Les prisons françaises hauts lieux du djihadisme…

Publié le 24 octobre 2014 - par - 993 vues
Share

SouidTaubiraEn France, on entre en prison délinquant et égaré du sentier d’Allah et on en sort terroriste-djihadiste  aux frais du contribuable français après avoir  découvert les bienfaits de l’islamoroïne, une nouvelle substance hallucinogène de la famille des psychotropes  administrés sous la haute surveillance des psychiamams (une contraction de psychiatre et d’imams), un nouveau métier au carrefour de la psychiatrie sauvage et de blanchisseur des âmes tourmentées des musulmans chargé de recycler les voyous en pieux combattants pour la gloire d’Allah, missionnés moyennant finances  par l’Administration pénitentiaires pour aider à la rédemption des brebis musulmanes perdues dans cette société sans coeur ni humanité comme se plaisent à la présenter les services d’hygiène de la santé mentale des musulmans.

Grâce à la sollicitude louable qui vaudra à la France la reconnaissance éternelle d’Allah, ses invités  de marque  déposée musulmane qui profitent de sa générosité carcérale ont tout le loisir de consommer à forte dose les psychotiques prescrits par  les soigneurs de l’âme perturbée musulmane.  A ce jour rien n’a été fait pour évaluer les effets néfastes de cette substance aux propriétés impossibles à déceler par les laboratoires de toxicologie malgré les troubles provoqués chez ses usagers.  Entourée par une  véritable omerta   comme si on  cherchait à acheter la paix carcérale car cette villégiature  bénie par le dieu de l’islam est susceptible de se transformer en chaudron meurtrier si on  prive ses occupants touchés par la grâce de cette divinité  de leur psychotrope dont ils sont  addicts.

L’Administration pénitentiaire est toute heureuse de profiter de ce puissant antidote qui dépend les ressorts de la colère chez ses invités dont les vertus thérapeutiques premières sont d’altérer les structures neurologiques et de provoquer des profondes modifications de la pensée qui se manifestent par  la conscience d’une nouvelle renaissance,  d’une hyper excitation et l’illusion de passer de l’état d’humain en butte avec soi et l’autorité à l’état d’un mutant doté d’un pouvoir hors du commun qui lui confère un sentiment d’invincibilité et d’impunité, de pouvoir enfin donner du sens à son esprit belliqueux et velléitaire en le formalisant dans le cadre d’une action tournée vers la promotion d’une cause pour laquelle il avait des affinités latentes mais qui avaient fini par prendre corps grâce aux cures de consommation  à volonté  de ce psychotrope  seulement disponible en France  dans les villégiatures carcérales.

Il est urgent que les organismes de veille sanitaire, en France  dans l’intérêt de la santé et la sécurité publique de la population, inscrivent ce psychotrope qu’on inhale par les yeux et les oreilles, car il est de nature auditive et oculaire qui irradie directement le cerveau, fait à base de lecture intensive d’un livre plus dangereux encore que celui qui avait provoqué la Shoah, au chapitre de la famille des  drogues dures qui font voir les odeurs et entendre les couleurs.

Il n’y a qu’un  seul remède il faut déclarer ce psychotrope identifié sous le nom d’islam qui devrait plutôt être appelé islamoroïne hors-la-loi à cause de son enseignement hautement subversif et dangereux pour la vie humaine.  Les musulmans hypocrites qui font seulement entendre leur voix  juste pour asperger  leurs détracteurs de leur bave de crapaud ne vont nous manquer de crier leur douleur de voir leur religion dévoyée par des extrémistes qui sont pourtant le pur produit  de l’endoctrinement musulman dispensé dans les prisons françaises sur le budget de l’Etat :

Jamais l’islam n’est la cause de rien, il est un ange de paix et d’amour de son prochain. Les victimes de l’attentat meurtrier du Musée juif de Bruxelles apprécieront.  Pu de chances pour qu’ils compatissent pour les victimes et témoignent publiquement de leur rejet inconditionnel de la terreur qui est la bactérie principale de la source, chara’a,  à laquelle ils s’abreuvent.  Mehdhi Nemmache est contaminé par cette eau polluée qu’on lui a servie en prison et en aucun cas victime de l’ostracisme de la société française.

On doit s’inquiéter de la qualité originelle de l’eau et non accuser les consommateurs musulmans à la santé mentale déficiente et fortement  empoisonnés par la bactérie hyperactive qui provoque des troubles d’humeur, des angoisses insoutenables,   des fortes poussées de fièvre et des comportements délirants , incontrôlés et ultra-violents.

Tels des sujets pétrifiés par la peur de briser le miroir de vérité sur lequel se reflètent  leurs visages hideux déformés par les toxines doctrinaires de leur religion, les  musulmans ont la réputation de s’enfermer dans leur bunker mental qui leur sert de forteresse qu’ils se veulent imprenable contre toute tentative de travail d’introspection et de réflexion sur le sens même de leur propre vie dont ils sont totalement dépossédés au profit de leur propriétaire et maître, à savoir Allah. 

Les musulmans aux facultés de discernement affaiblies  par la sape massive et constante de leur personnalité du berceau jusqu’à la mort ne pourront jamais condamner ce que le Coran  ordonne et récompense. Quant aux agressions antisémites, elles sont dans la logique même de leurs dogmes. 

Salem Ben Ammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.