Les juges plus indulgents avec les racailles qu’avec Camus-Tasin !

Le tribunal correctionnel de Nantes prononce une peine dérisoire pour des menaces de mort aux agents du CHU de Nantes.

 

 

 

 

4 mois de prison ferme, ce qui veut dire même pas deux. On ne va pas lui détruire sa vie, tout de même. Mon sens de la justice particulièrement prononcé m’impose quelques remarques, vous vous rappellerez la « provocation à la haine ou à la violence en raison de l’ethnie, la nation, la race ou la religion, par parole, image ou moyen de communication au public par voie électronique » dont a été accusé Renaud Camus pour une seule phrase : « S’il n’y a d’alternative que la soumission ou la guerre, la guerre cent fois ». 

https://ripostelaique.com/ele-procureur-sterenn-hell-a-ose-demander-de-la-prison-contre-renaud-camus.html

Dans cet autre cas, la « justice » s’est montrée plus clémente : un violeur condamné à 14 ans de réclusion libérée en appel par la cour d’assises de la Haute-Vienne, parce qu’il était mineur au moment d’une partie des faits (une partie : car ces viols ont duré 14 ans ! De ce fait, s’il était mineur au début, il devait bien être majeur à la fin, sauf s’il a commencé à l’âge de 4 ans !), et il sera rejugé devant une cour d’assises pour mineurs. « Ma cliente est dévastée », a souligné l’avocate de la victime. Bien entendu. Violée pendant des années et apprendre ensuite que le vaurien bénéficie de la mansuétude des juges !

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190314_01308649/mineur-pendant-une-partie-des-faits-un-violeur-condamne-est-libere-et-sera-rejuge

Un étrangleur guinéen a frappé à quatre reprises dans le XXe arrondissement de Paris, entre-temps, arrêté puis relâché, malgré ses aveux, au prétexte qu’il pouvait justifier d’un domicile !! Alors que signalé sans domicile fixe par la police ! Ce jour-là, passage des Soupirs à Paris (XXe), une femme est agressée par un individu qui l’étrangle par-derrière, la menant au sol et « poursuivant son acte à deux mains autour de son cou », indiquent les policiers. Relâché !

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/07/30/01016-20140730ARTFIG00126-un-violeur-relache-par-la-justice-recidive-a-paris.php

Quant aux deux jeunes Toulousains partis combattre en Syrie dans les rangs djihadistes, ils ont été condamnés en appel jeudi soir à Paris à des peines inférieures à celles prononcées en première instance. Ils apparaissaient sur des photos en tenue de combat, kalachnikov en main et, pour l’un d’eux, brandissant une tête coupée. Comment peut-on « réduire » la peine de tels monstres ?

https://www.ouest-france.fr/societe/justice/djihadisme-peines-reduites-en-appel-pour-deux-toulousains-partis-combattre-en-syrie-6641562

Revenons aux faits plus récents : un musulman habitant d’Orléans (il peut bien habiter Maubeuge ou Arnac-la-Poste, cela reste un musulman !) obtient une condamnation ridicule pour avoir menacé de mort des agents du CHU de Nantes. La chance pour la France qui en octobre, avait menacé de revenir avec une Kalachnikov au CHU de Nantes pour « faire mieux que Mohammed Merah et le Bataclan« , a été condamné en comparution immédiate à quatre mois (comprenez deux pour bonne conduite) de prison ferme et maintenu en détention. Le tribunal a bien voulu le reconnaitre coupable pour « menaces de mort aggravées » mais l’a relaxé pour « apologie publique d’un acte de terrorisme », (ce qui « normalement », je précise, lui faisait encourir vingt ans d’emprisonnement compte-tenu de son état de récidiviste !)

Le clampin, âgé de 36 ans, avait en effet déjà trente-deux condamnations au casier judiciaire. L’avant-dernière, en octobre 2018, était précisément pour « apologie ». Il avait alors écopé de trois mois de prison ferme. Le 19 octobre, il était venu à Nantes pour trouver et « assassiner » son ex-beau-frère, a-t-il expliqué à l’audience : il reprochait à ce « Gitan » d’avoir séquestré et violenté sa sœur. Et chez les muzz, on ne plaisante pas avec les sœurs.

Ne l’ayant pas trouvé, il s’était résigné à rentrer à Orléans (excusez mon prosaïsme, mais c’est qui qui paie tous ces transports ?) et n’avait pas pu prendre son train « à cause de la grève ». Il avait donc erré (glandé, traînaillé, baloché, rôdaillé) avec « un jeune en galère qui sortait de prison » jusqu’au CHU de Nantes, pour se faire soigner à l’œil une blessure au bras et au genou, puis ensuite pour s’alimenter aux frais des français de race blanche qui, je le rappelle, sont forcés de financer les errances du glandeur, et pour passer la nuit au chaud, alors que tant de SDF pioncent sur le trottoir.

Mais le ton s’était durci au petit matin, les vigiles l’avaient empêché de fumer dans le hall et lui avaient demandé de partir. « Toi je vais te couper la tête pour jouer au ballon », avait-il menacé. Moi, je suis un terroriste. » Menaces réitérées au commissariat central lors de sa garde à vue. « Dès que je sors, je vais direct à l’hôpital, on va tous vous tuer, mécréants que vous êtes, bande de fils de putes », avait-il déclaré, promettant au passage de mourir en « martyr de Dieu ».

« Je suis musulman, mais je passe mon temps à boire de la Heineken, à fumer du shit et à forniquer avec les filles », a-t-il aussi assuré. « Les médecins, ils sont gentils, délicats et ils sauvent des vies. Pourquoi voulez-vous que je les agresse ? ». « Moi la France je l’aime, c’est elle qui m’a nourri avec les Restos du cœur, le RSA et la MDPH [Maison départementale des personnes handicapées].

Ce rebut de la société, qui a déjà fait l’objet de plusieurs hospitalisations d’office à la demande des services de l’Etat à Orléans, Tours et Montbert – avait par ailleurs refusé de se plier à l’expertise psychiatrique ordonnée par le tribunal correctionnel lors d’un premier renvoi de l’affaire. Atteint de « troubles du spectre schizophrénique », il demeure « curable » selon le dernier médecin qui l’a vu, il y a deux ans et demi de cela. Le procureur de la République avait réclamé douze mois de prison ferme, la révocation de neuf autres et un maintien en détention à l’issue de l’audience.

Son avocate a obtenu sa relaxe pour « apologie publique d’un acte de terrorisme » dans la mesure où une telle apologie consisterait à « essayer d’attirer des gens à sa cause », selon elle. « Or, en l’occurrence, on était face à des agents du CHU de Nantes, je ne suis pas sûre que ce fût pour les convertir », avait-elle plaidé. Elle avait également excusé son client, car les « menaces » proférées étaient en fait destinées au fameux ex-beau-frère qu’il comptait « assassiner » et qui était passé au CHU de Nantes juste au même moment ! Erreur sur la personne ? Le doute doit toujours profiter à l’inculpé.

Plus récemment, Christine Tasin, directrice de publication de Résistance Républicaine qui en 2017, avait réagi (sans kalach, sans viol, sans la moindre violence, juste équipée d’un bon paquet de discernement) à l’attentat d‘une mosquée à Londres. “Les politiques et les médias auraient-ils peur de dire qu’un homme bien sous tous rapports, bon père de famille, citoyen paisible et équilibré, serait passé à l’acte pour dire son ras-le-bol de l’islam et de l’occupation musulmane ? “. Pour elle “Cela ne ressemble pas à une attaque de djihadiste mais à celle d’un Résistant au terrorisme (ou à l’islamisation) “ “Alors oui, il se pourrait bien que le 18 juin 2017 soit le début de la Reconquista. Ils l’auront voulue. Pas nous. Mais elle aura lieu, inévitablement”.

Je confirme : ils l’auront voulue. Avec les milliers de morts qu’ils ont laissés. Les centaines de jeunes femmes dont ils ont brisé l’existence, d’enfants privés de leurs parents. Nous aimerions qu’ils se taillent. Qu’ils dégagent en direction du Désert de Moçâmedes, par exemple, si nos règles ancestrales ne leur conviennent pas. Que n’a-t-elle affirmé que ce que la plupart d’entre nous pense, la France se serait-elle transformée en dictature ? Une justice à deux sens ? Adieu la liberté d’expression si lourdement acquise ? Les crapules ont-ils l’intention de transformer nos belles villes en cités délabrées, pouilleuses, un peu comme Casablanca, en tête de peloton des villes les plus dangereuses, comme Fès, avec un taux de criminalité qui va crescendo, ou alors Tanger, où les magistrats ne vont pas par quatre chemins ?

Chez nous, c’est la clémence continuelle pour les violeurs et les étrangleurs, la sévérité excessive pour les français de souche qui ouvrent la bouche ? Pour les plus courageux qui osent s’exprimer ? Qui encaissent pour tous les autres ?

Messieurs les juges, j’espère que le jour viendra où vous regretterez vos odieuses condamnations.

 Anne Schubert

 

image_pdf
0
0

11 Commentaires

  1. Les juges-racailles font cadeau sur cadeau aux racailles-assassins. Mais, les juges-racailles devraient deviner que c’est eux qui précèderont les racailles pour monter sur l’échafaud !!

  2. « Justice du Pouvoir ou Pouvoir de la Justice ? »
    Interdépendance ou Indépendance ?
    Quand le Justiciable deviendra Justicier ?

  3. Pourquoi me fais-tu voir l’iniquité, Et contemples-tu l’injustice ? Pourquoi l’oppression et la violence sont-elles devant moi ? Il y a des querelles, et la discorde s’élève.
    Aussi la loi n’a point de vie, La justice n’a point de force ; Car le méchant triomphe du juste, Et l’on rend des jugements iniques. Habakuk 1:4

  4. Souhaitons à ces juges et à leur famille tout le bonheur du vivre ensemble le plus vite possible…………..

  5. Tiens, j’ai de nouveau envie de vomir ! Comment cela se fait-il ? Ah oui, dès que l’on me parle de « justice » et même de « droit » à la Française. Cela fait bien longtemps que les juges rouges (foncé), ont aidé à détruire le pays.

  6. la Vraie justice en France, elle est morte il y a longtemps !

  7. jamais ils ne regretteront qui que ce soit!
    ils jugent d’après leur opinion, leur idéologie plutot!

  8. je ne m’inquiéte pas,les politicards francais ,les magistrats,les journaleux….un jour ca se retournera contre eux,c’est une question de temps.

Les commentaires sont fermés.