1

Les « stars » de BFM et de l’APHP surpris dans un restaurant clandestin…

Les « stars » de #BFM et de l’#APHP pris la main dans le sac dans un restaurant clandestin de Paris…

De mieux en mieux… Le « Canard enchaîné » vient de révéler une info des plus croustillantes, et surtout des plus révélatrices des gens qui prétendent nous informer. Le 24 février dernier, aux alentours de minuit, la police a pénétré dans un restaurant clandestin, le très chic « Aux Trois Présidents », qui se targue de se trouver au pied des grands médias, dans l’ouest parisien. Et là, surprise : dans une atmosphère très festive, où la priorité ne semblait pas porter sur les consignes sanitaires, se trouvaient à table une vingtaine de convives qui n’étaient pas des inconnus, loin de là. Outre des journalistes vedettes de la chaîne, se trouvaient attablées des « stars » de l’APHP, tous consultants de la chaîne, ainsi qu’un haut gradé des pompiers de Paris, lui aussi convoqué sur les plateaux, certainement pour décrire la tragédie sanitaire qui se jouerait par ailleurs…

A moins que tout ce beau monde ne plaide pour l’enquête en immersion dans les restaurants clandestins de Paris, (ils nous prennent tellement pour des poires qu’ils en seraient sans doute capables, avec ce qu’on entend sur ces antennes), je ne vois pas comment ces mêmes pourraient encore se présenter sur les écrans, l’air grave, le sourcil froncé, pour nous enjoindre de prendre les plus grandes précautions, respecter les consignes et le couvre-feu, et tout le toutim. Ou mieux encore, sermonner la jeunesse, obligée de se planquer pour se réunir et échapper au cauchemar qu’on lui fait subir. Faut-il faire désormais l’école de journalisme, ou l’Actors Studio pour parler au JT ? Si la « pandémie » était à ce point meurtrière, si les restaurants étaient de tels foyers de contamination, je doute que tous ces gens-là auraient osé prendre de tels risques au péril de leur vie. Aux dernières nouvelles, Fogiel, directeur de BFM TV, nie les faits, en arguant que les personnes n’auraient pas été arrêtées : effectivement, elles auraient été simplement verbalisées. Pris la main dans le sac, les impétrants se réfugient derrière des arguties juridiques qui n’enlèvent rien aux faits : sur BFM TV on dit aux autres ce qu’il faut faire, mais on ne fait pas ce qu’on dit soi-même. Un grand classique, dans ce monde là.

BFM est-elle donc censée nous informer, ou nous enfumer ? Personnellement, cela fait longtemps que je connais la réponse. J’attend juste le moment où la vérité éclatera au grand jour. Car, comme disait l’autre, « on peut tromper tout le monde un certain temps, on peut tromper certains tout le temps, mais pas tout le monde tout le temps. »

Olivier Piacentini