Voyous de la République (1) : le loto de la députée LREM Lang

Les copains, les coquins sous les lambris de la République

Si la journaliste suisse Sophie Roselli, qui a démasqué Tariq Ramadan pour les affaires de viols, mais aussi révélé la formation de djihadistes de Daech à la mosquée de Genève, ou encore l’affaire de corruption entre le magistrat de Genève Pierre Maudet et les Émirats arabes unis (après les révélations de Sophie Roselli, Pierre Maudet a reconnu avoir menti sur la nature et le financement d’un voyage à Abou Dabi en 2015 et il a été condamné par la justice suisse), venait travailler en France pour un grand quotidien, ses nuits seraient très courtes. Tant l’ex-responsable du pôle enquêtes de La Tribune de Genève, qui a démissionné de ce quotidien « en estimant sa marge de manœuvre trop limitée » aurait de pain sur la planche avec tous les voyous de la République qui squattent les palais nationaux.

À tout bien, tout honneur. Notre premier éclairage concerne une amie du Président Emmanuel Macron, devenue députée LREM de Paris en juin 2017, après avoir jeté sa veste « socialiste » aux orties. Il s’agit de la députée Anne-Christine Lang, née le 10 août 1961 à Mont-de-Marsan (Landes).

Suppléante de Jean-Marie Le Guen dans la neuvième circonscription de Paris, elle devient députée lorsque celui-ci est nommé secrétaire d’État au sein du gouvernement Valls. Le 8 mars 2015, elle rédige une tribune dans Le Nouvel Observateur appelant les femmes à s’affirmer en politique. Elle est membre du Pôle des réformateurs et soutient la politique gouvernementale sous le quinquennat de François Hollande.

Ces dernières années, cette « donneuse de leçons » s’est fait remarquer par les services de la déontologue de l’Assemblée nationale. En effet, Madame la députée En Marche Anne-Christine Lang, proche amie d’Emmanuel Macron, s’est servie directement dans les caisses de l’État pour ses dépenses courantes. Et pas de la menue monnaie.

Voici quelques exemples des dépenses qu’elle a effectuées avec la Carte Bleue de l’Assemblée nationale :
– 5 paiements à des médecins dont 1 000 € à un stomatologue et 680 € à un autre spécialiste
– 11 règlements dans des pharmacies
– 22 règlements en supermarchés, dont 15 dans celui qui se trouve juste à côté de son domicile. Total : 1 539 €
– 7 achats en magasins de jouets ou puériculture
– 24 000 € de retraits en liquide (2000 €/mois)
– un retrait de 250 livres sterling pendant ses vacances en août en Angleterre
– prêt illicite à usage personnel de l’Assemblée pour un montant de 18 000 € remboursé en note de frais.
La liste est longue de ces dépenses injustes et inadmissibles, qui s’assimilent à du vol par un élu du Président Macron alors que celui-ci nous fait la leçon et nous invective régulièrement !

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de presse 55411

Prochain article :

Les voyous de la République (2) le député Bruno Bonnell, tête de liste LREM aux élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes

image_pdfimage_print

9 Commentaires

  1. bof, pas de millions , c’est grand, c’est généreux la france disait un général

    • Certes, mais elle ne doit pas être la seule à pratiquer puisque les parlementaires se refilent les combines depuis des lustres. Multiplié par quelques centaines de députés et sénateurs, ça doit chiffrer « gras ».

  2. Merci de ces infos.
    Il est temps que soient dévoilées les pratiques des pourris qui osent en plus donner des leçons aux autres !

  3. Elle est pas belle la vie. ET on va continuer à voter pour ces guignoles.

  4. Il ne faut pas les lâcher ces prévaricateurs. Plus on publiera leurs incartades, moins nous compterons de complotistes.

  5. Macron il à repris tous les députés PS de hollande pour les mettre EM,donc Macron était bien socialiste.

  6. il faut mettre ce genre de fait sur facebook pour qu’un maximum de gens soient informés

Les commentaires sont fermés.