Les médias de la censure triomphante

Publié le 2 avril 2012 - par - 582 vues
Traduire la page en :

Dans le pays des Lumières, dans le pays qui a ouvert pour la première fois en Europe les portes de la liberté en général et de la liberté d’expression en particulier, une chape de plomb s’instaure sournoisement, jour après jour, de plus en plus lourde, pesante… C’est la censure imposée, plutôt auto imposé par des journalistes acquis majoritairement à la cause du « politiquement correct » et de la langue de bois.

Pour quelques rares dignes journalistes comme Ivan Rioufol ou Éric Zemmour, dont je salue  le courage, combien de divisions d’autres journalistes ou experts noient les médias avec des paroles lénifiantes en  excusant ou justifiant les pires actes qui se perpètrent presque quotidiennement dans certains quartiers ou même en pleine ville, au plein jour ?

Par contre, quand il s’agit des acteurs engagés, qui connaissent les situations explosives dans des territoires perdus de notre République, c’est l’omerta presque complète.

Qui a entendu au moins parler, sinon avoir lu, le courageux opus écrit par le député communiste  André Gerin, ex-maire de Vénissieux, sous le titre « Les ghettos de la République » ? Œuvre préfacé par Malek Boutih, ancien secrétaire général de SOS Racisme mais qui a le courage de dire la vérité.   

Entre parenthèse, autant André Gerin que Malek Boutih sont des pestiférés dans leurs formations politiques (en occurrence le Parti Communiste pour le premier et le Parti Socialise pour le second) des formations de gauche, de la gauche qui préfère se taire, pratiquer la politique d’autruche sinon le déni de la réalité.

Vous aurez du mal à entendre à la TV ou à la radio, de lire dans les journaux et magazines la moindre référence à ce livre qui détaille avec précision toues les exactions, les crimes, les actes d’incivisme, les trafics de tous genre et l’islamisation rampante dans cette localité dont l’auteur fut maire pendant de longues années.

Un autre exemple : nous écoutons souvent des chansons du célèbre compositeur Pierre Perret et en particulier l’émouvante et poétique « Lily » qui décrit, avec un peu de naïveté bien sur, le sort peu enviable d’une immigrée somalienne. L’année dernière, le même auteur-compositeur a sorti « La femme grillagée » où il dénonce, toujours avec son immense talent, la « mode » du port du niquab qui sévit de plus en plus dans notre pays, et l’asservissement de la femme qui y découle. J’écoute à longueur de journée toute sorte d’émissions de radio de musique de variété ; aucune transmission de cette mélodie ! N’est-ce pas de la censure ?

Un journaliste de Nouvel Observateur, pas soupçonnable d’extrémisme de droite, écrivait en 2002 un livre : « Sécurité : la gauche contre le peuple », dénonçant l’abandon du petit peuple par la gauche immigrationiste. Il récidive en 2011 avec un opus encore plus dévastateur sur le même sujet : « La gauche et la préférence immigrée.» Motus et bouche cousue dans l’ensemble des médias, y compris dans les rares classés à droite ;  il ne faut pas parler, ni écrire, c’est un sujet tabou !

Pour une personnalité de renom comme la démographe Michèle Tribalat qui a écrit « Les yeux grands fermés » sur le même sujet, le silence n’a pu être total ; mais quels tonneaux de boue furent déversés sur son œuvre iconoclaste, bien sûr, mais aussi sur sa personne, en l’accusant de faire le jeu du FN, refrain bien connu, bien éventé.

N’en parlons pas quand il s’agit des auteurs moins connus par le grand public ; les écrits de Pierre Cassen et Christine Tassin sont en général totalement ignorés par les médias, sauf quand, ici et là, fusent des accusations : extrémistes de droite, fascisants ou xénophobes et d’autres joyeusetés, mais sans un mot sur leurs publications, toujours l’omerta, comme dans les bonnes années de stalinisme à la française..

L’exemple le plus édifiant de la censure amenant à une vrai chasse aux sorcières fut l’apparition du controversé livre «Aristote au mont Saint Michel » par Sylvain Gougenheim ; l’auteur, historien et professeur à l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines soutient les thèses non conformistes sur le manque d’apport de l’islam médiéval à la culture occidentale et réfute la comparaison entre les lumières de l’islam et les lumières du XVIIIe siècle. Je ne me prononce pas sur la véracité de ces thèses, je n’en ai pas la compétence. Mais la violence des attaques dont l’auteur fut victime, partant des accusations de connivence avec le FN (bis repetita) jusqu’aux demandes collectives d’enquêtes sur sa personnalité et de son exclusion de l’enseignement public, me confortent dans ma conviction que nous ne vivons pas uniquement sous une censure incompatible avec la démocratie et la liberté, mais aussi et surtout sous un terrorisme intellectuel inacceptable.

Aux armes citoyens !

Sorel ZSSU

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi