Les laquais de la mondialisation contre l’avenir de la France

complot2Bmondialiste2Bcoronavirus.jpg

La France Provinciale il y quelques années, était reliée par des réseaux ferrés et des lignes d’autocar, mais tout a été axé sur la centralisation à outrance en désertifiant les petites villes de leurs industries locales, au profit des grands groupes qui eux-mêmes ont délocalisé leurs unités de production et leur savoir-faire à l’étranger, sous prétexte de concurrence mondiale.

Ce qu’ils ne savaient donc pas nos docs décideurs, c’est qu’un emploi perdu en France à la suite de la fermeture d’une usine, c’est cinq postes définitivement disparus à tout jamais dans une petite ville. Le pouvoir d’achat s’étant amenuisé par la force des choses, les consommateurs seront contraints et forcés de chercher au moins cher les produits pour vivre, c’est-à-dire venant de pays dont les règles de vie et les normes ne sont pas les mêmes que celles qu’on nous impose localement : inexistantes les allocations familiales, l’assurance maladie, les prestations de chômage, les allocations logement, etc. des horaires de travail à rallonge, sécurité du travail minimale, congés payés inexistants,  le tout pour un salaire plutôt mince non négociable, proche de la misère que ces pauvres gens n’ont d’autres choix que d’accepter faute de mieux.

C’est à cela que nos directeurs de holding aidés en cela par les gouvernements successifs sembleraient avoir en projet communs depuis pas mal d’années : réduire le plus possible les pouvoirs d’achat en augmentant les dividendes des actionnaires. Et pas un de ces égoïstes ignares n’avaient envisagé l’inverse, c’est à dire donner des salaires décents afin de mieux capter l’épargne et la canaliser en un actionnariat populaire, « ils » auraient ainsi toujours leurs dividendes, mais aussi une main-d’œuvre qualifiée à portée de la main pour des projets nouveaux et surtout des consommateurs suffisamment à l’aise pour acheter leurs produits.

Dans leurs délires mondialistes, « ils » appliquent un projet fou de faire venir des populations peu ou pas qualifiées sous prétexte qu’il n’y a pas de renouvellement de population suffisant ; à cela je leur rétorquerais : 1° les français ne sont pas un élevage de lapins que l’on gère comme un cheptel à viande, 2° vu les conditions de vie se dégradant de plus en plus, peu de citoyens sont enclins à faire des futurs miséreux endettés pour plusieurs générations, 3° c’est une vraie politique familiale qu’il faut élaborer pour les familles françaises et non arroser de billets de monopoly par milliards  la surface de la Terre pour attirer les oisifs et les opportunistes.

Un nouvel arrivant ne remplace même pas un chômeur, il s’additionne en plus.

Maintenant « ils » vont être à la merci de gouvernements étrangers qui décideront unilatéralement ce qui est bon pour le pays, le leur évidemment, et ce qui ne l’est pas.

Un exemple : si un jour la Chine, ou l’Indonésie, décident de nationaliser toutes les productions industrielles, que pourrions-nous faire ? Réponse : RIEN. Il suffirait de prévoir dans l’acte d’expulsion ou de gel des capitaux étrangers un dédommagement à partir de la quarantième année (ce fut le cas entre autres du Vietnam à la suite de la première guerre d’indépendance contre les Français, qui expropria les planteurs locaux indemnisables 40 ans plus tard).  C’est-à-dire qu’un bien de 100 millions de francs anciens en 54 serait remboursable 1 600 € (l’équivalent de 10 000 francs nouveaux en 94, et encore je suis généreux) grâce au jeu de l’inflation, car pas question d’indexation, le capitalisme étant pris à son propre piège… vaste rigolade, cela rappelle les emprunts russes avant la Première Guerre mondiale, valeur d’emprunt : 15 milliards de francs or empruntés ; remboursés : rien, nada ! Valeur de pure perte estimée entre 50 et 80 milliards, car indexés sur l’or.

Mais en constatant le déliquescence de l’enseignement en général, j’en arrive à me poser la question, qu’apprend-on dans les Écoles de Commerce, ou à Polytechnique, à Science Po, aux Arts et Métiers ? Il faudrait gratter un peu le vernis pour connaître l’enseignement dispensé, car tous nos diplômés qui sont au pouvoir sont d’une bêtise et d’une ignorance crasse, incommensurables. Tout ce qu’ils savent faire, ce sont de beaux discours, aux phrases richement alambiquées que j’ai même un doute que ce soient eux qui les aient écrits.

A moins qu’ils ne soient que des pantins dont on tire les ficelles d’encore plus haut et qu’ils ne fassent que ce qu’on leur dit de faire, où le faire et comment le faire… comme le toutou à sa mémère attendant son susucre pour récompenser son obéissance servile.

Gérard Bauchet

image_pdf
10
1

4 Commentaires

  1. Notre prochain président programmé par l’oligarchie pour effacer Zemmour ou tout autre opposant ou opposante est Barnier. Il vient de l’Essec, comme son copain Raffarin, Mr Chine. Barnier est non seulement un européiste convaincu, donc immigrationniste et islamophile, mais aussi a été très lié à Big Pharma (voir sa vie son oeuvre sur Wiki). Et bien sûr il ne sera qu’un ènième président-pantin, un rad-soc centriste aux ordres de l’oligarchie mondialiste comme Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron. Choupinet-Narcisse ne se représentera pas ou se retirera en sa faveur, c’est leur projet.

  2. Oui, tout le système éducatif doit être réformé. Mais avec qui, après des décennies de massification de l’enseignement d’une rare sottise?

  3. obéissez, ne réfléchissez pas, n’écoutez que duhamel ou bhl, jamais zemmour

Les commentaires sont fermés.