Les primaires socialistes à Marseille traduisent un vote ethnique

Publié le 15 octobre 2013 - par - 4 924 vues
Share

J’ai suivi avec attention le déroulement de la campagne des primaires organisées par le Parti socialiste à Marseille pour les municipales de 2014. On pourrait écrire des pages et des pages sur toutes les péripéties de la campagne et du scrutin. Vous en avez eu quelques échos sur les chaînes d’information, en particulier l’affaire de la vingtaine de « Ghalibus » loués et de la centaine de voitures individuelles pour acheminer certains électeurs aux bureaux de vote (http://www.itele.fr/politique/video/samia-ghali-met-en-place-un-co-voiturage-electoral-58531). Marie-Arlette Carlotti a même parlé d’« organisation paramilitaire » avant de se faire rappeler à l’ordre par l’Elysée et Matignon.

Tirons simplement quelques enseignements pour la suite de la campagne.

Tout d’abord, les résultats officiellement communiqués très tard par le Parti socialiste sur http://resultats.lesprimairescitoyennes.fr/marseille/ :

– 20731 votants, 335 blancs et nuls.
– Samia Ghali : 25,25%
– Patrick Mennucci : 20,65%
– Marie-Arlette Carlotti : 19,52%
– Eugène Caselli : 16,57%
– Christophe Masse : 14,29%
– Henri Jibrayel : 3,71%

La participation de plus de 20.000 personnes est la première surprise. On prévoyait plutôt 10.000 à 15.000 votants. Est-ce à dire que les « réseaux » habituels (Force ouvrière, Guérini, etc.) ont peu joué ? Peut-être, mais s’il y a un « réseau » qui se dégage des résultats bureau par bureau (http://resultats.lesprimairescitoyennes.fr/marseille/bureaux/), c’est bien le vote maghrébin ou musulman.

primairespararrondissement

En effet, Samia Ghali est largement en tête dans les quartiers nord (43% dans le 16ème, 45% dans le 14ème) et atteint même 59% dans le 15ème arrondissement, alors qu’elle arrive dans le peloton de queue dans les quartiers sud (6% dans le 7ème, 8% dans le 8ème, 15% dans le 9ème) où le quatuor d’Européens de souche Mennucci-Carlotti-Caselli-Masse se disputent les premières places.

Ce qui donne la carte suivante pour le vote Samia Ghali :

MarseilleArrondissementsGhali

Et pour le vote Patrick Mennucci :

MarseilleArrondissementsMennucci

Curieusement, aucun média mainstream ne retient ce caractère géographique et ethnico-religieux des primaires alors qu’il saute aux yeux, et qu’il bat en brèche – s’il en était encore besoin – le mythe du « vivre-ensemble » à Marseille. Même à gauche, on vote selon son origine.

La campagne de l’entre-deux-tours va donc être passionnante, et a commencé à se dessiner dimanche soir.

Depuis son QG et devant ses fans enthousiastes, Samia Ghali très émue a remercié dimanche soir ses électeurs et les appelle à « confirmer l’essai » dimanche prochain. « Allez chercher vos amis », leur lance-t-elle. Mais elle commence également à faire appel à ceux qui n’ont pas voté pour elle : « Au sud de la ville, à l’est de la ville, au nord de la ville, nous sommes tous des Marseillais. »

Dans une interview à I-Télé (http://www.itele.fr/politique/video/patrick-mennucci-veut-rassembler-a-gauche-58615), Patrick Mennucci glisse des messages subliminaux :
« Je suis présent dans toute la ville, dans tous les arrondissements ». Est-ce à dire que Samia Ghali ne représenterait que les quartiers nord dont elle est l’élue ?
« La question simple que doivent se poser les électeurs dimanche prochain, c’est qui est en capacité de battre Jean-Claude Gaudin ». Parce que les gens même de gauche ne voteront pas pour une Maghrébine ?
– Sur le « covoiturage » : « Les images que j’ai pu voir sur les chaînes de télévision ne sont pas très glorieuses », « j’appelle à tourner la page du guérinisme ». C’est une manière de dire à demi-mots que Samia Ghali perpétue le guérinisme, le clientélisme et les méthodes déloyales.

guérini et son équipe

Quant aux autres candidats, aucun n’appelle à voter pour Samia Ghali. Marie-Arlette Carlotti et Henri Jibrayel apportent leur soutien officiel et appuyé à Patrick Mennucci. Eugène Caselli, qui est en froid avec Mennucci, ne donne « pas de consignes de vote » et prend « le temps de la réflexion ». Christophe Masse, à qui Jean-Noël Guérini a donné la présidence de l’office HLM 13 Habitat, se contente de twitter : « Préparons des maintenant le grand rassemblement du 20 octobre autour de @samiaghali2014 et @patrickmennucci » ; et il communique : « Je félicite Samia et Patrick, même s’il est encore trop tôt pour me prononcer pour l’un d’eux. »

Dans l’entre-deux-tours,  Patrick Mennucci va évidemment jouer de tous les registres « anti-Ghali », mais à mezzo voce. En effet, il a intérêt à flatter l’électorat non musulman, mais aussi à ne pas insulter l’avenir en attaquant frontalement le communautarisme de son adversaire. Parce qu’il aura besoin d’elle en 2014 pour avoir les voix musulmanes indispensables pour gagner par la gauche. (l’UMP Jean-Claude Gaudin et le FN Stéphane Ravier ayant depuis longtemps renoncé à ces voix.)

laprovence

De son côté, Samia Ghali sait qu’arithmétiquement, elle aura de la difficulté à gagner le second tour des primaires puisque les non-musulmans voteront très majoritairement pour Patrick Mennucci. Il lui faudra donc faire de la retape dans les quartiers sud, où elle fait de très mauvais scores et où elle n’est pas trop appréciée. (Même si elle habite au Roucas Blanc, l’un des quartiers les plus huppés de Marseille…) A moins qu’elle joue encore davantage la carte communautariste et clientéliste, qu’elle « covoiture » encore plus de monde avec ses « ghalibus » dans les quartiers nord dimanche prochain…

En outre, Samia Ghali qui ne mâche jamais ses mots à l’encontre du gouvernement socialiste aura de la peine à séduire l’appareil du Parti socialiste même si on dit que localement les guérinistes roulent pour elle, alors que Patrick Mennucci en connaît tous les rouages. (Il a été élu conseiller municipal en 1983 sous Gaston Defferre !) Elle pourra cependant compter sur l’appui de Force ouvrière qui fait la loi dans les embauches à la municipalité et à la communauté urbaine, alors que Patrick Mennucci ne cesse de dénoncer la « cogestion » entre Jean-Claude Gaudin, Eugène Caselli et FO.

Samia Ghali devra aussi se dédouaner des « affaires » de favoritisme familial (subventions, emplois, marchés publics, logements…) dont la presse se fait écho : http://www.lecourrierdelatlas.com/569202102013Une-affaire-Samia-Ghali-va-t-elle-encore-eclabousser-le-PS-dans-les-Bouches-du-Rhone.html. C’est du lourd !

Marseille

Mais elle a une corde à son arc : la victimisation. Ainsi, selon un article du Point, elle aurait accusé les équipes de Patrick Mennucci et de Marie-Arlette Carlotti d’utiliser des arguments « racistes » qui lui donnent « l’impression d’avoir fait campagne contre le FN » : http://www.lepoint.fr/politique/marseille-samia-ghali-j-ai-l-impression-d-avoir-fait-campagne-contre-le-fn-12-10-2013-1743355_20.php. De quoi renforcer encore plus le vote communautaire de part et d’autre…

Samia Ghali peut aussi compter sur le maire UMP Jean-Claude Gaudin officieusement candidat à sa propre succession. En effet, il sait qu’il pourra battre la reine des quartiers nord bien plus facilement que s’il doit affronter Patrick Mennucci.

Lequel Patrick Mennucci n’a pas trop la cote dans les quartiers nord, mais il peut compter sur ses riches électeurs du 7ème arrondissement, sur le report de voix dans les autres arrondissements du sud, sur les bobos, les réseaux homosexuels, les antifas… et aussi sur les syndicats FSU, UNSA et CGT qui rêvent de virer Force ouvrière de la mairie. Le soutien du gouvernement à Marie-Arlette Carlotti devrait également se reporter sur lui.

mennucci-ghali

Le premier tour de ces primaires socialistes à Marseille traduit donc un vote ethnique, communautaire et clientéliste, qui pourrait bien se confirmer dans la campagne de l’entre-deux-tours et dimanche prochain :
– Maghrébins et musulmans contre Européens de souche et « bobos »,
– Quartiers nord contre quartiers sud,
– Guérinistes contre anti-guérinistes,
– Force ouvrière contre les autres syndicats,
– Anti-parisianisme contre gouvernement et Parti socialiste.

Nous suivrons donc avec intérêt le débat entre les deux finalistes, mardi à 20 h 50 sur I-Télé… [NDLR : mardi matin, La Provence nous apprend que Samia Ghali aurait refusé ce débat. http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/2578510/debat-itele-mennucci-deplore-le-refus-de-ghali.html. Une péripétie de plus ?]

Patrick Mennucci est le favori arithmétique (au moins 60%) mais quel que soit le vainqueur, ça laissera des traces au sein des socialistes marseillais. Les « réseaux » ne sont pas près de disparaître par enchantement.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.