1

Les Juifs ont voté Zemmour, donc le Crif appelle à voter Macron

kalifat.jpg

Tous les juifs doivent rejeter l’appelle du CRIF à voter Macron mais, en masse doivent voter Martine Le Pen pour éviter de donner un nouveau mandat de cinq années à l’islamophilie et anti israélien Macron
Le CRIF n’est que la vitrine complaisante des notables en quête de respectabilité et d’allégeance au gouvernement au prix du sacrifice de ceux qu’ils prétendent représenter.

Sachant que les juifs de France et surtout ceux d’Israël ont massivement voté Zemmour, la torgnole infligée à ces « prébendiers » auraient dû les inciter à faire profil bas, que nenni, ils remettent les couverts pour inviter leurs « coreligionnaires « à voter Macron, Ben voyons !

Dès lors que cette institution, qui ne porte même pas le nom « juif » dans son acronyme ((Conseil Représentatif des Institutions. lesquelles, les muses peut-être ?), prétend les représenter. Alors que celle-ci ne compte en ses rangs que des associations de gauche et inter mondialistes, voire propalestiniennes telles que le Cercle Bernard Lazares et « la paix maintenant » ou l’UEJF, autant dire, loin des opinions des juifs. Car la question mérite d’être posée. Le CRIF compte-t-il encore des juifs dans ses rangs ? Le doute est permis dans la mesure où celui-ci approuve les résolutions anti israélienne du gouvernement Macron, s’oppose au seul candidat susceptible d’avoir une politique de sauvegarde de la France et donc de ses citoyens quel que soit leur religion, non cette institution soutient un candidat qui vote à l’ONU les résolutions condamnant Israël, à se demander si le CRIF n’est pas le cheval de Troyes de l’Islam ?

Ce qui demeure évident aujourd’hui au vu des votes juifs en faveur d’Éric Zemmour, c’est que le CRIF ne représente pas les juifs de France mais une coterie de vieux et jeunes barbons avides d’honneurs de hochets et de reconnaissance imméritée et déshonorante pour ceux qui s’en pare.
Le grand Rabin Korsia, est à contrecourant des tendances lourdes du judaïsme et prêche, comme un libéral qui a oublié sa judéité et veut devenir un bon chrétien comme les autres, libre à eux de faire ce choix, mais ils ne sauraient être un porte-parole pour les juifs de France. Les grands rabbins Kaplan et Sitruk doivent souffrir d’une telle trahison de cette sacerdotale fonction.

Quant à Francis Khalifat, lequel refuse à son diner annuel, le seul candidat de confession juive assumée, et cela, pour plaire à ses maîtres du gouvernement, quelle honte !
Enfin, l’UEJF dont le président refuse de serrer la main de Benjamin Netanyahou, Premier ministre de l’Etat d’Israël, succédant au complaisant avocat Patrick Klugman qui a refusé de dénoncer le meurtre de Jeremy Cohen pour ne pas gêner la campagne électorale de son patron, bref ; la consternation de ses traitres à leurs parents.
Ses courbettes à l’endroit des autorités gouvernementales donnent la nausée et rappellent les mauvais souvenirs des juifs à la Soros qui ne voyaient que leur intérêt et après eux le déluge. Cette veulerie, qu’ils l’assument, peu me chaut, mais pas au nom des juifs lesquels leur disent : vive Zemmour et surtout, surtout, vive la France.

Guy Sebag