Les vraies questions posées par le meurtre de Sarah Halimi

Si les idéologues islamistes s’approprient la question de la délinquance en l’incorporant à leur passion sectaire, d’où résulte la tyrannie de la bienveillance, c’est que cette idéologie humaniste anti-discrimination faussée a besoin d’être travestie de façon politiquement correcte et totalement subjective. C’est pourquoi la tyrannie de la bienveillance sert l’idéologie dhimmi mieux que tous les faits objectifs de la criminologie.

Derrière les mots creux et les phrases vides de sens des idéologues se cache la fausse science de la criminologie de la télé-spectacle arrogante. Les mensonges des idéologues de la mystification humaniste anti-discrimination et de la culture de domination des masses, par le biais de la propagande servile pro-migrants, met en avant la médiocrité de la criminologie et de la civilisation de l’ignorance, de l’arrogance et de l’erreur faussement scientifique. Les faux débats de la télé-spectacle sont aujourd’hui le nouvel opium des peuples.

Qu’a-t-il manqué aux faux débats sur les télés à propos du meurtre de Sarah Halimi ?

1° Faire la description objective de ce crime raciste sans aucune fausse théorie psychiatrique ;

2°La connaissance historique du comportement antisémite habituel du meurtrier Kobili Traoré ;

3°La science des comportements islamistes pré-criminels concrets de Kobili Traoré, le choix de la victime, ses insultes racistes et ses menaces antisémites habituelles, comportements connus du voisinage ;

4° Un islamisme sans retenue associé aux conduites délinquantes habituelles ;

5° Un islamisme antisémite habituel sans aucune condamnation morale par les autorités ;

6° Un islamisme antisémite sans connotation psychiatrique ou délirante dans les antécédents.

La question du meurtre antisémite ou islamiste de Sarah Halimi ne peut être envisagée sérieusement que par une totale « liberté de l’esprit », sans les préjugés psychiatriques ni l’idéologie anti-discrimination qui imposent dans les faux débats de la télé-spectacle la « notion du politiquement correct anti-raciste ».

La définition du meurtre antisémite ou islamiste de Sarah Halimi doit être mise scientifiquement en relation avec la « vérité » criminologique du comportement antisémite habituel du meurtrier Kobili Traoré.

La réalité concrète de l’attitude, de la conduite et du comportement antisocial, islamiste et antisémite habituel de Kobili Traoré est une réalité face aux abstractions que les idéologues et autres intellectuels de gauche, les larbins de la « vérité » anti-discrimination en matière de criminologie, celle qu’ils veulent promouvoir comme la « vérité » criminelle de l’affaire Halimi. Il n’y a en cela pas la moindre pureté théorique ni le moindre courage d’envisager la réalité sociale du comportement islamiste antisocial et antisémite habituel de Kobili Traoré avec la probité intellectuelle qui conditionne le respect des critères de la science criminologique.

La volonté mystificatrice anti-discrimination des idéologues de gauche à propos de l’affaire Halimi est une attitude méprisable et un comportement non scientifique dangereux. Ils veulent dissimuler la réalité des faits et du comportement antisémite habituel du meurtrier Kobili Traoré sous le masque anti-stigmatisation et anti-discrimination d’une « vérité » faussement scientifique qui renoue avec les mensonges pour justifier les préjugés archaïques anti-racistes et les superstitions de l’obscurantisme du vivre ensemble pro-migrants.

« Après des années de laxisme et de propagande socialo-communiste, les Français Juifs quittent le 93 après que leur domicile ait été une nouvelle fois cambriolé et les murs recouverts d’insultes antisémites.

« Agressions, insultes, intimidations, menaces… De très nombreuses familles juives quittent les villes de banlieue (le 93) où elles ne se sentent plus en sécurité. En Seine-Saint-Denis, le phénomène s’amplifie.

« Vous êtes juifs, donc vous avez de l’argent, vous nous le donnez, autrement on vous tue ! » Vendredi 8 septembre, la famille Pinto, Mireille, 73 ans, son mari Roger, 78 ans, et leur fils David, 48 ans, ont été séquestrés deux longues heures dans leur pavillon de Livry-Gargan, dans le nord-est de Paris.

« Une attaque violente, et préméditée. Le barreau d’une fenêtre du sous-sol a été scié, le compteur d’électricité coupé. Trois individus noirs les ont ligotés, frappés et menacés pour les dépouiller.

« C’était un commando de la haine« , dit Roger Pinto. Ses agresseurs se sont déchaînés sur lui.

« Il a reçu des coups au visage, sur le crâne, au thorax.

« Au point de s’évanouir, et à chaque fois qu’il reprenait connaissance, l’interrogatoire recommençait :

« Où tu as caché l’argent ? » Toujours, le même refrain odieux : « juif » égale forcément « riche »…

« Aujourd’hui, Mireille et Roger vont quitter définitivement la Seine-Saint-Denis. Peut-être pour le 17ème arrondissement où la communauté juive a pris l’habitude de se regrouper ces dernières années.

« Le logement sera plus petit, forcément, avec le prix au mètre carré, mais qu’importe.

« Impossible de rester plus longtemps dans cette belle bâtisse, achetée il y a 34 ans : meubles dorés, canapés en velours et une photo de Shimon Peres souriant… »

(Adapté de Cécile Deffontaines et de Yannick Stephant pour  »L’Obs »)

Les criminologues des faux débats de la télé-spectacle, en tant que soi-disant savant reconnu par l’insuffisance de ses observations personnelles, croient pouvoir manipuler et influencer la pensée des gens, en limitant la lecture de l’affaire Halimi à un crime de proximité et à un drame voisinage. Ils partagent, par cette soumission à la pensée anti-raciste, les symptômes de la décadence de la criminologie de bistrot.

Face à la désagrégation de l’objectivité de la recherche scientifique, la décadence de la criminologie suppose une grande ignorance de la réalité concrète du comportement antisémite habituel de Kobili Traoré.

On se demande pourquoi une telle position anti-raciste d’exception et une telle résistance aux faits ignorent tout de la réalité des insultes racistes et des menaces antisémites habituelles de Kobili Traoré.

Le fait est que le comportement antisémite « normal » du meurtrier Kobili Traoré n’est pas « répertorié » dans la plupart des classifications DSM et des catégories psychiatriques habituelles. Comme ces catégories psychiatriques correspondent à une forme d’éradication de la réalité et à une façon de s’éloigner de la vérité des faits, elles décrivent et mettent en scène les symptômes supposés de « maladies » qui sont toujours plus difficiles à démontrer. C’est pourquoi le « psychiatrisme grandissant » envahit de plus en plus le champ de la justice pour essayer de dissimuler le silence assourdissant de la recherche de la criminologie scientifique.

De là, l’affaire Halimi questionne la psychiatrie et l’idéologie humaniste du vivre ensemble.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

20 Commentaires

    • J’ai été très choquée et peinée que cette femme n’ai pas eu la même compassion que l’on accorde toujours aux délinquants et criminels notoires.
      Elle ne faisait de mal à personne et elle s’est fait massacrer par un barbare avec un casier hallucinant.
      Aucun homme politique ne s’est manifeste et n’à voulu reconnaître l’acte raciste de ce monstre. Nous sommes tous en danger face à cette haine de gens proteges par des Macron, Mélenchon and co.
      La honte sur les dirigeants de notre pays!

      • Qui sur les ondes, hormis M. Gilles-William GOLDNADEL (sur RMC) a crié sa colère quant à la passivité des gardiens de la paix, armes aux pieds, au moment où Sarah HALIMI subissait les coups de son agresseurs ?
        Qui, parmi nos grands reporters, a osé interpeller le « premier flic de France », sur l’Affaire HALIMI et les suites données aux enquêtes judiciaires et internes menées par les services compétents ?
        J’ai le sentiment que tout le monde s’en fout et que les Autorités opposent le secret de l’enquête pour dissimuler leur indifférence dogmatique à la mort tragique de Madame HALIMI.
        Raisonnons par l’absurde: un juif, un protestant ou un chrétien, assassine une musulmane dans les mêmes conditions, je vous laisse le soin d’imaginer la suite.

        • Qui sur les ondes, hormis M. Gilles-William GOLDNADEL (sur RMC) a crié sa colère quant à la passivité des gardiens de la paix, armes aux pieds, au moment où Sarah HALIMI subissait les coups de son agresseurs ?
          Qui, parmi nos grands reporters, a osé interpeller le « premier flic de France », sur l’Affaire HALIMI et les suites données aux enquêtes judiciaires et internes menées par les services compétents ?
          Oui, vos questions sont justifiées…

      • D’ accord avec vous , mais et surtout , honte à ces médias de propagande qui passent leur temps à ignorer tout ce qui les dérange .

  1. D’un côté l’africain Theo rejeton d’une famille d’escrocs notoires qui n’a évidemment rien subi de la part des policiers mais accusé ceux ci de lui a voir troué le c.. qui bénéficie d’une couverture et d’un soutien médiatique obscène et de l’autre une femme juive assassinee par un musulman pour la seule raison de ses origines ne bénéficie de quasiment aucune couverture mediatique. Bon, on voit bien pour qui vous roulez les médias, ça commence à se voir;

  2. La haine relève-t-elle de la psychiatrie ? Non,du côté obscur de l’être humain qui résulte de son éducation.L’islam a choisi de cultiver tout ce qu’il y a de mauvais dans l’Homme.Qu’on me cite une « valeur  » musulmane positive !

  3. S’attaquer aux Juifs, ces canaris dans la mine, c’est vouloir que le coup de grisou arrive sans crier gare !

    • Israël monte la garde devant l’islam de conquête et protège malgré eux les lâchetés pacifistes des dirigeants européens dhimmis…

  4. Vous voulez parler d’antisémitisme, de haine et de violence, soit. Mais ne faites pas alors comme les journaleux, parlez donc de « criminalité » islamique au lieu du mot « délinquance » destinée à minimiser les faits dans les esprits.

  5. Une seule question : qui est son assassin ? Il se nomme Traoré …OK,un déséquilibré donc ;fermez le ban .

  6. Islamiste antisémite est un pléonasme malheureusement. C’est ce qu’on leur enseigne dès le plus jeune âge avec la haine du non musulman.

  7. Pour reprendre le titre d’un ouvrage qui a l’air fort passionnant (je m’autorise ce belgicisme car l’auteur est Belge) d’un nommé André Versaille, revu aujourd’hui sur Atlantico, les humanitaires gauchistes s’imaginent et essaient de nous faire passer les immigrants, les musulmans et les islamistes pour des bébés phoques, tout mignons et tout innocents.

    Vous vous souvenez de ces images ramenées à l’époque par BB de bébés phoques massacrés par les chasseurs au Canada, ces charmantes petites boules de poil blanc aux grands yeux mouillés incapables de se défendre?

    Pour eux, un migrant musulman c’est ça. Rappelez-vous la photo du petit Aylan: le parallèle saute aux yeux.

    Sauf qu’il y a maldonne: il ne s’agit pas de gentils bébés phoques, mais de féroces requins marteaux.

    • Oui, c’est ça, ils ont une déformation de la réalité. Alors que ceux qui ont les yeux ouverts voient juste les migrants tels qu’ils sont des clandestins, musulmans pour la plupart, des jeunes hommes seuls, venant de pays africains, souvent violents (Hausse des crimes violents en Allemagne, attribuée aux migrants https://www.challenges.fr/monde/hausse-des-crimes-violents-en-allemagne-attribuee-aux-migrants_557 ) où les femmes sont considérées comme de la m.erde, et les non musulmanes, encore plus, et ils ne viennent pas de pays en guerre mais pour des raisons économiques: les Africains qui viennent en Europe, ce sont justement ceux qui ont des certains moyens financiers pour le faire donc ils voient cela comme une forme d’investissement car ça représente un coût important pour des Africains

    • Et pour en revenir essentiellement au sujet de l’article, c’est un immigré musulman, qui a baigné depuis toujours dans la haine des juifs, qui était violent, qui aurait dû se retrouver derrière les barreaux, puis expulsé, vu qu’il commettait des actes de délinquance, c’était en plus, un multirécidiviste (donc comme vous dites, les « humanitaires » gauchistes ne sont que des idiots car ils ne voient pas ce qu’il en est de l’expansion du fondamentalisme musulman en France, notamment dans certains territoires), et un jour, il a décidé de tuer cette femme juive au nom de l’islam, d’où qu’il récitait des sourates du Coran pendant son meurtre… Voilà la réalité.

  8. Au début ? Simple fait divers…Puis la Rumeur enfle ! Un djihadiste musulman assassine une Juive ?
    On étouffe sous l’édredon d’une nuit paisible… Encore un !!! Silence !
    Les paroles se libèrent, la triste Vérité apparait enfin !
    La Volonté d’Allah s’est accomplie, une fois de plus ! Sera-t-il crucifié ?

  9. Bravo, mais il me semble que vous oubliez un paramètre essentiel : la proximité de l’élection présidentielle de 2017. « Ces imbéciles d’électeurs sont incapables de comprendre ces faits, ils ne savent pas qu’il s’agit d’un sentiment d’insécurité ! »
    La complicité des associations « des droits de l’homme » (comprendre « de chasse à l’homme ») avec les pires islamistes a été mise en évidence quand la Licra, présidée par l’inénarrable Jakubowitz, s’est assise sur le même banc du tribunal que le CCIF pour accuser Georges Bensoussan !
    Etonnamment, Jakubowitz a été viré juste après et remplacé par Stasi !

Les commentaires sont fermés.