Les trois victoires de Marine préparent l’avenir

Publié le 4 mai 2017 - par - 21 commentaires - 2 270 vues
Traduire la page en :

Il est l’un des principaux et rares journalistes d’investigation indépendant français, écrivain et appelle à voter Marine. Pourquoi ce choix ?

Riposte Laïque : Vous êtes journaliste d’investigation indépendant depuis plus de 45 ans, vous avez publié une dizaine d’ouvrages sur les réseaux de la grande finance et leurs liens avec les cercles politiques et vous appelez à votre Marine. Pourquoi ce choix ?

Jean-Loup Izambert : J’ai toujours considéré que l’Union du peuple de France et son action consciente et majoritaire sur des objectifs politiques fondamentaux précis étaient les conditions essentielles, le défi démocratique à relever pour aller vers une démocratie avancée. Le Parti communiste français joua un temps, jusque dans les années quatre-vingt, ce rôle et je m’y suis engagé. Mais, par la suite je ne pouvais plus me reconnaître dans cette « politique de gauche », de compromissions sans idéal et sans ambition pour notre pays. « Peuple de gauche », « peuple de droite «  et pourquoi pas « peuple du centre » ?!…

Les dirigeants ont déserté les grandes batailles politiques comme le programme Changer de cap, « les cahiers de la misère », les luttes menées pour la défense de l’emploi, pour l’accès à des logements de qualité pour tous, pour l’indépendance nationale et contre l’Europe de Maastricht, contre l’OTAN et la guerre et pour la paix. J’ai quitté le Pcf quelques années après le départ de Georges Marchais, étant en désaccord complet avec la politique conduite par ses successeurs, de Robert Hue à Pierre Laurent. Gageons que ces deux soutiens, aux côtés de milliardaires, du candidat de la grande finance, Emmanuel Macron, pourront bientôt aller jouer aux échecs avec monsieur Gorbatchev.

Dirigeants du Pcf : le chemin du déshonneur

RL : Comment expliquez-vous la volonté des dirigeants du Pcf de faire barrage à Marine ?
J-L.I. : C’est la suite logique de leur politique opportuniste. L’opportunisme mène toujours à la liquidation du parti révolutionnaire. Plusieurs facteurs ont conduit à cette trahison de la classe ouvrière et du peuple de France, sans précédent dans l’histoire du Pcf. Par exemple, si vous examinez la composition du secrétariat national et du Bureau politique du Pcf vous constaterez, à quelques rares exceptions près, que tous ces dirigeants sont des apparatchiks qui n’ont jamais travaillé de leur vie et sont complètement coupés de la réalité économique et sociale, du monde du travail. Peu d’entre eux ont reçu une formation supérieure, connaissent l’histoire du mouvement ouvrier international – leur abandon des luttes contre les guerres impérialistes en témoigne – et sont aux côtés des travailleurs en lutte.

Je ne parle pas là des élus et militants locaux bien sûr qui, eux, agissent avec la population. Enfermés dans l’idéologie stérile de « la gauche contre la droite », ces dirigeants ont substitué la lutte pour l’union du peuple de France à des arrangements politiciens et aux petites combines électoralistes. S’il ne s’agissait de l’avenir des Français, il serait amusant de voir, comme aujourd’hui à l’odeur des élections législatives, Pierre Laurent vouloir s’ériger en dirigeant de « la gauche » contre Jean-Luc Mélenchon alors que, non seulement il a déserté la bataille d’idées lors de ces élections mais a passé son temps a rechercher des accords avec son ami Hamon.

Plus grave est le peu de cas que fait Pierre Laurent de l’avis des communistes : au soir même du premier tour des élections présidentielles, il a déclaré à la télévision, comme la plupart des dirigeants des partis bourgeois, vouloir faire battre la candidate opposée à la mondialisation sans que les militants communistes n’aient pu, et pour cause, être consultés. La question du vote pour Marine repose sur une volonté simple : en finir avec ces combines politiciennes des vieux appareils du système et souhaiter une nouvelle politique intérieure et extérieure pour la France.

Marine et l’espoir des communistes

RL : En quoi le vote pour Marine correspond-il aux espoirs des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ou des communistes ?
J-L.I : D’abord parce que le vote pour Marine est le choix de la souveraineté nationale contre la soumission aggravée du pays aux grandes puissances financières apatrides, ce « parti de l’étranger » dont monsieur Macron est le candidat. La nation est une communauté de territoire, de langue et de culture que la grande finance s’efforce de faire disparaître pour la transformer en marché unique. Macron a du reste dit tout haut, dans un meeting du début du mois de février à Lyon, que « la culture française, ça n’existe pas » ! Cette formule résume à elle seule les objectifs du clone de François Hollande qui a visiblement du mal à faire la différence entre une canette de Coca-Cola et un bon Bordeaux.

Dans une intervention qu’il vient de faire, le marxiste Alain Benajam, qui appelle comme moi à voter Marine, explique très clairement les raisons pour lesquelles les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et communistes doivent partager et amplifier notre décision : « Ce deuxième tour est en train de se transformer en référendum d’initiative populaire pour ou contre la mondialisation capitaliste, pour ou contre l’indépendance de notre nation (…) Chacun devra choisir son camp puisqu’il n’y a plus que deux camps. Maintenant la lutte des classes s’incarne dans l’opposition entre Nationalistes et Mondialistes et ce sera partout la même chose en Europe comme aux USA. » En fait, il y a, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, ceux qui résistent à la domination étrangère, veulent exister, vivre et travailler au pays, faire de la France une terre de bonheur et ceux qui se couchent devant l’occupant qui détruit notre pays en s’emparant, traité après traité, de nos fleurons économiques au sein des Sociétés des Bourses Françaises de valeurs.

Macron, l’héritier politique des collabos

RL : Puisque vous évoquez la Seconde Guerre mondiale, la campagne médiatique sur les thèmes de la « haine », du « fascisme » et du « nazisme » associés à Marine ne vous gêne pas ?
J-L.I. : En aucune manière et je suis bien placé pour vous en parler puisque je suis moi-même issu d’une famille de résistants, notamment par mes parents. Mon père était un militant nationaliste et ma mère une informatrice de la résistance communiste en région parisienne. Elle était secrétaire de direction trilingue dans une société du quartier de l’Opéra dont un bureau s’occupait du ravitaillement des troupes d’occupation et de leurs administrations. Elle avait accès à de nombreuses informations qu’elle transmettait à la résistance communiste qui pouvait ainsi saboter et désorganiser leur fonctionnement.

Face à la campagne de désinformation à laquelle nous assistons aujourd’hui, il faut regarder l’Histoire en face. Durant cette période les militants patriotes payèrent chèrement la défense de la France. Le Mont-Valérien dans les Hauts-de-Seine, haut lieu de la mémoire nationale où sont enterrés 1008 résistants fusillés, symbolise ce combat commun des communistes, des gaullistes, patriotes, juifs et sans partis pour libérer leur pays. Aussi, on peut comprendre que monsieur Macron aime bien parler des valeurs de la république sans jamais faire référence à l’Histoire. Mais il devrait d’abord balayer devant sa porte tant sont nombreux dans ses soutiens les individus issus ou proches d’organisations qui ont collaboré avec l’occupant allemand.

Pour les socialistes, par exemple, François Mitterrand n’a-t-il pas été décoré de la Francisque par Pétain en 1943 avec René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy et qui a tenu un rôle central dans la déportation des juifs pendant l’occupation ? Et monsieur Macron lui-même n’est-il pas le candidat de la grande finance et du grand patronat, l’héritier politique de cette oligarchie de banquiers et d’industriels qui a trahi la France, collaboré avec l’occupant pour s’enrichir et qui a mis l’Etat à sa disposition pour traquer les résistants ? Depuis sa fondation, le Front national a compté dans ses rangs de nombreux résistants qui ont été déportés comme Albert Chambon ou Jacques Doré ou fusillés par les Allemands comme le colonel Alfred Touny, des membres des Mouvements Unis de Résistance qui reposent aujourd’hui aux côtés des militants communistes, des FTP et des gaullistes. Toute cette campagne médiatique ordurière n’empêchera pas la candidate du Front national et les électeurs qui se rassembleront sur son nom de l’emporter. Du reste, je pense que l’essentiel est déjà fait…

Les trois victoires de Marine

RL : Comment cela ?
J-L.I. : Mais tout simplement parce que trois faits importants sont aujourd’hui acquis qui font que même si Marine n’était pas élue présidente de la République, rien ne sera plus comme avant. Premièrement, la campagne politique qu’elle a développée avec son équipe a ouvert en grand le débat dans le pays sur les changements nécessaires pour sortir de la crise et de la guerre. Ce débat va se poursuivre quel que soit le résultat des élections pour une raison simple : aucune nouvelle politique ne peut être mise en œuvre sans faire barrage à la mondialisation financière et sans que le peuple ne s’approprie les outils de son avenir : les centres politiques, économiques et financiers de décision. C’est cela rendre la parole au peuple. Comment y parvenir ? Les propositions du Front national sont-elles suffisantes ? Dans l’immédiat, ses propositions pour revenir à une démocratie simple – commune, département, Etat – ou l’instauration de la pratique des referenda peuvent déjà permettre de faire obstacle à la désorganisation et à la déréglementation du pays décidées par les fonctionnaires de Bruxelles dont Macron est le candidat.

Mais de mon avis, cela est insuffisant et la question d’une nouvelle construction européenne comme celle de la démocratie de gestion des entreprises doivent également être posées, tout particulièrement en ce qui concerne les sociétés transnationales économiques et financières. Il est absolument anormal que ces entreprises continuent de percevoir des milliards d’euros de subventions de l’Etat au titre de la préservation de l’emploi et de la modernisation de l’outil de travail, de milliards d’euros d’exonérations fiscales pour être les premiers créateurs de chômage de France. Ce grand patronat est l’une des plus grosses charges que le pays doit supporter, l’un des principaux responsables de l’endettement continu de la France et il est temps de taper du poing sur la table afin d’y mettre un terme.

Il faut donc élaborer, débattre et faire voter un cadre juridique, qui, à l’opposé des objectifs de Macron, permettra aux salariés, de l’ouvrier aux ITC, de pouvoir connaître, débattre et décider de la gestion de l’Entreprise. Comme l’a dit Hervé Sérieyx, ancien dirigeant de grande société, haut fonctionnaire, universitaire et chercheur en organisation d’entreprise, « il s’agit de passer du « personnel-instrument » au service de l’organisation à « l’organisation-instrument » au service des personnes.»2 Aussi, et c’est la seconde victoire de Marine, s’il veut faire fructifier et amplifier le capital électoral de ces élections, le Front national va devoir adapter, affiner ses propositions aux exigences dont les luttes sociales seront porteuses. Il sera alors intéressant d’entendre et de voir au grand jour, à la ville comme dans les campagnes, les propositions de ceux qui appellent à voter pour le candidat de la finance et du grand patronat.

Enfin, troisième victoire, cette campagne à déjà des retombées sur le Front national lui-même qui est en train de devenir un parti de gouvernement et de mieux s’enraciner dans le pays. Cela veut dire qu’il va devoir dénoncer plus clairement et fortement les responsables de la crise tout en développant son activité en direction des classes populaires et moyennes. Il s’agit maintenant de faire débattre et vivre ses propositions au travers d’actions qui touchent le quotidien des gens – s’opposer à des fermetures d’entreprises, à des licenciements dans des entreprises viables, à des délocalisations, aux atteintes aux libertés syndicales, à des actions fortes pour l’accès à des logements de qualité, mener la lutte pour l’ouverture de classes et l’embauche de professeurs, d’infirmières et, par exemple, stopper la fermeture de services d’urgence médicale que le gouvernement auquel participait Macron a déjà programmée, etc. Partout le Front national va devoir répondre présent. Et cela suppose qu’il prenne en compte dans son image et son discours, son organisation et sa représentativité, ses propositions et sa pratique, la nouvelle réalité politique dont il est l’initiateur et qu’il a cimentée autour de lui. L’audace sera-t-elle au rendez-vous ? Quel que soit le résultat des élections, il s’agit maintenant, au travers de la défense de la souveraineté et de l’identité françaises, de s’attaquer sur tous les terrains « à la loi barbare dictée par les capitaux » qu’évoquait déjà en son temps le révolutionnaire Gracchus Babeuf.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Désespoir50

Apparemment 60% de Français inconscients s’apprêtent à élire un djeune incompétent comme son mentor. Parmi les 20 millions de soutien au minable macron, une bonne partie est légale, parce qu’elle est plongée avantageusement dans l’argent, la finance, mais l’autre partie est composée de retraités’ d’ouvriers, d’artisans, de petits employés et là, comment expliquer le suicide de ses sans sous qui seront plumés par un prétentieux aux ordres des grands patrons et de la haute finance.
Sans dent, Sans sous ouvrez les yeux !!

Romanin

Eh bien moi je vous trouve bien optimiste monsieur Izambert, surtout après sa dernière prestation et son suicide assisté et en directe devant plus de quinze millions de téléspectateurs.
Ensuite, il faudrait que le parti essaye vraiment de se rapprocher de ces “classes laborieuses” qu’il côtoie simplement lors des occasions électorales.
Dénoncer plus clairement et fortement les responsables de la crise, alors que l’on bouffe au même râtelier, là aussi ça va être dur, vous ne pensez pas ??(demandez à Ph. De Villiers!).
Bon, nous en reparlerons dans cinq ans. Ce soir je tracte pour Mme Le Pen, et dimanche je serai en bureau de vote, mais franchement j’ai le moral dans les chaussettes et lire toute cette prose me fait doucement sourire. Oui, “pauvre France”!

Izambert

Je comprends parfaitement votre avis et le partage. Mais il faut aller à l’essentiel et pour le Fn la question est simple: tenir ses engagements, aller à la rencontre du peuple dont il dit vouloir lui rendre la parole, donner une vision sur l’avenir en précisant ses propositions ( Europe, Otan, etc.) ou devenir un parti comme les autres. Je vous laisse imaginer la suite…Vous voilà condamné à rêver que vous tiendrez un bureau de vote avant cinq ans ou, par exemple, que le Fn va annoncer qu’il s’engage à agir pour verser les 300 millions d’euros que coûte chaque année l’Otan au budget de la France au profit des services de médecine d’urgence dont le gouvernement socialiste programmé la fermeture en application des directives de Bruxelles… Je ne peux développer plus ici. Cordialement.

Romanin

C’est bien dommage monsieur Izambert que vous ne puissiez développer plus.
Je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre.

Izambert

Je voulais juste vous donner une précision, la longueur des interventions étant, à juste raison, limitée. Ne vous fiez pas aux apparences. Marine est une fine politique, bien informée du contexte politique et des tendances et sait parfaitement dans une situation donnée ce qu’elle doit dire, à quel moment et comment le dire. Il faut savoir parfois se mettre en retrait pour mettre l’adversaire en difficulté. La déception du débat que vous ressentez n’est pas identique pour toutes les csp. Tractez avec optimisme et tenez le bureau de vote avec vigilance. Ce ne sont que des élections présidentielles. La suite est à venir et nous appartient. Cdlt.

Chantal

Têtes à clash #5 : Vers une recomposition du paysage politique ?

Franck Tanguy, l’ancienne vedette de l’émission «  Les Grandes Gueules » de RMC, reçoit ses invités pour un nouveau numéro de « Têtes à clash ». Et l’actualité politique offre de belles joutes oratoires à Christian Combaz, Philippe Karsenty, Gerard Delépine et Christine Tasin.

VIDEO : https://www.tvlibertes.com/2017/05/04/17043/tetes-a-clash-5-politique

JACOU

Philippe Karsenty fait voter Macron alors que dans l’affaire Al Dura le gaucho journaliste Charles Enderlin accusait Israël d’avoir tué le petit Al Dura.
Et moi qui est bataillé pendant des semaines sur des blogs pour défendre les thèses de Karsenty dans cette affaire.

Merde !!!!

Laurent Droit

Merci Pierre !
Je ne sais pas de quoi sera fait demain, dans deux jours en fait, mais j’approuve le contenu de cet entretien et j’espère ardemment un vrai changement pour la France. Pas du genre “Le changement c’est maintenant” qu’on attend toujours…!
J’entendais ce matin sur France Bleu Provence, Thibaud Maisonneuve nous vanter les mérites de Macron et dénigrer honteusement Marine en la traitant de menteuse et de malhonnête. Il ne s’est pas regardé et il n’a pas regardé son Macron… Et ensuite, il nous a fait une leçon sur le VRAI journalisme juste après son intervention de journaliste de caniveau valet de la gauche… Pauvre
France!

gilbert

Bravo pour ces propos d’autant plus intéressants qu’ils émanent d’un ancien membre du PC dont moi aussi je fus membre pendant longtemps. Fils et petit-fils de résistant et victime du nazisme je ne veux pas de l’invasion migratoire et de cette Europe du 4émé Reich

Chantal

NIGEL FARAGE SOUTIENT MARINE LE PEN – Journal du jeudi 4 mai 2017 TVL

Au cours de cette soirée riche en rebondissements, Marine Le Pen a pu se féliciter d’un nouveau soutien de taille. Quelques jours après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan, c’est de l’autre côté de la Manche qu’arrive un coup de pouce. Nigel Farage a publiquement fait savoir qu’il soutenait Marine Le Pen dans la soirée de mercredi.

VIDEO : https://www.tvlibertes.com/2017/05/04/17038/nigel-farage-soutient-marine-pen-journal-jeudi-4-mai-2017

Gaulois Ruthène

Des voix s’élèvent et dénoncent l’imposture et la trahison…
Nous ne pourrions que nous en réjouir mais pourquoi si tard à 3 jours du couperet…?

Chantal

BERNARD MONOT (FN) EXPLIQUE TRES CLAIREMENT LE PROBLEME DE L’€URO DANS LE CAS WHIRLPOOL QUI DELOCALISE EN POLOGNE

VIDEO : http://www.prechi-precha.fr/bernard-monot-fn-explique-tres-clairement-probleme-de-leuro-cas-de-whirlpool-delocalise-pologne/

Robalba

voilà une interview dont je partage totalement un contenu qui rejoint ce que j’écris dans RL depuis plus de 2 ans et qui trace les bonnes pistes pour l’avenir : au soir du 7 /05, tout va commencer!

nicolas

Ce qui fait et fera la difference au final viendra des electeurs qui votent pour ou contre le candidat qu’ils aime ou aime pas et surement pas pour son programme. Preuve: Ils vont voter Macron dont le programme sera le copie colle d’Hollande en pire dont ils m’aimait pas la personalite.

Parlervrai

Ils ne voulaient plus d’hollande et ils élisent son poulain.
Ils n’en peuvent plus du système et ils élisent le candidat que le système tout entier sourtient par tous les moyens.
Vivement les législatives :-(

Oremus

Ne pas confondre le Front national, mouvement de résistance créé par le PCF en Mai 1941 avec :
– Le Front national, organisation de coordination des partis nationalistes français de droite, active entre 1934 et 1938 ;
– Le parti politique d’extrême droite créé en 1972 par JMLP

Romanin

Excellent Oremus, nombreux ici ne savent même pas faire la différence. Bon, il y aurait beaucoup plus à dire, mais c’est un bon début.

Boud

N importe quoi!!!je ne vois pas comment on peut etre fusillé par les allemands et faire parti du fn qui a été créé bien après la seconde guerre mondiale. Quelle ineptie.

Izambert

C’est évident et sans doute me suis-je mal exprimé. Ce que je dis c’est que de nombreux patriotes et nationalistes étaient dans la Résistance, l’ont souvent payé de leur vie (Alfred Touny que je cite sera arrêté en février 1944 par les allemands, fusillé et enterré au Mont Valérien) et que dès sa fondation en 1972, le Front national ( qui n’a rien à voir avec l’organisation du même nom des années 1934-38 ainsi que le fait justement observer le contributeur Orémus) a compté dans ses rangs de nombreux résistants dont certains avaient été déportés. Combien de noms de grands banquiers et de grands patrons sur les plaques commémoratives ?… Essayez quand même de voir l’essentiel. Cdlt.

Laurent Bras

L’article de M Izambert est intéressant. Je pense que maintenant le FN doit être plus actif et surtout soutenir clairement les mouvements sociaux, les protestations, les actions citoyennes qui ne vont pas manquer d’arriver si Emmanuel Macron est élu. Il a déjà annoncé la couleur: sa première mesure sera la réforme du Code du Travail en agissant par ordonnances, donc sans vote du Parlement. Il faudra, s’il y a mouvement sociaux, que le FN, prennent position par un soutien clair et sans équivoque. Pour répondre sur l’absence de noms de banquiers ou de grands patrons sur les plaque commémoratives, je pense que c’est normal, la majorité d’entre eux s’acclimatait très bien de la collaboration.

Izambert

Merci de votre contribution. Je partage complètement votre avis et c’est maintenant sur le terrain que va se faire la différence entre ceux qui n’ont eu de cesse de soutenir les traités et loi anti-sociales et anti-nationales ( de Maastricht à la loi ElKhomri-Valls-Macron) et ceux qui veulent faire de la France, non pas une province des Etats-Unis mais un pays souverain, respecté et proposant une nouvelle construction européenne ( je l’expose dans mon dernier ouvrage “Trump face à l’Europe”). Si le Fn a bien compris le message, il doit s’organiser pour faire débattre et agir sur son programme mais aussi l’enrichir par ceux-ci car il présente, de mon avis, certaines faiblesses, notamment sur la place des banques et de la finance dans notre société comme de la sortie de l’Otan.

Lire Aussi