Les Urgences sont aussi malades de l’immigration, mais chut !

Publié le 10 septembre 2019 - par - 2 227 vues
Share

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, est revenue de ses vacances urgentes en Corse pendant que des gens poireautaient ou mourraient sur des brancards de couloirs d’hôpitaux (1). Son coup de poker du lâcher de 70 millions d’euros à ces gogos d’urgentistes a foiré. Le nombre croissant d’établissements en grève a fini par mettre le nez de la ministre dans le scandale des fermetures de lits et de régression des soins qu’elle continue dans la ligne droite de ses sinistres prédécesseurs au ministère.

Rappelons par ailleurs que la priorité pré-estivale de Buzyn a été la PMA en confirmant que la PMA pour les « couples » de lesbiennes figurera bien dans la prochaine loi de bioéthique.

Pas du tout pressée tout l’été d’enclencher immédiatement des dispositions de réquisition de terrain pour les Urgences (après pourtant des mois d’interpellation des médecins toutes spécialités confondues), la ministre attend tranquillement, pour ce mois, des énièmes évaluations. Et pour faire patienter ces impatients d’urgentistes, voilà qu’Agnès Buzyn dit banco en posant 754 millions d’euros sur la table (uniquement dédiés aux urgences, ce qui est loin de représenter tout le problème de la dérive des soins en France). Démasquons aussi la ministre qui joue grand jeu sans baccarat puisqu’elle extirpera l’argent des poches des contribuables d’ici à 2022, si le staff gouvernemental Macron est encore là, malgré le souvenir des éclopés qu’il a envoyés saturer davantage encore les Urgences (2). Tenons donc l’affaire comme promesse de campagne électorale.

Le plan Buzyn est totalement insuffisant

Un plan en 12 points, un budget de 754 millions d’euros qui courra jusqu’en 2022. Mise en place d’un service d’accès aux soins à compter de 2020, 24h/24 et « une amélioration de la prise en charge sans rendez-vous en cabinet et maison/centre de santé. »  (sic).

La ministre de la Santé avait d’abord procédé : « à un premier déblocage de fonds pour le moins anecdotique : 70 millions d’euros, dont 55 alloués à la seule prime individuelle de risque (environ 100 euros bruts par tête) en juin dernier. Le 2 septembre, l’hématologue de formation avançait avoir adopté des mesures « qui fonctionnent, qui sont consensuelles, remontées du terrain ». Et pourtant mal reçues par les professionnels de santé. Admission directe des personnes âgées, système obligatoire de vidéosurveillance pour le Samu pour désengorger les services des urgences, ou encore l’élargissement du domaine de compétences du personnel paramédical… » : https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/crise-des-urgences-le-plan-dagnes-buzyn-est-largement-insuffisant-110585?actId=ebwp0YMB8s0EMZLY1WvTN3V1qzzpVLXuLyr5FYI13Op0VGO4qg9P_98SkIKwMoFh&actCampaignType=MAIL&actSource=786

Notons que le plan Buzyn n’a pas souhaité réquisitionner les médecins et autre personnel médical français toujours plus attirés par l’humanitaire à l’étranger plutôt que de soigner ses compatriotes sur le sol national.

Notons encore que le travail de Buzyn n’est pas de s’occuper de la santé mentale des migrants à qui on n’a pas demandé de venir et qu’on peut remigrer illico par sécurité élémentaire, avec tous ceux à qui ce problème tient à coeur : « Les troubles psychiques des migrants sont à la fois négligés et déniés. Il y a un problème de structures et un manque très important de possibilité de prise en charge », déplore Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, psychologue clinicienne, à l’origine d’une pétition adressée à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. » : https://www.leprogres.fr/france-monde/2019/09/03/la-sante-mentale-des-migrants-une-urgence-de-sante-publique

Buzyn n’est pas foutue de savoir combien gagnent les assistants de régulation médicale ! Le directeur du Samu de Saint-Étienne rectifie

« Dans notre reportage sur le Samu publié dans l’édition du 29 août dernier, nous avons fait mention des rémunérations des assistants de régulation médicale (ARM). L’article indiquait ainsi qu’un assistant pouvait être rémunéré 1 800 € brut à l’embauche, primes incluses, et jusqu’à 3 200 € en fin de carrière.

Des chiffres qui émanent du ministère de la Santé et qui ont fait tiquer le directeur du Samu de Saint-Étienne, François Giraud. Pour le médecin, les rémunérations à l’embauche se situent davantage autour de 1 500 € brut, soit légèrement plus que le Smic. Il précise également que les recrutements se font essentiellement sous la forme contractuelle en CDD ou CDI et moins en tant que « titulaire » de la fonction publique. » : https://www.leprogres.fr/loire-42/2019/09/02/samu-des-remunerations-plus-basses-qu-annoncees-pour-les-arm

Nul ne veut dénoncer les répercussions migratoires dans les hôpitaux

Si les ARM (assistants de régulation médicale)  déplorent les agressivités et les insultes au quotidien, comme l’incompréhension des gens qui attendent au téléphone, comme leurs collègues personnels soignants et leurs syndicats, personne ne souhaite parler de l’engorgement des urgences hospitalières par l’immigration.

Au plan national, les Identitaires, eux, le disent haut et fort et l’écrivent :

« En autorisant les statistiques ethniques, nous aurions enfin les réponses aux questions les plus taboues et polémiques de notre société. Qui peuple nos prisons ? Quel est le profil des délinquants ? Qui sont les premières victimes des violences raciales ? Qui touche les aides sociales ? Sans oublier bien d’autres domaines de recherche tels que l’engorgement des urgences hospitalières et des tribunaux, les accidents de la route, le harcèlement de rue ou la violence à l’école. Les statistiques ethniques éclaireraient les vérités enfouies, elles révéleraient les évidences grâce à une nouvelle cartographie du réel. Elles transformeraient nombre de pressentiments en certitudes, nombre d’impressions en convictions.

Mais à ce jour, la submersion migratoire dont nous éprouvons tous les jours les effets dévastateurs n’est pas précisément ni clairement chiffrée. » : https://www.les-identitaires.com/2019/08/05/statistiques-ethniques-prouvez-nous-que-nous-avons-tort/

À Saint-Étienne, les assistants de régulation médicale croulent sous 700 à 1 000 appels par jour. Pour répondre aux appels du 15, ils ne sont que quatre la journée et trois la nuit. Leur boulot consiste à évaluer le niveau de gravité des situations et à noter toutes les coordonnées. Ensuite c’est le médecin régulateur du Samu (ou celui de permanence) qui décide.

Mais, au-delà des revendications liées à la surcharge de travail, il y a la demande d’une prime de risque identique au personnel médical. Parce que maintenant, il y a risque d’agression en soignant les gens ! Enfin, pas tous les gens.

Le Progrès a évoqué « Le Samu 42 en surchauffe » et consacré une pleine page intitulée « Le standard du 15 explose : coup de gueule au Samu » (Édition payante du mercredi 8 août, page 9). Mais, très prudent, le journaliste a relaté « les agressivités et les insultes dont ils se disent victimes... » ; un doux euphémisme, alors que, à défaut de connaître son hôpital, il lui aurait suffi d’en arpenter les services pour constater ce qu’il s’y passe.

Et s’il veut vraiment ouvrir les yeux : « personne ne veut dire que les Urgences, comme les autres services, sont aussi victimes de l’immigration et des exigences communautaires islamiques », à lire dans https://ripostelaique.com/saint-etienne-a-72-ans-il-passe-5-jours-sur-un-brancard-aux-urgences.html

Toubon aux petits soins pour les étrangers malades

https://ripostelaique.com/toubon-aux-petits-soins-pour-les-etrangers-malades.html

Pour Toubon, la France refuse trop souvent de soigner ses étrangers

https://ripostelaique.com/pour-toubon-la-france-refuse-trop-souvent-de-soigner-ses-etrangers.html

(1) 

En 2018, 180 000 patients ont passé une nuit sur un brancard

Augmentation de 9 % de la mortalité pour tous les patients et de 30 % chez les malades les plus graves

2018, une année mouvementée pour le pôle psychiatrie du CHU de Saint-Étienne

Agnès Buzyn a l’argent du contribuable pour la PMA, mais pas suffisamment pour les Urgences et le personnel médical

Aux Urgences de Moulins, le chef de pôle refuse de valider le planning  : https://ripostelaique.com/aux-urgences-de-moulins-le-chef-de-pole-refuse-de-valider-le-planning.html

Le Samu 42 de Saint-Étienne va disjoncter, allo Buzyn, t’es où ? : https://ripostelaique.com/le-samu-42-de-saint-etienne-va-disjoncter-allo-buzyn-tes-ou.html

Brigitte Macron en chirurgie esthétique, en pleine crise des Urgences : https://ripostelaique.com/brigitte-macron-en-chirurgie-esthetique-en-pleine-crise-des-urgences.html

Saint-Étienne : à 72 ans, il passe 5 jours sur un brancard aux Urgences  : https://ripostelaique.com/saint-etienne-a-72-ans-il-passe-5-jours-sur-un-brancard-aux-urgences.html

Agnès Buzyn s’exonère de la pénurie et de la qualité des médicaments : https://ripostelaique.com/agnes-buzyn-sexonere-de-la-penurie-et-de-la-qualite-des-medicaments.html

Levothyrox : vers un nouveau scandale de santé publique : https://ripostelaique.com/levothyrox-vers-un-nouveau-scandale-de-sante-publique.html

(2) Castaner-Macron et les GJ : https://ripostelaique.com/castaner-macron-et-les-gj-1-mort-2-500-blesses-25-eborgnes-7-amputes.html

https://youtu.be/I66V7qVEkho

lien de secours https://youtu.be/I66V7qVEkho

https://youtu.be/qRgetlcL-0s

lien de secours https://youtu.be/qRgetlcL-0s

Refondation des services d’urgence : pour l’APVF des mesures intéressantes mais insuffisantes sur le fond

Communiqué de  https://www.apvf.asso.fr/communique_presse/refondation-des-services-durgence-pour-lapvf-des-mesures-interessantes-mais-insuffisantes-sur-le-fond/

L’Association des petites villes de France, que préside Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime et maire honoraire de Canteleu, a pris connaissance avec intérêt des annonces de madame la ministre de la Santé concernant la crise qui sévit aux urgences dans les hôpitaux.

Si l’APVF approuve les mesures annoncées notamment la création d’un service d’accès aux soins, elle craint cependant que le gouvernement n’ait pas totalement pris conscience des raisons de cette crise.

C’est l’affaiblissement de la médecine libérale, l’avancée de la désertification médicale qui ont contribué à la saturation des urgences et à l’épuisement des personnels.

Les restructurations hospitalières et les fermetures de services qui ont impacté de nombreux hôpitaux de proximité toutes ces dernières années ont largement contribué à cette situation devenue explosive dans maints endroits du territoire.

L’APVF demande donc l’arrêt de la logique des fermetures de lits ainsi que l’instauration de mesures de régulation pour la médecine de ville. C’est la médecine de proximité qu’il faut sauver et réhabiliter d’urgence notamment en identifiant des territoires prioritaires de santé dans les zones où les besoins sont les plus criants.

L’ampleur de la crise et la situation sur une large part du territoire imposent un changement de braquet dans la politique du gouvernement en matière d’offre de soins.

Jacques CHASSAING

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.