Les plans de nos prisons ont été visibles sur Internet des années !

Publié le 26 octobre 2018 - par - 7 commentaires - 909 vues

Les plans de plusieurs prisons françaises étaient disponibles, il y  encore une dizaine de jours, pour tous les intéressés sur un site Internet (Agence publique pour l’immobilier de la justice) appartenant au ministère de la Justice, notamment les plans de la prison de Moulins-Yzeure (Allier) et celle de Villefranche-sur-Saône (Rhône).

Le Garde des « Sots », Nicole Belloubet, a confirmé cette information, précisant toutefois que sur ces plans n’apparaissaient pas les installations des mesures de sécurité (Ouf ! On a eu chaud, on pensait qu’elles apparaissaient !). Elle a tout de même reconnu que cela paraissait impossible et que c’est pour cela qu’elle s’en est aperçue et a donné l’ordre de les retirer.

Le ministre de la Justice ajoute  que « cela manquait de rigueur, surtout après avoir demandé à « Google Maps » de « flouter » les vues aériennes des prisons françaises ».

Comment peut-on imaginer qu’avant cette demande toute récente du ministre de la Justice, les prisons françaises pouvaient être visitées facilement, et depuis des années, par tous ceux qui pouvaient être tout particulièrement intéressés, pour les raisons que l’on sait !

Paris (75) – Dans la nuit de mardi à mercredi 24 octobre, boulevard Mortier, dans le XXe arrondissement, un affrontement très violent s’est produit entre une trentaine de jeunes appartenant à deux bandes rivales, celle du 19e contre celle du 20e.

Un adolescent a trouvé la mort, poignardé. Grièvement blessé à la cuisse, il a succombé à ses blessures deux heures plus tard, après son entrée à l’hôpital.

Ces affrontements seraient risibles s’ils n’étaient pas si dramatiques : ils se tuent pourquoi ?

La brigade anti-criminalité a appréhendé trois jeunes voyous. L’un d’eux était en possession d’un couteau et un second portait un blouson ensanglanté.

Sur les lieux de l’affrontement mortel ont été retrouvés des barres de fer, des battes de base-ball, des couteaux et des bombes lacrymogènes.

Toujours à Paris, mais à proximité de la place Stalingrad, dans le 19e arrondissement, ce dernier mardi, en fin de soirée, une bagarre a éclaté entre 4 ou 5 individus, en plein milieu de la passerelle qui enjambe l’écluse du bassin de la Villette.

L’un des protagonistes a été aspergé d’un produit inflammable auquel on a mis le feu.

Ses vêtements en flammes, il a enjambé la passerelle et s’est jeté dans le canal.

L’homme a coulé à pic et n’a pu être repêché que plusieurs minutes plus tard.

En arrêt cardio-respiratoire, il a été dirigé vers l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière où il est mort.

Dépourvu de toute pièce d’identité, il n’a pu être identifié.

Les CRS alertés par des témoins, dans ce secteur gangrené par les trafics de stupéfiants et les migrants illégaux, ont appréhendé et placé en garde à vue l’un des criminels, un SDF de 46 ans très bien connu des services de police pour des faits de violence et de trafic de drogue, empêché de prendre la fuite, comme les autres, par quelques témoins courageux.

Grigny (Essonne) – Samedi soir, vers 21 h, square Surcouf, dans le quartier de Grigny 2, ces hurlements émanant du 7e étage de l’un des immeubles ont alerté les voisins : un individu tentait de jeter sa femme par le balcon.

Elle se débattait avec vigueur et, fort heureusement, les pompiers et les policiers intervenant très rapidement ont réussi à la sauver.

Âgé d’une trentaine d’années, l’individu a été appréhendé et placé en garde à vue.

Chevilly-Larue (Val-de-Marne) – Lundi, en début de soirée, un policier hors service, il était en congé, appartenant à la BAC du 9.3, qui se promenait avec sa compagne sur le boulevard Jean Mermoz, a été agressé, pour un simple regard échangé, par deux individus qui circulaient à bord d’une dépanneuse.

Ces deux individus, âgés d’une vingtaine d’années, sont descendus armés de tournevis dans le but d’en découdre.

Le policier a tenté de calmer la situation en présentant sa carte professionnelle mais cela n’a pas empêché les deux agresseurs de le frapper à coups de poing.

Le policier a répliqué comme il a pu, essayant surtout d’éviter les coups de tournevis.

La police de l’Haÿ-les-Roses a pu interpeller les deux voyous qui ont été placés en garde à vue.

Villeneuve-d’Ascq (Nord) – Mercredi 24 octobre, il était environ 4 h 50, rue du 8 mai 1945, lorsque, en pleine voie publique, une femme a été violemment passée à tabac par 4 individus qui se sont acharnés sur elle.

Un riverain a alerté la police qui a pu transporter la victime grièvement blessée, plaies au niveau du crâne, de la bouche, du nez et d’un œil, vers le centre hospitalier de Lille.

Son pronostic vital n’est pas engagé mais elle n’a pas été en mesure, pour le moment, de révéler son identité ou son âge.

Trois mineurs, de 15, 16 et 17 ans ont été arrêtés et placés en garde à vue.

Toulouse (Haute-Garonne) – Samedi soir, quartier les Izards, un jeune Toulousain, âgé de 20 ans, s’est jeté du quatrième étage d’un immeuble situé impasse Urbain Vitry où il venait de retrouver une jeune fille prénommée Éva.

Il avait fait sa connaissance sur un site de rencontres et cela paraissait bien se présenter mais, alors que le rapprochement devenait plus intime, il s’était aperçu, avec la stupeur que l’on peut imaginer, qu’il tenait dans sa main des « attributs » masculins.

Comprenant, mais un peu tard, que sa jolie Éva, âgée de 21 ans et habillée en femme, était un homme, il s’est affolé et pris la fuite… par le balcon, au quatrième étage.

Fort heureusement, la pelouse a amorti une chute qui aurait pu être mortelle.

La police est intervenue et le jeune prétendant a été dirigé vers le CHU Purpan pour soigner quelques blessures pas trop graves à un poignet et au bassin.

Une aventure et, surtout, une issue, dont il gardera bien longtemps le souvenir.

Rouen (Seine-Maritime) – Lundi vers 17 h 20, rue de Lessard, à deux pas de la clinique Mathilde, une jeune femme a été poignardée à coups de tournevis par son ex-compagnon.

Transportée gravement blessée vers l’hôpital le plus proche, ses jours ne sont pas en danger.

Interpellé par Police Secours, l’agresseur a été placé en garde à vue.

On n’en sait pas davantage pour le moment !

**En ce qui concerne tous ces faits divers, nous ignorons, bien entendu, les identités et les origines des délinquants !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
patphil

oui mais comment faire pour mettre en prison des malfrats puisqu’elles sont surchargées!
c’est ce qui se dit dans le milieu (je précise pour que les mauvaises langues ne s’imaginent rien) judiciaire de guyane, des dizaines de mules transportant de un ou deux kilos de cocaine par jour! depuis que le surinam leur fait la chasse, ils passent par cayenne! en colombiec ‘est au minimum 10 ans de prison, en guyane, ils leurs proposent un stage! oui vous avez bien lu, un stage de réinsertion!

DUFAITREZ

Pour les prisons, on réinvente le fil d’Ariane ?
Pour le reste ? Plus de place dans les prisons ! Alors des Camps ! Chez Taubira !

wika

Ils s’entretuent entre bandes rivales ?
Espérons qu’ils d’éradiqueront.
Pendant qu’ils s’écharpent, ils n’égorgent pas les nôtres et ça fait autant de mâles qui ne se reproduiront pas

Omar Chalombre

Souvenez vous ou sachez qu’en son temps , les installations électriques de la ligne Maginot avaient eté confiées à Siemens,société allemande. Possédant tous les plans, les fridolins avaient beau jeu pour la contourner. On pourrait croire à une histoire belge mais non, c’est une connerie(une de plus) bien française .

Allonzenfan

Justice “mur des cons” ou Justice de cons ? Les deux sans doute…

Allobroge

Mettez Villeneuve les maguelone sur Google (cherchez dans maps puis sur la photo ) et voyez au nord ouest la prison qui est dans cette commune. Elle n’est absolument pas floutée et même on voit des détails remarquables !

Lire Aussi