Les politiques français et Carlos Ghosn : pas de couilles, pas d’embrouilles

Publié le 22 janvier 2019 - par - 23 commentaires - 1 357 vues
Share

Carlos Ghosn, est un très grand chef d’entreprise.

En 1999, un livre lui est consacré « Citoyen du monde », dont voici le résumé Amazon

 « En mars 1999, Nissan Motor est une branche malade de l’économie japonaise. Saturée de dettes, l’entreprise est vouée à une mort probable. Lorsque Carlos Ghosn, agissant au nom de Renault qui prend alors 36,8 % du capital, promet une renaissance en trois ans, on pouvait douter de ses déclarations. Le résultat ? Nissan est devenu en un temps record l’un des constructeurs automobiles les plus rentables au monde ! Comment un tel miracle fut-il possible ? Comment une économie réputée aussi impénétrable que celle du Japon a-t-elle su s’ouvrir à de nouvelles méthodes ? Que faire pour s’intégrer à un pays si différent ? Qu’est-ce qu’un management sans frontières ? Ce livre, écrit avec la collaboration du journaliste Philippe Riès, ne raconte pas seulement le sauvetage de Nissan : il explique de l’intérieur l’itinéraire d’un homme hors du commun, bientôt à la tête de l’alliance Renault-Nissan. Voici un autre visage de la mondialisation. Du Brésil où il est né dans une famille libanaise à Clermont-Ferrand, où ce polytechnicien sorti des écoles de la République, parlant l’arabe, le portugais et l’anglais, a su gagner la confiance des  » Bib’s « , des États-Unis où il dirige les activités de Michelin à un Tokyo en crise, cet homme secret se raconte pour la première fois.  » Il n’y a pas de limite à ce que nous pouvons faire  » a-t-il coutume de dire… C’est l’une des leçons, entre mille, de cette passionnante  » success story  » »

https://www.amazon.fr/Citoyen-du-monde-Carlos-Ghosn/dp/2246630916

Qu’on l’aime ou pas, ce type a fait rayonner la France.

Les termes citoyen du monde et mondialisation, qui nous ont tant été vendus, sont aujourd’hui moins à la mode,  et il y a bien entendu les jaloux de son salaire, mais qui ne sont pas forcément jaloux de sa vie.

Même s’il vit dans le luxe (et c’est la moindre des choses à ce rythme), ce type passe 100 jours par an en avion, en décalage horaire, loin de sa famille (donc au moins 200 jours par an), parle six langues, ne pense qu’à son boulot, a les compétences et la vision, prend probablement très peu de repos, et il a su faire de Renault le premier groupe automobile mondial.

Souvenez-vous qu’à la fin des années 70, sous la tutelle de l’État (comme toujours), Renault était au bord de la faillite, avant d’être privatisé et redressé par des présidents compétents, soit Georges Besse (qui fut assassiné par Action Directe), Raymond Lévy (qui a repris avec panache ce travail de restructuration vers le succès), JL Schweitzer (le scélérat nommé ensuite à la halde…) que je n’aime pas mais qui a continué le boulot, et enfin Carlos Ghosn qui a donné à Renault une envergure internationale avec le rachat de Nissan, Mitsubishi, Lada, et Dacia. Toutes ces opérations de rachats par croissance externe ont été des coups de maître que seul un grand dirigeant pouvait avoir, et qui ont même permis de dépasser Volkswagen. C’est dire. Il n’est donc pas si facile d’être un grand dirigeant.

On a dit que Carlos Ghosn aimerait « trop » l’argent. Je ne sais pas forcément ce que ça veut dire, mais, quand on dirige 450 000 salariés et qu’on réalise un chiffre d’affaires (c’est-à-dire les ventes) de 140 milliards de dollars, qu’on dégage un bénéfice de plusieurs milliards, qu’on paye des impôts et des charges sociales, qu’on fait travailler en partie des Français, un salaire de 21 millions ne me gêne pas. Et même, je m’en fous. Son salaire est de toute façon plus mérité que pour un Mbappé, un Anelka, ou un Ribery…

Carlos Ghosn travaille dans le privé, où personne ne vous paye longtemps ce que vous ne méritez pas, à la différence des hauts fonctionnaires français notamment qui se croient descendus de la cuisse de Jupiter, sans avoir jamais créé un seul emploi, et qui produisent parfois des catastrophes sans jamais avoir le moindre remord… ni la moindre responsabilité…

Le talent doit être récompensé, c’est une règle d’or, sinon, en gros, c’est qu’on est communiste, et on peut aller vivre au Venezuela, ou à Cuba pour voir si c’est mieux…

À ce propos, tous les commentaires sur cet article qui me diront « et le nombre de personnes qu’il a licenciées, et le nombre d’emplois qu’il a délocalisés etc », ne m’intéressent pas et ne sont pas l’objet du débat de cet article. Les faits sont là : il a maintenu le groupe et l’a porté à un niveau jamais atteint. Si les Japonais veulent le récupérer, c’est bien parce que c’est une pépite. Sinon, personne n’en voudrait CQFD.

C’est ce qui est en train de se passer.

En tout état de cause, il y a une chose dont je suis à peu près certain, c’est que ce n’est pas lui qui remplit sa déclaration d’impôt.

Un type dont la famille vit aux États-Unis, dont la holding de groupe est aux Pays-Bas, dont les marques principales sont en France et au Japon, avec également des marques en Roumanie et en Russie, a une déclaration très difficile à rédiger entre les différentes retenues à la source, sur les différent types de rémunérations (salaire, jetons de présence, indemnités etc.), les conventions fiscales à étudier, les différents formulaires à remplir dans plusieurs pays, les nombreux justificatifs à fournir etc…

Il est certain que sa déclaration fiscale est un casse-tête, qui nécessite une armada de conseillers fiscaux et de comptables, surement parmi les plus renommés.

De surcroît, il est tout aussi probable que tout ce dont il a pu bénéficier pour faire son métier a dû être approuvé par des conseils d’administration.

Alors, comment tous ces comptable et ces avocats, ces membres des conseils d’administration, auraient-ils pu laisser faire l’escroquerie, l’abus de biens sociaux et le « vol », dont les Japonais l’accusent aujourd’hui ?

Si rien n’est impossible, j’y crois difficilement.

Il est quand même très vraisemblable que c’est une affaire politique et un piège préparé de longue date par les Japonais. Le traitement qui est attribué à Carlos Ghosn, qui ne représente aucune menace pour l’ordre public du Japon, et notamment, son refus de remise en liberté avec interdiction de quitter le territoire est à ce titre édifiant. Il faut l’affaiblir autant que possible, et à la fin, le tuer.

À partir de là, et vu que c’est politique, il aurait été logique que les politiques français montent au créneau pour défendre ce champion français, et mettent la pression sur le Japon, ne serait-ce que pour obtenir sa libération éventuellement en résidence surveillée, et exiger des explications satisfaisantes, sous peine de sanctions…

Et là, que nenni. Rien, silence assourdissant de ces couards devant les Japonais.

Emmanuel Macron, tous les ministres actuels, dont Édouard Philippe, Benjamin Griveaux, Bruno Le Maire, Agnès Panier Runaché, Nicolle Belloubet, et tous les anciens présidents et ministres sont aux abonnés absents.

Ils adorent donner des leçons de morale quand il n’y a aucun danger (la lutte pour la planète, l’aide internationale aux réfugiés…), ou quand il s’agit de décrédibiliser un mouvement populaire… (Cf ce qui se passe tous les samedis depuis deux mois…)

Mais quand il s’agit de mouiller le maillot pour un vrai enjeu (et l’alliance Renault/Nissan est un enjeu stratégique pour la France) face à de vrais adversaires (et le Japon n’est pas épargné par la corruption), et aider un de nos compatriotes et chef d’entreprise les plus brillants, qui n’a pas fait de trafic de drogue, et qui n’a pas rejoint l’État islamique, nos politiques nous couvrent de honte par leur silence et leur couardise.

Ils sont tétanisés… Par quoi, je ne sais pas.

Y a-t-il d’autres raisons ? Je ne le sais pas.

Mais une chose est sûre : pas de couilles, pas d’embrouilles…

Albert Nollet

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
lile

« un piège préparé par les japonais » trop drôle.
Soit le journaliste est un gros mytho, soit Carlos est un gros amateur, je dirais même un Bouffon.
J’hésite…

chafoin

La France préfère rapatrier des jihadistes, leurs enfants et leurs femmes, c’est plus productif

DUFAITREZ

Il fallait oser ! Merci ! Je partage !
De même que j’ai défendu Tapie dans d’autres domaines. Cas voisins…
L’argent fait peur en France depuis toujours.
Les Japonais veulent récupérer Nissan et ont trouvé la solution. Paris lâche ! Morale !
Type exceptionnel, avec qui je n’aurais jamais voulu travailler, rien qu’à son regard.
Si ça continue, il se suicidera…. Tout ça pour Ca !

Fit

«Si ça continue, il se suicidera»
T’as pas un mouchoir? Snif!

cirrus

et vous trouvez normal d’appeler à l’aide Macron (donc la France, du moins sur le papier) quand on est résident fiscal étranger ?

Paskal

Un compatriote ? Avec trois citoyennetés. Si « les prolétaires n’ont pas de patrie », les capitalistes certainement pas davantage.

senechal

La question est: où commence le capitalisme, est-ce dès que les enfants possèdent une tirelire avec quelques euros dedans, ou un type qui possède plusieurs milliards qui dorment dans une banque sans avoir investi un seul sou dans une entreprise, (genre les socialistes?).

Bombastus

Paradoxalement, malgré le fait que je considère Carlos Ghosn comme un traître, je suis d’accord avec votre conclusion. De fait il a toujours favorisé Nissan qui était en train de DIGÉRER Renault de l’intérieur avec sa bénédiction –> trahison! mais dans le cas présent il est lui-même trahi par ses complices japonais qui trouvent que le renversement de rapport de forces entre Renault et Nissan ne va pas assez vite et n’est pas traduit dans l’actionnariat. Car avec les japonais, il faut être 100% avec eux sinon tu es sur leur liste noire et ils te détruisent, c’est ce qui… lire la suite

Marre

Tout à fait en désaccord avec vous je ne vous lirer plus . Ce connard de Carlos n’a rien apporté à la France et aux Français, il s’en ai mis plein les fouilles sans payé un seul impôt en France et le bénéfice des actionnaires est Parti à l’étranger. Carlos a bénéficié des aides de l’état,donc mon argent . Vous aimer les grand capitaliste il y en à plen en Inde et en Chine qui gagnent des centaines de milliards en faisant travailler des enfants dans des conditions effroyables, vous me décevez énormément. J’espère qu’il crèvera en prison et précision… lire la suite

BERTRAND

C’est surtout le faible poids de la France que révèle cette affaire.

MOUFFLET

100 pour 100 d’accord avec vous.

monrose

C’est, semble-t-il, le nouveau patron japonais de Nissan nommé depuis 15 jours par Carlos Goshn qui a « assassiné » son bienfaiteur, en remerciement. Cela nous rappelle que les Japonais ne sont pas des enfants de chœur. Le 9 mars 1945, en Indochine, ils ont exécuté par traitrise 2.650 militaires français, certains décapités au sabre comme le General Henri Lemonnier, mais aussi interné et torturé, parfois à mort, 3.000 civils français, dans des cages ! Lisez: « Les Cages de la Kempeitaï : Les Français sous la terreur japonaise, Indochine, mars-août 1945 » de Guillaume Zeller, publié aux éditions Tallandier . Ils ont fait… lire la suite

Philippe

Commentaire censuré

saintongeais

Le seul problème avec cet individu est qu’il a un passeport français, qu’il dirige une société française mais ne paye pas ses impôts en France! Est-ce normal?

BERTRAND

Cette affaire illustre surtout deux choses : – les conditions de détention de Carlos Gohns montrent la permanence d’un Japon féodal, derrière le vernis démocratique qu’ont tenté de lui appliquer les Américains en 1945. Dans son fond, le pays est resté le même : sournois, brutal et impitoyable. Au Japon, hors l’empereur, l’individu n’est rien, si haut placé soit-il. – la France est vraiment devenu un petit pays aux yeux du monde. Imagine-t-on un instant le PDG de Gazprom (russe), de General Motors (US) ou de Hueiwei (chinois) traité ainsi ? Évidemment non. C’est la résultante de 50 ans de… lire la suite

Paskal

Huawei au Canada un peu quand même.

Fit

Tiens! encore un larbin des puissants. J’espère qu’un jour, petit crève-la-faim que tu es, tu auras à subir l’iniquité de la justice pourrie de ton pays qui protège les riches salopards et la racaille exotique. Et bien tu vois ton puissant maintenant il est en taule et il le mérite bien, et j’espère qu’il va y rester pour un bon moment, j’espère aussi qu’il est au pain sec et à l’eau, il parait qu’il a déjà maigri, comme quoi la prison au Japon c’est mieux que weight watchers. Vive le Japon qui protège ses frontières, son peuple et dont la… lire la suite

Denys

Ghosn est accusé de graves malversations. C’est pour ça qu’il moisit en taule. Et oui au Japon c’est un justiciable comme un autre. On aimerait la même chose en France.

Blackjack

J’ai pas le chiffre précis mais il me semble que moins de 30% des Renault sont fabriquées en France, cette marque a toujours ruiné et emmerdé le contribuable français et elle continue avec son PDG encore aujourd’hui, resultat c’est dacia les pourritures de caisses roumaines qui sont n°1 des ventes aux particuliers.
les francais sont arrivés à une telle bassesse d’être contraint d’acheter du low-cost du marque low-cost.

Philippe

Riposte laïque est quasi mort… maintenant c’est juste devenu du pro gilets jaunes de l’anti Macron….un site comme un autre qui finit par perdre son âme et son intérêt d’il y a quelques années…ghosn est un homme hors du commun certes mais au Japon il est traité comme tout individu lambda ce qui ne serait pas le cas ici… cela vous déplait vous choque alors que vous passez votre temps à prôner la justice sociale ??

Denys

Absolument d’accord !

Fit

«Nissan est devenu en un temps record l’un des constructeurs automobiles les plus rentables au monde» À quoi sert la rentabilité, voilà la bonne question, or la réponse est simple: à engraisser encore plus les actionnaires multimilliardaires dont les fortunes ont été multipliées par six ces dix dernières années et cela en licenciant des milliers de salariés comme l’a fait votre idole fantomas-goshn. Ce type est une ordure et je lui souhaite de rester le plus longtemps possible en taule. J’ai bien plus de respect pour les ingénieurs et les ouvriers de chez Renault qui sont les vrais créateurs de… lire la suite

Denys

Vous avez raison il ne faut pas cracher sur les riches au prétexte qu’ils sont riches. Mais il ne faut pas non plus mettre en avant la réussite de Ghosn pour remettre en question, voire excuser les malversations dont il est accusé. Le DG de Nissan a eu visiblement accès au dossier et les preuves sont accablantes : https://www.ouest-france.fr/economie/carlos-ghosn/affaire-carlos-ghosn-pour-le-patron-de-nissan-les-faits-sont-graves-6172132. Quant au gouvernement, si vous croyez qu’il est indifférents à cette affaire, vous vous trompez : https://www.france24.com/fr/20190116-carlos-ghosn-delegation-japon-gouvernance-renault. Laissez la justice japonaise faire son travail. Et il est fort possible que votre avis évolue sensiblement quand vous aurez connaissance des preuves.