Les mensonges de Daniel Vaillant pour cautionner les prières musulmanes illégales à Barbès

Publié le 14 juin 2010 - par - 811 vues

Nous apportons ci-dessous des preuves supplémentaires de la déliquescence morale qui caractérise l’action de la mairie de Paris et de la mairie du 18e arrondissement dans le quartier Barbès, dans lequel, chaque vendredi, des rues entières sont barrées par des musulmans, qui y prient par milliers sur la chaussée et les trottoirs, après en avoir expulsé les non-musulmans. (1)

Le règne de l’hypocrisie

Le 1er février 2010, lors d’une séance du Conseil d’arrondissement du 18e arrondissement de Paris, dont le maire est Daniel Vaillant (PS), la majorité municipale (socialistes et membres des Verts) a adopté à l’unanimité un vœu à l’adresse du préfet de Police, relatif à l’occupation de l’espace public par les musulmans des mosquées des rues Polonceau et Myrha. Voici des extraits de ce texte, tels qu’ils ont été publiés dans le numéro 8 du journal municipal du 18e arrondissement, “18 Ensemble” de février 2010, extraits que nous commentons au fur et à mesure : (2)

« …Conformément à la loi de 1905, le culte musulman, comme l’ensemble des autres cultes, doit pouvoir s’exercer librement dans le respect du principe républicain de laïcité et de séparation des Églises et de l’État » ;

Il s’agit là d’une présentation partielle de la loi de 1905, qui tout en garantissant « le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public » (article 1), encadre l’exercice des différents cultes, et qui stipule clairement, dans son article 27, que les manifestations religieuses publiques sont interdites, sauf autorisation de la préfecture en bonne et due forme ! (3)

« (Ces) … mosquées sont trop petites pour accueillir, les vendredis, tous les fidèles qui se retrouvent dans la rue pour prier… » ;

Une fois de plus, la clique municipale du 18e arrondissement reprend l’argument erroné que se plaît à seriner le maire Daniel Vaillant avec un triste entêtement. Car, si de nombreux musulmans viennent prier chaque vendredi dans les rues du quartier Barbès, c’est parce qu’ils sont attirés par la possibilité de prier en masse dans ces rues, possibilité qui n’existe que parce que, depuis des années, Daniel Vaillant et la Préfecture n’ont pris aucune mesure pour faire cesser cette occupation illicite du domaine public. Puisque les autorités françaises laissent les musulmans voler impunément des rues entières chaque vendredi, pourquoi ces derniers se gêneraient-ils ?

« … la Mairie de Paris, avec la municipalité du 18e, a décidé de financer la construction de locaux (4000m2) rue Stephenson puis rue Polonceau pour accueillir l’Institut des Cultures d’Islam. Les deux emplacements proposeront en 2012… des activités culturelles… et des activités cultuelles…, animées par des structures différentes. La partie cultuelle sera vendue en VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement) à une association cultuelle financée sur des fonds entièrement privés, respectant strictement le cadre légal… loi de 1905 qui interdit aux collectivités territoriales de financer directement la construction de lieux de culte » ;

Ce que ne dit pas le vœu du conseil municipal, c’est que la construction de cet « Institut des Cultures d’Islam » va coûter 28 millions d’euros, et que la vente de la salle sensée servir de mosquée, à une « association cultuelle » musulmane, va rapporter seulement 6 millions d’euros à la mairie, le restant de cette somme (22 millions d’euros) étant payé par les contribuables parisiens ! Ainsi, Daniel Vaillant et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, ont-ils mis au point un montage financier plus que douteux, qui consiste à prendre 22 millions d’euros (soit plus de 140 millions de francs) dans la poche des Parisiens afin de pouvoir construire au sein de ce bâtiment luxueux une mosquée pour les musulmans ! (4)

« Dans cette attente, la situation actuelle… pose des problèmes en termes de sécurité et d’occupation de l’espace public, chaque vendredi et ce, en l’absence de toute force de police » ;

Là encore, le vœu du conseil municipal ignore volontairement le fait que, de l’aveu même du recteur de la mosquée de la rue Myrha, Hamza Sallah, ces blocages de rues durent « depuis une quinzaine d’années », c’est-à-dire précisément depuis l’élection de Daniel Vaillant au poste de maire du 18e arrondissement. (5)

« À Paris, c’est la Préfecture de Police qui est en charge de la sécurité sur la voie publique et qui accorde ou non les autorisations de manifestations… » ;

Et jamais, en quinze ans, Daniel Vaillant n’a demandé à la préfecture de Police d’appliquer la loi, et d’interdire les blocages de rues et les occupations illicites du domaine public qui ont lieu chaque vendredi dans ce quartier de son arrondissement. Et jamais un préfet de police de Paris n’a envoyé des policiers dans les rues Myrha, Léon, Polonceau, et des Poissonniers, pour empêcher les musulmans de les bloquer.

« Le conseil du 18e arrondissement demande au Préfet de Police de mettre en place dans les meilleurs délais un dispositif concerté et partenarial, garantissant la légitime liberté de circulation des riverains et la tranquillité de tous aux abords de ces deux mosquées… ».

Voilà une belle phrase, qui n’a qu’un but cosmétique, celui de faire croire que la majorité municipale du 18e arrondissement se soucie des riverains du quartier Barbès, alors qu’elle s’en moque totalement, puisque, depuis l’adoption de ce vœu municipal, non seulement la liberté de circulation des riverains n’a jamais été « garantie » dans le quartier Barbès, mais qu’au contraire la situation s’est aggravée de façon dramatique sur le terrain, comme le prouve notre vidéo tournée dans la rue des Poissonniers le vendredi 30 avril 2010 :

En conclusion, ce que dit ce vœu grotesque, c’est qu’il faut « garantir la tranquillité et la libre circulation des riverains pendant la prière du vendredi » tout en permettant au « culte musulman » de « s’exercer librement » ! Belle quadrature du cercle, que Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement, et Daniel Canepa, préfet de police de Paris, ont résolue en laissant les musulmans faire absolument ce qu’ils veulent dans ce quartier, barrer et occuper les rues qu’ils veulent, empêcher les véhicules et les piétons de passer, allant même jusqu’à leur livrer la chaussée de la rue des Poissonniers, qui était jusqu’au vendredi 16 avril laissée libre par les musulmans délinquants !

Les déclarations scandaleuses de Michel Neyreneuf

Dans le numéro de mars 2010 du journal local “Le 18e du Mois” (numéro 170), en page 10, un article intitulé “La mairie [du 18e] demande un dispositif policier devant les mosquées le vendredi” parle du vœu de la municipalité, et cite les déclarations de Michel Neyreneuf, adjoint au maire en charge de l’urbanisme, faites juste après l’adoption de ce vœu. (6)

Cet élu, qui a participé au montage financier plus que douteux de l’Institut des Cultures d’Islam (voir ci-dessus), déclare que « en l’absence de toute police, différentes formes de provocations ont eu lieu récemment qui auraient pu avoir des conséquences graves. (…) Ceci est une allusion à certains vidéastes qui filment de tout près les fidèles pendant la prière pour insérer leurs films sur des sites défavorables aux musulmans. (…) Cela risque à tout moment de partir en vrille ».

Ainsi, pour Michel Neyreneuf, ce qui est inadmissible, c’est que des enquêteurs indépendants filment les prières musulmanes illégales, afin d’informer la population française (et étrangère) de la situation scandaleuse qui prévaut à Barbès – et non que des milliers de musulmans barrent chaque vendredi des rues entières et les occupent intégralement, trottoirs plus chaussée, pour y prier après en avoir chassé les non-musulmans, et interdisent tout passage aux piétons et aux véhicules pendant plus de deux heures !

Ainsi, Michel Neyreneuf foule-t-il aux pieds la liberté d’expression et la liberté d’informer, comme le pire des islamo-collabos !

Ainsi assiste-t-on une fois de plus à cette formidable inversion des valeurs : Michel Neyreneuf ne dit pas un mot contre les musulmans délinquants bloqueurs de rues, mais accuse les personnes qui dénoncent les délits commis par ces musulmans !

Ainsi, la transformation d’un quartier entier de Paris en zone islamisée du Tiers-Monde, soumise au joug d’une milice musulmane, ne gêne-t-elle apparemment pas Michel Neyreneuf !

Qu’un élu de la Nation soutienne des extrémistes musulmans voleurs de rues est un scandale ! Quel incroyable mépris pour les lois de la République Française !

Si Michel Neyreneuf veut se convertir à l’islam, libre à lui. Il peut, s’il le veut, émigrer en Arabie Saoudite ! Mais il n’a pas le droit de soutenir des délinquants musulmans qui transforment chaque vendredi un quartier entier de notre pays en zone musulmane soumise à leur autorité !

Pour Michel Neyreneuf, il est scandaleux de prendre en photographie ces musulmans bloqueurs de rues, mais il n’est pas scandaleux que ces musulmans bloquent des rues entières pour leurs prières illégales ! (Photo prise dans la rue Myrha, le 25 décembre 2009, à 13h20)

L’interview lamentable de l’indigne maire du 18e arrondissement, Daniel Vaillant

Il est vrai que Michel Neyreneuf a de qui tenir, puisqu’il est un admirateur de Daniel Vaillant, l’indigne maire du 18e arrondissement. (7)

Daniel Vaillant, qui n’a pas hésité à mentir froidement, sur Europe 1, le lundi 26 avril 2010, lors de son interview par le journaliste Patrick Cohen. (8)

En effet, lors de cette interview, Daniel Vaillant n’hésita pas à déclarer que c’est la préfecture de police de Paris qui « barrière » les rues du quartier Barbès, alors que ce sont des islamistes des moquées Myrha et Polonceau !

Nous avons dénoncé cet énorme mensonge de Daniel vaillant dans une vidéo fracassante :

Dans cette interview, Daniel Vaillant déclara aussi que la situation actuelle dans l’enclave musulmane de Barbès est « provisoire » : mais il s’agit là d’un provisoire qui dure depuis 15 ans, et qui durera encore au moins 3 ans, jusqu’à l’achèvement de cet « Institut des Cultures d’Islam » qu’il veut faire construire dans son arrondissement avec l’appui du maire de Paris, Bertrand Delanoë ! Étonnante conception du mot « provisoire », et mépris à peine caché pour les citoyens français non-musulmans, qui devraient, selon Daniel Vaillant, accepter d’être traités en citoyens de seconde zone, interdits de passer dans certaines rues le vendredi à 14 heures, pendant le prière de ses protégés musulmans !

A la fin de cette interview, Daniel Vaillant déclara : « Aujourd’hui, demander à la préfecture d’interdire, ça veut dire qu’on ne permet pas à des gens qui ont ce culte de pouvoir le pratiquer, et on risque des violences ». (9)

Et voilà, le masque tombe ! Daniel Vaillant livre donc des rues entières en pâture à des milliers de musulmans, parce qu’il craint, s’il demandait l’interdiction de ces prières musulmans illégales, d’assister à des émeutes, voire à des saccages de commerces et à des incendies volontaires, de la part de certains de ces musulmans !

Mais dire que l’on craint des violences des musulmans est triplement accablant.

D’abord parce que cela veut dire que Daniel Vaillant accepte les prières musulmanes illégales par lâcheté, et qu’il cède à un grossier chantage, au mépris de la République française dont il est l’un des élus.

Ensuite parce que cela prouve que, pour l’indigne maire du 18e arrondissement, nous serions dans un pays où l’on peut demander à des millions de fumeurs de ne plus fumer dans les cafés et restaurants, mais où il serait impossible de demander à 3000 ou 4000 musulmans de ne plus prier dans les rues ni sur les trottoirs.

Enfin parce que cela prouve que Daniel Vaillant pense que les musulmans sont incapables de respecter les lois du pays, et que sa pensée est donc empreinte d’une sorte de déterminisme de type colonial, jugeant les musulmans inaptes au respect du bien commun, et incapables de respecter nos lois comme cela est exigé de toutes les personnes, quelle que soit leur race, leur couleur, leur sexe, leur langue, leur religion ou leur opinion politique.

Conclusion

Voici donc ce qu’il se passe dans ce quartier de Paris, où les lois de la République Française ne s’appliquent plus, en raison de l’incurie du maire de cet arrondissement, Daniel Vaillant, du maire de Paris, Bertrand Delanoë, du préfet de police de Paris, Daniel Canepa, et du ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux ! (10)

Ecrivez aux responsables politiques !

Écrivez au maire du 18e arrondissement, Daniel Vaillant, et au maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui se refusent à demander à la préfecture de Paris d’interdire aux musulmans délinquants de barrer et de voler des rues entières chaque vendredi :

Monsieur Daniel Vaillant, Mairie du 18e arrondissement, 1 place Jules Joffrin, 75018 Paris.

Monsieur Bertrand Delanoë, Mairie de Paris, Place de l’Hôtel de Ville, 75196 Paris cedex 04.

Écrivez au préfet de Paris, Daniel Canepa, et au ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, pour leur demander d’envoyer enfin les policiers faire respecter la Loi dans le quartier Barbès, et d’en expulser les musulmans bloqueurs de rues :

Monsieur Daniel Canepa, Préfecture de Paris, 17 boulevard Morland, 75915 Paris Cedex 04.

Monsieur Brice Hortefeux, Ministère de l’Intérieur, Place Beauvau, 75800 Paris cedex 08.

Maxime Lépante

1) Voir notre dénonciation des compromissions de Daniel Vaillant avec les musulmans :

Daniel Vaillant justifie le coup de force des musulmans à Barbès

https://www.ripostelaique.com/Daniel-Vaillant-justifie-le-coup.html

2) Voir la page 20 du journal municipal, que l’on peut télécharger ici :

http://mairie18.paris.fr/mairie18/document?id=15655&id_attribute=127

3) Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État

Loi_du_9_décembre_1905_concernant_la_séparation_des_Églises_et_de_l’État

« Art. 27.- Les cérémonies, processions et autres manifestations extérieures d’un culte continueront à être réglées en conformité des articles 95 et 97 de la loi municipale du 5 avril 1884 », c’est-à-dire, pour Paris, à être soumises à autorisation préfectorale.

4) Vaillant et Delanoé augmentent les impôts de 9 %, mais trouvent 28 millions pour financer une mosquée !

https://www.ripostelaique.com/Vaillant-et-Delanoe-augmentent-les.html

Rappelons que la loi de 1905 interdit, dans son article 2, tout financement d’un culte, quel qu’il soit.

5) Voir le premier chapitre de notre article :

Révélations sur la collusion entre la police et les musulmans à Barbès

https://www.ripostelaique.com/Revelations-sur-la-collusion-entre.html

6) Michel Neyreneuf est inspecteur pédagogique d’arabe. De l’arabe à l’islam, il n’y a visiblement qu’un pas pour cet élu, pas qu’il semble avoir allègrement franchi.

Voir la fiche biographique de Michel Neyreneuf, sur le site de la mairie du 18e arrondissement :

http://www.mairie18.paris.fr/mairie18/jsp/site/Portal.jsp?document_id=14885&portlet_id=1136

7) « J’ai rejoint Daniel Vaillant en 2001, parce que j’avais confiance en lui », déclare Michel Neyreneuf dans sa biographie disponible sur le site de la mairie du 18e arrondissement (voir note n°6 ci-dessus).

8) Daniel Vaillant pris en flagrant délit de mensonge ! (Vidéo)

https://www.ripostelaique.com/Daniel-Vaillant-pris-en-flagrant.html

9) Cette interview de Daniel Vaillant peut être visionnée ici :

http://www.dailymotion.com/video/xd37kc_quot-ils-enfument-tout-le-monde-qu_news

10) Nous avons dénoncé l’islamisation de la France, qui a lieu avec la complicité du gouvernement français et de politiciens de gauche et de droite, dans notre vidéo suivante :

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi