1

Les Patriotes doivent-ils voter Insoumis pour battre En Marche ?

Est-ce le raz-de-marée « En Marche! », ajouté à la canicule, qui provoque des dérèglements politiques ? Toujours est-il qu’il se passe décidément des choses étranges dans cette élection, entre les deux tours.

Ainsi, dès le lendemain du premier tour, Gautier Bouchet, fort sympathique militant de Saint-Nazaire, avait appelé à voter pour le candidat des Insoumis, avec une explication : tout faire pour limiter la déferlante Macron. Devant le déferlement de critiques, le candidat a retiré son tweet, et a affirmé que chaque électeur était libre de son choix.

On pensait qu’il s’agissait d’un incident isolé. Or, ce jour, nouveau pavé dans la mare ! Deux candidats FN, Hugo Vandamme et Eric Dillies, appellent à leur tour à voter pour le candidat des Insoumis, Adrien Quatennens, pour qui ils n’ont pas assez de mots flatteurs !

http://www.lavoixdunord.fr/177015/article/2017-06-12/le-front-national-appelle-voter-pour-l-insoumis-adrien-quatennens

On se souvient qu’au lendemain du deuxième tour des présidentielles, parmi les reproches adressés à l’équipe de Marine Le Pen, il y avait celui de s’être trop tourné vers l’électorat de Mélenchon (avec un résultat des plus déplorables, seulement 7 % des électeurs de Méluche ont voté Marine au 2e tour), et pas suffisamment vers ceux de Fillon.

Alors, pour les électeurs patriotes, que faire ? Faut-il, quand il n’y a pas de député FN, s’abstenir, ou voter pour l’adversaire du candidat « En Marche! », quel qu’il soit, même si c’est un Insoumis.

Faut-il poser la question ainsi ? Il y aura donc, au vu des résultats du premier tour, 400 députés « En Marche! » (hypothèse basse) ou 450, peut-être plus (hypothèse haute). Qu’est-ce que les patriotes en ont à faire, dans ce contexte, qu’il y en ait 450, ou 575, sachant que j’en laisse 2 pour le FN, comme c’était le cas durant le dernier quinquennat, avec la présence de Marion et de Gilbert Collard.

Quelle serait la différence, entre le fait qu’il y ait 450 « En Marche! », 100 LR et 20 PS, et le fait qu’il y ait 570 LREM ? Aucune, les 100 LR et les 20 PS, bien que d’accord avec les projets d’En Marche!, feraient semblant de s’y opposer, pour faire croire qu’ils sont l’opposition.

Reste le cas des « Insoumis », que nous appelons des « Insoumis de pacotille », totalement soumis au mondialisme, à l’islamisation de notre pays, à l’invasion migratoire, au Grand Remplacement, à la disparition des Etats-Nations. A quoi serviraient-ils ? Ils feraient totalement le jeu du système, qui n’a qu’un seul objectif : faire disparaître, par tous les moyens, l’alternative patriote, et canaliser l’opposition vers une critique gauchiste du système, sans remettre en cause les fondamentaux du mondialisme.

A quoi servent Mélenchon et ses sbires Corbière, Garrido, Coquerel ? A servir de base arrière à tous les déçus du Parti socialiste, et surtout à empêcher ceux-ci de rejoindre le Front national, en proposant des réponses sociales, identitaires, laïques et souverainistes à la crise.

Les « Insoumis » qui se vantent d’avoir mené une campagne « 0 député FN », tout en réclamant la proportionnelle, sont porteurs, dans leur programme et dans leurs actions, de l’éradication du FN, mais aussi de tout mouvement qui se réclame nationaliste ou patriote, ne jouons pas sur les mots. La violence qu’ils utilisent ou qu’ils cautionnent contre ceux qui aiment trop la France à leurs yeux serait décuplée s’ils prenaient de l’importance.

Voter « Les Insoumis », c’est faire le formidable cadeau au système de cautionner l’opposition qu’il s’est choisie, au détriment de l’opposition dont il ne veut pas.

Non seulement il n’est pas question qu’une seule voix patriote aille dans une enveloppe « Les Insoumis », mais il faut démasquer ces imposteurs et ces traîtres qui, par dogmatisme, veulent détruire la France, parce qu’ils rêvent d’un monde sans frontières, et en finir avec les Français, parce qu’ils se sentent citoyens du monde.

Donc, en cas de duel En Marche! contre les Insoumis, patriotes, allez à la pêche, et souhaitez que le meilleur perde…

Lucette Jeanpierre