Les Princes des pays du Golfe : non à l’émancipation des femmes !

Publié le 23 avril 2012 - par - 1 158 vues
Share

Dans son livre, Eurabia, Bat Ye’Or (1) avance l’idée d’un projet concerté, depuis le milieu des années 1970, entre les puissances arabes et l’Europe ( au départ la petite Europe  ):  pour que nous puissions ne pas souffrir des pénuries de pétrole ni être victimes des hausses du brut, nos responsables européens auraient promis de faciliter l’arrivée de migrants musulmans dans nos pays et de tout faire pour le développement de l’islam en Europe. Bat Ye’Or pose comme  idée forte de ce  deal, l’obligation pour les Européens de  défendre la cause palestinienne et comme conséquences  la détestation  d’Israël et des USA. 

Sans porter de jugement sur la véracité, ou non, de cette théorie, je voudrais analyser un point fondamental dans cette affaire : celui de l’évolution  du sort des femmes musulmanes.  Après les indépendances africaines,  la France a largement ouvert  ses portes aux familles étrangères, au départ celles du Maghreb et ensuite celles de l’Afrique Sub saharienne… Des femmes, à forte majorité musulmane, sont arrivées en France au moment ou les Françaises avaient œuvré pour une progression de leurs  droits à l’égalité, leurs droits à la liberté aussi, notamment la volonté de se sortir de la tutelle des maris pour  travailler et décider elles-mêmes du contrôle de leur sexualité et de leur fécondité.  Alors que nous avions accès à ces droits, que nous pensions être universels,  nous souhaitions les partager avec les femmes migrantes venant vivre dans notre pays  ( et en effet, ce fut le cas, jusque dans les années 1990 ). Pourquoi aujourd’hui  avons-nous l’impression d’assister à un recul ? 

Au début, de nombreuses musulmanes ont fait leur ces idées de liberté, de mixité, ont trouvé dans l’émancipation occidentale  une idée forte qui leur convenait. A quel moment  pour quelles raisons, sous quelles influences  s’est effectué un véritable rétro-pédalage dont les voiles, les tchadors  les niqabs et les enfermements, sont aujourd’hui les signes visibles et évidents? Signes déjà visibles de l’autre côté de la Manche depuis 20 ans. 

Si l’on revient à la thèse de Bat Ye’Or, il fallait faciliter la propagande et la propagation de l’islam…Ne peut-on pas alors réfléchir à l’idée suivante: en   pénétrant en Occident, l’islam prenait aussi un grand risque. Les musulmanes venant s’installer en Occident pouvaient   être séduites par les idées émancipatrices occidentales. Pouvaient-elles devenir des femmes autonomes, décidant, elles aussi, de leur destin, de leur sexualité, faisant leur, l’idée d’une société mixte égalitaire entre les hommes et les femmes ? Pouvaient-elles et devaient-elles militer pour que ces idées dépassent les frontières ? Est-ce que ça n’allait pas faire tache d’huile ? Et alors, qu’arriverait-il si toutes les musulmanes du monde se mettaient à revendiquer cela  alors que le  Coran fait d’elles des êtres inférieurs,  des champs fertiles à féconder sans honte, afin  que l’homme montre sa virilité, sa puissance et son obéissance à Dieu ? N’y a-t-il pas eu alors  comme un vent de panique ? Sans la servitude de la femme le monde islamique ne risquait-il pas  d’être déstabilisé, ne risquait-il pas  d’exploser ? 

Imaginons  les femmes des Princes  et celles du monde musulman (2) revendiquer, elles aussi le droit à l’autonomie, le refus des mariages arrangés, et surtout refuser la polygamie…. Et alors … Et alors ? … Comme chantait Henri Salvador… Zorro ne devait pas arriver ! Cela ne devait, en aucun cas se produire, sinon ça mettait tout le système par terre ! Dès qu’ils ont réalisé ce danger nos amis du golfe n’ont-ils pas crié : Arrière toute ?  Ils auraient pu  conseiller aux populations musulmanes de revenir dans le dar al islam… mais non ! L’objectif était la progression de l’islam, la conquête de nouvelles terres pour un  islam qui ne devait pas leur échapper !   Alors comme la chèvre de Monsieur Seguin, après avoir goûté un peu de la liberté occidentale, les musulmanes devaient revenir dans le pré carré islamique.  N’a-t-on pas ordonné: « Messieurs les croyants d’Europe vous êtes priés de  ramener vos  femmes vos sœurs vos  filles dans le droit chemin et sous le voile, et sous le niqab ce serait encore mieux! » 

Les pétrodollars ont alors afflué, les imams ont été envoyés partout, dans toutes les banlieues européennes, même dans les pays du Maghreb, avec le terrible exemple de l’Algérie dans les années 90 ( assassinats, code la famille, retour de la polygamie). Les sunnites, suivaient là le  chemin glorieusement  tracé par leur opposant chiite Khomeyni qui avait réussi le tour de force de mettre,  entre 1979 et 1981,  toutes les femmes sous les tchadors iraniens!  Les arguments utilisés ont été simples : « Mesdames couvrez-vous, vous n’allez pas copier  les mœurs des femmes de ces occidentaux. N’oubliez pas combien ils ont été d’affreux colonisateurs ! Vous femmes musulmanes vous valez mieux que cela ! » Ce fut là l’argument suprême, et nombre de jeunes femmes et jeunes filles sont tombées dans le panneau ! Les imams les plus radicaux, ont trouvé des alliés en France parmi les  sociologues et historiens  de gauche qui ont fait, eux aussi, leurs choux gras de cette théorie. Ils se sont empressés d’enfoncer un peu plus la tête sous l’eau des femmes  éprises de liberté des deux côtés de Méditerranée… Et l’histoire n’est pas finie. Grâce à la télévision et les antennes paraboliques la bonne parole des prédicateurs du golfe, (notamment celle du Grand  Al Qaradawi  chouchou des Princes du Qatar et de T Ramadan) peut maintenant se répandre et entrer dans  les foyers musulmans du monde entier ! Les barbus s’en donnent à cœur joie, reprenant en mains d’autres territoires  comme la  Tunisie trop évoluée dont maintenant  les salafistes montent à l’assaut, l’ Egypte, la Lybie.  Oui les brebis  devront rentrer au bercail ! 

La  débâcle financière européenne va augmenter la pénétration de la finance islamique. La pression est tellement forte du côté des puissances du golfe, et la France dans un  tel   état d’inertie que, même la gauche a  accompagné et encouragé ce rétro- pédalage en matière d’émancipation féminine. On peut aussi  mesurer les conséquences de tout cela en suivant la croissance exponentielle du port du niqab en Europe, en Grande Bretagne par exemple.  Les nations Unies ont déjà déclaré illégale toute critique de  l’islam. Le poisson européen est bien ferré ! Nos joyeux Princes viendront avec leurs nombreuses épouses faire du business, ils poursuivront leur luxuriante vie de pachas polygames (3). Personne ne trouvera rien à redire  au sort terrible qu’ils réservent aux femmes (4), aux immigrés et aux pécheurs de leurs pays. Elle n’est pas belle la vie ? 

Chantal Crabère

 (1) Eurabia l’axe euro-arabe  BAT YE’OR Editions Jean- Cyrille Godefroy

(2)  Une liste publiée en 2008 par le CNAV. Afghanistan- Algérie- Bahreïn- Bangladesh- Bénin- Birmanie- Burkina Faso- Cameroun- République Centrafricaine- Comores- Congo- Djibouti- Égypte- Émirats Arabes Unis- Gabon- Gambie- Inde- Indonésie- Irak- Iran- Jordanie- Koweït- Liban- Liberia- Libye- Malaisie- Mali- Maroc- Mauritanie- Niger- Nigeria- Oman- Ouganda- Pakistan- Qatar- Sénégal- Sierra Leone- Somalie- Soudan- Syrie- Tanzanie- Tchad-  Togo- Yémen- Zaïre- Zambie

(3) quelques chiffres pour l’Arabie saoudite 

– Abdelaziz ben Abderrahman Al Saoud (1880 1953) 32 épouses 89 enfants( 53 fils et 36 filles ) Puis les successeurs:

–  Saoud ben Abdelaziz Al Saoud 9  épouses,  35 enfants (15 fils et 20 filles)

– Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud   4 épouses,   18 enfants (8 fils et 10 filles)

– Khaled ben Abdelaziz Al Saoud  2 épouses  12 enfants ( 6 fils et 6 filles)

 -Fahd ben Abdelaziz Al Saoud   5 épouses  14 enfants (9 fils et 5 filles)

– Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud  9 épouses 35 enfants ( 15 fils et 20 filles)

– Sultan ben Abdelaziz Al Saoud  7 épouses 35 enfants( 18 fils et 17 filles ).

Au Qatar : Hamad ben Khlaifa Al Thani  3 épouses 24 enfants (11 fils et 13 filles)

(4) SOURCE http://www.atheisme.org/incendie.html: Le 11 mars 2002 un incendie se déclare dans une école de La Mecque. Les écolières tentent de s’enfuir de l’établissement mais le piège religieux se referme sur les malheureuses: la police religieuse Al Mutawa les empèche de sortir en bonne obéissance aux préceptes inhumains enseignés par 1400 ans d’islam. Les fillettes ne portaient pas de foulard et ne pouvaient donc sortir comme aucun homme de leur famille n’était présent pour les accompagner. De plus, les sauveteurs, des hommes, n’ont pu leur porter assistance en vertu de la très musulmane règle qui interdit qu’elles soient approchées par des hommes n’étant pas de leur famille. Le quotidien arabe Arab News a précisé l’horreur à laquelle les écolières ont été soumises et qui valu la mort à quatorze d’entre elles: la police religieuse frappait les enfants pour les faire rentrer dans l’école et les condamner à périr dans les flammes. L’islam religion d’amour et de paix? Que les enfants saoudiens n’aient pas trop d’espoir dans les sociétés occidentales pour les délivrer de cette barbarie tant que du pétrole alimentera nos automobiles. 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.