Les USA prêts à bombarder à nouveau la Serbie si elle se défend contre les Kosovars

 

Le gâteux de la Maison Blanche et sa clique de bellicistes, financièrement liés au complexe militaro-industriel, n’attendent qu’une occasion, voire un simple prétexte pour remettre ça en Serbie. On entend déjà sonner de loin leurs tiroirs-caisse.

Les Serbes n’auraient pas le droit de riposter aux exactions des islamo-mafieux

Un scénario trouble qui ressemble étrangement à celui piloté par l’OTAN en Ukraine, à l’encontre du  Donbass. Provocations, agressions, traités non respectés, réactions de défense présentées comme des attaques que la terre entière doit condamner.

Les derniers Serbes restés à Mitrovica et dans la région du Nord Kosovo, depuis la partition de fait, constituent une communauté irréductible. Paysans, artisans, commerçants, soignants. Majoritaires dans leur réduit, encerclés par des mahométans vivant presque tous d’expédients : Drogues, armes, rackets, trafic d’organes, traite des femmes.

Serbes jusqu’au fond de l’âme,  ils refusent  de se soumettre aux diktats humiliants des  nouvelles autorités, renforcées par des groupes criminels soi-disant incontrôlables comme les terroristes de lUCK naguère « couverts » par les politiques. Lesquels veulent en fait éjecter les Serbes et surtout  les dépouiller de leurs terres, de leurs maisons, de leurs commerces et leurs ateliers. Après avoir vandalisé et razzié leurs monastères et leurs églises…

La querelle sur les immatriculations de véhicules n’est qu’un prétexte pour rallumer des incendies jamais tout à fait éteints depuis l’agression « humanitaire » de l’OTAN en 1999 au cours de laquelle la France s’est déshonorée, suivie par l’indépendance factice autoproclamée par Pristina en 2008.

Les derniers Serbes du Nord du Kosovo sont théoriquement « protégés » des exactions, incendies, enlèvements, viols et assassinats par les mercenaires de la KFOR. De façon aussi efficaces que la flicaille française protège le citoyen lambda des Zyva et des Wesh Wesh,

Dès lors, pour résoudre la crise à leur avantage, comptant sur leurs puissants alliés, les Kosovars, ce mélange de Turcs et d’Albanais islamo-mafieux constituant un état fantoche non reconnu par la majorité des nations civilisées, lancent des opérations d’intimidation, et se livrent à des persécutions et des destructions systématiques.

Des convois de véhicules militaires et des forces spéciales albanaises ont rejoint Mitrovica et le nord où sont retranchés les derniers Serbes non chassés par les Kosovars. Les incidents sont quasiment quotidiens. Les morts aussi.

Nous sauverons notre peuple des persécutions a prévenu le président serbe

L’armée serbe est mobilisée au sud de la Serbie, sur le pied de guerre. Et le président Aleksandar Vucic a fait savoir qu’il ne tolérerait pas que ses concitoyens se fassent maltraiter. Encore moins qu’on puisse les massacrer à la mode mahométane lors de tueries de masse préméditées.

Les reîtres otanesques ont alors menacé de revenir tout démolir en Serbie pour aider les islamo-mafieux qu’ils protègent, à imposer leur loi.

Et pour montrer leur détermination, ils envoient des bombardiers stratégiques, du même modèle que ceux qui ont massacré les Serbes en 1999, frôler leurs frontières et se pavaner chez leurs ennemis.

Cela risque-t-il de repartir comme à la fin du siècle dernier, les mêmes causes produisant les mêmes effets ? C’est possible. Mais le scénario pourrait être très différent !

Fort heureusement, depuis le début du nouveau millénaire, les rapports de forces ont changé. Poutine a reconstruit une armée moderne dotée de technologies d’avant-garde qu’elle est seule à maîtriser.

Et les Russes par la voix de Sergueï Lavrov, leur ministre des affaires étrangères en déplacement à Belgrade, ont clairement fait savoir que, cette fois, ils n’hésiteraient pas à défendre l’intégrité territoriale de leur frères Serbes si ceux-ci étaient agressés.

En outre, ouvrir un second front contre l’OTAN allégerait les efforts des Russes contre les Ukronazis, et on peut rêver que l’ours en colère inflige aux roquets de Robinette l’humiliation de deux défaites cuisantes.

Les Ricains ont des coucous que Vlad pourrait allumer sans peine

 Des avions B-52 Stratofortress de l’US Airforce ont commencé à survoler lundi plusieurs pays d’Europe du Sud-Est. Une démonstration de force supposée souligner  l’engagement des États-Unis aux côtés des membres de l’Otan en Ukraine et dans les pays Baltes.

Problème : les galonnés amerloques ne connaissent pas bien la géographie ! Leurs bombardiers ont survolé la Macédoine, l’Albanie alliée, le Monténégro et la Croatie, et fait escale au Kosovo où ils ont été accueillis dans la liesse.

S’il y a des incursions au dessus de la Serbie, elles seront niées. Ou présentées comme « involontaires». Corroborées par la propagande des médias-menteurs au service du NWO. On connaît la musique.

On entend peu ou prou le même air au début de toutes les guerres dites humanitaires des Ricains. L’écrasement de la petite Serbie pour complaire à leur allié saoudien fut pour Washington le banc-test des invasions ultérieures en Afghanistan, en Iraq, et en Libye. Autant d’actions qualifiables de « crimes universels » selon les standards de Nuremberg. Conchiés au nom de la raison du plus fort.

Mais qui est le plus fort aujourd’hui ?

Leurs grands planeurs octo-réacteurs B52 Stratofortress ont l’air impressionnants. Mais comme disaient les Chinois naguère, ce sont des aigles de papier.

Ces engins sont un brin démodés. Leur conception date de 1952 et leur mise en service de 1955. Même s’ils ont été améliorés depuis, du côté de l’avionique et de la maintenance, leurs principales caractéristiques n’ont guère évolué.

À l’époque de la guerre froide, leur plafond de 48.300 pieds (14.500 mètres) leur vitesse maxi de 548 nœuds (1015 Km/heure donc subsonique) et leur rayon d’action de 8760 nautiques (16.200 kilomètres) pouvaient impressionner l’URSS aux trapanelles bricolées, peu fiables et mal entretenues.

Mais à présent, le seul atout de ces grands planeurs reste leur finesse qui  permettrait de rester en vol assez longtemps pour sauver les meubles, après des avaries causées par un projectile pas trop dévastateur.

Certes ils ont une capacité d’emport de 300 kilotonnes en nucléaire ou 31 tonnes en conventionnel ou à sous-munitions soi-disant interdites.

Mais les temps ont changé. Aujourd’hui, un missile hypersonique furtif et/ou à trajectoire aléatoire descendrait sans problème cet instrument d’intimidation obsolète, Les contre-mesures à paillettes ou les fusées flash sont sans effet contre un missile hyper véloce qui peut les contourner et les approcher selon un angle imprévisible.

Quant à faire peur aux Serbes, traumatisés par les bombardements de 1999, cela peut produire l’effet inverse. Ceux-ci n’ont ni oublié ni pardonné les ignobles massacres de leurs populations civiles. Et d’aucuns sont volontaires pour intégrer les forces russes, afin d’aller casser de l’otanesque en Ukraine.

Les Ricains ne sont plus les maîtres du ciel, leur matos est archaïque

Leurs avions sont aussi démodés que leurs fusées du retour sur la lune.

Depuis les Saturne V des missions Apollo aux SLS Orion, rien de vraiment innovant n’est apparu du côté des propulseurs chimiques et de la navigation. Et on répète plus de 50 ans après, les mêmes procédures, voyage à vide, puis circumlunaire, pour finir si tout se passe bien par de brefs alunissages.

Ah si, l’innovation sera d’envoyer une Afro-Américaine sur la lune. Sans avoir encore résolu la façon dont elle pourra faire pipi dans sa combinaison spatiale qu’elle ne pourra pas enlever une fois dans le module de descente.

Les Ricains ont perdu leur génie créatif, ou même leur simple capacité à innover. Ils n’ont même plus la motivation de copier les idées des autres.

Ils rajoutent de l’électronique et de l’informatique, ils gonflent un peu les moteurs, mais, sur le fond, leurs engins sont d’une autre époque.

Pareil pour les avions. Il n’y a qu’au cinéma que leur top guns accomplissent des prouesses. Dans la réalité, leurs jets sont toujours bons en mania et furtivité certes, mais leur conception commence à dater. Même les plus récents, même ceux réputés les meilleurs comme les F 35 qui ne cessent de cumuler les dysfonctionnements et dont on ne compte plus les incidents et les accidents. « Off the record » les pilotes d’essais de l’USAF n’en disent pas que du bien.

De toute façon, contre des missiles hypersoniques, ils n’auraient aucune chance.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

image_pdfimage_print
24
1

23 Commentaires

  1. Bombardements « humanitaires » sur les serbes, mince le commandant en chef du bombardement des alliés n’est plus disponible (Jacques Chirac), les US vont donc tout organiser eux-mêmes ! Hum, je crois que les russes ne vont pas fermer les yeux cette fois-ci, ça va faire du foin ! Le terrorisme américain est de retour !

  2. Commence à nous faire chier le vieux crabe sénile bidon , ils veulent vraiment la déclenchée cette putain de 3eme guerre mondiale .des ordures de mondialistes protégeant des ordures islamistes en Europe au prétexte que les Serbes sont des vilains pas beau qui veulent massacrer des ordures islamistes qui ont commis un génocide sur la population Serbe ! J’espère que le Président Poutine fournira l’armement adéquat aux Serbes pour envoyer à la ferraille les b52 stratoforteresses , comme je le dis les USA sont un géant aux pieds d’argile !

  3. La defense anti-aerienne russe est un système multicouche à plusieurs niveaux :
    – le système tor à courte portée
    – le système pantsir à moyenne mais comprenant aussi 2 missiles à courte portée
    – la série des S300, S400, S500 qui sont des systèmes à longue portée ou même très longue portée puisque le S500 est aussi une arme anti-satellite.
    Le S500 peut même intercepter des missiles hypersoniques, que les USA ne sont pourtant pas près de produire …

  4. Cette fois, les américains (les dirigeants) montrent trop leur impérialisme et leur volonté de domination. Ca suffit. Ils vont tomber sur un os. Vive les Serbes. Nos amis.

  5. Les américains sont-ils seulement capables de comprendre qu’ils vont finir par se mettre tout le monde à dos ?

  6. Le terme « Kosovars » est à proscrire au profit de Serbes et d’Albanais du Kosovo.

    • Les Albanais sont ethniquement et culturellement des Turcs, descendants des envahisseurs venus conquérir le Balkans au XIVème siècle, plus ou moins métissés ensuite avec des autochtonesses converties.
      Ceci dit le mot « kosovar » pourrait être d’origine vieux serbe, et ce n’était pas un terme très élogieux.

      • Non, en langue serbe un Albanais se dit « Chiptar ». Kosovar signifie « du Kossovo », le nom de la partie nord de cette province depuis la tristement célèbre bataille de Kosovo Polje (le Champ des Merles) le 28 juin 1389.

  7. Pauvres serbes, la communauté internationale a été complice de ce viol de souveraineté dans ce pays convoité; comme le nôtre, par les mahométans à qui ON a donné une grosse partie de leur terre pour la baptiser « kosovo ». Non reconnue par la plupart des pays mais toujours aux mains des musulmans qui, depuis le XXème siècle se sont acharnés à l’envahir: de 12% début XXème, ils étaient 92% fin XXème.
    LES politiques occidentaux les ont dénigré; comme pour la Russie aujourd’hui, (BHL, Kouchner et autres, aussi toxiques que fourbes) en offrant cette vaillante SERBIE… Ils font de même avec la FRANCE. Les nouvelles en direct faisaient état de monstruosités antiserbes assénées par ces occupants toujours + nombreux avec la bénédiction complice des occidentaux.

  8. Ha ! Ha ! Ha ! Tom Cruise qui essayait de faire croire au spectateur pas trop regardant que son coucou prétendûment d’avant-garde pouvait voler à mach 10, au début de l’honnête mais prévisible film… Sans technologie MHD (merci Jean-Pierre P.), impossible, les gogos. Les sueurs et trenblements de Tom Cruise n’y pourront rien. Quant à la mission/jeu vidéo, coeur du film, on ne pouvait rien attendre d’autre. Seule le classique rythme haletant empêchant de réfléchir pouvait permettre une série de faux micro-suspenses.

  9. Et le pseudo « rogue-state » avait des avions qui ressemblaient un peu trop à des Soukhoi 57 pour abuser quiconque que habituels amateurs de films d’action. Comme les camions de transport de troupe à la forme trapue et allongée typique à la fin. Seule la scène où Cruise croit s’enfuir discrètement par la fenêtre était pleinement réussie : du grand comique. Hollywood a vécu. Comme l’oncle Sam. God bless America(ns).

  10. Ceux qui commandent les Américains -et leurs vassaux européens- font tout pour déclencher un guerre sur le sol européen. Si cela se produisait, eux et les Russes ne peuvent que savoir que cela n’épargnerait pas le sol états-unien. Ils ne peuvent pas l’ignorer.

  11. Au niveau du pilotage le B52 est un très mauvais avion.Très grande piste nécessaire pour le decollage.Parachutes en guise d’aero-freins pour rallentir l’avion à l’atterrissage.Les moteurs sont peu puissants donc il en faut 8 et c’est une charge supplémentaire pour les pilotes.L’avantage c’est qu’un moteur en moins ne fait perdre que 12 % de puissance.
    Avec les LASERS ultra-puissants et les missiles hypersoniques les jours des bombardiers sont comptés.

  12. M. Navis, attention à l’étatsunianisme « afro-american », qui signifie en langue de bois anglaise « nègre étatsunien » (et sous-entend l’existence d’alternatives « euro-american » et « asian-american »), mais ne saurait être francisé en « afro-américain » sans induire en erreur. On peut être binational, par exemple algéro-canadien (blanc ou pas) car on peut avoir plusieurs nationalités, celles de chacun des parents, celle du pays de naissance plus ultérieurement des nationalités d’adoption. Mais sauf erreur on ne peut pas être bicontinental, sauf à naître sur l’incertaine limite euro-asiatique.

  13. En fait il y a une solution simple au dilemme urinaire de l’astronaute étatsunienne noire en partance pour la Lune dans une combinaison à braguette, il suffit de sélectionner une astronaute noire « bi » ou « trans » ou encore « non binaire » pourvue d’un pénis (hermaphrodite ou androgyne en bon français), et tous les impératifs ouauques seront satisfaits. Faut-il mettre les points sur les I, les barres sur les T et les queues dans les Q ?

Les commentaires sont fermés.