1

Les Macronescu, un couple parfait !

Ils sont jeunes et beaux, élégants et distingués, ils ont l’air intelligent et les Français ne demandent qu’à les aimer. Déjà les ados des « Jeunes avec le pédézident » affichent dans leurs piaule des posters du couple de rêve, entre des affiches de rappeurs et des images de feuilles de cannabis.

Coucou les revoilou, les « couples parfaits » !

Ces amusettes de télé-réalité sont de retour depuis le 3 janvier 2022 sur les antennes du groupe TF 1.  Le principe de l’émission est d’une simplicité biblique : 10 hommes et 10 femmes doivent trouver leur partenaire idéal au terme d’aventures inattendues et imprévues dont le synopsis a quand même été rédigé d’avance.

Au début, en 2017, grande année électorale si bénéfique pour la France, les candidats étaient des anonymes, des provinciaux, sans doute de futurs sans dents, s’appelant Francis, Marcel, Pauline ou Ginette.

Et puis, parce qu’il faut bien vivre avec son temps, aux saisons suivantes, ces Gaulois archaïques ont été grand-remplacés par Mouloud, Noureddine, Rachida et Malika, stars dans le monde du rap et du rapt, de la danse et de la délinquance. Mais ça, il ne faut pas le dire. Ce serait du racisme. Et c’est mal.

Le dépaysement consubstantiel à toute émission de ce type implique des voyages. Pas trop chers tout de même. Patagonie et Polynésie exclues. Ce sera Maroc ou Baléares et même une fois Saint-Domingue en tarif hors saison. Destinations standard pour congés payés en goguette. La populace matraquée, éborgnée, mutilée, confinée, muselée et survaccinée a aussi le droit de s’amuser et de rêver un peu !

Agence de voyages et club libertin

Pour motiver à s’accoupler « selzéceux » qui participent, une prime de 200 000 euros est offerte. De quoi allumer des lueurs de convoitise dans les yeux des prolos, quand cette modeste somme ne représente que quelques secondes de publicité pour la chaîne.

Sans doute suis-je un vieux croûton d’une autre époque, qui saisit mal toutes les finesses du monde actuel, car quand j’avais la chance de plaire à une fille qui m’attirait, nos câlins se passaient de subventions.

Même si les acteurs de ce reality show n’ont jamais entendu parler de Marivaux et confondent  marivaudages et maris volages, l’objectif officiel de ce « Jeu de l’amour et du hasard » est de remporter des épreuves débiles et de trouver des réponses à des énigmes qui ne le sont pas moins. Du niveau d’inculture tant des organisateurs que des participants.

Nez en moins, la production montre le bout de son… oreille en reconnaissant benoîtement que, pour les aider à trouver les bonnes réponses, une « Love Room » (en français : baisodrome) sera mis à leur disposition sur les lieux de rencontres, et permettra à certains d’entre eux de se rapprocher (sic) une nuit entière afin de « faire plus ample connaissance » (resic) et déterminer s’ils peuvent potentiellement former un duo parfait. Comme Manuella et Jean-Britt, leurs modèles idéalisés.

Pour pimenter l’affaire, des éléments extérieurs pourront s’inviter à l’improviste dans le baisodrome, histoire de tester la vivacité des… sentiments des participants.

On attend avec impatience de sévères bastons entre mâles dominants se sentant menacés dans leur virilité et femelles courroucées, motivées à garder pour elles les gros lots (ou grelots ?) conquis de haute lutte.

La production a promis d’intervenir au premier sang, comme on disait dans les duels d’antan. Rassurez-vous : du fait qu’ils sont tous vaccinés, le SAMU et l’hosto ne leur mégoteront pas les attelles et les bandes Velpo.

Au cours de l’aventure, si un couple parfait est trouvé, celui-ci part immédiatement en lune de miel avec la cagnotte. Une caméra cachée fixera-t-elle leurs débats pour la postérité ? C’est bien possible. Mais ces images ne passeront pas à la télé. Distribution uniquement sur DVD chez tous les bons fournisseurs de vidéos porno ou téléchargeable sur le web.

Les hétéros, c’est ringard

Malgré son côté moderne olé olé, cette émission de haute tenue intellectuelle mériterait d’être remise au goût de jour. Des couples hétérosexuels, c’est banal, pour ne pas dire répugnant, et surtout discriminatoire envers les LBGT. Marions-les mais d’abord, relookons-les !

Puisqu’une nouvelle saison commence, il faut absolument ajouter à la diversité ethnique, la diversité des pratiques sexuelles. Partouzes, reverses, glory holes… Un peu de BSM (bondage sado-maso) n’a jamais fait de mal à personne, du moins pour ceux qui aiment ça. Aucune discrimination ne sera tolérée. Sauf bien sûr pour ces chiens galeux de non-vaccinés qui n’ont pas le droit de jouer.

Un certain Jean-Britt, profession décorateur de vieilles demeures, aurait usé de ses relations politiques pour imposer aux producteurs de l’émission des couples homosexuels, sélectionnés chez les folles de « Chez Michou ». Et par la même occasion, aurait invité les managers à ouvrir leurs antennes aux hermaphrodites et aux transsexuelles.

En contrepartie de l’arrivée de cette sympathique faune, les producteurs feraient une économie sur les décors et les voyages, puisque Jean-Britt se propose de mettre à leur disposition, gratuitement, un vieil hôtel particulier qu’elle a rénové à son goût, 55 rue du Faubourg St Honoré, 75008 Paris.

Ce palais décati a déjà servi de club échangiste et de cabaret transformiste lors de plusieurs fêtes, dont celles de la musique, et présente l’avantage d’être hermétique au terrible covidus macronibus.

Les participants aux agapes sont dispensés de muselières mais les capotes sont obligatoires (Jean-Britt vérifiera personnellement leur bonne tenue).

Les invités peuvent aussi grignoter et picoler debout, et d’ailleurs faire tout ce qu’ils veulent debout, couchés, agenouillés ou assis, la flicaille n’est pas là pour les harceler, mais pour empêcher les badauds de s’approcher de trop près.

On dit que le spectacle mériterait le déplacement.

Au dixième vaccin, votre carte de fidélité vous donnera droit à une entrée gratuite comme spectateur. Et au vingtième, vous pourrez participer. Profitez-en !

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/