Les violeurs de mineurs sont la plupart du temps relaxés

Publié le 20 janvier 2021 - par - 2 commentaires - 663 vues
Traduire la page en :

C’est dans tous ses domaines régaliens naturels que l’État français est en faillite.
C’est le prélude au grand effondrement, chacun va devoir se préparer à avoir sa propre justice, sa propre armée, son propre système éducatif, ses propres valeurs.

C’est qu’à force de juxtaposer des communautés qui n’ont aucune intention de vivre le moins du monde ensemble, on en est à l’orée des grandes chasses du comte Zaroff dans tout l’Hexagone.
Les écolos qui se pâment devant les chasses à courre devraient anticiper les futures chasses aux Blancs, aux griots, aux basanés et aux musulmans qui se lèvent sur notre continent.

Ne croyez surtout pas la propagande d’État concernant la charte sur l’islam de France, c’est encore le grand vent du mensonge-taqîya qui bat notre campagne : une charte signée par quelques humains ne pèse rien face à ceux qui croient lire un message de Dieu, même si Nicolas de Cues (1401-1464) a émis les plus forts doutes sur le caractère divin du Coran (« Le Coran tamisé ») quand le message qu’il recèle édicte d’imposer cette religio-déologie par les armes : cette manie guerrière ne peut naître que de la volonté de Mahomet, d’un prophète donc, et non d’un Allah quelconque.

Si l’on suit Nicolas de Cues dans son raisonnement, la conséquence n’est pas mince, puisque de putative religion l’islam est alors ramené au rang d’idéologie nauséabonde, comme il n’aurait jamais dû cesser d’être qualifié, et que viennent confirmer tous les jours les actes criminels et génocidaires perpétrés par les musulmans dans le monde entier.

Il y a bien quelques centaines de millions de chrétiens, de juifs, de mécréants et d’homosexuels qui pourront en témoigner au tribunal de l’Histoire humaine, n’en déplaise aux crétins qui nous ont imposé cette secte sur le sol national.

Nous avons assisté en direct à l’effondrement de notre système de santé que le gouvernement affirmait le meilleur du monde.
Nous assistons tous les jours à l’effondrement du système éducatif : alors qu’elle dépense 6 fois plus par élève, la France est passée au niveau de la Roumanie, en mathématiques elle est passée la dernière de l’Occident. Natixis (oui, vous avez bien lu, la banque), dans ses analyses prospectives (Flash Économie. “France, est-ce que c’est perdu ?” du 4 janvier 2021) signale l’écroulement à venir du pays : « La mauvaise qualité du système éducatif va entraîner la poursuite de la dégradation des compétences de la population active, ce qui peut jeter un grand doute sur la capacité de la France à se redresser ».

C’est qu’à vouloir imposer l’arabe et le Coran dans la grande Déséducation nationale qu’est devenue cette administration qui a totalement abandonné sa mission première qui est d’apporter le savoir aux citoyens de demain, avec 50 % des profs qui refusent d’aborder de front, quitte à fâcher, les grands principes de laïcité, de liberté, d‘égalité, de Constitution, on ne doit plus s’étonner du naufrage de demain dans tous les champs de la civilisation dont le minimum reste la langue, la culture, l’esprit de curiosité et d’imagination et la volonté de n’avoir aucun fruit défendu de la science à se mettre sous la dent, bref toutes ouvertures d’esprit contraires aux religions, aux idéologies coraniques nauséabondes et aux révisionnismes historiques de la gauchiasserie indigéniste aussi nauséabonde que les coraniques.

On ne jettera pas la pierre aux profs habités désormais d’une peur permanente au moment d’aborder le savoir, c’est au plus haut niveau de ce ministère, jusqu’aux ministres qui se sont succédé depuis 40 ans qu’il faut chercher les coupables qu’il faudra bien un jour juger, et si le Tribunal Citoyen l’exige, exécuter.

Un autre secteur effondré mérite d’être signalé, il s’agit de la Justice qui semble avoir perdu sa volonté-devise de prendre ses décisions au nom du peuple, et donne de plus en plus l’impression de les prendre au nom de l’idéologie du magistrat.

Chacun a à l’esprit ces milliers de multirécidivistes violents qu’une majorité de juges, profondément acquis au crime, relâchent sans désemparer dans les rues pour qu’ils continuent leur œuvre de destruction de familles entières, par milliers également tous les ans. Ces juges se préoccupent maintenant davantage du bien-être des délinquants que de la manière dont peuvent survivre les victimes.

Suite à l’édition du livre de Camille Kouchner sur Olivier Duhamel et la bonne bourgeoisie parisienne donneuse de leçons, Marlène Schiappa se lance dans un combat de protection de l’enfance que l’on ne peut que soutenir.
Or il faut voir la réalité des jugements pour s’apercevoir qu’il y a loin entre la coupe-volonté d’un politicien et les lèvres-décisions de fonctionnaires dont aucune disposition ne permet au citoyen d’exiger le jugement-exécution même en cas de décision inique.

Dans des affaires de mœurs, on a déjà eu droit à des relaxes au motif que l’impétrant ne connaissait pas les codes sociaux de l’Occident (la plupart des affaires Afrique contre France).
On a également la litanie des peines jamais effectuées.
J’ai l’honneur de vous laisser prendre connaissance de certaines motivations dans deux derniers jugements qui laissent rêveur.

Ainsi, dans une sordide affaire de viol, relatée dans la Manche libre du 18/1/2021, la procureur requiert 1 an de prison avec sursis, ce qui revient à une absolution sans peine, le tribunal relaxe.
La défense fait valoir qu’à 19 ans au moment des faits, le garçon était presque mineur. Visiblement l’argument a porté puisque la relaxe a été prononcée.

Le message est clair pour la société française, violer une fille de moins de 15 ans si vous êtes presque mineur ne vous engage à rien. Reste à attendre le jugement futur où la défense invoquera l’âge mental d’enfant de l’impétrant, nonobstant ses quarante ans à l’état civil, ou l’état de vieillard d’un individu qui aurait conservé sa mentalité de presque mineur, l’âge de garnement quoi.

Dans une autre affaire où le tribunal relaxe également (La Manche Libre du 15/1/20121) , c’est une saillie de l’avocat de la défense qui rudoie l’idée d’un droit égal pour tous : « Maître Hadrien Gillier pour la défense confirme : “dans leur communauté, les relations avec de très jeunes filles sont admises”.

Chère Marlène, vous allez avoir du pain sur la planche si les juges se foutent ainsi de vos états d’âme ainsi que de la situation et l’état de détresse des victimes.
Le moyen de la défense dans cette dernière affaire ne nous éloigne d‘ailleurs pas tant que cela de l’affaire Kouchner qui occupe l’actualité si on réfléchit bien : si la bourgeoisie parisienne donneuse de leçons, plus particulièrement de gauche, arrive à faire la démonstration devant les tribunaux que dans son milieu et sa communauté, la licence sexuelle intergénérationnelle est une coutume admise, comme un rite de passage à l’âge adulte, la relaxe ne pourra être que générale.

Et les gnards qui se réveillent au bout de trente ans pour s’alarmer et alarmer le monde de ce qu’ils ont subi, ou leurs frères et sœurs ont subi, en seront pour leurs frais.
Il ne leur restera que les droits d’auteur pour se supporter et supporter d’être nés dans ce milieu.
Les dictons populaires s’en trouvent, à cette occasion, renforcés, si on se rappelle que, « quand les parents boivent, les enfants trinquent ».

Ah le populaire et son bons sens près de chez lui ! Le voilà le fascisme à combattre qui empêche la baise tranquille de famille bourgeoise parisianiste le dimanche toutes persiennes baissées.

La Manche libre du 18/1/2021 :
À la gare routière de Vire se retrouvent souvent des jeunes. Le 24 novembre 2015, une adolescente de 13 ans court après ses enceintes bluetooth, qu’on lui dit cachées dans les toilettes. Quand elle s’y rend, un garçon de 19 ans, réputé pour ses “conquêtes”, la suit, ferme la porte et lui demande une fellation qu’elle refuse. Pourtant, ils auront une relation sexuelle qu’elle qualifie de viol. Sa mère dépose plainte en 2018, sa fille se scarifie et ne va plus jamais à la gare. À l’audience du 7 janvier 2021, le jeune, 24 ans maintenant, répond d’atteinte sexuelle par majeur sur un mineur de moins de 15 ans. La jeune fille absente ne trouve de défense que dans la procureur Farouk Benharkat qui requiert un an de prison avec sursis.

Maître Sébastien Revel pour la défense reprend la thèse que la jeune fille prétendait avoir 15 ans, et que le prévenu était encore presque mineur lui-même. En délibéré le 14 janvier 2021, le tribunal prononce une relaxe.

La Manche libre du 15/1/2021 :

Le 27 juillet 2020, une jeune fille, presque 15 ans, rejoint son amoureux de 29 ans en taxi. C’est son ex-beau-frère qui a eu deux enfants avec sa sœur aînée. Elle refuse de le quitter et ils partent pour Lisieux. La mère dépose plainte et donne néanmoins son nom. Les gendarmes retrouvent les tourtereaux dans la caravane de l’oncle de la jeune femme. Le 14 janvier 2021, devant le tribunal judiciaire de Caen, l’homme répond de corruption de mineure de moins de 15 ans et de soustraction d’enfant des mains de la personne qui en a la garde. Les parents relativisent : “du moment qu’elle est heureuse, c’est ce qui compte”. Leur fille confirme qu’elle est heureuse avec l’homme, qui a attendu ses 15 ans pour avoir des relations sexuelles. Jean-Michel Rotaru, procureur, requiert une relaxe. Maître Hadrien Gillier pour la défense confirme : “dans leur communauté, les relations avec de très jeunes filles sont admises”. Le tribunal relaxe l’homme de corruption de mineure. Déclaré coupable de soustraction d’enfant, il est dispensé de peine.

Jean d’Acre

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Filouthai

A Amiens aussi, je crois qu’il est admis (en tout cas cela l’était il y a 25 ans) qu’un professeur ou une professeur ayant autorité sur ses élèves puisse l’abuser sexuellement …. en toute impunité !
On raconte même que, comme cela est prescrit dans le Coran, des victimes vont jusqu’à épouser leur agresseur !

patphil

des juges français se voilent la face comme des juges américains refusent d’ouvrir les dossiers de fraude électorale
vive la “démocratie”

Lire Aussi