Les militaires grands oubliés de la solidarité nationale

Armeepeuple.jpg

Monsieur le Ministre des Armées,

Par lettre citée en référence, vous avez fait répondre par votre Directeur de cabinet que ma préoccupation concernant l’évolution du point de pension militaire d’invalidité (PMI) par rapport à la forte inflation avait été prise en compte.
Le décret n° 2022-128 du 4 février 2022 que vous évoquez dans votre réponse est un carcan administratif d’une complexité diaboliquement étudiée (pour ne pas employer l’expression familière « d’usine à gaz »), destiné essentiellement à différer, sur le moyen terme, les augmentations éventuelles du PMI, de telle sorte que le décalage, cumulé entre inflation et revalorisation, déjà abyssal soit une nouvelle fois accru.

Présenter la mesure prise comme une faveur accordée au Monde combattant est une supercherie. En réalité, l’objectif poursuivi n’est pas de répondre aux préoccupations sociales du Monde combattant, mais bien de rogner année après année l’indigent budget alloué. Cette politique délibérée s’appuie sur une gestion comptable mesquine. Elle s’exerce au détriment de l’aspect humain magnifié par Georges Clemenceau 1 et André Maginot 2.

Il est important ici de noter que la baisse régulière annuelle du budget est disproportionnée par rapport à la baisse budgétaire engendrée par la seule disparition physique des ayants droit.

Ainsi, en l’espace de cinq années, si la baisse des allocataires a été de 38 pour cent, le budget quant à lui a été amputé de plus de 47 pour cent. Alors, trêve de paroles policées ; alors, trêve de discours illusoire !

Le résultat chiffré est là :
Pour les blessés en Opérations extérieures et en service, pour les veuves de guerre, pour les pupilles de la Nation, pour les titulaires de la retraite du combattant, principalement, la récente mesure sensée répondre à leurs préoccupations se solde par :
Une date de prise d’effet décalée de 6 mois (1° janvier 2023 au lieu de 1° juillet 2022)
Une perte de 0,5 pour cent (3,5 au lieu de 4 pour cent) par rapport aux autres catégories de la population qui ont bénéficié, à juste titre, des me- sures d’anticipation.

La population composant le Monde combattant est lasse de solliciter comme une faveur ce qui lui est dû au titre de son engagement au service de la France (c’est le sens de l’affirmation de Georges Clemenceau). Elle ressent douloureusement, tenue par le sentiment du devoir silencieux qui la dessert, sans soutien médiatique, sans appui parlementaire, qu’elle demeure la grande oubliée de la Reconnaissance Nationale. Soumise de longue date au régime de la portion congrue, une nouvelle fois désabusée et amère, elle murmure tristement : « C’est toujours ça ».

A l’heure où en France l’esprit patriotique se délite et le sentiment d’appartenir à une même communauté s’effondre, ce sont la Raison et le Cœur qui devraient présider aux décisions concernant le Monde Combattant. La Raison car le Monde Combattant forme une population fidèle aux idéaux de la République. L’autorité politique peut compter sur elle en temps de guerre, lors d’une crise comme en temps de paix. C’est un gage essentiel pour la cohésion nationale.
Le Cœur car il s’agit d’hommes et de femmes qui ont souffert. Au combat, ils ont démontré leur courage et leur abnégation.

Aujourd’hui, ils se consacrent, bénévolement pour la majorité d’entre eux, au service des autres et en particulier aux blessés et aux familles des disparus.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma haute considération.

Colonel Daniel PÉRÉ

Président de la Fédération des Opex de France

1 S’adressant aux députés à l’Assemblée nationale au sortir de la première guerre mondiale il affirmait « les anciens combattants ont des droits sur nous ».
2 « Saluez le blessé, surtout après la guerre, quand l’uniforme qui aujourd’hui le couvre de gloire n’attirera plus vos regards »

Destinataires :
– Ministre des armées
– Chef d’état-major des armées (ATCR)
– A/C secrétariat national

image_pdfimage_print

11 Commentaires

  1. j’ai lu que BORNE avait été « pupille de la Nation « ….je me demande à quel titre , son père s’étant suicidé plus de 25ans après la guerre ….sachant que l’état ne fait pas de cadeaux ni sur les pensions d’invalidité , ni sur les reconnaissances de pupille ni de veuve de guerre .

  2. Macron qui une fois de plus est venu parader, paonner, se dandiner, rallumer la flamme, serrer des mains, SANS AUCUNE HONTE, ni remord d’avoir continué à envoyer en toute conscience A LA MORT nos soldats français dans des pays où ils étaient détestés voir haïs malgré tt ce qu’ils avaient fait pour eux ! Ce type est A VOMIR. Il est complètement incompréhensible que des crétins, des haineux aient pu remettre ça au pouvoir ? Que l’on aime pas MLP /RN passe MAIS que l’on soit à ce point abruti au point de préférer remettre en place un type qui détruit votre pays à la place de celle qui va tt faire pour sauver ce qui peut l’être encore ressort de complètement de l’entendement et du niveau QI 0 de certains !

  3. Ben s’il y avait 3 generaux couillus ( vous savez Challe ….) pour faire un putch un gouvernement de salut public et des elections peut être que ca irait mieux dans ce pays de m….

  4. Les militaires , grands oubliés ?? Ne serait-ce pas plutôt eux qui ont oublié leur mission première à savoir La Défense de la nation et du peuple Français Les généraux sont devenus des fonctionnaires des minables ronds de cuir

  5. « ….Une population fidèle aux ideaux de la République ».
    Je crois que tout est dit mon colonel.
    Plutôt que d’être fidèles aux idéaux de la Ripoublique Franc-maçonne les militaires devraient uniquement être fidèles à la France et aux Français.
    Parce que la fidélité aux idéaux de la Ripoublique c’est désormais aussi la fidélité au N.O.M.

  6. militaires taisez vous!
    le soldat français qui est mort la semaine dernière dans une chambre d’hotel en roumanie avec une paire de ciseaux dans la gorge, parle t-il?

    • Toujours excellent kabout…
      Merci de partager vos trouvailles, c’est toujours un régal.

  7. Au lieu de chouiner, faites un putsch !
    J’étais au Chili en 1973, quelques jours avant le golpe, je peux vous assurer que les militaires là-bas savaient comment éradiquer es ennemis de la nation, castristes fanatiques, socio-démocrates corrompus, intellos pourris.

Les commentaires sont fermés.