Les profs en ont marre des agressions : qu’ils aillent en école indépendante !

Les professeurs victimes de violences scolaires ? Ce n’est qu’un début , aucune raison que cela s’arrête !

Néanmoins, les « profs » doivent savoir ce qu’ils veulent : enseigner réellement sans prendre des coups et pour cela, s’en donner les moyens, ou bien continuer à œuvrer dans un système inique qui ne peut leur apporter que des déboires car deux facteurs se conjuguent pour alimenter les violences scolaires : l’immigration massive inassimilable et le pourrissement complet de l’Éducation nationale.

Immigration massive

Une immigration massive de jeunes inassimilables qui véhiculent des façons d’être qui nous sont totalement étrangères, commettant des actes d’agressivité voire de délinquance jamais punis quand les réactions de défense de ceux qui sont en face, qui subissent et réagissent, sont remises en cause en permanence par les autorités, renforçant ainsi l’agressivité de ces jeunes de plus en plus vindicatifs et violents.

Tel est le cas des enseignants agressés par les élèves et qui ne sont pas soutenus par leur hiérarchie. Ainsi de cette institutrice confrontée régulièrement à l’insolence d’un enfant immigré de 10 ans qui a fini par lui donner un coup de pied ; sa directrice et son inspecteur ne la soutiennent pas, estimant qu’il faut une réponse pédagogique.

Certes ! si c’est en partie vrai, il ne faut néanmoins pas manquer d’aplomb pour en rendre responsable l’institutrice mise en cause dans son enseignement alors même que c’est le système éducatif lui-même qui est complètement et volontairement déréglé et que les enseignants ne font que répondre aux injonctions qui leur sont faites car, le second facteur qui alimente les violences scolaires, c’est…

Le pourrissement complet de l’Éducation nationale

(Précisons, hors « réseaux d’éducation prioritaire » dans lesquels est dispensé un enseignement d’excellence réservé à une grande majorité d’élèves issus de l’immigration).
Aujourd’hui, en raison de ce que l’on donne à ingurgiter aux autres enfants, l’École publique n’est pas plus une École qu’un fast-food n’est un restaurant : fabrique de jeunes déstructurés, décérébrés, futurs chômeurs, délinquants… en raison de l’usage de méthodes pédagogiques – ou plutôt anti-pédagogiques – comme les méthodes de nature globale toujours en usage, qui ne permettent même pas aux jeunes de savoir lire et comprendre un texte de lecture courante ; suppression de la transmission d’un savoir structuré et cohérent qui permette une véritable formation intellectuelle et ce, au profit d’activités dont les contenus – de surcroît – sont pour le moins contestables comme la théorie du genre et autres inepties, une histoire dénaturée où la France est en permanence coupable de… et les immigrés, victimes de… tout ceci rend la situation intenable pour ceux qui doivent encadrer les enfants car, comment, dans ces conditions, avoir quelque autorité sur des élèves déjà rétifs ?

Dans le système actuel il n’y a aucune justification à l’autorité. L’autorité implique une notion de légitimité. Comment inspirer le respect, comment donner l’envie à des enfants, d’obéir à des injonctions qui n’ont pas de fondement solide ?

Conclusion

Néanmoins, Il faut savoir ce que veulent les « profs », surtout lorsqu’ils sont jeunes et qu’ils ont toute une carrière devant eux : ou bien s’accrocher à ce vieux « rafiot » tout rouillé qui prend l’eau de toutes parts ou bien enseigner réellement et sans risquer de prendre des coups.

Il n’y a pas 36 solutions, au point où en est à la fois la submersion migratoire et le délabrement de l’Éducation nationale avec les collabos de service qui se couchent immanquablement, aidés en cela par leur ministre : ou bien les profs se font complices d’un système qui non seulement les détruit mais détruit l’intelligence des enfants qui leur sont confiés, ruinant par là-même leur avenir et celui de la France – et l’on ne voit pas bien ce qui les pousse à cela – ou bien ils participent à la nécessaire renaissance d’une école de qualité et donc à une renaissance de la France en se mettant à la disposition des écoles indépendantes pour dispenser un enseignement de qualité.

Il n’y a qu’une seule solution : quitter l’Éducation nationale, aller frapper à la porte de la « Fondation pour l’École » afin de se mettre à la disposition des écoles indépendantes et pouvoir délivrer un véritable enseignement sans risquer de prendre des coups. Toutes les actions autres ne seront que des coups d’épée dans l’eau car les problèmes de fond ne seront jamais réglés.

Pour cela, il suffit de consulter le site de la « Fondation pour l’École », repérer l’établissement – géographiquement parlant – qui peut intéresser et faire les démarches nécessaires. Il ne semble pas que le montant du salaire diffère tellement de ceux de l’Éducation nationale, sinon les écoles ne trouveraient pas de candidats.

Quoi qu’il en soit, au point où en sont les conditions catastrophiques « d’enseignement » tant pour les élèves que pour les enseignants dans l’école publique, il faut arrêter de se lamenter et faire des choix ; aucun n’apporte tous les avantages.

En tous cas, dans les écoles indépendantes, les enseignants enseignent réellement sans prendre des coups, sont heureux d’exercer leur métier et d’élever – au sens propre du terme – les élèves qui leur sont confiés. N’est-ce pas cela la véritable vocation d’un « prof » ?

Claude Meunier-Berthelot

https://www.fondationpourlecole.org/nous-connaitre/les-ecoles-independantes/

image_pdf
0
0

36 Commentaires

  1. Les enseignants sont la catégorie sociale la plus hystéri-promigrants. Ils n’ont que ce qu’ils méritent ! …

  2. Les profs en ont marre des agressions ? Mouaaarrrffff ! Mais non, ils adorent ça puisqu’ils ont voté pour le macrouille. Et s’ils ont changé d’avis « en marche », qu’ils assument et qu’ils ne se plaignent pas, les bobos-collabos. On ne va pas les plaindre, certes pas ! Bons salaires, longs congés, un max d’absentéisme et de moins en moins de travail pour eux puisqu’ils sont d’accord pour que les écoles se transforment en garderies-foutoirs. En fait, ils jouent tous une immonde comédie en faisant croire qu’ils sont des victimes.

  3. « On ne les éduque plus, on les occupe »
    Réservant aux Parents qui le peuvent encore, de leur apporter les bienfaits d’une Civilisation.
    Le nivellement par la base condamne l’élitisme.
    …. Et c’est Lui le coupable !

  4. Je rejoins ce qui se dit sur les commentaires ci-dessous, à savoir que je n’ai aucune compassion pour des gens qui ont voté à gauche toute leur vie, qui passent leur temps à endoctriner les enfants avec leurs idées islamo-gauchistes, et qui après se plaignent de se faire agresser par des « chances pour la France ». J’irai presque jusqu’à dire que ça me fait bien plaisir….

    • Je tiens à signaler qu’il existe aussi des profs qui votent à droite, comme moi depuis 1982, refusent les théories fumeuses et abêtissantes, et qui souffrent le martyre !

      • Ils peuvent aussi changer de boulot mais voila faut bosser et pas 3 mois de congés par an n’est-ce pas !

  5. AAAAAAh ,décidément ,les commentateurs ,vous n’avez toujours pas compris qu’elle chance à la France ,avec toutes ces chances pour la France …
    Que des ingénieurs ,des avocats ,des médecins …N’est pas extraordinaire?

    • comme nous sommes généreux et solidaires nous aimerions partager avec les pays musulmans surtout si ce sont en plus des pays marxistes

      • 2019
        La France gouvernée par des félons depuis 60 ans a été conduite à l’abattoir.
        Elle est à ce jour châtiée, martyrisée, humiliée, dépossédée, anéantie, vendue.
        J’ai envie de dire comme certains ici, bien fait pour vos gueules vous l’avez cherché!.
        Rien à ajouter

  6. De mon temps, ce sont les maitres et les maitresses d’école qui faisaient autorité sur les gosses, et gare à celui ou celle qui aurait dévié ou même essayé de faire un semblant d’indiscipline,car la sanction ne se faisait pas attendre et croyez moi, si dans les chaumières, les parents auraient « oublié » d’inculquer une quelconque bribe d’éducation les instits remettaient rapidement la situation en ligne.
    Les Marcel et les Christophe du 9-3 n’auraient pas été à la noce!, enfin je parle dans le vide, car je ne suis même pas certain qu’aujourd’hui ces descendants de sauvages fréquentent les établissements scolaires.
    Mais çà c’était avant, nostalgie sans doute, regrets certainement!.

  7. deux remarques : le monde enseignant a voté à 7% pour MLP , il n’a que ce qu’il a voulu! Quant aux enseignants , issus dans leur majorité des générations auxquelles on a distribué le bac et tous les autres diplômes comme des cadeaux « Bonux », ils sont largement incompétents, ignorants, sous cultivés et imprégnés d’idéologie gauchisante qui leur fait tolérer la transformation de leur métier en simple animation pseudo sociale et culturelle.

  8. Le chèque éducation comme le préconisait Jean Marie Le Pen, la voilà la solution, de cette façon, ce sont les parents en choisissant l’établissement d’enseignement pour leurs enfants qui se retrouveront maitre du jeu et qui pourront éradiquer le pédagogisme mortel pour nos enfants, car actuellement ce sont les pseudos enseignants marxistes qui imposent leur diktat.
    Celui qui ose dire encore aujourd’hui que la France n’est pas un pays communiste est un aveugle et un abruti, nous sommes tous et toute soumis sous la coupe des gauchiasses.

  9. Des enseignants autour de moi comprennent les racailles. On les a mis à l’écart, on ne les a pas intégrés….
    Ces enseignants n’arrivent toujours pas à comprendre que ces racailles ne veulent pas travailler comme nous mais souhaitent vivre de trafics autrement plus juteux. Quant à notre culture, ils la vomissent.

  10. L’Education Nationale : Tous des gauchos…
    Il ne faut pas donner de fessés aux enfants, il ne faut pas les confronter à la discipline, les migrants sont des gens super : Gagné !
    Vous, les soit disant « sachant », récoltez ce que vous avez semé !
    Et je suis tenté d’ajouter : Bien fait pour vos gueules !
    Commencez à faire remonter la France dans les classements Internationaux où vous l’avez fait sombrer, et on en reparlera ensuite….
    (Deux enseignants dans ma famille, ils me font vomir…)

    • Comme ça c’est dit , et bien dit ! Bravo Clovis .
      J’en connais aussi des pédagos , ils sont à gerber …

    • Tous des gauchos ! (même ceux qui font semblant de ne pas l’être). Passés au formatage de « l’éducation nationale », (y a-t-il encore une nation Française ?) tellement débiles qu’il pourraient être journalistes.

  11. j’ai été professeur pendant 42 ans, sans que jamais un élève ne me manque de respect (plus de dix secondes!)
    il est vrai que quand l’administration de l’établissement a la trouille, et se couche, la tâche est plus ardue

  12. Continuer contre vents et mqrees a rester a l en et faire son boulot en vrai prof .. sauf que la formation des jeunes recrues et ces recrues sont une calamite ..des employes ni plus ni moins….au service de leur patron

  13. J’aurais pris le problème à l’envers :

    Si vous aimez vos enfants, retirez-les de l’école publique.
    Et si vous aimez la France, combattez la Répubolique.

  14. Les pédagos sont au mieux des connards, au pire des collabos attachés aux vieilles lunes gauchiasses… Alors, ou bien ils s’en vont ou bien ils crèvent !

  15. s’ils en avaient vraiment marre ils ne manifesteraient pas pour l’immigration et contre l’islamophobie
    chaque fois qu’un enseignant se fait mettre une tête au carré par ses assistés je rigole

  16. Les faits ont la vie dure et ces prof gauchistes récoltent ce qu’ils sèment depuis 40 ans…
    Part contre c’est odieux pour les 10% de
    prof consciencieux non gauchistes qui subissent ce que leurs collègues ont mis en place.

  17. Ils veulent le respect? Alors qu’ils commencent par rétablir la discipline: alignement en rangs par deux, silence en entrant en classe et durant le cours, rétablissement de l’estrade afin de montrer qui est le maître. Et aussi qu’ils s’habillent en costume ou en tailleur, et pas en jean-baskets comme leurs élèves. Et enfin qu’ils donnent à leurs élèves les notes qu’ils méritent, ni plus ni moins.

  18. Pensez donc, très peu auront le courage de leur vocation. La plupart préféreront leurs congés et leur fric de fonctionnaire.

  19. Quarante ans de soutien à la pire espèce de traîtres qui ont mis le foutoir dans le pays.
    Il prennent le boomerang de la trahison en pleine poire et il faudrait les plaindre ?

    • Une amie, professeur de Français en Algérie, son autorité contestée par un élève (grand garçon) parce qu’elle ne portait pas le voile, plainte immédiate à la direction de l’établissement, l’élève viré de l’école séance tenante sans réunion préalable avec psy etc… et pas de parents ou de grands frères qui vous attend à la sortie.
      Il y a des fois ou les méthodes expéditives Algériennes devraient être copiées en France.

      • Les méthodes algériennes sont très efficaces et ont fait leurs preuves, vous m’avez compris.
        Donc tout est possible, il n’y a pas de fatalité, il suffit de changer de bulletin.

      • En Algérie.. Ah ouais? je me souviens d’un prof d’économie plutôt brillant -du supérieur il est vrai- qui nous racontait en 1989 que chargé d’un séminaire d’une semaine à l’université d’Alger,suivi d’un examen de validation , il avait pris sur le fait un tricheur.Celui-ci à la demande de remettre sa copie, de se lever et de sortir de la salle, avait ricané en mimant le geste autour du cou dont ont coutume les te…..ristes. Ce prof avait signalé le fait au Pdt de la fac, et le nom de l’étudiant, mais tenant à rentrer en France entier s’est abstenu de porter plainte. Il n’est jamais retourné enseigner là bas.Alors les « méthodes expéditives algériennes » , qu’ils ont importées, vous pensez comme ça dure!…..

Les commentaires sont fermés.