Les syndicats de journaleux soutiennent le Mur des Cons : qui se ressemble s’assemble !

Publié le 29 avril 2013 - par - 1 260 vues
Share

syndicatmagistraturemurdesconsL’affaire du mur des cons continue. Voici maintenant le SNJ (Syndicat National des Journalistes) qui soutient le syndicat de la magistrature et demande que soit traduit en conseil de discipline Clément Weill-Raynal, un des journalistes judiciaires de la chaîne France 3, l’auteur présumé des images du fameux mur. Il aurait, selon le syndicat des journaleux, « sali la rédaction nationale de France 3 ». Le SNJ «  s’élève contre le mauvais procès fait au Syndicat de la Magistrature » qui fait « l’objet d’une attaque en règle qui concerne tout le mouvement syndical ». 

Le SNJ qui n’a vraiment honte de rien ajoute : « Or on ne peut que s’interroger sur l’intention qui sous-tend et la publication des photos de ce mur et le traitement qui en est fait dans la presse », et il appelle tous les journalistes « à refuser de participer à une manipulation de l’opinion ». Difficile de trouver plus faux-cul.

Ce soutien d’une branche pourrie à une autre branche pourrie montre dans quel état de décomposition avancée sont les supposées élites de ce pays. Il prouve à quel point ces confréries de magistrats et de médiacrates dans leur volonté de mater les citoyens sont d’essence totalitaire. Unique différence avec l’URSS d’antan : il y avait là-bas un seul journaliste et la même info pour tous ; dans la France, d’aujourd’hui, il y a 10000 journalistes, mais toujours la même info pour tous. Toute information différente est une manipulation de l’opinion.

Les doctrinaires du Syndicat de la Magistrature et du Syndicats National des Journalistes ont un seul ennemi, ceux qui émergent de l’anesthésie intellectuelle dans laquelle ils ont plongé la population depuis des décennies.

A quelques exceptions près, juges et journalistes se veulent appartenir au « camp du bien » (Robert Ménard). Ils partagent un ensemble de valeurs communes à base de mondialisme, d’antiracisme, de culpabilisation des citoyens de souche, de rupture des traditions et le même mépris envers ceux qu’ils appellent les Gaulois, les rustres, les petits Blancs, les souchiens qui sont, à leurs yeux, racistes, xénophobes, ethnocentriques.

Ces donneurs de leçon conformistes ont mis en place une véritable tyrannie qui impose ses règles à l’ensemble de notre société. Les déviants sont menacés d’amendes ruineuses, des geôles de la République, de lynchage télévisuel.

Mais ces crises rapprochées (refus de prendre en compte les défilés de la Manif pour tous, affaire Cahuzac, mur des cons et soutien du SNJ) sont salutaires. Les masques tombent les uns après les autres.

Magistrature et médiagogues sont de plus en plus totalitaires mais aussi de plus en plus impuissants. Sites, blogs, forums, réseaux sociaux permettent aux citoyens de ne plus se sentir seuls face à ces machines à broyer les consciences.

Juges et journaleux ne sont plus intouchables.

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.