Les Roms, boucs émissaires faciles

Il est facile de s’attaquer aux faibles! C’est ce que fait Nicolas Sarkozy!
Il est certes plus difficile de s’attaquer à ceux qui défraient la chronique régulièrement, bafouant les lois de la République( drapeaux brûlés, insultes à la Nation française, refus de la laïcité, trouble à l’ordre public tous les vendredis pour la prière, en occupant des rues …..)Il est difficile de s’attaquer à ceux-là car ils menacent et mettent leurs menaces à éxécution sur le sol français ou à l’étranger.
Je ne justifie en aucun cas les meurtres des policiers : un voyou, quelle que soit son origine doit être sévèrement puni. Mais ce qui est inadmissible c’est de se servir des plus faibles pour redorer son blason, en bien piètre état!
Les Roms, n’en déplaise à nos dirigeants, font partie de l’union européenne : citoyens de Bulgarie, de Roumanie, de Hongrie, ils ont choisi un mode de vie, hérité depuis des siècles;mais apparemment, ils sont toujours considérés comme les « voleurs de poules » dont il faut se méfier;s’il est vrai que certains vivent « d’expédients », pour reprendre les propos d’un représentant d’une municipalité de gauche de Seine saint Denis, ils ne menacent pas notre pays, ils ne veulent pas nous imposer leur mode de vie. Ils demandent à pouvoir vivre décemment selon leur culture.

Alors, on va les renvoyer chez eux, nous dit-on.A quand le renvoi dans leur pays d’origine, de tous ceux qui sont responsables de violences, d’attaques à mains armées, de destructuion de biens publics, de voitures?
Monsieur Sarkozy devrait interroger les Roms : ils devraient leur demander pourquoi, ils préfèrent encore la France, l’Irlande, l’Espagne que leur pays d’origine. Ayant eu la possibilté en tant que membre d’une organisation humanitaire d’aller en Bulgarie pour voir un »ghetto » rom, j’ai compris leur choix : des habitations sans eau courante, des enfants mal vêtus, des conditions d’hygiène et de santé dramatiques !
J’ai l’impression que l’histoire de ces minorités se répète : certes nous ne sommes plus en 1943, 1944, où des centaines de milliers de Tziganes ont trouvé la mort dans les camps d’extermination; certes sous ne sommes plus à cette période, l’une des plus noires de l’histoire de France où la patrie des droits de l’homme s’est déshonnorée en parquant les tziganes dans des camps avant de les livrer aux Allemands! Mais raser un camp de Roms, mettre une population sans défense dans un état de dénuement total, est une insulte à notre humanité!
Alors, un peu de décence, un peu de courage. Oui, il faut punir les délinquants ; mais il ne faut pas pénaliser une catégorie de citoyens!
Mireille Kukawka

image_pdf
0
0