Les vaccins, les chiens et la gauche, trois sujets à éviter entre amis…

Publié le 18 février 2018 - par - 29 commentaires - 1 667 vues
Share

De véritables divergences opposent les tenants et les opposants aux vaccins, éloignent ceux qui affirment que pour être patriote il faut être de gauche et ceux qui maintiennent que c’est à droite que l’on trouve les meilleurs et enfin font vomir ceux qui pensent que les recettes culinaires à base de “hot-dog” des migrants nigérians d’Italie sont indigestes pour les gourmets que nous sommes ! Je revis, il y a peu, le jet d’un verre de vin rouge que j’ai évité dans une soirée où toutes les tendances, de gauche à droite et de bas en haut, étaient représentées, en rebondissant sur ces débats qui me semblaient, au fond, sans véritable importance…

Je me lance en rappelant que, s’agissant des vaccins, les Français de la génération après guerre ont eu leur lot dès l’enfance, jusqu’au TABDT lors du service militaire (pour ceux qui l’ont fait) et quelques autres pour garder une bonne santé lors de voyages dans les pays en “retard de développement”… J’affirme qu’en définitive, l’espérance de vie a fait un bon en avant et je termine en disant que, finalement, le sujet aujourd’hui ne m’intéresse guère et que je fais confiance aux têtes bien pensantes, aux spécialistes, aux chercheurs et aux médecins – loin de toute réactivité émotionnelle – car leur travail, leurs arguments et leurs actions sur le terrain vont toujours dans le bon sens du progrès. Sauf pour quelques exceptions, bien sûr.

Exemple, l’Afrique. Un grand nombre des pays de ce continent a fait un bond en avant en matière de santé publique depuis le temps béni des colonies. Confiance donc dans la recherche et dans ses succès. Beaucoup de maladie ont été, là-bas et ailleurs, éradiquées grâce aux vaccins. Et si les labos ont gagné leur vie et créé des emplois j’ajoute que, selon moi, c’est une bonne chose. J’enfonce le clou et j’ajoute que s’opposer aux vaccins, c’est pour moi un peu comme les témoins de Jéhovah qui s’opposent aux transfusions. Cela peut réussir sans, mais il s’avère que c’est toujours, avec, une réussite dans la guérison d’une pathologie. C’est un fait indiscutable et de grands personnages, femmes et hommes, nous l’ont montré déjà bien avant Pasteur et Marie Curie.

Cela étant, en buvant une petite gorgée, je souligne que chacun a le droit de réagir en pour ou en contre, mais que c’est devant le futur que nous verrons qui avait raison. En attendant, la tendance est plutôt en faveur du “Pour” si l’on se réfère aux progrès de ces deux derniers siècles en matière de santé publique à travers le monde.

Je termine par une citation de Saint-Exupéry : « Préparer l’avenir ce n’est que fonder le présent. […] Il n’est jamais que du présent à mettre en ordre. À quoi bon discuter cet héritage. L’avenir, tu n’as point à le prévoir mais à le permettre. » Et je conclus en soulignant que nous pouvons bien sûr tenter le pari de ne rien faire, mais que dans ce cas nous ne pourrons pas dire à nos enfants si nous perdons ce pari ? « Je savais qu’il pouvait y avoir un problème, mais je n’ai rien tenté pour essayer de le résoudre… »

Ensuite, vient le sempiternel débat politique. Faut-il être de gauche pour être patriote ? Naïf et novice en politique, je pose la question ouverte qui tue : « quelle gauche ? » Celle de Hamon ? de Mélenchon ? de Hollande ? de Poutou ? Parce que sur les rayons du magasin “République” il y a le choix ! Faut-il être humaniste pour être de gauche ? Faut-il être un tenant du partage des richesses, pour être de gauche ? Je cite quelques exemples pour envenimer le débat. Jean-Baptiste Doumeng, le milliardaire rouge qui vendait des patates à l’URSS était de gauche. Pierre Bergé, l’éphèbe plissé qui aimait les petits garçons était de gauche. Che Guevara le bourreau était de gauche… Tous étaient de bons patriotes ? J’en doute ! Surtout internationalistes avant tout, me semble-t-il. Alors, quelle est la recette pour être un bon patriote ? Je pollue un peu la question : « Peut-on être patriote en étant internationaliste ? » Pas de réponse, sinon l’ouverture d’un autre débat. Pour le reste, droite, gauche, centre, extrême centre, centre gauche ou droite, etc., rien finalement n’interdit d’aimer son pays, même si l’on est un peu… anarchiste !

Comme le débat semble mort-né, ce que l’on peut comprendre, sauf a être posé comme sujet au concours d’admission de Science-Po, j’aborde vicieusement la recette culinaire du “Hot-Dog” revue et corrigée par quelques nigérians paumés en Italie, qui ont fait battre les cœurs de nos mamies, même s’il n’y a pas de quoi en faire un fromage… La cuisine nouvelle, ça s’invente tous les jours. Tollé général chez ces dames et j’ai beau leur dire que je n’excuse pas la cynophagie ni ne compare en rien cette pratique, en Occident, à un art culinaire, je suis dans l’œil du cyclone. Je souligne, pour me défendre que ce n’est pas avec une offensive sur le casse-croûte de quelques clandos paumés que nous gagnerons les batailles contre les migrants. J’avance quelques exemples. D’autres peuples – parfaitement pacifiques et qui restent bien chez eux – sont également consommateurs de viande de chien et pourraient s’offusquer que l’on critique leur mode de vie.

Certains ne comprendraient pas nos “saucissons pinard” nationaux et on ne pourrait pas leur en vouloir. On me rétorque : « À Rome, vis comme les romains ! » Soit, mais j’avance que les Romains et les Grecs faisaient de la viande de chien un met de choix et, qu’aujourd’hui, il faut garder à l’esprit que les Chinois et les Vietnamiens du Nord (certaines tribus, mais pas seulement) en consomment régulièrement. Même à Hanoï, ville très dynamique, pacifique et en pleine expansion, on peut manger du chien et du chat dans des restaurants spécialisés : il suffit de regarder les enseignes qui offrent du thịt chó ou du thịt mèo).

J’y vais de mon exemple ; dans un passé récent, j’ai pu assister à quelques agapes cynophages, du côté de Sapa ou Lao-Caï (Nord – frontière chinoise) et, même si cela a choqué l’occidental que je suis, il m’était facile de comprendre que la Mecque mondiale de la cuisine n’est pas Lyon (Veuillez me pardonner cet outrage, Monsieur Paul). Tués, brûlés, raclés et cuits à point avec, pour faire passer le goût assez fort, une bonne bière locale ou un “Ruou Gao” (nom donné à l’alcool de riz vietnamien, dans le Nord du pays). Et, surtout, n’allez pas me traiter de sauvage, même si j’ai assisté à ces préparations culinaires, je n’en ai pas mangé ! C’est un ami qui m’a vanté les saveurs de ce met délicat…

https://www.vice.com/fr/article/qbyv3x/manger-du-chien-a-hanoi

Je continue sur ma lancée en soulignant que le fait divers d’Italie est un épiphénomène qui ne trouve aucune justification à nos yeux parce que nous avons tous – ou presque – des chiens domestiques chez nous ou près de nous pour des milliers de raisons. Ce n’est pas pour rien que Purina et Unisabi engrange des millions sur le dos des Mamies qui tricotent des paletots pour leurs chérubins ! Si, comme en Inde, la viande de vache (plus couramment appelée “viande de bœuf” chez nous) était sacrée, on s’indignerait de la retrouver sur les étals des bouchers et dans la composition du menu dominical.

En France, on a mangé du chien jusqu’au début du XXème siècle. C’était même une pratique répandue en France où l’on trouvait encore des boucheries canines. Durant la guerre de 1870, on se rabattit sur les viandes de basse qualité et il existait même un véritable marché du chien à Paris, rue Saint-Honoré. Aujourd’hui, onze pays au monde proposent cette viande à la consommation.

Ce qui me choque, c’est que nous avons toujours le même angle d’attaque : notre culture nombriliste. « Touche pas à mon toutou ! » Toutou (ou chat) que l’on vénère parfois plus que certains membres de sa famille… L’humain est étrange, il protège son chien adulé mais il va jusqu’à manger son prochain pour sauver sa peau… (Vol 571 Fuerza Aérea Uruguaya – Octobre 1972). mais il y a aussi des chiens qui mangent leur maîtresse ! Juste retour des choses !

http://www.leparisien.fr/faits-divers/eure-une-femme-retrouvee-devoree-par-ses-six-chiens-16-02-2018-7563375.php#xtor=AD-1481423552

Quant à sauver notre pays de “l’envahisseur”, ce n’est pas en essayant de changer sa culture que l’on y arrivera. Pas plus d’ailleurs en arguant que la choucroute ou le cassoulet sont meilleurs que le couscous et le tajine de cailles. Nous donnerons plus d’effet à nos actions en combattant politiquement les idées de nos collabos nationaux – comme cela se fait si bien sur Riposte laïque, ainsi que sur tous les autres terrains -, jusque dans les conseils municipaux, jusque dans la rue, à chaque instant, jusque dans les magasins lorsque l’on y fait ses courses et les restaurants où l’on déguste un bon plat de notre terroir… Et en tenant son chien en laisse, bien entendu !

Il y a peu, j’échangeais quelques mots avec la patronne, jurassienne d’origine, d’un restaurant “Les Montagnards” dans une petite ville de dix mille habitants au Nord-Est de la France. Elle me confiait discrètement, entre deux verres d’un excellent “Fruitière de Voiteur” rouge (Jura) : « le cinquième kébab vient d’ouvrir ici… » Le vrai problème est là. Dans la progression insidieuse de leur présence… Alors, il me semble qu’il y a plus urgent que de s’offusquer sur la conduite de la santé publique par des spécialistes, sur l’origine droitière ou gauchère du patriotisme ou sur un “en-cas” bouffé sans arrière-pensée par des clandos sur un campement de fortune…

Portez-vous bien, conduisez toujours à droite et gardez bon appétit.

Jean-Louis Chollet

PS : J’ai quand même terminé la soirée avec mes amis en buvant des coups avec eux parce que, finalement, ce qui compte, c’est d’être d’accord sur l’essentiel. 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Tonton Cristobal

Formidable ! faisons la fortune des Labo , torturons les animaux , pelés vifs et bouillis … que du bonheur et puisque c’est dans leur culture disait une petite bobo rentrée de chine… le hallal aussi n’est pas si mal, et puis c’est dans leur culture, alors hein, faut bien faire avec! Bon, je n’avais même pas envie d’intervenir sur autant d’inepties. Bah, du moment qu’on est un bon patriote on peut trinquer ensemble, n’est-ce pas? Eh bien non merci, sans moi. Et au plaisir de ne pas vous connaître.

Undertow

Campagne de Macron financée par les laboratoires. Macron ne l’a pas nié lors du débat présidentiel, (Dupont-aignan lui a posé la question).
Et voilà qu’il y a 11 vaccins obligatoires très très cher et surtout très très obligatoires.
Les trois suffisaient, les 8 autres c’est du grand n’importe quoi. Bref, je la refuse.
Ceux qui sont pour n’ont qu’à prendre double dose.

mauvaisedent

Cependant ce texte est une exposition d’idées qui sont très discutables du début à la fin. Pour ne pas y passer ma vie, je n’en citerais que 2. Il y a 4 ans toute la famille a eu la rougeole. 5 personnes et pourtant toute vaccinée. Il faut dire que c’est très contagieux. Mais ma nièce qui était avec nous n’a pas été malade. Elle a eu aucun vaccin dans sa vie. Elle est la fille d’un beau frère qui n’a jamais accepté les vaccins pour ses enfants et ils sont tous en excellente santé, ils n’ont jamais été malades. Alors pour la confiance en la médecine, chacun ses idées Quand à la gauche, il n’y a pas à en discuter, c’est perdre son temps. Ce que l’on peut retenir c’est que la gauche à tuée plus de personnes que le nazisme ( elle tue encore ) et il n’y a qu’un imbécile qui peut être de gauche.

Anne-Marie G

Si je puis me permettre, sur la question des vaccins, votre article dénote un manque d’informations sur le sujet précis du débat actuel. Nos chers medias prétendent qu’il ne s’agit que d’une contestation de la vaccination obligatoire. Non, ce qui est en question est que les nouveaux vaccins contiennent de l’aluminium, ce que ne contenaient pas les vaccins d’avant et que le nombre des vaccins a augmenté sans nécessité réelle et pour des nourrissons dont le système immunitaire est encore immature avant deux ans. Concernant le fait que des clandos aient mangé du chien, c’est en effet anecdotique mais c’est vécu comme une agression pour les propriétaires de chiens. Je n’ose étendre le raisonnement plus loin… C’est une question d’insécurité culturelle et d’insécurité tout court.

dufaitrez

Votre diner a duré bien (trop ?) longtemps… Il faut digérer…
Moi, en « Fast food », je dirais…
Vaccins ? 3 suffisaient. Maladies éradiquées. 11 ? « Cadeau » de l’immigration !
Chiens ? (hot dogs !) Laissez les jaunes en manger avec des insectes ! Pouahh !
Gauche ? Gauchistes gauches ! Restez Droit sur notre siège !
Bon digestif !

Samy

Article sympa à lire.
Tout a fait d’accord pour combattre tout les jours, par contre y’a qu’en France que tu te fait tabasser par 25 tarés(25contre1),devant une foule de tes compatriotes(français de souche comme il se dit maintenant)et que personne ne bougent, ne serait-ce même pour ta propre sécurité(santé),sans prendre partit.
Au début une simple conversation, en total respect de chacun(pour ma part),sinon j’aurais prévu mon « extraction ».
Et le plus beau,qui se retrouve en garde à vue,malgré la,les quelques protestations de la foule qui avant était restée muette,moi.

Joël

Pour ou contre les vaccins, ça se discute. Par contre vous pourriez nous expliquer la réapparition soudaine de la rougeole et dont les médias se sont bien gardés d’aborder le sujet. Ce sont pourtant les plus hautes instances médicales qui en font le constat :
Les Maladies Infectieuses se Propagent à la Vitesse d’Installation des migrants :
https://fr.gatestoneinstitute.org/10713/allemagne-maladies-infectieuses
« Ce continent a fait un bond en avant en matière de santé publique » Ah bon ! Pourtant même eux disent le contraire : https://www.youtube.com/watch?v=bRmYeVJ58Fk
Exemple tout frais du jour : http://www.fdesouche.com/957297-beauce-35-centre-daccueil-migrants-va-fermer-raisons-sanitaires-afin-de-desinfecter-chambres-a-cause-dinvasions-parasitaires
On se fout de qui, là ?

Gérard Couvert

Courage, vous verrez qu’il est difficile d’aller à l’encontre des toquades anti-science.

Zorglub

Ben dites donc , vous êtes plus souvent les pieds sous la table qu’ailleurs ? Et ce dans tous les pays du monde. Tant mieux pour vous si vous avez les moyens de vous déplacer, et de profiter de la cuisine chinoise au fin fond de la chine. Moi je mange ce que me donne avec amour mon épouse depuis 52 ans ou 2 fois par jours elle se creuse la cervelle pour me faire un repas à peu près équilibré comme la majorité d’entre nous. Quand à vos repas en compagnie , j’ai ai eu fait et là je pense , aux paysages de ma montagne natale aux colchiques et autres jolies fleurs et surtout évite qu’on s’adresse directement à moi , pour m’éviter d’exploser.

Simone GUTIERREZ

Comme ça fait drôle de lire ça sur RL ! …. voilà que notre culture est  » nombriliste  » ! On croirait entendre du BHL .
Nous ne sommes plus  » patriotes  » ,  » identitaires  » ou  » fiers de nos racines  » …. nous sommes à présent  » nombrilistes  » , selon M. Chollet .
POURQUOI sommes-nous nombrilistes ? ( Attention , accrochez vos ceintures , ça va secouer ) PARCE QUE nous aimons nos toutous et autres chatons et que nous nous nous entre dévorons entre humains . La preuve : cet accident d’ avion dans les Andes en 1972 où les rescapés ont survécu en prélevant de fines lanières de chair sur les cadavres des passagers conservés dans la neige .
La démonstration est irréfutable .
Mais ma chatte et moi nous nous tenons encore les côtes tellement nous avons ri en lisant M. Chollet .

Jean Louis Chollet

Bonjour Simone,
Vous avez mal lu et vous avez tout compris… Ou l’inverse : vous avez bien lu, mais vous n’avez rien compris… Rassurez-vous, je n’ai aucune envie de toucher à votre chatte.
Bonne journée.

Simone GUTIERREZ

Cher Jean-Louis ,
Il ne manquerait plus que ça que vous vous en preniez à ma chatte !!
Par les temps qui courent , vous pourriez le regretter ….;
ps : je blague . Sinon , oui , bien sûr , je n’ ai rien compris à vos propos . C’ est tellement rassurant pour vous de croire ça .

dreamer

Assez curieux et gênant de lire une argumentation sur les vaccins (factuellement erronée d’ailleurs) alors même que les spécialistes s’écharpent et que de plus en plus de professionnels de santé sont montés au créneau sur le sujet quant aux risques liés.

Il serait bon de laisser les débats scientifiques aux scientifiques justement.

Jean Louis Chollet

Bonjour Rêveur,
Je n’argumente rien. Au contraire, je dis que cela ne m’intéresse pas et que laisse les spécialistes s’en occuper…
Relisez-moi…
Bonne journée.

dreamer

Bonjour.

La phrase qui m’a choquée est celle-ci : « Beaucoup de maladie ont été, là-bas et ailleurs, éradiquées grâce aux vaccins. » car elle n’est correcte scientifiquement. Pour prouver cette affirmation, il faut mener des études cliniques, avoir des populations témoins etc. pour établir scientifiquement un lien de cause à effet.

Gérard Couvert

Vous connaissez l’Afrique ? Je me souviens des milliers de gamins handicapés par la la polyo au Maroc … puis la vaccination obligatoire, et il y a peu la déclaration par l’OMS de l’éradication de la maladie au Maroc.

Denis F

SI, vous laissez clairement entendre qu’il y a des méchants opposants aux vaccins, alors que tous ne sont pas indispensables, MAIS SURTOUT sans préciser que les opposants le sont davantage à l’aluminium comme adjuvant qu’au vaccin lui-même.
L’amiante aussi était sans danger!
Le fluor ne lobotomise pas les gens…
Etc.
Quand la médecine cessera d’être une science expérimentale et de tous nous prendre pour des cobayes, avec des changements réguliers des seuils de maladie pour tous nous rendre malades sans l’être et pouvoir nous gaver de saloperies chimiques, alors, je lui ferai, moi, une confiance aveugle.
Mais pas avant, contrairement à vous.

YVES DAVID

Refuser les vaccins est aussi con que de rouler constamment à gauche sur une route déserte de campagne : il ne se passera rien jusqu’au jour …où il y aura quelqu’un en face Le jour où l’épidémie se déclare , chez un non vacciné , c’est la roulette russe . On peut rester indemne , on peut attraper la maladie , on peut la plupart du temps en sortir sans problème , mais on peut , c’est rare , en mourir ou avoir des séquelles quelquefois graves. Et là c’est la catastrophe .
Il suffirait pourtant de peu de chose , se faire vacciner , seul moyen de stopper ces maladies pour lesquelles il n’y a aucun traitement curatif.

Joël

Il suffirait déjà d’empêcher le retour de nombreuses maladies en fermant les frontières et au minimum de faire des centres de quarantaine au lieu de centres d’accueil.

bob

Joël, tout a fait d’accord avec vous des maladies éradiquées depuis des lustres refont surface depuis l’invasion migratoire que subit l’Europe

Hellène

C’est encore plus con de se faire piqouser et de choper la maladie quand même, comme c’est
le cas avec la rougeole, la polio (en Afrique) et
La grippe chaque année chez nous…

Gérard Couvert

Faux, les cas de rougeole après vaccination et rappel sont rarissimes (maladie éradiquée dans l’Europe du Nord), la polio disparait, le tout est qu’il suffit d’un con, d’un salaud non-vacciné pour transmettre le mal. Quand à la grippe, qui fit en 1918-1920 plus de morts que la Grande Guerre, le vaccin est annuel car le virus « évolue ».

Hellène

Autisme : on est passé de 1 cas sur 10000 à 1 cas sur 100.
Mais chic! on n’attrapera pas la rougeole!

Hellène

Les cons et les salauds, ce sont qui imposent leur superstition aux autres. Libre à eux de s’inoculer une sclérose ou un cancer pour éviter une maladie bénigne. Mais au moins, qu’ils laissent ceux qui savent s’en protéger.
Si les non-vaccinés sont un danger pour les vaccinés, il y a vraiment un doute sérieux à avoir sur la protection vaccinale…

Denis F

C’est curieux comme les plus jeunes générations ne résistent plus à grand chose…
Nos « vieux » nés dans les années 1900 n’ont pas eu tous ces vaccins, ont subi de nombreuses privations et bien des tourments, des risques, mais ceux que je connaissais et qui sont morts après 90 ans ne prenaient pas beaucoup de médicaments… bien que n’ayant jamais conduit à gauche en permanence, que ce soit en voiture ou en moto…

wolfred

gauche / patriotisme = incompatible

Conophobique

En 40 les patriotes étaient les premiers à sucer les Allemands puis à la libération sentant le vent tourner ils suçaient les résistants véritables patriotes eux et parfois de gauche.

Denis F

Etes-vous sûr de ne pas être allergique à vous-même, par hasard?
Parce que des véritables patriotes et résistants de gauche, dès les premières heures, c’est dans un livre d’histoire révisé de la collaboration que vous l’avez lu, sans doute?
Quid des sabotages contre les Français et la France pendant toute la durée du pacte germano-bolchévique, svp???
Par les mêmes que ceux qui ont collaboré plus tard avec le FLN, saboté les trains de retour depuis Marseille, bloqué les débarquements, etc, etc.
DE GRACE, épargnez nous votre sale propagande mensongère!!!
Si seulement un homme politique courageux osait asséner toutes ces vérités pour définitivement fermer leur gueule à ceux qui veulent encore détruire la France un peu plus!

Simone GUTIERREZ

Très juste , wolfred , car pour la gauche , le patriotisme est un égoïsme .
La gauche ne veut pas de patriotes , mais des  » citoyens du monde  » .
Comme à son habitude , elle se fourvoie et raconte des inepties plus grosses qu’ elle même . Elle n’ a pas compris qu’ un homme devient patriote parce qu’ il a quelque chose de CHER et de PROCHE à défendre contre un envahisseur : femme , enfant , terroir , patrie . Le citoyen du monde ne s’ intéressera jamais à des problèmes situés aux antipodes .
C’ est dur à admettre , Messieurs les beaux esprits mondialistes , mais c’ est pourtant la Vérité .