Les métamorphoses des humanistes

Nous autres les rares et authentiques nietzschéens, amis de la vérité et contempteurs des illusions, nous devrons peut-être bientôt nous cacher pour survivre. Un peu plus chaque jour, les avatars des bons chrétiens que sont les humanitaroïdes socialo-gauchistes et souvent laïcards gagnent du terrain sur le champ de bataille des idéologies. Ils sont convaincus de détenir le bien et qu’il est mal de prétendre que l’on peut penser autrement qu’eux.

Parce qu’ils ont renoncé au mythe d’un personnage céleste tout-puissant et parfaitement bon, ces surgeons du christianisme se proclament athées. Ils se sont bien gardés cependant de jeter le bébé avec l’eau du bain mythique. Les voilà donc reconvertis en promoteurs des mêmes valeurs que cette religion reniée avait inoculées à leurs ancêtres.
Refusant de croire aux miracles, ils se sont imaginé que l’humanité pouvait faire des miracles. Le bon sens enseigne pourtant qu’en donnant à un mendiant, non seulement vous encouragez la perpétuation de la mendicité mais vous maintenez le malheureux bénéficiaire de votre bonté dans son pitoyable état. Le pauvre à qui l’on donne est semblable à l’innocent aux mains pleines à la table de jeu : il y revient !

L’altruisme, l’égalité, le partage, la charité, la compassion, le sacrifice de soi, l’abnégation, le renoncement, la générosité… Ces valeurs ont été, dans l’histoire du monde occidental, bien plus proclamées que pratiquées. Fort heureusement ! Elles sont en effet un poison pour toute société vigoureuse fière de son identité. En incitant à l’assistance, elles condamnent les femmes et les hommes médiocres à se contenter des secours qui leur sont offerts.
Agir en chrétien procure à l’acteur des plaisirs renouvelables à l’envi. Ces bonnes actions confirment sa bonté et le rassurent. Max Weber a montré dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme que la réussite commerciale pouvait être comprise par les vertueux hommes d’affaires comme un signe de la grâce divine. Pour ceux qui ne croient plus en Dieu, les pratiques charitables sont un signe qu’ils sont des élus de l’humanité.

Évidemment, la défense de ces mêmes valeurs est aussi un excellent moyen pour les militants de réussir une brillante carrière. Rien de tel, pour devenir ministre, que de gagner ses galons à Médecins Sans Frontières et de se laisser filmer portant sur le dos un sac de riz sur une plage perdue ! « Qui veut s’élever s’abaisse » écrivait Nietzsche à ce propos. Quoi de mieux, pour obtenir des voix, que de bâtir sa popularité sur des apparences altruistes ?

Lorsque votre carrière politique commencera à vous donner accès à l’argent public, vous pourrez prétendre agir pour l’humanité en utilisant les ressources du portefeuille commun. Vos « bonnes » actions ne vous coûteront plus rien mais augmenteront votre cote de sympathie et votre renommée.

Vous voilà donc occupé à améliorer le sort des plus démunis avec l’argent et les moyens des autres. Les riches touchés par la grâce montent des fondations. Vous qui ne possédez pas d’usine ou de société en bourse, vous formerez des associations. Elles sauront se nourrir des fonds publics.

Vous accueillerez les enfants les plus pauvres. Vous sauverez les victimes de bombardements. Vous protégerez les sans-papiers. Vous inviterez toute la misère du monde à s’installer à la table de notre bien-être. Vous affréterez des navires pour sauver les malheureux nautoniers de la Méditerranée. Vous défendrez le regroupement familial de ces nouveaux envahisseurs appelés à remplacer nos populations de souche européenne…
Que Dieu nous protège de vos bontés !

Gilbert Dispaux

image_pdfimage_print

26 Commentaires

  1. Excellent billet. l’Humanitarisme est en effet un Christianisme sans Dieu vivant, fait pour les mécréants qui font payer aux autres leurs scrupules moraux. En voulant conjurer le démon nationaliste et l’hydre suprémaciste en Europe, la construction eiuropéenne a abouti à l’excès inverse : les européens sont désormais discriminés comme peuples et comme personnes, car l’UE relayée par les Etats-membres leur refusent un droit naturel universel et immémoriel : faire communauté entre-soi ! Le principe d’indifférenciation étendu au delà des politiques publiques, à toute la Société civile, est ni plus ni moins qu’un état colonial, où l’immigré peut réclamer sa part – son tribut ? à tout contrat privé de la vie économique. Finkielkraut a dit que l’antiracisme serait le Communisme du XXIe siècle.

    • Permettez-moi de vous retourner le compliment ! Vous venez d’écrire le commentaire le mieux rédigé qu’il m’ait été donné de lire sur un forum.
      Nous sommes en bonne intelligence.

  2. « il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien » comme disait l’ autre. C’était qui, déjà ?

  3. L’enfer est pavé de bonnes’ intentions. Le « tend l’autre joue », credo du catholicisme m’a toujours dérangé, je ne savais pas pourquoi, je le sais’ maintenant!

    • Comme le disait autrefois Cavanni,si à celui qui tend l’autre joue tu lui balances un coup de pied au cul ;surprise garantie .

  4. Dieu merci vous avez tort!!
    Je suis la preuve vivante que vous avez tort. Vous oubliez les victimes honnêtes et reconnaissantes. En plus des connards de l’élite, ceux comme moi sont obligés de supporter les loosers comme vous.
    Comme Johnny chante, vous aussi avez « oublié de vivre » assurément, car je parle d’expérience; la seule qui transpire de votre fadaise n’est qu’un amas de sophismes indignes des patriotes. Vous tentiez d’user Nietzsche comme levier et n’avez que singé l’iconoclastie par une branlette protopudibonde? Espériez passer sans frais sur le précarré de l’intellect français sans qu’on s’aperçu que votre simulacre de la dialectique sortait d’un paquet de lessive..
    Sauver la France, c’est aussi penser à son honneur !

    • Brad ,
      Il faudra que vous nous expliquiez ce qu’ est  » singer l’ iconoclastie par une branlette protopudibonde  » ET  » espérer passer sans frais sur le précarré de l’ intellect français sans qu’ on s’ aperçu (sic) que notre simulacre de la dialectique sortait d’ un paquet de lessive  » .

      • Si vous me questionnez sur la partie que vous ne comprenez pas, ça voudrait dire que vous comprenez peut-être l’essentiel contenu de la phrase qui dit: « Vous oubliez les victimes honnêtes et reconnaissantes. » ce dont je doute. Et l’un ne va pas sans l’autre, eh oui.
        Oui je pense et mon expérience me dit que certains diplôme sorte d’anciens paquets Bonux. Et on finit dans un monde où un con parle et pire juge partialement sans avoir soi-même fait l’expérience de l’objet de sa critique. En philosophie, aujourd’hui, c’est impardonnable!
        Ce type devrais s’immerger réellement parmi ceux qu’il abore avant de crachoter son venin.
        Quand on parle il faut savoir et connaître son sujet de l’intérieur le plus profond. Mon conseil au scribouillard: l’étude ascétique de la GesstaltThéorie

  5. Mais bon,rassurez vous ;tous ces grands humanistes quand ils rejoignent leurs beaux
    quartiers ou leurs belles résidences et ferment leurs portes blindées,reviennent à l’état
    normal .Ils ont poussé un OH! d’indignation dans la rue ;cela suffit à leur bonheur et à apaiser leur conscience .Aux sans dent,ceux qui sont au contact,de subir les conséquences de la  » générosité  » abstraite des bien-pensants .

  6. Il semblerait que les humanistes n’aiment pas du tout qu’on fourre le nez dans leur business et qu’on puisse leur prouver qu’ils vont se propulser à gde vitesse dans le mur de l’utopie ou la mort. C’est ainsi celui qui dit la vérité doit être exécuté brave Brad Pytie- gore.

  7. La science a remplacé la Foi
    La jouissance l’Espérance
    La niaiserie humanitaire la Charité
    Parce que le culte de L’Homme a remplacé le culte de Dieu
    Et l’enfer, la terre.

  8. Enfin ! Un Rare texte Court qui dit tout !
    L’Humanisme des Lumières était celui de la Dignité humaine…
    L’Humanisme de maintenant est celui de la Culpabilité !

  9. 1/3 Et comment comptez-vous combattre ou redresser ces humanistes, ces hommes et femmes au grand coeur, charitables à l’excès, généreux de leurs richesses financières, surtout celles de l’État providence socialiste?
    Vous décrivez une situation, ce qui se passe sur le terrain, vous la déplorez, mais vous ne nous dites pas comment la corriger et comment se débarrasser de ces humanistes, vous un philosophe.

  10. 2/3 Et qui a engendré ces braves gens? Le savez-vous? La religion catholique? Les lumières? Les Droits de l’Homme? L’idéologie socialiste? Leur mentalité ne s’est pas créée en une journée, ils ont certainement reçu un enseignement. Où l’ont-ils reçu? En France, mais plus précisément. Et qui leur a donné cet enseignement? Le savez-vous? Est-ce des enseignants de l’école de la République ou est-ce une secte?
    Et vous, M. Dispaux, pour être si voyant, où avez-vous reçu votre formation scolaire puis universitaire? Est-ce à l’école de la République ou est-ce à l’école américaine? Ex. Berkeley, Harvard, Yale, etc.

  11. 3/3 Autre chose, auriez-vous la gentillesse de nous éclairer sur votre identité spirituelle? Vous écrivez: «Nous autres les rares et authentiques nietzschéens, amis de la vérité…» C’est flou. À vous lire, j’ai l’impression que vous ne savez pas où vous logez. Ici, les lecteurs et les contributeurs sont premièrement des patriotes, soit athées/païens, soit catholiques, soit chrétiens et une poignée judaïques, donc quand vous dites: «nous autres» insinuez-vous que les patriotes sont d’authentiques nietzschéens et amis de la vérité? Je ne vous demande pas votre identité philosophique ni politique ni nationale, juste spirituelle.

    • Le « Nous » que j’ai utilisé pour désigner l’équipe de RL ou ses lecteurs. Il se réfère seulement aux admirateurs de la pensée de Nietzsche.
      Merci de votre intérêt.
      Gilbert

      • Mais Nietzsche, n’était-il pas un peu fou? Son AVC n’a pas dû l’aider.
        Est-ce lui qui s’est suicidé? Il devait être un peu déprimé, pauvre homme.
        On dit que Hitler (autant sain d’esprit que son ami Nietzsche) et ses fidèles serviteurs, se sont inspirés de ce philosophe pour appuyer leur doctrine, est-ce vrai?
        Désormais, je sais où vous logez.

    • Je voulais écrire « Le « Nous » que j’ai utilisé ne désignait pas l’équipe de RL… ».
      Gilbert

  12. Excellent article qui confirme ce que je pensais et dont je parle avec beaucoup de prudence tant le sujet est délicat : communisme et gauchisme puisent leur idéologie ( inconsciemment ) dans le christianisme .
    Les ancêtres de nos  » humanitairoïdes  » ayant tué Dieu en 1789 , on tenta de combler le vide immense qui en résulta en transformant chaque  » fidèle  » en petit Dieu . Une myriade de petits Dieux , tous issus du Camp du Bien , se mit alors en devoir de convertir le profane en lui intimant ce qu’ il devait penser .
    Assoces subventionnées , médias idem , tribunaux , etc …. , ils occupent les meilleurs places , bien au chaud et , à l’ abri du Décodex , nous enseignent ce qu’ est le Bien et ce qu’ est le mal .

  13. C’est bien ça. Néanmoins je pense que l’on entend beaucoup ces idiots utiles du système Macron car, la presse, chien de garde de Macron donne énormément d’intérêts et de visibilité à cette race de fossoyeurs à l’inverse de ceux qui sont beaucoup plus nombreux et contre la bien pensance crasseuse Macronétron. Pour l’instant ils jubilent, demain ils se cacheront de déshonneur pour avoir permis l’arrivée de coupeurs de têtes qui seront responsables d’actes sordides et lâches comme le Bataclan dont leurs enfants pourront être victimes. Cette plèbe de la bien pensance sonne son glas et c’est heureux.

Les commentaires sont fermés.