Les missiles de Cuba : légitime défense et devoir d’agressivité

La crise des missiles de Cuba du 14 au 28 octobre 1962 tient au fait que les Soviétiques installèrent des têtes nucléaires sans consulter les Américains sur l’île de Cuba, castriste. Cette hostilité manifeste donna lieu à une crise paroxystique où les USA menacèrent l’URSS d’une guerre nucléaire. La tension fut extrême. Au passage, les Soviets n’auront commis aucun autre crime que d’installer du matériel pour défendre Cuba et explicitement mettre les Américains sous pression, au cas où il leur viendrait à l’esprit de liquider le régime castriste, allié des Soviets. 

Pourtant, alors qu’il n’y a aucun acte de guerre explicite, le monde entier reconnaîtra aux Américains le droit de faire jouer leur légitime défense et de l’exprimer par une extrême agressivité et des menaces explicites. La négociation se terminera par le retrait des missiles de Cuba et le retrait de quelques missiles positionnés en Turquie et en Italie, avec la garantie de ne pas intervenir à Cuba.

L’affaire ukrainienne est à front renversé. Mais qui peut nier raisonnablement que les USA sont dans le rôle des Soviets de 1962 ? On étend son influence aux frontières de la Russie, on positionne des missiles un peu partout autour des frontières russes, on active l’Ukraine et on crée les conditions d’une tension extrême. Les Russes expriment leur mécontentement comme les Américains cinquante ans plus tôt. Tout est identique dans les réactions parfaitement prévisibles de telles puissances. 

Mais avec une mauvaise foi très anglo-saxonne, sans doute héritée de la perfide Albion, les USA se disent étonnés de l’agressivité russe. Au lieu de négocier, preuve d’une volonté de guerre, les Américains poussent les Russes à exercer leur légitime défense jusqu’à se mettre en action. Tout est là parfaitement prévisible, le reste est un jeu de propagande et de manipulation. 

Aujourd’hui, les faits étant toujours les maîtres du jeu, l’opération a échoué. La mauvaise foi a perdu contre l’exercice d’une légitime défense qui ne plaît pas à un État-voyou-mafieux qui pense bien que ses victimes ne se plaignent pas, ne se défendent pas ou mal. 

Mais l’histoire va certainement retenir de cette affaire que les USA poursuivent inlassablement le même but depuis la chute des Soviets. Ils ont échoué au premier démantèlement à l’époque d’Eltsine et les riches ressources russes leur ont échappé. Aujourd’hui , certains diffusent bien les buts de la guerre : détruire la Russie, en faire des petits pays sous contrôle et s’emparer des richesses naturelles.

Voilà bien le signe qui confirme la cupidité sans borne des USA. Mais celle-ci témoigne d’un problème plus profond. Le capitalisme américain procède par l’accumulation de richesses et la dépossession des autochtones à leur profit. C’est l’État pilleur par excellence, et les ressources russes sont un objectif d’accumulation-dépossession explicite.

Toute cette aventure ne pourra que renforcer la Russie dans son opposition au bloc occidental, avec le risque géopolitique majeur d’avoir constitué un autre bloc très puissant réunissant les puissances eurasiatiques. Il se peut que durant l’année 2023, les élites américaines se déchirent entrer les cupides et les autres, car la conséquence de cette faute stratégique sera sans doute l’affaiblissement durable des USA, de ses alliés et de ses alliances, et le légitime sentiment de par le monde qu’il ne faut pas faire affaire avec cet État-voyou-mafieux, même si les autres ne sont pas des saints. Ce premier semestre sera riche. La défaite militaire est sans doute acquise, et il faudra précipitamment sortir l’Ukraine de l’ornière au prix d’un nouveau sacrifice à quelques centaines de milliards. 

Mais la révolte gronde en Angleterre, en France, en Allemagne. Peut-on dilapider l’argent de l’Europe au profit d’un seul pays et au détriment de pays de l’Est encore bien pauvres, sans parler des populations des pays qu’on déclare riches, mais dont une part croissante de la population s’appauvrit ? L’affaire ukrainienne aura été une faute stratégique et militaire, une faute géopolitique. Il ne faudrait pas y ajouter une dernière : celle de l’injustice au profit d’une société belliciste.

Pierre-Antoine Pontoizeau

 

 

 

image_pdfimage_print
21
1

10 Commentaires

  1. Sauf que ce sont les USA qui ont installé leurs missiles en premier en TURQUIE, c’est trop facile de mettre la Russie qui n’a fait que répondre avec Cuba.

  2. belle synthèse, je remarque que quand Zemmour a fait état de cette réalité au début de l’intervention Russe, les putes marxistes progressistes lui sont tombées dessus de toutes parts
    Ceux qui l’ont soutenu sont ultra minoritaires et il n’a pas voulu poursuivre ce débat pour ne pas éclipser son thème de fond qui est la survie de la France et de sa civilisation

  3. Les traîtres ont donné au yankees Alsthom, une entreprise de défense excelliat ou qqc comme ça, destruction programmée du parc nucléaire vu à la TV donc pas de complotisme, et tout le reste. Le fantasme que seuls les pays exotiques souffrent est de l’orgueil mal placé. Ça rassure le lâche qui peut procrastiner. Nous sommes les premières c’est ce qui a fait réagi Poutine qui n’est pas un lâche.
    Mitterrand aurait dit que les yankees sont nos pires ennemis. De plus, les Yankees forment la racaille pour remplacer le beauf préfet, le beauf ministre, le beauf directeur.
    Les publicités en font fois pour les distraits.

  4. La 3ème guerre mondiale n’aura jamais lieu. A la différence des deux autres, cette fois les usa sont à portée de missiles nucléaires et ils ne prendront certainement pas le risque de voir la statue de leur liberté partir en fumée. Tant qu’ils fomentaient des guerres offshore ça allait, maintenant ça va plus. Comme pour le Vietnam, on verra bientôt des manifestations « stop the war « dans les rues des Amériques.

    • Les Ricains hésiteront avant de se faire vitrifier, surtout compte tenu de la supériorité technologique russe, Satan 2 et autre “jouets”.
      Mais les manifs “stop the war” me semblent peu probables, du moins tant qu’on n’enverra pas au feu des conscrits comme dans les sixties.

  5. Comme pour Pearl Harbor , comme pour le cuirassée Maine à Cuba , pousser à la faute ou organiser un attentat sous faux drapeau pour ensuite manier le gros bâton du boy scout . Pour les missiles ne pas oublier que les USA installaient de nouveaux missiles en Turquie pointés sur les Russes .

  6. “Mais avec une mauvaise foi très anglo-saxonne, sans doute héritée de la perfide Albion, les USA…”
    J’ai apprécié votre article, mais comme d’autres auteurs, vous n’avez pas pu vous empêcher d’y glisser un peu d’hostilité envers un ancien adversaire militaire de la France. D’habitude, ce sont les Allemands, ici, ce sont les Anglais.
    Anglais et Allemands ne sont pas plus responsables de leur régime que nous ne le sommes du nôtre. Ou alors tous les lecteurs de Riposte Laïque ont voté Macron. On peut aussi discuter des défauts souvent imputés aux Français à l’étranger. Avec autant d’actualité.

    • Seule une petite différence : Allemagne, “Angleterre”, France et même Italie font parties du continent Européen seulement en théorie mais seulement en théorie ! Qui peut nier que chacun de ces pays tire la couverture à lui aux détriments des autres avec la complicité ACTIVE des USA aidé par nos Amis Anglais !
      CETTE “Europe” ne sert que les intérêts des USA : PILLAGES ET ANIMOSITÉS exacerbées, jusqu’où……

      • Morgenthau voulait exterminer les Européens après la deuxième guerre mondiale après s’être occupé des Amérindiens et probablement ne pas s’être trop ému des Arméniens. Avec kalergi comme complice, c’est pas mal.

    • Bonjour trajectoire,
      Peut-on dire aussi que les américains ne sont pas non plus responsables de leur régime ?

      Pourtant il me semble que les citoyens d’une nation, quelle qu’elle soit, ont bien une grande part de responsabilité dans l’acceptation du régime sous lequel ils vivent ?

Les commentaires sont fermés.