Les prisons françaises vont-elles imposer le halal pour tous ?

La justice vient d’enjoindre le directeur de la prison de Saint-Quentin-Fallavier, dans l’Isère, de servir des repas halal aux détenus musulmans, le tout au nom de la liberté de religion et du libre exercice des cultes.

Jusqu’à présent, en effet, le service pénitentiaire fournissait trois types de repas aux prisonniers de Saint-Quentin-Fallavier : des repas « normaux », des repas « sans porc » et des repas « végétariens ».

Désormais cela ne suffit plus. Pourquoi ? Parce que la France se doit de respecter les rites de l’islam en tous lieux, y compris les plus fermés !

La société Sodexo Justice Services, qui fournit les repas à la prison de Saint-Quentin-Fallavier, a aussitôt précisé que la nourriture halal n’entraînerait pas de «surcoût prohibitif» (1) pour le centre pénitentiaire, ni de «difficulté technique particulière». Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Et pourtant,  que de précautions les prisons françaises ne prennent-elles pas pour satisfaire aux desiderata de l’islam ! Les détenus musulmans qui le souhaitent peuvent acheter des produits halal à la cantine de la prison, et les cuisiner dans leur cellule. Pendant le ramadan, chaque prison veille à ce que soit ajouté un sachet au repas du soir, afin de permettre à tous les détenus observant le jeûne de se restaurer plus abondamment la nuit.

Peine perdue cependant, les prisonniers musulmans se sentant toujours discriminés dans leur identité religieuse !

Il reste qu’en concédant toujours plus aux revendications musulmanes en milieu carcéral, on oublie à qui on a affaire, les détenus de ce type n’étant là que parce qu’ils n’ont pas respecté la loi, ce qui rend indécent l’allégeance faite à leur légalisme confessionnel !

Mais s’il n’y avait encore que cela ! Car il y a pire, hélas, et les détenus non-musulmans le savent mieux que personne, eux qui sont victimes d’un harcèlement quotidien s’ils ne suivent pas les prescriptions religieuses imposées par leurs codétenus musulmans ! Or, le mot « harcèlement » est ici un euphémisme, comme en témoignent  les insultes,  les violences physiques et les menaces de mort dont un détenu non-musulman fut l’objet durant son incarcération à la maison d’arrêt de Fresnes, dans le Val-de-Marne (2).

Et dire qu’ils sont des centaines, en France, à vivre ce calvaire (3) !

Maurice Vidal

(1) Il y aura donc un surcoût !

(2) http://m.leparisien.fr/faits-divers/un-prisonnier-si-tu-ne-te-convertis-pas-a-l-islam-tu-es-un-homme-mort-28-11-2013-3358289.php

(3) Un ami de longue date, incarcéré 8 mois durant dans une prison niçoise suite à une erreur judiciaire, a subi les mêmes horreurs. Quand il me le disait, je ne le croyais pas !

 

image_pdf
0
0