Les réseaux socialos-mafieux de l'aire marseillaise…

On savait, depuis la mise en examen de l’ancienne vice-présidente de la région PACA, l’actuelle députée socialiste Sylvie Andrieux (1 et 2), qu’il était habituel, chez ces « gens-là », de fournir abondance d’argent public pour faire vivre des associations « bidon » destinées à promouvoir le multiculturalisme, la mixité des cultures… et le vote socialiste dans des cités marseillaises où sévit, avec l’agrément politique général, une économie souterraine et un assistanat social qui s’épaulent mutuellement (3). Le clientélisme, dût-il favoriser la destructuration de l’espace sociétal, installer le communautarisme islamique et nier l’autonomie du citoyen, n’a jamais révulsé la caste politicienne qui sévit en PACA depuis de si longues années, de quelque « bord » qu’elle soit.
Mais les affaires qui se succèdent actuellement font flotter autour de ce milieu politicien socialiste une atmosphère puante et laissent émaner des relents mafieux qui rappellent, forcément, les plus sordides affaires de la mafia napolitaine autour des marchés, florissants, des ordures ménagères.
Qu’on en juge en parcourant ce relevé succinct d’articles parus dans « La Provence » en ligne (il en paraît presque un par jour actuellement) qui concernent aussi bien les différents marchés d’enlèvement et de traitement des ordures ménagère initiés par le Conseil Général, la Communauté des Communes de Marseille et la ville de Marseille elle-même, que d’autres affaires qui s’imbriquent aux précédentes et qui montrent des liens étroits entre le monde du politique, les structures administratives et les truands de « haut vol », tout ce « beau monde » semblant s’asseoir à la même table » pour se partager le même festin .
Marchés truqués en Haute-Corse (4 à 6), liens avec le « milieu » et le clan « Baresi » (7), magouilles pour la gestion des maisons de retraite (8), marchés multiples liés aux ordures ménagères (9 à 11)…
Où s’arrêtera-t-on ? Jusqu’où iront les enquêtes (8) ?
Laissons la justice faire son travail : il est ardu, et souhaitons qu’elle puisse aboutir…
Mais, en tant que citoyens libres, responsables, informés, nous devons au fonctionnement sain et vrai de la démocratie de rappeler à chacun que:
Quand on vote « socialiste », on vote pour la Mondialisation dans ce qu’elle a de pire en matière économique, financière, d’organisation du travail et de libre circulation de la main d’oeuvre : le directeur de FMI, Dominique Strauss Kahn, et son double de l’Organisation Mondiale du Commerce, Pascal Lamy, ne sont-ils pas d’authentiques socialistes ?
Quand on vote « socialiste », on vote pour le développement impétueux de l’immigration (Lire dans « Riposte Laïque »173 la critique du discours de Brochen-Aubry par Paul Le Poulpe) l’apport maximum de populations étrangères dans notre pays soumis à un chômage endémique (qui profite allègrement aux donneurs d’ordres « capitalistes » et leur permet de geler les salaires…) , à une crise du logement, à des déficits publics et sociaux abyssaux, à une insécurité croissante dans les quartiers qu’ont ghettoïsés ces populations immigrées de quelque génération qu’elles soient…
Quand on vote socialiste, on vote pour la destruction de l’espace public laïque et démocratique par la mise en place de toutes les formes du communautarisme, et, en particulier, du communautarisme islamique dont la nommée Brochen, épouse de l’avocat des islamistes « roubaisiens », qui se fait appeler Aubry pour ne pas se faire appeler Delors, est le chantre le plus tonitruant…
Quand on vote socialiste, on vote contre la loi de 1905 et la séparation stricte des églises et de l’Etat, car les élus de ce parti sont les premiers à dilapider l’argent public dans la construction de mosquées superflues, d’écoles coraniques annexées, de lieux d’exclusion culturelle réservés à l’islam, tout en approuvant le mise en place de tous les accommodements « raisonnables » dont ils espèrent un gain électoral…
et d’ajouter, à la lumière des « affaires corses et marseillaises », que, quand on vote socialiste, on vote, aussi, pour la mise en route de réseaux nauséabonds dont les exemples cités montrent qu’ils sont d’essence mafieuse et destinés à conforter une économie parallèle particulièrement juteuse tout en niant la légitimité républicaine.
Robert Albarèdes
1 – http://www.laprovence.com/article/region/sylvie-andrieux-face-au-juge-jignorais-tout)
2 – http://actu.orange.fr/une/subventions-de-la-region-paca-la-deputee-ps-sylvie-andrieux-mise-en-examen_21739.html
3 –http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/exlusif-le-temoignage-de-karim-ancien-caid-des-cites)
4 –http://www.laprovence.com/article/multimedia/sur-la-piste-dun-reseau-international)
5 – http://www.laprovence.com/article/region/marches-truques-de-corse-un-proche-de-giacobbi-mis-en-examen
6 –http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/marches-truques-de-corse-boudemaghe-refuse-lextradition
7 –http://www.laprovence.com/article/region/marches-truques-en-corse-lombre-du-clan-barresi
8 –http://www.laprovence.com/article/region/affaire-des-dechets-les-pistes-de-lenquete-des-gendarmes)
9 –http://www.laprovence.com/article/region/coup-de-filet-dans-laffaire-des-dechets-huit-gardes-a-vue-dont-alexandre-guerini
10 –http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/affaire-des-dechets-des-proches-de-jean-noel-guerini-parmi-les-huit-gardes-a-v
11 –http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/affaire-des-dechets-une-vingtaine-de-gardes-a-vue

image_pdf
0
0