Les juges qui détournent le droit conduisent les Français à la révolte 

On ne compte plus les scandales des décisions rendues par certains tribunaux et certains magistrats qui se couchent devant la racaille et emprisonnent le citoyen qui s’en défend, ou qui privent de liberté les opposants à la dictature Macron. La dissolution de Génération Identitaire en est le dernier retentissant exemple en date. Invité de l’Institut des Libertés, l’avocat Gilles-William Goldnadel qui défend GI commence par révéler que sous fin Giscard et Miterrand, les affaires « signalées » étaient des affaires « arrangées » mais que les contentieux de masse était traités assez normalement ».

Entrant dans le détail de l’époque où les juges marchaient à l’avancement dépendant d’un système de notation, Gilles-William Goldnadel passe en revue l’action des syndicats, le phénomène de la féminisation des juges, pour aboutir à : « une sorte de magistrats atomisés qui peut se permettre de juger non plus forcément selon le droit, mais selon la conception qu’ils se font de l’équité… ». On aurait juste aimé entendre en plus, son avis sur la justice franc-maçonne.

Le célèbre avocat avoue que, aujourd’hui, devant un client, il a peur : « je suis incapable de lui dire ce qui va arriver et quand cela va lui arriver, et il faut rajouter la paralysie judiciaire »

Bien connaître le droit ne sert plus à grand chose si on est un avocat

Charles Gave rebondit au propos : « les juges sont passés de l’interprétation de la loi à la fabrication de la loi », ce à quoi G.W Goldnadel surenchérit : « il y a quelques années, je passais ma vie le nez dans les livres de jurisprudence et aujourd’hui la reconnaissance ou la reconversion face au changements de lois ne sert pratiquement à rien… »

« nous sommes dans un pays où des juges, sans être sanctionnés, peuvent dire que voler le portrait d’un président de la République dans une mairie n’est pas un délit parce que vous obéissez à un état de nécessité ».

Plus grave, l’affaire du mur des cons, évoquée par Charles Gave, où des juges sont sortis de leur neutralité. G.W  Goldnadel :  « le mur des cons a illustré la puissance de l’idéologie au sein du corps de la magistrature puisqu’il a été prouvé qu’un syndicat puissant, qui représentait un tiers des juges syndiqués, était capables de punaiser ses opposants politiques et des parents de victimes assassinées. Ce qui montre leur degré de détestation, de sottise et d’idéologie. Cette affaire est révélatrice. Le parquet s’est opposé à nous, nous avons rencontré les pires problèmes, madame Martres a été épargnée pendant toute la durée de cette affaire que nous avons fini par gagner… » Cf : Mur des cons : Françoise Martres en correctionnelle Publié le 12 décembre 2016  par Jacques Chassaing  https://ripostelaique.com/mur-des-cons-francoise-martres-en-correctionnelle.html

Judiciarisation et médiatisation, les deux nouvelles mamelles de la République

À partir de 13’, G.W Goldnadel développe aussi l’idée de contentieux artificiels développés, bien traités quand ils intéressent l’État pour des raisons idéologiques, traités en un temps record et avec de gros moyens.

« le juge a le sens de l’État ». Le ministre de l’Intérieur «… Darmanin est intéressé par l’intérêt du gouvernement et de son président …». Charles Gave réagit : « vous êtes en train de dire que la violence légitime, privilège de  l’État, est instrumentalisée pour servir les intérêts de gens qui sont aux commandes de l’État aujourd’hui, de part la volonté du peuple, mais qui ne sont pas souverains ».

Selon G.W Goldnadel, Darmanin déplore l’impuissance de l’État en matière de flux migratoire et de respect du droit des frontières, alors que : « son premier geste régalien est de s’en prendre à de jeunes désespérés de l’impuissance de l’État. Ces jeunes qui j’ai accepté de défendre sont dans la moquerie, dans l’agit-prop. Ils montrent de manière symbolique ce qu’il faudrait faire ». L’avocat revient sur le jugement de Génération Identitaire à Gap et sur les arcanes de sa dissolution (à partir de 21’).

Réhabiliter Génération Identitaire, ou l’immense responsabilité police-justice dans la répression du peuple de France

Sur la décision à rendre par le Conseil d’État, alias le Cercle des amis de Macron (NDLR), Gilles-William Goldnadel est inquiet :

« si je vivais dans un État de droit, si j’étais l’avocat heureux que j’étais il y a 30 ans, j’irais devant le Conseil d’État les mains dans les poches et en sifflotant, alors que là, j’irai devant le Conseil d’État en tremblant… M. Cédric Herrou, qui, si j’ose dire, est le contraire de Génération Identitaire, qui va de l’autre côté de la montagne pour faire entrer des illégaux, celui-là a été relaxé avec les compliments du Conseil constitutionnel, qui, pour les besoins de la cause, a inventé un principe de fraternité qui n’existe que sur les frontons des mairies… » Lire aussi : Après Génération Identitaire abusivement dissoute, l’Action Française relève le gant pour des actions de terrain  https://ripostelaique.com/laction-francaise-prepare-son-camp-dete.html

Messieurs les avocats, parlez-moins et agissez davantage dans la rue, aux côtés du peuple opprimé

À un moment donné, il faudra bien que les avocats se joignent à la cause du peuple français pour défaire une justice de copains immigrationnistes au service de l’oligarchie mondiale :

Recours balayés par le Conseil d’État : les avocats vont-ils manifester ?

Publié le 23 mars 2021 https://ripostelaique.com/recours-balayes-par-le-conseil-detat-les-avocats-vont-ils-manifester.html  

Maître Collard, qu’attendez-vous pour combattre la coronafolie ?

Publié le 13 avril 2021 https://ripostelaique.com/maitre-collard-quattendez-vous-pour-combattre-la-coronafolie.html

Le Conseil constitutionnel confirme l’impunité des criminels d’État

Publié le 12 mai 2020  https://ripostelaique.com/le-conseil-constitutionnel-confirme-limpunite-des-criminels-detat.html

Les grandes désillusions du Droit en France. Gilles-William Goldnadel-Charles Gave

Gilles-William Goldnadel, avocat, est l’invité de Charles Gave pour évoquer les atteintes commises par l’État et par la justice sur le droit d’association, la liberté d’expression, la liberté de réunion. Parler du droit en France c’est s’exposer à une grande désillusion.

Florilège des sujets abordés sur Di Vizio TV. Vidéo ci-dessous.

https://youtu.be/vNz_4Sw3KR8

À LA BARRE ! Devant un lourd Fabrice Di Vizio, qui semble avoir beaucoup de difficulté à saisir l’enjeu politique de l’escroquerie sanitaire dictatoriale, Florian Philippot a montré qu’il a l’étoffe d’un véritable homme politique au service de la France.

« Juger, c’est encore administrer ». « les réseaux font encore les carrières » « réfléchir à la manière dont l’administration recrute ses hauts-fonctionnaires ». À propos de la fermeture des lits d’hôpital : « l’administration est censée administrer, pas gouverner ». Passeport sanitaire, « vaccins », effondrement de l’économie française, médecins de plateaux TV et vrais médecins : autant de thèmes passés au crible dans cette vidéo.

Florian Philippot précise à Fabrice Di Vizio sa vision du souverainisme en démontrant que le Covid a mis au grand jour une France qui n’a plus sa souveraineté depuis longtemps (15’).

Pour mémoire : Maître Di Vizio, avocat des médecins, votre action est vouée à l’échec

Publié le 31 mars 2020  par Jacques Chassaing https://ripostelaique.com/maitre-di-vizio-avocat-des-medecins-votre-action-est-vouee-a-lechec.html

Excellent maître Di Vizio : ils étaient où, les Blacks machins, pendant le Covid ? Publié le 6 août 2020 par Jacques Chassaing  https://ripostelaique.com/excellent-maitre-di-vizio-ils-etaient-ou-les-blacks-machins-pendant-le-covid.html

et au risque de me répéter : Sauf qu’à un moment donné, il faudra bien que les avocats se joignent à la cause du peuple français pour défaire une justice de copains immigrationnistes au service de l’oligarchie mondiale