Les juges, critiques d’art, condamnent l’humour de Boyadjian

Publié le 11 octobre 2019 - par - 10 commentaires - 1 787 vues
Share


La cour d’appel de Paris, présidée par Anne-Marie Sauteraud, vient de rendre son verdict dans l’arrêt « Gérard Boyadjian contre Licra » du 2 octobre 2019. La condamnation du juge de première instance est confirmée, mais l’amende passe de 5 000 € à 3 000 € avec sursis et 500 € pour la Licra (en sus des 1 000 € requis en première instance sur la base de l’article 475-1 du code de procédure pénale).
Le réalisateur du court-métrage « Chameau, pas d’amalgame » avait été poursuivi pour injure et incitation à la haine raciale et condamné par la dix-septième chambre correctionnelle de Paris, le 7 février 2018. Le prévenu, défendu par son conseil maître Hacisimon avait interjeté appel du jugement.

https://www.youtube.com/watch?v=TwYEa-V5no8

https://ripostelaique.com/proces-boyadjian-la-licra-de-stasi-contre-la-liberte-des-artistes.html

La motivation de la cour d’appel laisse pantois ! Selon les juges, la vidéo ne présentait pas de caractère artistique. En effet, se retranchant derrière son pouvoir d’appréciation, le tribunal conclut à une absence de recul et de distanciation de l’auteur par rapport à sa vidéo. Ainsi, on peut lire dans les attendus : « Il s’exprime lui-même dans un monologue sans commentaire off ou dialogue qui permettrait d’imaginer que quelqu’un d’autre parle à sa place ou qu’il est dans un rôle de composition. Ainsi le caractère artistique, humoristique ou sarcastique ne peut être perçu. Mais au contraire, la liste des termes insultants sort de sa bouche sans aucun recul ».

Au procès d’intention s’ajoute donc le fait que le tribunal ne semble pas faire la différence entre un blogueur qui utilise le support d’une vidéo pour exprimer ses propres idées (et ils sont nombreux sur internet) et un artiste qui compose une fiction cinématographique. C’est d’autant plus étonnant que le prévenu, qui est tout de même passé par des écoles de cinéma, est un habitué du genre satyrique. Il a d’ailleurs tenté de s’en expliquer à la barre, en remettant au jury une clé USB comprenant un panel de ses productions cinématographiques afin de l’éclairer sur l’ensemble de son œuvre.

À croire que le jury, décidément peu cinéphile, a été plus sensible à la soupe de Mathieu Riberolles, avocat de la Licra, qui, à l’audience, avait accusé le prévenu d’appartenir à… la « fachosphère » ! Selon cet avocat, l’appartenance au camp du mal suffisait donc à faire condamner l’auteur du Chameau !

Gérard Boyadjian a eu beau soutenir que sa vidéo visait l’idéologie mortifère qui anime les auteurs des attentats commis au nom de l’islam et non l’ensemble de la communauté musulmane, a eu beau expliquer qu’il caricaturait avec humour le Français moyen qui en avait ras le bol qu’on lui dise de ne pas faire d’amalgame, le tribunal n’a rien voulu savoir ! En gros « votre film n’en est pas un ! ». Comme si la production de Gérard Boyadjian n’était qu’un habillage, un « faux film », pour diffuser des messages de haine !

On voit donc pour la première fois une juridiction s’arroger le droit de dire si une production audiovisuelle est une œuvre artistique ou non, s’arroger le droit de dire ce qui est de l’humour et ce qui ne l’est pas. Qualifier ainsi l’art relève-t-il bien de la compétence des juges ? Si oui, une étape supplémentaire dans les atteintes à la liberté d’expression vient d’être franchie.

On constatera aussi que la position du tribunal reste dans la droite ligne des propos du procureur de la République qui avait affirmé à l’audience : « Faut-il encore que la vidéo soit identifiée à une œuvre artistique ». Une fois encore, on a le sentiment que Licra et parquet travaillent bel et bien main dans la main.

Le jour du rendu du verdict, quatre policiers étaient assassinés dans la cour de la préfecture de police. Faut-il prendre des gants pour faire de ces crimes des sujets de fiction ? Faut-il mettre en place des « distanciations » à n’en plus finir pour dénoncer l’idéologie mortifère qui sous-tend ces actes de terreur ?

Hector Poupon

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
.Dupond 1
grélaud

il ne faut pas oublié que la justice a été invité au banqué annuel de crif ,vous compensez que les juges sont acheté et complice avec ses ordures ,il est grand temps de réglé nos comptes avec la justice vous ne trouvez pas?

Enfant de Clovis

Le même juge a du dire à ce sale cafard de Nick Conrad que ses chansons étaient des chefs d’oeuvre.

Les pourriture d’islamo collabos qui hantent se pays le paieront cher.

POLYEUCTE

« Faut-il encore que le Rap de Nick Conrad soit identifié à une oeuvre artistique » !
Paraphrase utile pour ces adorateurs du Mur des Cons. Ah ! Les Chameaux !

Occidentale

Padamalgameurs et justice politiK même combat, ils ne connaissent comme artistiques (en partenariat pervers) que les appels de rappeurs aux meurtres des Blancs.
Pour faire face contre cette organisation mondialiste immigrationniste mortifère complice des égorgeurs coraniques il nous faudra organiser une Union Sacrée Culturelle Politique autour d’un Général Chef.

Laurence-Antigone

Euh satirique, pas satyrique. Vous faites mention du genre de la moquerie, non de fêtes dionysiaques
Pour le reste très bel article, plein de bon sens.

patphil

le gars n’était pas dans la ligne de la doxa, il a été dans la ligne de mire de la « justice »

François Desvignes

Le diable est dans les détails :

– 1/ La vidéo « non artistique » n’a pas été interdite !

-2/ La Cour par son sursis vous reproche votre manque de takya mais pas le fond de votre discours !

-3/ Les dommages intérêts consentis aux parties civiles ne couvrent pas leurs frais : (…)

Il faut en conclure que selon la CA l’islamophobie n’est un droit qu’enveloppé dans du papier cadeau.

C’est l’absence de papier cadeau qui est reproché.

Surtout, n’enveloppez jamais vos « cadeaux » : c’est à la Cour pour se mettre en conformité avec le droit, d’adhérer à RL pas à RL d’adhérer à la Cour.

kinns

Il aurait dû faire un clip style « pendez les blancs » là il aurait gagné des sous ………..
Allo??? SOS RACISME ANTI BLANC???? Ah ben non ça ne répond pas .

.Dupond 1

Sacré ménage a faire le jour de la libération de notre pays !!!