Les juges de Versailles accordent 150.000 euros à un barbu !

Publié le 22 novembre 2018 - par - 30 commentaires - 2 407 vues
Share

Plus que jamais les juges prennent des décisions insensées et marquées au coin de l’islamisation et de la soumission du pays.

La cour d’appel de Versailles vient d’annuler le licenciement pour faute grave d’un salarié ne faisant pas correctement son travail. De plus, ce salarié portait une barbe abusive qui décourageait les clients potentiels par son côté provocant. L’employeur a été condamné à verser l’ indemnité exorbitante de 150 000 euros au salarié et à le réintégrer dans l’entreprise.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000037602038&fastReqId=1192964272&fastPos=1

Le salarié avait été embauché en 2011 comme consultant dans une entreprise délivrant des prestations de sûreté à des gouvernements. Envoyé au Yémen, il s’est soudainement dit menacé et a contraint l’entreprise à le remplacer. Mais l’entreprise a compris par la suite que c’était un gros mensonge et qu’en fait le client n’avait pas apprécié son travail, très insuffisant…

Un nouveau client s’étant présenté, l’entreprise a proposé son salarié mais le client l’a refusé, s’étant renseigné sur son compte. Le problème était la barbe du salarié, jugée provocante. Ce n’était pas celle de Léonardo di Caprio…

mais plutôt celle-ci :

Mis en demeure d’adopter une barbe plus modeste et une apparence de neutralité conforme à son travail, le salarié avait refusé net et avait même menacé son employeur de le ruiner via son réseau ! Interrogé sur sa barbe, le salarié avait répondu sans sourciller que c’était aux clients de s’adapter à lui et non le contraire.

Le salarié licencié a saisi les Prud’hommes qui ont donné raison à l’employeur sur le licenciement, ce qui est assez rare, mérite d’être souligné, et pourrait-on dire, montre que l’employeur avait vraiment raison… Mais le salarié est allé devant la cour d’appel de Versailles, dont l’arrêt est proprement renversant.

En effet la cour d’appel dans sa décision annule le licenciement. Et pour quelle raison ?…En raison d’une discrimination supposée, et la cour d’estimer : « lorsque le salarié présente des éléments de fait constituant selon lui une discrimination directe ou indirecte, il appartient au juge d’apprécier si ces éléments dans leur ensemble laissent supposer l’existence d’une telle discrimination et, dans l’affirmative, il incombe à l’employeur de prouver que ses décisions sont justifiées par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination. »

C’est mettre sur le dos de l’employeur une charge de preuve excessive, dont se libère du même coup la cour d’appel. C’est un renversement de la charge de la preuve.

L’employeur doit déjà justifier d’un règlement intérieur ou d’une note de service concernant les restrictions vestimentaires demandées à son salarié, et si le salarié les refuse, ce dernier doit être mis dans un service sans relation avec le public.

C’est ce que disait l’arrêt Asma Bougnaoui du 22 novembre 2017 :

https://ripostelaique.com/la-cour-de-cassation-autorise-le-voile-islamique-dans-lentreprise-pagaille-garantie.html

A cette exigence de justification d’absence de discrimination on peut répondre que l’employeur a justifié sa décision grâce à deux faits : d’abord sur le mensonge de l’employé, qui a gravement menti en disant que sa sécurité était en jeu alors que c’étaient ses compétences qui étaient jugées déficientes. N’est-ce pas là un argument suffisamment objectif ?

Ensuite, sur la volonté du salarié de ne pas revenir à une apparence plus neutre, et sa volonté « de porter une « barbe, taillée d’une manière volontairement très signifiante aux doubles plans religieux et politique qui ne pouvait être comprise que comme une provocation par [le] client et comme susceptible de compromettre la sécurité de son équipe et des collègues sur place ».

Un salarié doit être vêtu de manière neutre et adaptée, pour se fondre dans l’environnement du travail, argumentait l’entreprise. Ce qui paraît du simple bon sens, et parfaitement objectif, surtout concernant la sécurité. Il y a une obligation de ne pas se faire remarquer. C’est ce qu’on apprend dans toutes les écoles de commerce. Mais la cour ne l’a pas entendu ainsi.

Pour garantir sa volonté idéologique de donner raison au salarié, la cour soutient  que l’employeur, « s’il considère le port de la barbe comme une provocation, doit préciser la justification objective de cette appréciation ». Mais la justification, n’est-ce pas la neutralité, qui est clairement avancée ?…N’est-ce pas la satisfaction de la clientèle, qui craint à juste titre certaines barbes  ?…

L’employeur doit aussi, selon la cour, justifier le contenu de l’exigence du client. On croit rêver : le mail du client qui précise qu’il ne veut pas de barbu n’est-il pas assez clair ? Que faut-il de plus à la cour d’appel ? L’entreprise perd des clients à cause de son salarié : n’est-ce pas suffisamment objectif ? Faudrait-il qu’elle dépose le bilan ?

Le client ne voulait pas de barbu : c’était son droit. Et à vrai dire on le comprend quand on regarde certaines images comme celle-ci, propre à vous figer le sang dans les veines :

Puis on atteint le summum car la cour estime que « l’employeur aurait dû dire quelle façon de tailler la barbe aurait été admissible ». S’achemine-t-on vers une obligation pour l’employeur d’établir la taille de barbe acceptée, en longueur, en largeur et en épaisseur, en millimètres ?…La Cour Européenne, qui se mêle de tout,  va-t-elle émettre des directives sur la taille des barbes ?…

Qui se chargera chaque matin dans l’entreprise de mesurer les appendices capillaires masculins, qui varient comme chacun sait, de jour en jour ?…C’est ubuesque.

Et si la barbe est jugée trop longue ? L’employeur pourra-t-il (à ses frais) envoyer le barbu séance tenante chez un barbier ?…Mais au fait, plus nous serons islamisés plus de longues barbes nous seront imposées…

Voilà le moyen de mettre à la charge des employeurs des obligations délirantes de plus en plus impossibles à mettre en œuvre.

De plus la cour n’a pas à juger du port de la barbe au plan religieux. Nous sommes encore dans un pays laïc.

L’employeur doit être libre en dernier ressort de faire travailler qui il veut. C’était du moins la jurisprudence encore reconnue ces dernières années.

On espère que la condamnation de l’entreprise à payer au salarié une somme aussi délirante ne va pas la mettre sur la paille, et que le salarié n’exigera pas d’être réintégré car ce serait certainement une réintégration problématique.

Peut-on en effet exiger la réintégration d’un salarié qui dit du mal de son entreprise (c’est à elle seule une faute, cause  de licenciement), qui ment à son employeur, qui part en vacances dans un autre pays sans poser de congé alors qu’il est censé travailler au Yémen, qui menace lorsqu’on lui indique ce qu’il faut changer, ce qui ne convient pas aux clients et qui donne une mauvaise image de l’entreprise, susceptible de nuire à cette entreprise, et qui n’accepte aucune observation ?…

On espère bien sûr que l’employeur va se pourvoir en cassation, et il a de bonnes raisons de le faire. Car en effet la cour d’appel n’a pas à mettre à la charge de l’employeur certains éléments comme la recherche de justifications, qui de plus sont établies.

Mais, cerise sur la gâteau, l’employeur doit exécuter l’arrêt de la cour d’appel pour pouvoir aller en cassation…c’est à dire régler ce à quoi il a été condamné et entreprendre de réintégrer le salarié. C’est le serpent qui se mord la queue.

Mais qu’attendre de la cour d’appel de Versailles qui s’est permis de condamner Pierre Cassen comme directeur de rédaction de Riposte Laïque alors que la cour d’appel de Paris venait de l’acquitter de ce chef ?… Rien.

Les juges sont tombés sur la tête.

Quoi qu’il en soit, ceux qui font travailler certains barbus, disons, agressifs, ont du souci à se faire. Le vivre ensemble a vraiment du plomb dans l’aile. Car c’est déjà la charia qu’appliquent des juges qui donnent presque toujours raison à l’islam.

 Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Lisianthus

« Le salarié avait été embauché en 2011 comme consultant dans une entreprise délivrant des prestations de sûreté.  »
Si je comprends bien, les clients souhaitant être protégés, la principale menace venant des djihadistes, se voyaient proposer un type avec une barbe d’islamiste ???!!!

paul

Que faudra-t-il aux français pour qu’ils comprennent? nous ne sommes plus en40 quand il n’y avait que quelques journaux pour s’informer! les réseaux sociaux abondent de nos jours! oui…mais!…car il y a un « mais »! les gens veulent bien ne plus voir cela…mais ils ont peur! les bons franchouillards ont la chiasse devant 3 ou 4 vermines!!! il n’y a que dans notre pays que l’on voit en pleine journée dans le métro une jeune femme se faire aggresser par une racaille de 16 ans sans que les « bobos parisiens » présent ce jour même n’interviennent! ces connards même qui vous donnent à la télé une leçon de tolérance!!! et vous pouvez vérifier d’autres cas similaires dans les quotidiens français! j’ai honte de mon pays!

Fomalo

B. Keime Robert-Houdin. (1er Président de la cour d’appel de Versailles depuis mars 2018 in actu.fr)  » Ce nom n’est pas inconnu aux amateurs de magie…
-Oui. Il s’agit bien de mon arrière-arrière grand-père. Jean-Eugène Robert-Houdin. Il a été un très célèbre illusionniste et prestidigitateur, un grand constructeur d’automates, fondateur du théâtre éponyme.
Son nom allait se perdre par le jeu de la filiation père fils. Alors ma famille a engagé une procédure et son nom a été accolé au mien.Cela me suit toujours dans ma carrière. On me demande souvent si, par un tour de magie, je peux faire disparaître les dossiers. Malheureusement non. »
Je pense qu’il y a divers trucs pour régler le compte des dossiers ..en les repassant à la cour de cassation pour désengorger celle d’appel ,non?

lafronde

Ce qui est instructif dans cette affaire est que la Juridiction paritaire des Prud’hommes a fait correctement son travail. C’est la justice de l’Etat qui a rendu une décision idéologique, fondée sur les droits de l’Homme onusiens. Les employeurs devraient souscrire une assurance dommage face aux décisions aléatoires des juges-fonctionnaires !

DUFAITREZ

Le pb, c’est que la Barbe, ça pousse !
On recrute un glabre, on se retrouve avec un barbu !
On recrute une jolie nénette, on se retrouve avec un foulard, sinon plus !
On accueille de pauvres migrants, on se retrouve avec des terroristes !

Au niveau de l’Etat ? Pareil !
Philippe et Castaner ! »Un Barbu, c’est un Barbu, deux Barbus, c’est des Barbouses » !
(Audiard).

wika

On est dans la même logique que dans l’affaire des viols sur mineures par un groupe de muz en Angleterre : la peur d’être taxé de racisme qui fait qu’on donne systématiquement raison aux prédateurs du système.

eva

Jamais je ne prendrai au travail un ou une muzzs. C’est le bazard assuré dans toutes les catégories .

ahje

Pour ceux qui croient en l’état de droit, il faut pratiquer ne serait-ce qu’une légère remise en cause: c’est la piétaille des magistrats qui décide selon son bon vouloir. L’autoritarisme de ces suppôts de momo est fait de la résignation des citoyens.

Marnie

La justice en France est pervertie c’est une constatation faite depuis longtemps … Il est vrai que maintenant elle a atteint le point de non retour.

MAUREL

Les juges n’en ont plus pour longtemps à parader bientôt ils raseront les murs . Ils seront les premiers à savoir ce qu’est une révolutions .

Franc

Pourquoi vous embauchez ces individus?

Ivan Greindl

Y aurait-il des magistrats musulmans dans cette Cour d’Appel ? Ou l’un(e) d’entre eux serait-il victime de chantage ?
Cet arrêt est tellement dépourvu de sens qu’il suscite les questions les plus inhabituelles !

Anne Schubert

Sophie, c’est incroyable, ce que vous écrivez ! J’en ai la chair de poule. J’ai lu l’intégralité de l’arrêt, quelle abomination.

antidote

Ce serait intéressant que des gilets jaune fassent un tour dans ces juridictions !

patphil

juges soumis, journalistes soumis, électeurs soumis…

Deregnaucourt

Voilà qui va encourager les employeurs à prendre des musulmans pour employés !

gillic

Voila où même la république des juges !!!!!!!!

Albert Schumann

Il faut des noms….des juges et être certain de leur appartenance au syndicat gauchiste du mur des cons!!!Car je pense qu’il faille créer des dossier pour le jour ou eux même
vont devoir passer par la caisse!!!

Marcel

Je pense la seule solution pour ce malhereux patron qui est en train de subir cet harcelement de la part de d’un islamiste et en plus ces juges islamo collabos Français qui sont comme d’habitude au service de notre enemmi l’islam est de fermer sa boîte je pense qui n’aura pas le choix

BERNARD

Et après on s’étonnera des choix et de la « discrimination » des employeurs, que cet exemple leur donne un bon avertissement !

Allonzenfan

Encore la justice « mur des cons »…

Chateau71

Quand va t on enfin se débarrasser des ces « juges »? Ne seront ils jamais victimes comme les autres des casses , des viols, des agressions qui handicapent à vie? Ils ont de s phéromones qui éloignent certains individus maléfiques ou quoi?
C’est seulement quand un certain nombre d’entre eux seront à l’hôpital qu’ils finiront par comprendre ce qu’est la justice

Myriam

C’est la Charia ! Dur dur d’etre petit patron aujourd’hui ! C’est scandaleux! Les Juges sont en train de tuer la France! Si la boîte ferme, les salariés pourront leur dire merci!

Carter

En deux mots, ce que veulent ces juges, c’est de ruiner l’entreprise. Si j’étais patron de cette entreprise je mettrais immédiatement la clé sur la porte.

cirrus

Le problème vient aussi du fait que le Code pénal interdit sans exception de discriminer à l’embauche sur le fondement de l’apparence physique ainsi que de la religion (art 225.1).
La décision avait déjà été commentée de façon similaire mais plus complète 2 jours auparavant sur RR:
http://resistancerepublicaine.eu/2018/11/20/cour-dappel-de-versailles-le-barbu-cadre-de-securite-licencie-recoit-150-000-e/

Sophie Durand

@cirrus
Plus complet sur RR, vous trouvez ?… L’article de RR commente surtout la lettre de licenciement, c’est plus « fun » et moins juridique, et pas le fond de l’arrêt, par exemple il ne parle pas des demandes de justification que la cour adresse à l’employeur…

gélase

@ cirrus. Vous avez parfaitement raison. La Lois est là et bétonne sans contexte la décision des juges….maintenant il conviendrait de se poser la question de savoir qui a initié de telles lois…mais peut on encore le dire sans tomber sous le coup d’autres Lois nous interdisant de le faire…il n’y a pas d’issues….

Marnie

cirrus Que faites-vous donc de la clientèle de cette entreprise ? Du travail mal fait de l’intéressé ? Du port de la barbe trop longue qui fait crasse et qui indispose tout le monde et qui ressemble comme deux gouttes d’eau à de la provocation ? Des menaces ? En fait, comme ce barbu vous n’êtes pas fait pour vivre en France.

Dupond

Voila ou mene la générosité ,l’humanisme et le vivrensembleeeeeee !!! soit tu payes ( imposé par nos dirigeants collabos sinon il risque de te décapiter )
http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentat-en-isere-la-victime-decapitee-etait-le-patron-du-terroriste-26-06-2015-4896281.php