Les retraités français de plus en plus agressifs

Les retraités sont-ils des privilégiés ?

Les faits divers se multiplient dans la presse, c’est une évidence, les retraités français sont de plus en plus agressifs.

Il y a quelques jours, l’en d’entre eux, un homme de 75 ans, a été impliqué dans une rixe (ce sont les mots employés par la presse), dans un marché à Aubenas, et a été poignardé de multiples fois à la gorge. D’un point de vue strictement physique, si l’on se place dans le référentiel galiléen du couteau, on peut tout aussi bien considérer que c’est le retraité qui s’est jeté sur le poignard que l’inverse. Aucune précision n’a été donnée sur l’origine du propriétaire du couteau, qui doit certainement subir les séquelles psychologiques d’une telle agression.

Il y a quelques mois, un autre représentant de cette population s’est accroché à une voiture, probablement en tentant un acte de carjacking, et a été traîné sur plusieurs centaines de mètres sur la chaussée. Sa tentative ayant échoué, il a été grièvement blessé. Hospitalisé, il est ainsi venu grever un peu plus les comptes, déjà mal en point, de notre système de santé. Il a tout de même eu le bon goût de décéder quelques semaines plus tard. Bien entendu, les médias, pratiquant l’omerta qui les caractérise, ont passé sous silence les dommages occasionnés au véhicule, dont le conducteur appartient à une espèce protégée : les chances pour la France.

Terminons par cet acte odieux :  à Cannes, une femme de 89 ans se promenant dans un parc, exhibait ostentatoirement sa richesse, provoquant ainsi volontairement la colère de trois chances pour la France qui, ainsi agressés, n’eurent d’autre choix que de lui porter des coups violents pour se sortir de cette situation. La famille de cette femme n’a eu de cesse de se répandre dans les médias, alors que cette dernière, de ses propres dires, « n’a rien vu ni ressenti ». Dans ce cas, quelqu’un pourrait-t-il m’expliquer pour quelle raison, cette femme et sa famille, ne sont pas poursuivis pour abus de procédure ?

Chaque jour, partout sur le territoire, des cas semblables se multiplient, dans l’indifférence générale. Il faut avoir le courage de nommer les choses : les retraités français commencent à représenter un danger pour l’ordre public et la sécurité intérieure. Non contents de vivre dans une opulence indécente, comme l’a mentionné Macron, ils se sont permis de rajouter des problèmes aux problèmes en refusant de crever en silence dans les mouroirs mis gracieusement à leur disposition, pendant l’épidémie de Covid.

Combien de temps cette situation va-t-elle perdurer ? Qu’attendent Darmanin et Dupond-Moretti pour prendre les mesures adéquates afin de nous protéger ?

Les attaques perpétrées par les retraités français doivent cesser. Exigeons des mesures fortes de la part du gouvernement. Ce n’est ni plus ni moins que la sécurité de nos familles qui est en jeu.

Alain Falento

image_pdfimage_print
27

23 Commentaires

  1. C’est bien la raison principale de la manœuvre en cours : repousser d’un côté l’âge du départ à la retraite, de l’autre, réduire autant que faire ce peut l’espérance de vie afin d’avoir des retraités qui n’occuperont plus inutilement le territoire, comme l’avait exposé Attali dans ses entretiens avec Michel Salomon (« l’avenir de la vie ») où la question de l’euthanasie était clairement envisagée comme outil de gestion démographique. Il serait alors possible, ces conditions atteintes, d’envisager un transfert de la gestion des retraites à des opérateurs privés – genre fonds de pensions – dont les actuariels ont clairement fixé à un maximum de 10 années de service la durée des pensions à payer pour assurer la rentabilité de l’opération. Cherchez qui est au capital de qui (suivez l’argent) et vous saurez qui fait quoi et pourquoi.

  2. Oui, les retraité en ont assez d’être salis… Ce qu’ils ont acquis au cours de leur vie de n’est pas volé et ils ont bien raison de protéger leurs biens acquis à la sueur de leur front… et que veulent s’approprier les nouveaux Français « venus d’ailleurs » que le gouvernement accueille avec le tapis rouge alors qu’ils ne viennent, et ne s’en cachent même pas, pour profiter des largesses de notre pays… et des petites Françaises qui se laissent facilement embobiner… Les « migrants » ne sont pas des vieillard fuyant leurs contrées « en guerre », ce sont des jeunes envahisseurs qui ont une « mission » : la mixité à marche forcée « quoi qu’il en coûte ». Surtout que ça ne leur coûte pas un rond !

  3. Étant retraité, je me promène avec ce qu’il faut dans ma poche : bombe lacrymo, un zoli couteau, et un shocker électrique en vente libre. Je me méfie, je n’ai pas envie de me faire estropier. Surtout que la ville à côté de chez moi regorge de crapules. Trafics de drogues, incendies de bagnoles sont monnaie courante et même plus. A part ça, je suis le meilleur fils du monde.

  4. Il ne faut rien attendre de ce gouvernement, et évidemment encore moins d’un gouvernement qui serait totalement dédié à l’idéologie socialo-communautariste. Le déclin sociétal et civique de notre pays semble être leur programme, conscient ou inconscient, reste la question. Si c’est inconscient cela viendrait d’une ignorance quasi totale en terme de compréhension du « mental et psychisme » humain qui se « construit » selon ses origines ethniques, de la part des gens qui sont aux postes clés du pays. Si c’est conscient, c’est donc que tous ces responsables, ont décidé d’anéantir tous les équilibres sociétaux si difficilement établis dans notre nation, pour en faire une société morcelée en communautés ethniques, chaotiques et sans aucune cohérence civique ni civilisationnelle.

  5. A quand les boîtes de Soleil Vert dans les rayons (vides) de nos supermarchés? Qu’on en finisse une fois pour toutes avec ces agressions de vieillards irascibles.

  6. Ah ah ! Article très drôle! Étant moi même une retraitée j’ ai aussi constaté des réactions irraisonnées parmi mes congénères boomers…il m’ en vient un soupir de résignation auquel votre humour vient donner quelque soulagement

    • Boomer est un état d’esprit. Malheureusement surreprésenté dans la population des retraités. Mais il y a des boomers de 45ans, de 20 ans.

  7. Solution envisagée : vaccination obligatoire au rivotril pour les plus de xx ans.
    (xx = âge de la retraite + 1 an… Il faut rester humain !)

  8. Là il semble que vous n’avez pas tout compris: Les mouroirs « mis gracieusement à leur disposition » sont soit à titre payant (et au prix « modeste » de 2500 à 4500 € par mois dont pas « gracieusement » du tout, pour ceux qui ont les moyens de payer.
    Pour les autres c’est « l’aide sociale » qui prend le relai avec paiement de la maison de retraite par le Conseil Général , mais prélévement de la quasi totalité des revenus d’une part et récupération des sommes avancées sur la succession au décèsde la personne agée. Alors le coté « gracieux »…….
    Mais merci pour cet article il est excellent!

    • C’était ironique. J’ai payé pendant plus de 12 ans pour mes aînés, je connais le système.

  9. Une 15 ème dose de pfizer pour les rendre plus docile serait le bienvenu. On va pas se laisser emmerdé par tant d’agressivité passive. Un confinement avec un bracelet électronique pour les plus violenté .

  10. La dérision est une arme efficace mais dans le cas exposé on hésite entre rire et cogner

    • C’est le genre d’humour noir qui ne fait pas rire tant la réalité ne l’est pas du tout.

      • @ Aux Armes… Je trouve que cet article sous forme de caricature bien sûr est d’une très grande justesse. L’ironie parfaitement efficace pour être mieux retenue atteint ici son but en rejoignant la triste réalité.
        Que ce soit dans les prétoires ou dans les médias, la défense de la véritable victime est systématiquement déviée et affaiblie par la résurgence d’un passé ou des actes supposément agressifs (divorces par ex). Du côté de l’agresseur, n’en parlons même pas, dès le début du réquisitoire qui n’a pas compris que c’était lui la véritable « victime » (conditions de vie malheureuse, violé par son père, perte d’un être cher, mauvaise éducation, ou tout simplement la perte du discernement au moment des faits…

Les commentaires sont fermés.