Les “sans-papiers”, la dialectique et nous, les trotskistes dissidents…

Publié le 24 avril 2021 - par - 14 commentaires - 540 vues
Traduire la page en :

Dans une vie militante il y a toujours, pour tout révolutionnaire, une lancinante alternance entre ce qui est une certitude, une conviction, un axe en somme et, parfois, un doute, une interrogation, voire une fausse note, qui se glisse dans le discours et l’action militante.

Parmi mes convictions, il y avait et il y a toujours l’inébranlable point de vue que cette société capitaliste, basée sur l’exploitation de son voisin et sur l’enrichissement personnel des dirigeants d’un monde à la dérive, nous emmène au chaos social et à la guerre. Qu’en ce sens il est nécessaire de la combattre et de la transformer.

Parmi mes doutes, il y a eu certaines formulations de mon camp politique (pour faire court on emploiera le terme de marxiste-léniniste) telles que celle qui, aujourd’hui, rejoint l’actualité avec l’assassinat au nom de l’islam d’une policière par un Tunisien “régularisé”… Cette formulation, sous forme de revendication centrale et répétée, c’est: “Régularisation sans conditions de tous les sans-papiers”. J’ai souvent vu, entendu, parfois répété – peut-être – cette phrase dans notre journal, Informations Ouvrières, dans nos réunions, dans nos actions…

Mais, au fond, je n’ai jamais vraiment été d’accord avec cette revendication. Non pas, d’ailleurs, que je refuserais d’aider de pauvres bougres qui, fuyant leur pays de misère, aurait rejoint la famille des travailleurs français, cela, non, ne souffrait pas de ma part la moindre réticence, ni philosophique ni politique… Non… ce qui me gênait, c’étaient plutôt ces mots-là: “Tous” et “Sans conditions”. Car englober tous les sans-papiers dans une seule unité désincarnée – celle des immigrés, des victimes en somme – même si la dialectique marxiste nous ordonne de considérer qu’il ne s’agit là que d’un mot d’ordre tactique, synthétique et unitaire donc mobilisateur – cela ne peut dissimuler, à terme, les contradictions, les problèmes que cela risquait d’engendrer… plus tard ! Évidemment, nous ne nous posions pas ces questions puisque l’essentiel était d’organiser la résistance contre ce système bourgeois pourrissant et que la perspective d’un lendemain réellement socialiste, même lointain, allait nécessairement résoudre ces questions. Nous n’avions tout simplement pas conscience – cela me paraît d’ailleurs totalement normal – qu’un jour les vies d’êtres humains partageant malgré tout, peu ou prou, nos valeurs démocratiques et républicaines, pourraient être menacées par précisément une partie de ceux dont nous demandions “sans conditions” la régularisation… Je dis que notre comportement était normal parce que dans la perspective qu’il était possible d’aboutir à un changement radical de système on ne peut évidemment pas se susurrer à l’esprit et à l’oreille que nous allions pendant longtemps devoir continuer à vivre dans ce système bourgeois pourrissant et que la perspective révolutionnaire s’éloignerait au point de ne plus même en apercevoir le reflet lointain ! C’est hélas le sentiment militant moyen actuel pour beaucoup de militants de base.

Quelque chose a bougé dialectiquement. Je le dis à mes camarades marxistes: hier n’est pas aujourd’hui ni demain, parce que ce qui a bougé et qui a fait , comme nous le répétions souvent, que la “quantité se change en qualité” c’est qu’aujourd’hui c’est notre peuple qui est attaqué et que, même si nous pouvons, le front haut et sans renier notre bagage politique, continuer de défendre tous les peuples de la terre et de mener un combat internationaliste, nous nous devons de combattre sans délai ni hésitation tout ce qui est contradictoire, antagonique, à notre classe et à notre peuple. Il n’y aura pas de changement social, de victoire du camp des exploités dans la persistance de cette sorte de déni crypto-stalinien consistant d’une part à ignorer le danger réel de l’islam pour notre pays et la menace sur la laïcité et, d’autre part, dans l’accusation systématique de certains dirigeants des positions philosophiques ou politiques de ceux qui combattent l’islam de conquête.

Régulariser tout le monde, le faire sans conditions… quels dégâts aujourd’hui !… Ces milliers de musulmans – et d’étrangers de tous pays et de toutes convictions – sont d’entrée de jeu confortés par les campagnes de “régularisation”  dans leur attitude initiale de “hors-la-loi”. Consciemment ou pas, ils vivent désormais chez nous, en France, dans le pays des gouvernants lâches et corrompus, avec l’idée que d’être en dehors des clous, de ne pas respecter les usages – démocratiques ou tout simplement légaux – de notre pays, et bien finalement c’est payant, c’est la bonne solution ! Ils ont raison: cela va dans le sens de leurs intérêts personnels et “communautaires”.

Il en va de même pour tout ce qui n’est pas respecté dans les quartiers dits “défavorisés”: les incendies d’écoles, de véhicules, les attaques au mortier contre les pompiers, le trafic de drogue, les intimidations sexistes, etc. Il en va de même, oui, de tous ces actes commis par des “jeunes”, disent-ils pour ne pas les qualifier au moins de voyous, qui narguent au quotidien la police et la population et qui savent à l’avance que l’impunité leur est quasiment intégralement acquise. Même si nous pouvons comprendre ce qu’est la “jeunesse” et ce que sont des quartiers de concentration communautaire.

Pendant ce temps-là, presque dans l’ombre, les véritables ennemis des travailleurs et de la population, à égalité avec les dirigeants de notre Ve République et leurs donneurs d’ordre – Union européenne, banquiers et grands patrons – posent un par un tous les pions de l’islam de conquête: les Frères musulmans et leurs alliés turcs, les associations musulmanes et/ou racialistes sans oublier les “intellectuels” invités régulièrement sur les plateaux de télévision.

Régularisation de “tous”, “sans conditions”. Non ! Dix fois non ! Mais il ne s’agit pas seulement de dire non et de plonger soudainement un certain nombre d’immigrés dans le rejet total et donc la révolte. Il ne s’agit pas seulement de bloquer les passages clandestins à la frontière ni d’expulser, bien que ce soit un minimum pour un pays prétendant défendre son peuple contre les dérives meurtrières actuelles qui ne sont jamais que les conséquences, au même titre que les dérives économiques et sociales impulsées par l’UE et la “mondialisation”, de plus de trente ans de politiques internationales complices.

Il s’agit aussi de défendre pied à pied la laïcité, toute la laïcité. Et d’imposer la République, toute la République. Il s’agit de reconstruire et non de déconstruire comme disent nos adversaires. Il va falloir balayer devant notre porte. Comme disent les Irlandais révolutionnaires: “Nous, nous-mêmes” !

Patrick Loiseau

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
NEYRAND max

J’ai fait une erreur, c’est sous Pompidou, et non sous pompier , c’est une erreur de frappe

NEYRAND max

Karl marx , avait dit dans le das kapital L IMMIGRATION EST L ARMÉE DE RESERVE DES CAPITALISTES , cette politique d immigration de masse , a commencé avec pompiers, et ç est emplifié sous Gyscard , avec la politique du regroupement familiale , et sous pression du magnat du BTP francisque Bouygues
Qui a monté les français contre la formation professionnelle, et contre le travail manuel , ç est bien
des gouvernements de droite , avec la pression du grand patronat, pour éloigné les français du travail manuel , et remplacé la main d’œuvre française, par une main d’œuvre étrangère massive , venant du Maghreb ou des pays d affrique noir , et maintenant avec le système ultra capitaliste , ça continu , tous ces migrants qui viennent en masse en Europe , ç est a la demmande du patro

Hasso

M. Loiseau, vous avez réalisé, à votre honneur, mais un peu tard, que le discours socialiste de régularisation de tous les immigrés était entièrement partagé par le CNPF, ex-Medef aujourd’hui, c.a.d. par le capitalisme bourgeois que vous haïssez.
J’ai vu des débats sur l’immigration, dans les années 80, où le représentant des patrons disait la même chose que l’élu socialiste : “on en a besoin”.
Seul Georges Marchais avait tenté de s’opposer à cela, et on l’avait traité de pétainiste et tous les noms d’oiseaux habituels…

Paskal

Pour un communiste, il n’y a ni autochtones, ni immigrés, il y a des bourgeois et des prolétaires, point barre. Que doivent faire les communistes dans les pays musulmans ?

Patapon

Mr Loiseau,votre questionnement vous honore.Vos conclusions nous rapprochent.Il ne s’agit pas de détruire ,puis de reconstruire,mais de sauvegarder ce qui peut l’être,et c’est aujourd’hui la mission des Patriotes de tous bords.Les euromondialistes sont nos ennemis,les immigrationnistes sont nos ennemis,les oligarchies financières sont nos ennemies,les sans frontièristes sont nos ennemis,les apatrides sont nos ennemis .Voila les ennemis de la France et du Peuple Francais.

Cyprien

Je ne suis pas Trotskyste, ni Léniniste, bien que je puisse vous rejoindre sur le péril économique, social et je dirais sociétal impulsé par les mondialistes de l’UE et les intérêts financiers d’une minorité au détriment d’une majorité laborieuse et souvent mal rémunérés. Je ne parlerais pas d’exploitation à proprement parler puisque jusqu’à présent ils nous ont laissé des miettes nous permettant quelque peu de subsister avec un niveau de vie Occidental supérieur au reste du monde. Tout n’est pas à jeter dans le système capitaliste puisqu’il permet aussi d’assurer des revenus pour répartir des charges sociales nécessaires à la santé pour tous, à l’éducation pour tous, à la formation pour tous, aux loisirs pour tous, à la culture pour tous etc…

Cyprien

C’est le fossé qui se creuse avec un écart vertigineux qu’il faut rétablir sans tarder. Mais cette propension de la gauche Marksyste ou Léniniste à vouloir à tout prix faire profiter de nos efforts à tous les peuples de la Terre sans distinction de culture et de vision d’intérêt général est très dangereux et mène à l’extinction de ce que nous sommes. A vouloir chasser le mondialisme économique soutenu par l’UE et le remplacer par le mondialisme ethnique fera profiter à NOTRE DÉTRIMENT les autres peuples et les impérialismes économiques. C’est déjà ce qu’il se passe aujourd’hui.

ISA

Le troskysme était déjà une arme aux mains des bourgeois contre les peuples, par son internationalisme, qui est le but suprême de La Révolution. Ce n’est pas parce que le peuple a été ménagé un temps nécessaire à sa manipulation que le projet de le détruire n’était pas au programme de ceux qui préparaient déjà le globalisme actuel. Les troskystes d’aujourd’hui font partie des Black blocks, nervis du système pour nuire au vrai peuple, chiens de Macron. Convergence du communisme et du Capital, deux nuisances mutantes.

patphil

moralité : gaulois allez voter pour nous débarrasser de tous ces gogos

Filouthai

Être marxiste au 21* siècle après la diffusion urbi et orbi des massacres perpétrés par Staline, Mao, Pol Pot, Kim Il Sun, …. et les meurtres de ses opposants par Fidel Castro, c’est le prélude à la folie !

Patrick LOISEAU

Vu comme ça, bien sûr, vous avez raison… mais les trotskystes et l’opposition de gauche en URSS (et ailleurs) ont toujours combattu (et payé le prix cher) les staliniens et leurs homologues maoistes ou vietnamiens. Pour moi le marxisme est incompatible avec le stalinisme; c’est évidemment un autre débat, plutôt compliqué !

Paskal

Le marxisme est aussi incompatible avec le léninisme et le trotskisme. Il n’est compatible qu’avec le conseillisme.

Alcide

Et, oui, Patrick, le grand rêve internationaliste s’effondre. L’utopie du ” les travailleurs n’ont pas de patrie” et, du prolétaires de tout les pays , unissons nous” nous affolent.
Les magnifiques idées de la déclaration internationale, des droits de l’homme ,dans lesquelles figure .par exemple ” le droit pour chacun de s’établir ou il veut dérapent.
Ceux que tu cites ; l’oligarchie dans l’ombre, des banquiers et des grands patrons
savent très bien, que le mélange ne se fera pas , que les différences culturelles sont trop grandes, et que tout cela se transformera en antagonisme .Et, ils savourent avec gourmandise et jubilation le spectacle de la gauche qui s’accroche désespérément à ses rêves humanitaires.
Et , c’est pour ça, qu’entre autre, ils ont inventé ” Le vivre ensemble.”

Cyprien

Pas faux du tout.

Lire Aussi