Les musulmans ont fait élire Hollande, qui les remercie en accélérant le remplacement

Publié le 29 août 2013 - par - 1 965 vues
Share

Islamectomie Plus PedaloJe réponds brièvement à l’article de Christine Tasin « Allez-vous lâcher la grappe à la République ? » (http://ripostelaique.com/allez-vous-lacher-la-grappe-a-la-republique.html) qui fait une allusion à mon propre article (http://ripostelaique.com/pour-defendre-notre-france-charnelle-agressee-les-demi-mesures-ne-sont-plus-de-saison.html). Car il me semble qu’elle ne m’a pas bien lu : je ne rappelle nullement les méfaits qui auraient été commis par la République (ce n’est pas mon sujet) et je ne dis pas que le problème, c’est la France (bien au contraire, je dis que la France est notre ultime richesse).

Ce que j’ai écrit est une longue paraphrase de ce que disait, avec sa brutalité coutumière, Recep Tayyip Erdogan, 1er ministre turc, « islamiste modéré » selon nos dirigeants imbéciles mais vrai extrémiste :

« Nous vous conquerrons par VOS valeurs démocratiques, nous vous dominerons par NOS valeurs musulmanes. »

La première partie de cette affirmation (prophétie ?) est le parfait résumé de l’état de la France d’aujourd’hui : nos valeurs sont de plus en plus retournées contre nous par ceux-là mêmes qui nous agressent et qui n’auront rien de plus pressé que de les abolir dès l’instant qu’ils en auront la possibilité. C’est pourquoi je dis que ces valeurs deviennent notre ligne Maginot. La laïcité, par exemple : tant que l’islam se cache derrière le paravent de la religion, il nous oblige, au nom de NOTRE laïcité, à le traiter comme les autres religions, c’est-à-dire, en pratique, à lui accorder toujours plus de visibilité, de droits et de pouvoir sur nous ; or, il n’est pas qu’une religion, c’est même son aspect le plus mineur, il est d’abord un projet politique totalitaire et c’est cela que nous devons combattre, ce que nous ne pouvons faire qu’en nous situant sur un autre terrain que celui de la laïcité. Car la laïcité, non seulement n’est pas opérante, mais se met au service de nos ennemis. Il ne s’agit pas d’abandonner la laïcité mais de ne pas l’utiliser comme un tigre de papier qui doit faire bien rigoler Erdogan.

La deuxième partie de l’affirmation d’Erdogan n’est pas encore d’actualité mais on voit bien qu’elle en prend le chemin à grande vitesse. Je me crois aussi « laïc » que Riposte Laïque et aussi « républicain » que Résistance Républicaine, et, à ma modeste place, j’essaie moi aussi de défendre ces valeurs, mais aujourd’hui c’est de sauver notre peau dont il est question. Et je ne voudrais pas que la défense de nos valeurs, avec le cadre conceptuel qu’elles impliquent, nous masque la gravité de notre situation. Si nos ennemis nous attaquent sur notre propre terrain et nous contraignent à reculer partout, ce n’est sûrement pas un hasard ; nous ne pouvons espérer gagner qu’en sortant de ce cadre et en imposant un autre champ de bataille.

On sait que Hollande a été élu avec 93 % des voix des musulmans. L’émergence d’un tel vote ethnique est une grande et sinistre nouveauté en France. Les musulmans ont d’ores et déjà le pouvoir d’influencer notre destin. Sous peu, par exemple lorsque les étrangers auront le droit de vote (certes local, mais tout le monde sait bien qu’il s’agit de l’histoire du doigt dans l’engrenage), notre destin nous sera définitivement volé, nous serons expulsés de l’histoire et nous serons irrémédiablement remplacés. Et nos remplaçants pourront, enfin, mettre en œuvre leurs « valeurs musulmanes » et, avec l’expérience qui est la leur, on peut être certain que ce sera pour une très, très longue durée. Et nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer. Nul d’entre nous ne veut cela.

Michel Tonarelli

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.