Les prières de rue, c’est fini ! Ah bon ?

Publié le 3 octobre 2011 - par - 1 479 vues
Share

Claude Guéant l’avait promis : « Les prières de rue, c’est fini. Il est temps de faire respecter la loi ». Évidemment, pour forcer les musulmans à prier dans les lieux adéquats, il a fallu un peu aller contre la loi de 1905 (juste un peu, trois fois rien, ma petite Dame) et attribuer aux prieurs un édifice public, une caserne en l’occurrence, qui aurait tout aussi bien pu être attribuée à une association d’aide aux sans-logis, voire, si vraiment on a besoin de sous, être transformée en logements sociaux. Mais non, au diable les sans logis et les petites gens qui attendent un logement social, ce sera plutôt une mosquée, gracieusement louée deux poignées de cacahuètes aux prieurs du XVIIIème arrondissement.

On était en droit de se dire que tout le monde serait content. Enfin, tout le monde, je ne sais pas, mais au moins les malheureux prieurs, humiliés d’être obligés de prier sur les trottoirs aussi bien par grande chaleur que par temps de pluie, au milieu des crottes de chiens. Mais rien n’est jamais simple avec les musulmans, et on va voir que l’humiliation est une donnée à géométrie (très) variable. Tout d’abord, il a fallu batailler pour leur faire accepter l’idée d’aller dans cette mosquée-caserne. Car, voyez-vous, les infrastructures étaient insuffisantes, indignes même, si l’on s’en réfère aux propos tenus par Salah Hamza, le recteur de la mosquée Khaled Ibn Al Wahlid. L’orientation n’était pas Sud/Sud-Est, ce qui constituait en soi une très grande offense. Et quid du chauffage, de l’accessibilité (il faut faire tout le tour du pâté de maisons ? C’est un scandale !), de l’éclairage extérieur ? Décidément, on se moquait avec mépris de ces malheureux en leur offrant ces locaux « indignes », qui peinaient à faire renoncer les fidèles aux crottes de chien et à la pluie. Mais enfin, après moult palabres et surtout la promesse d’une construction pour 2013 d’un grand centre cultu(r)el musulman financé par le contribuable parisien à hauteur de 28 millions d’euros, chacun a pu enfin y voir un peu de dignité, en tout cas suffisamment pour promettre d’aller prier dans la mosquée (qui peut accueillir 2000 fidèles), plutôt que dans la rue. C’était là la véritable revendication des musulmans, et elle était enfin couronnée de succès. Tous les musulmans pourraient enfin prier dans un vrai lieu de culte, dignement.

Tous ? Non ! C’était bien sûr sans compter l’interminable liste des revendications des prieurs. Car en ce 16 septembre 2011, date à laquelle Guéant- Le-Magnifique va enfin faire appliquer la loi, les musulmans sont très en colère ! Pourquoi ? Nul ne le sait vraiment. Et dans le doute, on est en droit de se dire que c’est peut-être bien parce qu’on leur a juste intimé l’ordre de respecter la loi de la République (après tout, qu’est-ce qu’une loi républicaine comparée à la loi immuable d’Allah ?). Toujours est-il que ces messieurs (car les femmes, elles, peuvent curieusement très bien prier à la maison – cherchez l’erreur) sont très en colère ! Et ils le font savoir à grand bruit .C’est bientôt l’heure de la prière et donc de l’inauguration de la toute nouvelle mosquée. Ce devrait être un moment d’intense joie et d’une satisfaction certaine pour les fidèles. Eh bien non. Certains prieurs ont décidé de crier leur colère. Que nous disent-ils, ces braves gens ? Eh bien d’abord, que c’est dur de se sentir « chez nous » quand on sait qu’il y a, jusqu’au sein même du Parti Socialiste, des Juifs, comme ce monsieur Hamon ! C’est vrai, ça : comment des musulmans peuvent-ils se sentir bien « chez eux » en France puisqu’il y a encore des Juifs en France ? L’inauguration de la toute nouvelle mosquée est donc l’occasion médiatique rêvée pour en faire part. Un barbu nous promet la révolte, la guerre civile et le bain de sang. « Ça va péter, et on sera tous là, devant nos jeunes ! « … On pourrait croire, au prime abord, que cet homme parle en son nom et que de vrais responsables, voire même d’autres fidèles qu’on nomme si astucieusement modérés, viendraient lui dire de la mettre en veilleuse. Mais non. Il vomit son discours de Paix et de Tolérance au milieu des fidèles, et personne ne lui dit rien. Encore plus fort, pour galvaniser la foule qui écoute religieusement son discours de haine, il finit par hurler : « Allah Akbar », et tous entonnent en chœur après lui : « Allah Akbar » ! Nul doute que la bien-pensance viendra nous expliquer qu’il s’agit là d’un élément perturbateur fondamentaliste, qui ne représente en rien l’immense majorité des musulmans pacifiques et modérés. Nul doute… Mais comment le croire, quand un discours qui se situe « un tout petit peu à la droite d’Hitler » (c’est pour faire rire Gérard Darmon) recueille sans aucun complexe le soutien de chacun des musulmans présents qui reprennent avec lui tous en chœur : « Pas de pitié pour le Juif avant vos prières du soir » ? Drôle de boogie woogie, on en conviendra… Étonnamment, vous l’aurez tous remarqué, on n’en a fait aucun écho dans la presse généraliste. Chuuutttt… Au contraire, chacun des commentateurs de l’événement s’est félicité de l’avancée diplomatique (car on en est bien là), certes au mépris de la loi (mais que ne ferait-on pas au nom de la paix sociale), qui apporte enfin le respect que méritent nos pacifiques musulmans…

Toutefois, nos amis musulmans sont très en colère (ça devient lassant)… Mais l’heure de la prière est arrivée, il faut se diriger vers la mosquée. Par petits groupes, ils s’y rendent à pied. Après avoir craché leur haine viscérale du Juif, repus, on aurait pu penser qu’ils iraient en silence, discrètement, voire dignement. Que nenni, ils choisissent d’y aller en faisant du bruit. Et quel bruit, mes amis, quel bruit !! « Mort aux Juifs !! « , scandé en chœur par nos fidèles. Oh, ils essayent bien de nous enfumer en le scandant en arabe, histoire de noyer le poisson haram, mais on a tellement entendu ces mots, même en arabe, qu’on sait maintenant les reconnaître : « Itbah al Yahud »… C’est sans doute l’enrichissement culturel par la langue. Mais je m’égare…

Parmi les fidèles qui appellent, rien que ça, au génocide des Juifs, on croise, outre bon nombre de barbus aux regards terrifiants, un pieux musulman affublé d’un treillis de combat et d’un bandeau vert de l’organisation terroriste Hamas. Non, mes amis, vous ne rêvez pas. Nous ne sommes ni à Gaza, ni à Ramallah. Nous sommes à Paris, France, dans le XVIIIème arrondissement. Le drapeau vert orné du sabre, icône d’Al Qaeda, flottant au vent, ils scandent : « Itbah al Yahud » !! Où est Guéant-Le-Merveilleux ? Où sont les forces de police ? Nulle part. On laisse dire. Ne les énervons pas, ces braves prieurs de la religion de Paix, d’Amour et de Tolérance. Ordre est sans doute donné de rester discret pour ne pas envenimer la situation. Et il est vrai qu’elle est tendue . On vient d’offrir aux musulmans un édifice public pour prier dans la dignité, au mépris d’un des principes fondamentaux de notre République !! On se vexerait pour moins que ça !! Alors pour marquer son mécontentement, on décide tout de même de prier dans la rue. Trop petite, cette mosquée !! 20.000m², c’est limite une insulte, il faut bien dire… En prime, elle n’est pas tournée vers La Mecque. On voudrait humilier les prieurs, on ne ferait pas mieux !! Salauds de pouvoirs publics, tiens !!

Depuis, les prières de rue n’ont évidemment pas cessé, loin de là. Dans le XVIIIème arrondissement, le 16 septembre, comme ça vient d’être vu, on a défié avec succès Guéant-Le-Superbe, qui n’a dit mot malgré ses grandes promesses pleines de vide. On a même vu un prieur qui, pour arracher une larme au chaland, n’avait rien d’autre qu’un sac poubelle pour prier dessus. Comment ça, les tapis ne sont pas fournis ? On se moque du monde, dans la République Française !! On ne soulignera pas le manque de rigueur de ce prieur qui, honte à lui devant l’ Éternel, a oublié l’accessoire fondamental pour sa prière !! C’est sans doute de la faute des pouvoirs publics !! Mais plus amusant encore : ici et là, à Marseille, à Lyon, à Toulouse, à Roubaix, et j’en passe, de nouveaux groupes de prieurs de rue ont vu le jour comme par enchantement. Eh oui, eux non plus, n’ont pas de mosquée… Il serait peut-être temps, pour éviter leur ire, de leur en fournir, et plus vite que ça !! C’est vrai, ça, il est où, le respect dû aux musulmans ? Maintenant qu’on sait comment ça marche, pourquoi se priver ? Il suffit de jouer les victimes, ça fait plier les pouvoirs publics plus vite qu’un origami !! On va dehors, on prie, on se plaint un peu, puis beaucoup, puis passionnément, puis à la folie, et hop, on vous donne un édifice public qu’on pourra transformer en mosquée. Facile !! Génial !! Mais ne croyez pas pour autant qu’ensuite on ne se plaigne plus du tout !!…

Les histoires de marguerites n’intéressent pas les musulmans…

Henri Vaumoret

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.