1

Les « racisés » sont des islamistes qui veulent en finir avec les Blancs de France

Les racistes se disent racisés et le font savoir en adhérent massivement aux élucubrations fondamentalement racistes des indigénistes, contrairement à ce que dit Mélanie Luce qui assume une rupture avec l’universalisme républicain qui ne reconnaît pas les couleurs, les races, les origines et ne veut qu’une seule communauté, la française.

« On se sépare de l’universalisme républicain tel qu’il était mis en œuvre depuis longtemps, car ça ne fonctionnait pas », nous explique-t-elle. L’Unef se dit « intersectionnelle » et donc raciste de fait puisque séparant les Blancs des Noirs. Mélanie Luce en est, selon ses mots, la première présidente « racisée ». « Mais nous ne sommes pas indigénistes », assure-t-elle. Faux.

Mélanie Luce et l’incendie de Notre-Dame de Paris

Tous ses actes et engagements vont vers la séparation des races en acceptant de fait les réunions interdites aux Blancs et également acceptant de fait, la séparation des sexes.

La plupart des Français, comme en général pour les problèmes de fond sociétaux, ignorent cette séparation et pensent que de toutes les façons, cela n’influera pas sur leur mode de vie ! Faux.

Les révolutions importantes se sont faites par l’engagement des plus déterminés, des plus engagés et grâce à l’indifférence des masses, et la trouille pour ceux qui étaient les plus informés.

L’Unef est un influenceur comme d’autres, comme tous ceux qui se sont investis dans l’islamisation du pays. Comme tous ceux qui ne disent rien, comme tous les syndicats de travailleurs comme la CGT, SUD, CFDT, FO, CFTC qui ne font pas le ménage dans leurs fédérations investies par les islamistes.

Le plus parlant est la Confédération des Travailleurs Chrétiens (CFTC) qui a remplacé le mot « Chrétien » par « Constructif ». Une aberration monumentale pour un syndicat qui renie pleinement ses origines, justement chrétiennes et qui insulte les fondateurs.

L’ancien patron de l’Unef, Bruno Julliard, n’en revient pas de cette mainmise des islamistes sur son ancien syndicat qui défendait farouchement la laïcité ! Pendant longtemps il n’a dit mot. Il estime aujourd’hui, que « la barque est trop chargée ». Il dénonce une « dérive identitaire, avec une conception racialiste de beaucoup de sujets dans la société » « Les réunions non mixtes racisées étaient impensables à notre époque », assure-t-il. Il pointe même un « déclassement intellectuel » du syndicat, avec des communiqués de presse ou des tweets « qui ne sont même pas écrits en français ». Ce sont des étudiants en université incapables de pratiquer la langue française. Bravo l’Éducation nationale ! Bel échec de cette « république » dont les valeurs servent de paillasson aux islamistes.

De la part des autres syndicats rouge ou rose ? Il n’y avait rien à en attendre. La CGT issue du Parti communiste a toujours su collaborer avec les occupants comme au temps de Maurice Thorez et Jacques Duclos. Le plus amusant si l’on veut, c’est cette propension qu’ont les communistes à faire quasiment l’amour avec les LGBD+ alors que Jacques Duclos, celui qui avait négocié avec les nazis en 1940, en avait une sainte horreur si j’en crois ce qu’il rétorquait au Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) en 1971 « Comment vous, pédérastes, avez-vous le culot de venir nous poser des questions ? Allez-vous faire soigner ! Les femmes françaises sont saines, le PCF est sain. Les hommes sont faits pour aimer les femmes ». Un autre monde et la preuve que la gauche et le PC ont bien changé. Idem sur l’immigration car tout le monde se souvient de la diatribe de Georges Marchais appelant à ce que cesse l’immigration en France.

Aujourd’hui, la gauche s’est prostituée pour quelques voix, elle s’est couchée, s’est mise en levrette et s’est ouverte afin de faire des petits terroristes sociétaux qui vont grandir, pulluler et investir tous les centres vitaux de la nation comme l’ont fait les communistes après-guerre. Rien de neuf ?

Si, parce que c’est notre monde, notre civilisation, nos mœurs, nos rapports avec les femmes, nos enfants qui vont être profondément bouleversés au nom du racisme qu’ils appellent racialisme. Ce monde qu’ils nous préparent, c’est celui où nous n’aurons pas d’autres choix que la valise ou le cercueil. Ils nous le disent clairement : si ce monde ne vous plaît pas, partez de France !

Cette islamisation se fait par le bas, par l’immigration, les écoles aux frais des contribuables qui nourrissent des familles incapables de résister à la pression islamiste des cités et des quartiers hors République, quand ce n’est pas elle qui favorise le pourrissement comme on peut le voir avec les associations de type Traoré et autres tarés des ligues africaines.

Elle se fait par le haut à travers les écoles de Sciences politiques, les universités, les entrismes dans les partis politiques, les élections municipales et législatives, les médias, les publicités culpabilisantes, etc.

À travers le cinéma aussi ! Plus aucun téléfilm ou film sans avoir coché toutes les cases. Sans qu’il n’y ait dans le scénario l’homosexuel victime, son Noir injustement condamné, ou directeur ou procureur, c’est selon. Idem pour l’Arabe commandant le groupe de flics blancs demeurés. Rien n’y échappe, pas même le trisomique, le handicapé, et toujours le discours lénifiant ou suffisant sur les méchants de préférence blancs, puisque quasiment aucun jeune délinquant des cités n’est issu de la diversité, comme par hasard. C’est toujours des Jean-Benoît, Jean-Charles, Michel et Hugo qui sont les méchants de la bande, avec de temps en temps, un Karim, ou un Mohamed emporté « sans le faire exprès » par ci par là, comme ces pauvres Traoré. Vérifiez par vous-mêmes en analysant la soupe médiatique que l’on vous donne sur les télévisions.

J’ai essayé d’y échapper en m’abonnant à Netflix. Même sauce, mais à l’américaine. Reste votre cerveau pour faire le tri, votre intelligence pour ne pas tomber dans le panneau, mais cela ne garantit pas les impacts nuisibles à la bonne santé mentale de vos enfants qui n’ont sans doute pas vos outils pour résister. Bon courage !

Gérard Brazon