Les musulmans ne sont pas près de s’émanciper de l’islam

Publié le 2 septembre 2012 - par - 2 508 vues
Share

Pour peu que l’on s’intéresse vraiment à l’Islam, aux pays du Maghreb, il saute aux yeux que :

– d’un point de vue historique, sur 14 siècles, il n’existe pas d’exemple où l’Islam ait cohabité pacifiquement, durablement, avec les autres religions, peuples autochtones, mais au contraire nous constatons que les individus animés par l’Islam ont balayé les civilisations qui l’ont précédées, en revendiquant au nom de sa civilisation les apports technologiques et culturels des autres ;

– en notre époque contemporaine, il n’existe pas de cas de musulmans qui porte l’Amour de son prochain, au nom de l’Islam du Coran et de la Charia (l’un n’allant pas sans l’autre, ou alors ces gens ne sont pas plus musulmans que moi raélien) et sans rejet de l’autre ;

– l’amour d’un musulman pour une non musulmane est souvent (sur pression familiale) dicté par des sentiments ambivalents mêlant possession sexuelle, captation d’un ventre fécond pour engendrer des musulmans supplémentaires, volonté de marquer durablement un territoire par une différence culturelle visible, religieuse, absence réelle de s’intégrer mais de développer un noyau musulman actif au sein de la société qui l’accueille généreusement ;

– le recours aux aides sociales faciles, gratuites, n’engendre pas d’état d’âme particulier, car pour le musulman, du fait de la charia et du Coran, le non musulman est redevable envers le musulman (cela est très codifié par la charia, statut de Dhimmi) : dans l’esprit du musulman, le non musulman est son sujet (il est en faute de ne pas être musulman) : ainsi la loi humaine des dettes épurées (si tu me donnes je te donne autant en échange, lire le livre de Gabrielle Rubin « Pourquoi on en veut à ceux qui nous font du bien ») n’est-elle pas un logiciel humain connu et accepté profondément ;

– le musulman ne connait pas l’Amour véritable pour son prochain, (le coeur aimant et pur du message chrétien originel, universel et intemporel, est autrement appelé « la bonne nouvelle », soit celle de ce don d’Amour inconditionnel porté aux autres), puisque, avec l’Islam, « l’Amour » est dès le début, conditionné par des règles, des mariages arrangés dès le plus jeune âge, endogames, tribaux, une soumission à sa religion pour les mariages (tu as du sexe avec moi au regard de mes proches seulement si tu prends ma religion : voilà où se situe une forme d’épuration des dettes, donc cela signifie bien que le sexe est identifié comme une valeur marchande) ;

– sur un plan démocratique, du respect des lois républicaines, il n’existe pas de cas concret qui démontre la réalité de ce respect absolu de la loi établie du pays, mais une position objective d’attente afin d’appliquer la charia à terme, dans les pays où l’Islam s’implante peu à peu (revendications de plus en plus nombreuses : viande halal dans les cantines, voiles pour les femmes, constructions de mosquées avec minaret pour marquer l’espace visuel…) ;

– les pays ayant vécu récemment une révolution « démocratique » voient s’installer peu à peu la terreur islamique, qui avait pu être jugulée par des régimes sachant mater les intégristes ;

– des musulmans sachant bien cela, n’ont très, trop, souvent, pas eu le logiciel de décryptage de leur propre religion, et ne sont pas en mesure de rejeter cette programmation erronée, pour épouser une spiritualité en accord avec ce qu’ils sentent instinctivement comme étant une voie meilleure, juste pour l’équilibre des bons accords humains : la société anticléricale française semble au contraire leur indiquer que leur propre religion est acceptée par le système, à contrario du catholicisme qui développe des comportements humains trop contraignants d’un point de vue moraux, rejetant l’infra-humanité codifiée au sein de la charia -pédophilie, nécrophilie, lapidation… et surtout crise de lèse-majesté, refuse de rayer des milliers d’années de creuset civilisationnel valorisent le couple un homme/une femme uni pour fonder une famille, et assurer le sentiment de sécurité des enfants pour faire face au monde ;

Pour illustrer ce qui précède, il suffit d’étudier le déroulement de l’attaque survenue récemment à l’encontre de Jamel Gharbi, un élu PS du Mans, à Bizerte, dans le village natal de l’homme, qui, en voyage avec sa femme française et sa fille, a failli mourir sous les coups de bâtons de salafistes :

La réaction du « peuple » tunisien présent vaut tous les discours : aucun des spectateurs de la scène n’a bougé pour s’interposer et essayer ainsi de sauver le malheureux, qui, de son propre aveu, sil il était tombé à terre, serait aujourd’hui mort.

Est ce que cet homme sera capable de reconnaître publiquement que cette attaque est le fruit exact porté par sa religion ?

Tant que les bobos n’auront pas compris d’où vient ce mal, la France continuera à héberger et à laisser se développer en son sein la plus grande armée invisible qu’elle n’ait jamais vu : cette armée-là s’installe, tel un cancer, métastase, grandes villes, villes moyennes, et parfois même villages… et son but n’est pas pacifique ni démocratique, ni d’établir une nouvelle ère de liberté et de prospérité… Ne leur dites surtout jamais qu’elle (NDLR : cette armée invisible) veut les ventres des filles occidentales, un à un, patiemment, qui sont la première obsession de ces mâles frustrés par leur religion…

Tant que la France demeure profondément marquée par le christianisme, il est vain d’attendre de son peuple une réaction non pacifique. Le pouvoir en place a grandement intérêt à encourager la re-christianisation, qui est la seule vraie chance et possibilité pour lui de conserver un pays paisible, pacifique, relativement soumis à sa politique sociale qui accable les entrepreneurs et les travailleurs dévoués, qui poursuivent néanmoins une quête incessante et nécessaire de l’Amour de leur prochain, malgré les inévitables vicissitudes et écarts d’une vie souvent rendue complexe par l’époque contemporaine. Mais, tant que les musulmans seront mis sur un piédestal par la société des journalistes payés comme nous le savons par une ribambelle de pays musulmans (Arabie Saoudite, Qatar…), le peuple ne pourra pas se réveiller, le bobo-gogo-égo-ïsme pourra se développer sans fin…

Olivier Marot

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.