Les médias dominants livrent une guerre idéologique au peuple français

 

C’est toujours un plaisir d’échanger avec Jean-Yves Le Gallou sur l’actualité politique. Et comme l’occasion s’y prêtait, avec la sortie de son dernier livre, notre fondateur a eu cet échange avec lui…

Riposte Laïque : Il y a trente ans, vous avez été un des précurseurs du mot d’ordre du Front national, « la préférence nationale ». Et vous avez publié, il y a quelques semaines, un nouvel ouvrage intitulé « Européen d’abord, essai sur la préférence de civilisation ». Considérez-vous que le cadre national n’est plus suffisant pour mener la bataille civilisationnelle que vous appelez de vos vœux ?

Jean-Yves Le Gallou : Le cadre national est dépassé à un triple titre :
1- La nationalité a été accordée, en dépit du bon sens, à des gens qui ne sont français ni par l’origine, ni par la culture, ni par les mœurs, ni par les sentiments. Le même problème se pose aussi en Allemagne ou en Grande-Bretagne et dans d’autres pays d’Europe.
2- Face à l’invasion migratoire, nos frontières ne sont ni sur les Alpes, ni sur le Rhin, ni sur les Pyrénées, mais en Méditerranée et dans les aéroports.
3- Tous les pays européens sont confrontés au même défi migratoire. Celui d’une invasion de masse.

Riposte Laïque : Vous avez été l’auteur de deux vidéos qui ont fort bien marché sur la toile : « Qu’est-ce qu’être français » et « Ni Lampedusa, ni Bruxelles, être européen ». Et surtout, vous semblez penser que le vent de l’Histoire est en train de tourner, puisque vous concluez en évoquant « un nouveau cycle européen ». Mais pourtant, notre amie Tatjana Festerling paraissait penser que les pays européens de l’Ouest, dont essentiellement la France et l’Allemagne, étaient perdus, à cause du nombre d’immigrés, et que la résistance européenne se déroulerait de l’autre côté de ce que fut le Mur. Que lui répondre ?