Les mondialistes veulent vous rendre fou comme la souris de Skinner

Incompétences ou actions délibérées de nos dirigeants

Toutes leurs décisions sont absurdes, incohérentes, irréalistes. Elles choquent le bon sens. Depuis la crise sanitaire, ils prennent des orientations qui  disent blanc, puis noir, puis 2 puis 7, puis… On annonce la guerre économique à la Russie et on ne fait pas le lien avec les sanctions que cette dernière inflige en représailles. Non, on doit changer nos modes de vie, ne plus chauffer. On déverse 45 milliards pour bloquer les prix temporairement, un peu, etc. Il faudra faire la cuisine après 19.00, etc. Bref, le chaos. Et si tout cela était tout à fait délibéré ?

La souris « mécanisée » de Skinner

Dans les techniques de manipulation, il y a une célèbre expérience qui mérite d’être partagée. Elle explique très bien ce qu’ils veulent faire de nous tous : des souris mécanisées et folles de Skinner. L’expérience du professeur B.F. Skinner (1904-1990) est emblématique du monde qui se fabrique pour mieux nous asservir. Ce célèbre psychologue américain réalise une expérience qui met en évidence les phénomènes d’asservissement (assuétude ou addiction). La Skinner Box lui permit de réaliser de nombreuses études sur l’apprentissage, chez les rongeurs en particulier.

Dans la foulée de Pavlov, il confirme le réflexe conditionné. Si à chaque fois que tu fais une chose, tu obtiens une récompense, tu referas la chose pour obtenir la récompense. C’est le conditionnement. Or, Skinner mène la plus étonnante des expériences. Elle est résumée avec talent par Bruno Patino dans un ouvrage passionnant consacré à notre destruction mentale par les nouvelles technologies : La civilisation du poisson rouge chez Grasset :

« Parfois, une pression était suivie d’une très grande quantité de bâtonnets, parfois, au contraire, rien ne tombait du tuyau d’approvisionnement. D’autres fois, c’était une toute petite dose. Rien n’était jamais pareil, ni prévisible. La souris aurait pu, par lassitude, se détourner du bouton. Mais c’est l’inverse qui se produisit. Mue par la possibilité d’une récompense, l’animal refusa d’abandonner le mécanisme, quitte à ne plus le comprendre. Il ne cessa d’appuyer dessus, de façon de plus en plus rapprochée, de plus en plus violente, de plus en plus automatique. Même rassasié, il continua. La nourriture était devenue secondaire, la souris était incapable de se détacher du bouton. Son conditionnement avait fait naître sa servitude au mécanisme. » (2019, 30)

Les nouvelles technologies font de nous des souris de Skinner

La malheureuse souris ne comprend rien de ce qui se passe. Elle appuie, rien; elle appuie, un amoncellement de nourriture; elle appuie, quelques graines. Ce côté aléatoire, incertain, imprévisible, crée chez elle un niveau de stress qui la rend totalement dépendante du mécanisme, jusqu’à la rendre folle. N’avez-vous pas noté que nos contemporains sont déjà largement sous suggestion ? On observe bien l’accroissement de véritables maladies mentales chez les usagers des téléphones portables. La schizophrénie déjà, où on ne sait plus qui on est, avec des avatars pour être sur Facebook, Tik Tok et d’autres réseaux sociaux. Chez les plus jeunes, le phénomène est ravageur. On multiplie les constats de bipolaire, de schizophrène. L’assuétude (addiction) est aussi visible chez les plus âgés qui ne quittent plus leur machine. Il y a par exemple l’athazagoraphobie, soit la crainte d’être oublié par ses relations, d’où une dépendance permanente aux sollicitations. Ils m’appellent, ils m’envoient une photo, ils me « like », ils m’invitent là, etc. L’objectif, faire de nous tous des esclaves de la machine, comme la souris de Skinner et nous déposséder de nous-mêmes. Ne plus penser, mais sans cesse cliquer, interagir sans autre raison que d’appuyer sur le bouton comme la souris de Skinner. Même dans nos générations, à table, à l’apéritif, j’observe que plus de la moitié est accrochée à son téléphone portable : déjà esclave à la moindre impulsion. Beaucoup n’existent déjà plus que par le bip de leur machine.

Et la désorganisation, pour ne pas dire le chaos généralisé que fabriquent les oligarchies, est un très fort levier d’abrutissement. On ne vit plus sa vie, on ne vit que par rapport à ces crises incessantes et fabriquées qu’on suit d’ailleurs sur ces machines. Nous n’avons pas d’autres libertés que des conversations obsessionnelles sur ces sujets qui nous enferment les uns après les autres.

Libérons-nous et maîtrisons-les avant qu’ils ne nous asservissent

Alors, soyons, autant que possible, des personnes libres. Fermons les télévisions et les téléphones, vendons-les, désabonnons-nous des réseaux sociaux toxiques, encourageons nos amis à sortir de leur monde. Pour ceux qui en ont un usage très professionnel, utilisons ces outils avec parcimonie. Libérons-nous de leur emprise toxique. Soyons plus rusés que la malheureuse souris de Skinner. Car, entre la fabrication d’informations paniquantes et les technologies aliénantes, nous serons pires que la pauvre souris. La combinaison de l’abêtissement aux nouvelles technologies et de l’abrutissement des informations qui commandent nos vies (bientôt l’heure de la douche et de la cuisine !) est un piège terrible. C’est bien pour cela que nous devons reconstruire d’urgence nos autonomies et nos indépendances dans de nombreux domaines.

Pierre-Antoine Pontoizeau

 

image_pdfimage_print
17

7 Commentaires

  1. combien de réfractaires en france, combien de mouton, combien de gens atteints du syndrome de stockholm (amour de son bourreau)?

  2. Voilà où est notre vrai problème ! Notre dépendance au smartphone, à la télé à l’ordi) … ! Ce n’est pas macron et ursula, (qu’elle soit boche ou non), qui nous transforment en esclaves, nous l’avons déjà fait tout seul et nous en redemandons ! L’électronique, le numérique, tu n’as pas cela à cinquante ans, tu n’as pas réussi ta vie ! ET cela quelle que soit le niveau d’instruction ou le QI de l’individu. Où que l’on aille, en société, au travail, en famille, même en courant !, on a d’abord affaire à la machine à décerveler. Les psychopathes vont sans doute gagner la guerre parce que le mental de la grande majorité des humains est au ras des pâquerettes et la robotique tellement séduisante …

  3. A tel point que je me fais enguirlander à laisser traîner mon téléphone…

  4. Eh bien, j’étais en avance, parce que, il y a 10 ans, j’avais un compte face de bouc, qui m’a demandé, pour réactiver ce compte (je postais déjà des choses politiquement incorrects), une copie de mes papiers d’identité !! ils sont allé se faire foutre !!
    Je n’avais mis que de fausses informations surtout !!

    Je n’ai jamais eu de smartphone de ma vie, juste un téléphone simple, et le dernier, acheté il y 4 ans, suite à la perte du précédent, pour …18€

    ll fonctionne très bien, fait parfaitement téléphone & SMS ; en plus, il a une résistance aux chutes assez impressionnante !!

    Je prie tous les jours pour que les satellites disparaissent !!! retour, non à un âge de pierre, mais de raison !!

    Comment faisions-nous il y a 30 années ? Et pendant des siècles ?

  5. L’asservissement ? Il est déjà réalisé à 80% : il suffit de voir les « .zombies  » scotchés à leur smartphone , que ce soit dans la rue ou une salle d’attente ….
    Et les jeunes pires que les autres pour s’en décrocher !
    Cet après-midi je discutais avec un ami de l’affaire de Callac , et les commentaires ont glissé sur les jeunes , qui ne disent rien , qui ne se révoltent pas , amorphes quoi .
    Ils vont en chier d’ici quelques années , et ce ne sera pas la peine de rejeter la responsabilité sur leurs ainés ; ils n’auront rien fait contre cette saloperie d’invasion , bien biberonnés et conditionnés par l’Education Nationale ; ne leur parler surtout pas de racisme : c’est vous le méchant !
    Tant pis pour eux , ils ne l’auront pas volée leur soumission , à moins d’un sursaut avant leur effacement ?

  6. C’est comme tout ! utilisés intelligemment, ces nouveaux outils sont fabuleux ! l preuve on peut vous lire………..

Les commentaires sont fermés.