Bari, d’où il a pu se rendre en France (plus d’un mois à voyager en Italie, il avait donc de l’argent, beaucoup d’argent), était musulman, bon musulman, vrai croyant, fréquentant les mosquées, invoquant Allah le très Grand, du moins jusqu’à 8 heures 30 du matin, le jeudi 29 octobre. Si, avant cette heure précise, ce bon musulman, vrai de vrai, garanti pur de mosquée, avait été désigné par le terme islamiste ou affublé de terroriste, tous les médias se seraient indignés et auraient traité de fasciste, de raciste, d’extrême extrême-droite l’impudent qui aurait franchi la frontière de la juste dénomination. Mais une demi-heure après avoir assassiné ou égorgé trois personnes dans une église, c’en a été fini de la juste dénomination de musulman. Il a été désormais ce qu’il était impossible qu’il fût une demi-heure auparavant : un islamiste ou un terroriste ou, mieux, un terroriste islamiste ; et malheur à l’impudent qui aurait rappelé la dénomination précédente de musulman. De cela, on peut conclure que, pour les journaleux et leurs politiciens obligés, le mot musulman n’égorge pas, mais qu’en revanche les mots islamiste et terroriste ont le pouvoir de décapiter les mécréants.

Cette même cabriole verbale est survenue à propos de l’égorgeur de Conflans-Sainte-Honorine. Jusqu’au vendredi 16 octobre à 5 heures de l’après-midi, le Tchétchène en question était un musulman choyé et protégé par les associations humanitaires sans autre but que le lucre. Il jouissait de tous les avantages sonnants et trébuchants qu’une république dévoyée, prodigue aux prétendus persécutés : asile, revenus, logement, formation… Il était musulman et fier de l’être. Qui aurait eu l’audace ou l’inconscience de l’affubler du terme de terroriste ou d’islamiste aurait été condamné aux flammes de l’enfer – du moins jusqu’au vendredi 16 octobre, 17 heures. Après cette heure-là, il n’était plus musulman et qui l’aurait désigné ainsi aurait eu droit de son vivant à la question, à la gégène, à la mort sociale, pas par égorgement (car les médias sont pleins d’humanité), mais par ostracisme.

Il en va de même du musulman venu du Pakistan qui, le vendredi 25 septembre, a grièvement blessé à coups de hachoir de boucher deux journaleux rue Nicolas Appert. Jusque-là, c’était un bon musulman, vrai de vrai, se prosternant devant son idole Allah cinq fois par jour, mineur, bien qu’il fût âgé de 25 ans et protégé à la fois par les associations humanitaires sans autre but que le lucre, les services de l’État et les immondes juges de la cour d’appel du droit d’asile (encore un monstre inventé par les socialauds). Mais dès qu’il a été arrêté, il n’a plus été musulman. Le déclarer pour ce qu’il était une minute plus tôt, à savoir musulman, a été tenu pour haram (illicite), car, au moment où il abattait son hachoir sur deux journaleux (pas si innocents qu’ils se croyaient), il a reçu l’étiquette halal de terroriste.

Il va ainsi de tous les égorgeurs et autres criminels qui font le djihad en France contre les Français depuis que le dénommé Kelkal – quel kalb ! – a tant agréé à la femme Mitterrand. Ô, qui dira la magie de ces mots ! Qui chantera la puissance des logothètes des médias et de la politique, dignes de leurs prédécesseurs qui ont inventé la LTI (lingua tertii imperii – la langue du Troisième Reich) ou de TFT (toufta) des communistes ! Pour ces modèles, les mots servent à masquer le réel et, quand cela n’est pas possible à cause des images, à l’atténuer, à l’amodier, à l’embellir, à le faire accepter par un peuple sidéré ou déculturé.

Cette novlangue a déjà fleuri. En 2005, ce qui était des nuits de cristal a été baptisé colère sociale. Aux cagoulés qui ont brûlé vifs des policiers à Grigny, il n’a jamais été reproché de faire revivre en France le Ku Klux Klan. Les assassinats d’enfants juifs par Merah ont eu lieu le 19 mars 2012, le jour où la France est censée célébrer la signature des accords qui ont, ou auraient, mis fin à la guerre d’Algérie. Badinter est le seul à avoir eu l’audace ou l’inconscience de les désigner par le terme crimes d’Einsatzgruppen. Badinter tient encore le manche. Il est protégé. Personne ne lui a cherché noise pour avoir dérapé et franchi la ligne jaune.

Étienne Dolet

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Dorylée

C’est un peu comme pour Walter Hallstein : avant 1945, personne n’oserait appeler ” Monsieur le Président ” ce nazi convaincu inventeur de la Neue Europa, projet qu’il présenta à Hitler. Après le 7 janvier 1958, alors que la Neue Europa vit ses premières heures, tout le monde l’appelle Monsieur le Président, puisqu’il est le premier président de la commission européenne, et plus personne n’ose claquer des talons devant lui en levant le bras droit. Et les journaleux s’adaptent pour conserver leurs sponsors…

Marnie

Tous ces sal…rds sont en train de nous faire crever peu à peu. Qu’est–ce qui les motive en fait : la méchanceté, la rancune, le désir de nuire à notre pays et de le voir à genou devant les musulmans ? Un peu de tout cela mais ce sont avant les destructeurs de notre pays.

Marnie

avant TOUT … Désolée

Joël

Un musulman lit le coran et l’applique plus ou moins à la maison voire dans la rue avec le voile et le kami. Un islamiste fait la même chose avec du sang en plus.
C’est juste une question de dosage avec pour base le même bouquin, la même idéologie destructrice envers toute civilisation non-musulmane.

Ariless Bouktit

Erreur mon ami. Un musulman n’a pas besoin de lire le coran pour l’appliquer. D’ailleurs, il l’applique et il ne sait pas qu’il l’applique.
Un islamiste par contre lit le coran, l’applique et sait qu’il l’applique. C’est pour cela qu’il l’applique bien.

Sinon, aucune différence de nature entre les 2.

François BLANC

Pas si simple:
https://www.bvoltaire.fr/un-professeur-a-conflans-sainte-honorine-une-minorite-des-
eleves-nadhere-pas-a-cette-idee-car-elle-est-contraire-aux-discours-entendus-a-la-maison/

Mistine

Ils ne se contentent plus de parler d’islamistes, ils en rajoutent une couche. Ce sont maintenant des islamistes radicaux! J’ai entendu ça à plusieurs reprises. Je pensais que le terme d’islamiste désignait déjà des musulmans radicaux. Il y a us une surenchère, ils ne savent plus comment faire pour vraiment différencier ces gens des musulmans ordinaires.

Allah est au bar

Puisque les assassins musulmerdes ne sont pas des adeptes de l’islam, et que cepaçalislam etc…..
Personne ne devrait être offusqué que leurs corps soient jetés dans une fosse remplie de lisier provenant d’une ferme porcine !
Ce genre de chose avec une bonne publicité devrait décourager les volontaires pour le bordel d’Allah parce que les 72 vierges n’aiment pas trop l’odeur du goret !

patphil

l’islam c’est obéir au coran , non?

(islam religion d’amour et de paix)
4:90 ne prenez pas d’amis parmi les mécréants, s’ils tournent le dos, alors tuez les

(islam religion de tolérance religieuse) 2: 194 combattez les … jusqu’à ce que la religion puisse être préférée par allah

(islam modéré, des lumières) 15:92 nous enverrons le chatiment sur ceux qui diviseront le coran en morceaux

(cépal’islam) 39:29 le coran, un livre récité en arabe, langue claire et éloquente et sans tortuosité

(islam auto-absolution ) 8: 18 aussi ça n’est pas vous qui les avez tué mais allah

zéphyrin

badinter est au crépuscule de sa vie, et oui il est protégé…il partira sans regrets..

Victoire de Tourtour

Le mot “islamiste” (ré)apparaît dans les années 1980.Le mot n’existe pas dans le Grand Robert de 1976. Le mot “islamisme” était synonyme de “islam”, alors que les deux mots sont employés de nos jours comme antagonistes .”Islamisme” et “islamiste” ont pris une connotation négative, alors que l'”islam” est réputé, selon la malfaisante doxa, une religion (sic) de paix et d’amour (resic).

R2D25

Voilà 40 ordures qui devraient figurer sur la liste des guillotinés.

Jill

L’islamisme est un mot inventé pour éviter de citer l’Islam à propos des exactions perpétrées par des musulmans. Il n’y a qu’un seul coran, un seul Islam et ses adeptes reconnaîssent tous et imposent les mêmes préceptes.

lessentiel

je n ai pas de télévision , ni de radio donc je gagnes du temps a m occuper de chose plus importante que d écouter des abrutis qui racontent que des conneries
la vie est trop courte pour perdre son temps avec des inutiles et des parasites

Lire Aussi