Les socialistes sont-ils des idiots utiles ou des traitres ?

Publié le 30 juillet 2012 - par - 3 822 vues
Share

Il y a maintenant plus de deux ans, j’avais écrit un article, qui avait beaucoup circulé, intitulé : La France est en état de guerre civile, c’est un fait. Je m’appuyais, partant du mitraillage de policiers protégeant un bus à Tremblay, sur une dizaine de faits divers concordant pour étayer ma démonstration.

Quoi de neuf, depuis cet édito ? François Hollande a été élu président de la République, grâce à l’apport de 93 % des voix d’électeurs musulmans. C’est un événement majeur, car ceux-ci, religieux ou racailles, ont compris qu’avec ce changement politique, le rapport de forces leur était encore plus favorable que sous Sarkozy, de qui ils avaient pourtant obtenu beaucoup.

Et ils n’ont pas tardé à le faire savoir. Des policiers, dès le dimanche 6 mai au soir, faisaient savoir à leur hiérarchie qu’ils étaient agressés par des « jeunes » qui se vantaient d’avoir « dégagé » Sarkozy, et entendaient montrer qu’ils étaient dorénavant les plus forts. Les forces de l’ordre se voyaient donner l’ordre de ne pas, par leur présence, attiser les tensions, et de se replier.

Depuis maintenant bientôt trois mois, ces mêmes forces de l’ordre paient un tribut particulièrement lourd à cette nouvelle situation.

A Collibrières, deux femmes gendarmes viennent arrêter un délinquant, mais, tétanisées par les risques de poursuite si elles devaient sortir leur arme, et menacer de l’utiliser, elles se font désarmer, et assassiner, par un multi-récidiviste appelé Abdallah Boumezaar, qui n’aurait jamais dû être en liberté, se vante, en prison, de ses exploits. D’où le J’accuse, de Christine Tasin. 

A Nantes, deux policiers sont agressés à coups de marteau par un enfant de 8 ans, à qui la mère donne raison.

A Marseille, contrôlant une Belphégor près d’une mosquée, trois policiers de la Bac sont agressés par un commando d’une cinquantaine de musulmans, avec trois blessés à la clé. Les juges décident de ne pas attiser les tensions, en période de ramadan, et, dans les hautes sphères, on s’interroge quant à l’opportunité de ce contrôle. Accusés policiers, levez-vous !

A Millau, un homme, Nabib Mabtoul, veut forcer un barrage de police. Les policiers de la Bac, ne voulant pas subir le sort des deux gendarmes, tirent et le tuent. Nous avons droit à des rassemblements de soutien, et l’auteur du coup de feu mortel est inculpé, comme s’il était un vulgaire délinquant.

D’autres faits divers, illustrant ce que Christine Tasin l’exportation de la violence mahométane, montrent la progression du fléau islamiste, en France.

A Rennes, dans une école, le petit Killian, âgé de 13 ans est étranglé, durant plus d’une minute, par Souleymane, d’origine tchetchène, âgé de 16 ans, que le Monde appellera Vladimir. 300 de ses « compatriotes » se réuniront au lendemain du drame, par solidarité avec leur ami.

A Sérignan, l’assassin de Thomas, qui se vante de vouloir faire le jihad, est libéré au bout de deux années, pour une faute de procédure, laissant désemparés les parents d’un enfant assassiné de huit coups de couteau.

A Toulouse, à peine quelques semaines après les assassinats de Mohamed Merah, un autre apprenti-djihadiste se livre à une prise d’otages, qui, heureusement, se termine bien.

A Villeurbanne, trois jeunes juifs sont agressés en pleine rue par un groupe de « jeunes », ce qui oblige le président de la Licra, Alain Jakubowicz, à reconnaître que la totalité des agressions antisémites, en France, viennent de jeunes musulmans.

A Bruxelles, on apprend que 95 % des personnes qui insultent les femmes dans la rue pour leur tenue sont musulmanes. C’est dans cette ville qu’un musulman vivant à Paris tentera d’assassiner deux policiers, à coups de poignard, pour les punir de l’interdiction de la burqa. Encore en Belgique, après l’attentat de Liège, la malheureuse Madeleine, âgée de 96 ans, a le malheur de croiser Hassan et deux de ses copains.

A Billère, c’est Roger, un homme âgé de 86 ans, heureusement ancien rugbyman, qui saura mettre en fuite un nommé Gharib, âgé de 22 ans, qui cherchait à l’étrangler pour le voler argent et code de sa carte bancaire.

A Decazeville, une femme sera molestée par sept hommes, qui lui reprochent de se comporter en mauvaise musulmane, pour avoir osé s’amuser en plein ramadan.

A Toulouse, toujours en plein ramadan, une autre femme subit un véritable passage à tabac par ses trois frères. Son crime : s’éloigner des concepts du livre sacré, et refuser le mariage avec un homme du bled qui lui était promis.

A Mantes-la-Jolie, un homme qui ne supporte pas le viol supposé de son épouse la tue sauvagement, devant ses quatre enfants, âgés de 1 an à 5 ans. Malgré le silence médiatique sur l’origine de l’assassin, cela ressemble fortement à un crime d’honneur.

A Paris, Mathurin, âgé de 11 ans, est écrasé par Ahmed B., qui roulait sans permis, sous l’emprise de stupéfiants, et multipliait les manœuvres dangereuses de manière criminelle. Quelques semaines plus tard, toujours à Paris, ce sera un chauffeur présenté comme un Français de 22 ans, sur BFM-TV, mais dans les faits multirécidiviste d’origine sri-lankaise, qui, dans des circonstances semblables, écrasera une mère et sa fille de 11 ans, au volant d’une BMW.

A Saint-Etienne, sans raison apparente, une jeune Française d’origine est lynchée avec une violence bestiale par trois jeunes filles d’origine arabe.

A Toulouse encore, un imam-chercheur du CNRS, Mamadou Daffé, défend, en plein ramadan, les prières de rues pourtant illégales.

A Villefranche-sur-Saône, dans un quartier dit sensible, majoritairement musulman, une église est incendiée, après de nombreuses autres violences.

A Lille, un homme, lui aussi né musulman, dont on se demande, lui aussi ce qu’il faisait en liberté, au vue de ses antécédants judiciaires, tue deux personnes, avec une kalachnikov, parce qu’on lui a refusé l’entrée, quelques minutes plus tôt. Là encore, le traitement médiatique de Libération est particulièrement révélateur.

A Toulon, deux femmes voilées agressent et gazent deux personnes âgées et le chauffeur.

A Marseille, un jeune homme, issu du milieu du football, Julien, est lynché pour un regard. Bien que les faits (lynchage par un groupe d’un homme seul, saut sur la tête d’un homme au sol) rappellent les méthodes de racailles islamisées, on n’en saura pas davantage sur les agresseurs…

A Neuilly-sur-Marne, une famille qui, dans un pavillon, faisait une fête avec des amis, sera agressée, dans une opération punitive, par une trentaine de « jeunes » d’une cité voisine…

Hélas, on pourrait faire des pages et des pages de ces événements. Ils montrent une  aggravation effrayante de la violence et des meurtres gratuits, et le non-respect de plus en plus systématique de nos lois et de nos codes, et la certitude de pouvoir agresser des policiers en toute impunité, sans craindre pour sa vie. Certes, tous les assassins ne sont pas nés musulmans, et toutes les victimes ne sont pas toujours des Français d’origine européenne. Mais force est de constater que, comme le faisait remarquer Lucette Jeanpierre, les assassins sont quand même très souvent des Vladimir, et les victimes des Killian.

Les association dites anti-racistes, et les médias, ont beau tout faire pour que cela ne se voit pas, cela se voit. Elles ont beau intimider ceux qui, comme Eric Zemmour, osent dire ce que toute personne qui va au tribunal une journée constate de ses propres yeux, cela se voit. Mes médias ont beau maquiller les prénoms, cette sur-délinquance, de plus en plus juvénile, issue de l’immigration post-coloniale majoritairement musulmane, se voit, et devrait interroger les dirigeants politiques de notre pays.

Il y a quand même un phénomène unique dans l’histoire du monde : en France, et dans de nombreux pays où il y a un nombre de musulmans conséquents, l’islam est la première religion dans les prisons. Si nous reprenons les chiffres de Jean-Paul Gourevitch, 8 millions de musulmans, dans un pays de 65 millions de personnes, cela donne 60 à 70 % des prisonniers de ce pays !

Tous ces faits n’ont-ils vraiment aucun rapport avec l’islam, comme le ânonnent, en service commandé, les Moussaoui, Boubakeur et autres enfumeurs professionnels, ou bien ne sont-ils, comme l’explique Alain Wagner, au contraire, que l’application du programme des disciples du prophète ?

Si ce que dit Alain Wagner est vrai – ce que nous pensons – cela signifie clairement que nos compatriotes sont en danger mortel, face à une idéologie dont la finalité est de faire d’eux des dhimmis, soumis aux lois de l’islam, la charia.

Or, que constatons-nous de l’attitude de nos nouveaux élus, qui ne font que reprendre, en l’aggravant, celle des anciens dirigeants ?

A peine nommée Garde des Sceaux, Christiane Taubira met fin aux tribunaux correctionnels pour les mineurs multi-récidivistes, envoyant un terrible message à des délinquants dangereux, parfois assassins. Avec elle, la culture de l’excuse reprend le dessus, et nous avons à nouveau droit aux discours bidons sur l’inutilité des prisons, et sur l’intérêt de la prévention. Il ne lui pose aucun problème que des assassins, comme celui de Thierry Simon, à Bollène, soient remis en liberté au bout d’une année d’emprisonnement !

Manuel Valls ne soutient absolument pas ses policiers, s’opposant notamment à la présomption de légitime défense qui aurait permis aux deux gendarmes, et à combien d’autres, de rester vivants. Il s’est déconsidéré en allant au chevet d’une racaille, à Villiers-le-Bel, blessé lors d’une chute sur un scooter volé, plutôt que de protéger ses policiers, qu’on accusait de ce fait divers. Mais cela est sur l’immigration que sa politique est la plus criminelle. Alors que notre pays traverse une crise sociale grave, marquée par la progression du chômage de masse, qui touche encore davantage les immigrés que les Français, que fait-il ? Il décide de faciliter la venue, sur notre territoire, de résidents d’Afrique du Nord, notamment d’Algérie et du Maroc, facilitant encore davantage, ainsi, la progression d’un islam de conquête sur notre territoire, et la désintégration de notre pays.

Il ose inaugurer une mosquée à Cergy, et y tenir un discours d’islamo-collabo qui lui vaudra cette superbe mise au point de Caroline Alamachère.

Il viole son mandat de ministre d’une République laïque en rompant le jeune du ramadan (par ailleurs coutume obscurantiste, moyenâgeuse incompatible avec nos principes laïques), à la Grande Mosquée de Paris, en compagnie du recteur liberticide Dalil Boubakeur. Il ne faisait que suivre les brillants exemples de Normal 1er lui-même, recevant le-dit recteur à l’Elysée la veille du ramadan, ou de Delanoë offrant les locaux de sa mairie pour commémorer, lui aussi, cet acte religieux.

Laurent Fabius franchira une nouvelle étape en invitant à cette cérémonie, dans les locaux de la République, 57 représentants de l’OCI qui, pourtant, ne cachent absolument leur intention de criminaliser toute critique religieuse, l’amalgamant à du racisme.

Pourtant, tous les nés-musulmans ne sont pas des jihadistes. Notre ami Jean Pavée nous parlait de ces deux courageux résistants tunisiens, qui ne veulent pas qu’on les oblige à se comporter en musulmans.

Leur combat rejoint celui des militantes marocaines laïques du Mali, qui entendent, elles aussi, ne pas être obligées de jeûner si elles n’en ont pas envie.

Quand on constate tout cela, on ne peut que s’interroger légitimement. Nous savons déjà que nos dirigeants, en s’aplatissant devant l’islam, trahissent le combat de tous les hommes libres qui veulent s’émanciper de la pire dictature religieuse, exactement comme ces dirigeants du CIO qui tolèrent le voile aux Jeux Olympiques.

Nous ne pouvons que constater que plus les islamistes annoncent la couleur, à savoir la conquête de la France et des autres pays européens, et la méthode, l’immigration et la démographie, plus nos dirigeants leur facilitent les moyens pour atteindre cet objectif.

Nous ne pouvons que vérifier que plus les racailles et les fondamentalistes religieux agressent notre pays et ses lois, plus ils bénéficient d’une culture de l’excuse qui ne profite pas aux malheureux automobilistes, ou à nos compatriotes qui, à l’instar du bijoutier parisien ou du policier de Millau, tuent un délinquant pour rester en vie…

Il convient donc de s’interroger : Hollande-Ayrault-Valls-Taubira-Mélenchon-Duflot qui se comportent en islamo-collabos sont-ils des imbéciles naïfs, ou des traîtres ?

Dans le premier cas, il sont incompétents, et idiots utiles inconscients du pire fascisme qui menace nos libertés, et ressemblent aux pacifistes de gauche des années 30, qui refusaient de combattre le fascisme allemand… 

Dans le deuxième cas, comment ne pas les comparer à ceux qui, il y a 70 ans, souvent issus de la gauche, choisissaient de servir l’occupant nazi, et d’y imposer un régime qui, n’en déplaise à Normal 1er, n’était pas la France ? Leur trahison serait alors délibérée, et leur programme serait donc ce qu’exprime, dans ce montage humoristique tiré du film « La chute » Hitler en personne : l’islamisation forcée de la France, par tous les moyens…  

[youtube IgjALTvTR9A] 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=IgjALTvTR9A

… Notamment en arrosant les associations dites anti-racistes, comme le montre, là encore, cet autre amusant montage, pour manipuler l’opinion, et imposer la loi du silence aux résistants.

[youtube shalSlUaqw4] 

http://www.youtube.com/watch?v=shalSlUaqw4&feature=youtu.be

Comment ne pas penser, dans la deuxième hypothèse, à cette phrase du militant britannique Paul Weston, prononcée à Amsterdam, le 30 octobre 2010 :

« Vous détenez le pouvoir maintenant, mais dans une décennie nous détiendrons le pouvoir et nous vous demanderons des comptes. Nous vous traînerons devant un tribunal du style Nuremberg où vous serez jugés pour haute trahison, où vous serez jugés pour crimes contre l’humanité, et pour la première fois depuis longtemps, nous serons vos juges ».

Nous avons juste une divergence avec Paul Weston, qui parlait de la situation anglaise : en France, nous n’avons pas le temps d’attendre dix ans pour les mettre hors d’état de nuire…

COMMANDER LES LIVRES DE RIPOSTE LAÏQUE

Commande d’un exemplaire de La faute du bobo Jocelyn, 19 euros pour un exemplaire, 30 euros pour deux exemplaires, 50 euros pour 4 exemplaires, frais de port compris (pensez à vos cadeaux de Noël mais pensez aussi que c’est peut-être l’occasion ou jamais d’offrir autour de vous, à tous ceux qui n’ont pas encore compris ce qui se passait, un roman qui peut les éclairer en douceur, par le biais de la fiction).

Commande de notre dernier livre, Apéro saucisson-pinard (édition Xénia), 21 euros.

Découvrez également le site web dédié à cet ouvrage :
http://www.saucisson-pinard.com
Ainsi que la page Facebook :
http://www.facebook.com/pages/Ap%C3%A9ro-Saucisson-Pinard/289441557769069

Autres ouvrages de Riposte Laïque : Les dessous du voile, La colère d’un Français, Résistance républicaine, Les Assises sur l’islamisation de nos pays : 10 € pour 1 livre, 16 € pour 2 livres, 20 € pour 3 livres (frais de port compris).

Autre ouvrage à vendre : Vérités sur l’islam, de David Vaucher, 19 euros, frais de port compris.

Le plus facile est de payer directement sur notre compte paypal (en haut à droite de notre site, cliquez sur « faire un don » et précisez la commande effectuée.

Sinon, merci d’envoyer les commandes accompagnées des chèques correspondants libellés à l’ordre de Riposte Laïque, BP 10001, 78570 Chanteloup-les-Vignes.

Vous pouvez aussi les commander par Amazon :

http://www.amazon.fr/Faute-du-Bobo-Jocelyn/dp/2953604235

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.