Les vrais fascistes, les vrais néo-nazis, militent à NPA : une preuve de plus…

Publié le 2 décembre 2014 - par - 3 531 vues
Share

besancentvoiléeLes sympathiques militants de NPA du Gers sont en ébullition. La cause de l’émoi de ces jeunes gens : la mairie de Condom a osé accorder une salle à une association, « Le Cercle Algérianiste du Gers », qui, horreur, regroupe des pieds-noirs nostalgiques de l’Algérie française. Autrement dit, dans le jargon trotskiste, des fascistes. Encore plus grave, voilà que cette association a invité deux personnes, Manuel Gomez et José Castano, qui ont osé publier des textes dans Riposte Laïque. Et, cerise sur le gâteau, une adjointe à la mairie, de qui on publie la photo, comme pour la livrer en pâture, est présidente de cette association !

N’écoutant que leur courage, nos vaillants petits soldats montrent leur conception de la démocratie et de la liberté d’expression en exigeant (avec quel mandat ?) du maire UMP de Condom, qui serait le patron de la fédération du Gers, qu’il s’explique devant la population, rien de moins. Nos vaillants gardes rouges du Gers auraient-ils la nostalgie de cette période, qu’ils ont cautionnée, où on traînait dans les rues, à Pekin, avec un écriteau autour du cou, ceux qui étaient suspectés de mal penser ?

Ce texte, et surtout l’idéologie qui l’accompagne, mérite réellement d’être commenté paragraphe par paragraphe, pour que les lecteurs voient quels sont les vrais fascistes. Pour nous, il n’y a pas photo, ce sont les petits flics gauchistes qui se permettent, de manière autoritaire, se croyant dans un régime totalitaire, de décider qui a le droit de s’exprimer, et de bénéficier d’une salle publique qui appartient à l’ensemble de la population, et qui n’en a pas le droit. Je vais me permettre de commenter, en rouge, en gras, entre chaque paragraphe, ce grand moment de littérature que le camarade Staline n’aurait pas renié.

Jeanne Bourdillon

http://www.npa32.fr/spip/spip.php?article1051

Communiqué de presse du Collectif gersois antifasciste

Les 27 et 28 novembre 2014 le Cercle algérianiste du Gers organise au théâtre de Condom un colloque qui a pour thème « mettre sa vie au bout de ses idées ».

Le Cercle algérianiste du Gers est une association qui regroupe des pieds-noirs nostalgiques de l’Algérie française et admiratifs des actions passées de l’Organisation armée secrète (OAS), une organisation terroriste qui regroupaient les partisans extrémistes de l’Algérie française aux actions ultraviolentes. Les missions principales de cette association aujourd’hui sont « d’entretenir la mémoire des pieds-noirs » et de « rétablir la vérité historique » sur la colonisation ou autrement dit, vanter les prétendus bienfaits de la colonisation.

Je trouve que le thème « Mettre sa vie au bout de ses idées » est honorable, et aurait mérité un commentaire des auteurs de ce communiqué. Ensuite, de manière manichéenne, le prétendu « collectif gersois antifasciste » évoque l’OAS, classée comme organisation terroriste, mais se tait sur les exactions commises par les indépendantistes algériens contre leur propre population, ainsi que l’élimination des militants du MNA de Messali Hadj par les tueurs du FLN. Pas un mot sur les massacres sauvages de Français, après les accords du 19 mars 1962, ni sur l’épouvantable massacre de dizaines de milliers de harkis, dans des conditions d’une barbarie inimaginable, par les militants du FLN. Enfin, les commissaires politiques prétendument antifascistes ont décidé qu’il était interdit de parler de la colonisation, voire d’en vanter quelques bienfaits. Pourtant, des historiens comme le regretté Daniel Lefeuvre ont produit des travaux qui tordent le coup à l’idéologie dominante.

De même, Charly Cassan et Marie Havenel ont réalisé un film inoubliable, la Valise ou le cercueil, qui permet, de manière moins propagandiste, moins manichéenne, de mieux comprendre l’histoire de ce pays, de 1830 à 1962. Dans ce film inoubliable, on voit les témoignages pleins d’humanité de Manuel Gomez et José Castano

Mais les miliciens prétendument antifascistes ont décidé, tel Staline gommant Trotski de l’histoire de la Révolution russe, que les Français ne devaient pas avoir accès à ces informations. OU EST LE VRAI FASCISME ? 

Pour son colloque 2014, le Cercle algérianiste du Gers a invité des intervenants qui se distinguent par leur engagement politique dans l’extrême-droite française. Parmi eux, deux personnages sont particulièrement remarquables.

En quoi s’engager à l’extrême droite (en supposant que l’étiquette soit adaptée) est-il plus honteux que s’engager à l’extrême gauche, et d’avoir soutenu les régimes communistes totalitaires sous le stalinisme triomphant, d’avoir cautionné Pol Pot, Mao, d’avoir soutenu toutes les révolutions (y compris en Algérie) qui finiront en dictatures, pour le plus grand malheur des peuples ?

Manuel Gomez est un rédacteur régulier sur le site internet de Riposte laïque, un groupuscule d’extrême-droite qui instrumentalise la laïcité pour mener un « combat contre l’islam » et contre tous les musulmans de France accusés d’être des envahisseurs barbares. Ce groupuscule est à l’origine de plusieurs manifestations publiques islamophobes organisées en association avec les néo-nazis du Bloc identitaire. Plusieurs responsables de Riposte laïque ont déjà été condamnés par la justice pour « incitation à la haine raciale ».

José Castano est également un rédacteur régulier sur le site internet de Riposte laïque. Il est aussi un ancien candidat du Front national pour les élections cantonales de 2011.

Manuel Gomez a effectivement publié 34 articles sur notre site, mais José Castano n’en a publié que 2, ce qui montre l’absence de sérieux de ces personnages qui le qualifient de contributeur régulier. Sur le fond, nous avons droit aux déformations habituelles des petits nervis d’extrême gauche, qui se permettent, outre des grossiers mensonges sur notre site, de qualifier le Bloc Identitaire de « néo-nazis ». Tout en faisant confiance à l’association présidée par Fabrice Robert pour se défendre, il nous paraît intéressant d’approfondir cette question. Quels sont les vrais néo-nazis, hier et aujourd’hui ? Qui soutenait Hitler en 1940, et qui soutient aujourd’hui les nostalgiques du IIIe Reich ? A ces questions précises, je ferai une réponse très claire. En 1940, le mufti de Jérusalem, Al Husseini, qui pactisa avec le chef de l’Allemagne nazie, lui demandant de lui laisser s’occuper des juifs. Faut-il rappeler le pacte germano-soviétique, soutenu par le PCF, qui se fit interdire en France à cause de cette trahison ? Faut-il rappeler aux trotskistes que plutôt que de combattre l’occupant nazi, nombre d’entre eux appelaient à fraterniser avec les soldats allemands ? Faut-il rappeler que c’est dans les pays arabes que Mein Kampf est le plus lu dans le monde ? Et faut-il encore rappeler à ces braves garçons que Besancenot et ses nervis de NPA soutenaient, au nom de la défense d’un prétendu peuple palestinien, les disciples du Hamas, qui, faut-il le rappeler, appellent dans leur charte à la création d’un Etat religieux, à détruire Israël et à exterminer tous les juifs. MESSIEURS LES PRETENDUS ANTIFASCISTES, LES VRAIS NEO-NAZIS C’EST VOUS !

Il est inacceptable que la mairie de Condom mette à disposition ou loue un bâtiment public à une association pro-colonisation qui organise des colloques auxquels sont invités des fascistes. Les bâtiments publics sont des lieux où les valeurs universelles tel que la liberté, l’égalité et la fraternité ne peuvent être piétinées et salies.

Au-delà du terme, très mal utilisé, de « fascistes », en quoi serait-il inacceptable que dans des lieux publics, on puisse débattre librement de l’histoire de l’Algérie, de la colonisation, ou de tout sujet historique ? Qui décide qu’on puisse discuter de pans entiers de notre histoire avec des intervenants pensant bien, et qu’il soit interdit d’inviter des orateurs pensant mal ? N’est-ce pas cela, le totalitarisme de la pensée ? Avec ces commissaires politiques au pouvoir, un Robert Ménard, né à Oran, n’aurait-il pas le droit de parler de cette période ? Serait-il interdit à toute municipalité de l’inviter ?  

Faut-il rappeler à ces jeunes incultes que le linguiste américain Noam Chomsky préfaçait un ouvrage de Faurisson, tout en expliquant son entière divergence avec lui. Faut-il leur rappeler la célèbre phrase attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». N’ont-ils donc tiré aucune leçon des drames de l’Histoire dont ils se sont rendus complices en URSS, dans tous les pays qui ont subi le communisme, en Chine, et partout où, au nom de la dictature du prolétariat, on a imposé la dictature sur le prolétariat, avec un parti unique, une télévision unique, des syndicats uniques, et la dictature de la parole officielle. Ces petits fachos ne sont que les héritiers de tous les fossoyeurs de la liberté d’expression, CE SONT LES NOUVEAUX KAPOS DU GOULAG DE LA PENSEE.

Si la mairie de Condom a accepté d’ouvrir les portes du théâtre de la ville au Cercle algérianiste du Gers, c’est peut-être parce que la présidente de cette association, Marie Paule Garcia, n’est rien de moins que la première adjointe au maire.

En tant que maire de Condom, Gérard Dubrac, le patron de l’UMP du Gers, cautionne l’organisation de ce colloque. Nous exigeons qu’il s’explique publiquement sur ce sujet et que, au mieux, il reconnaisse une erreur politique. Nous exigeons aussi la démission de Madame Marie Paule Garcia de son poste de première adjointe au maire de Condom. Nous n’accepterons pas que cette femme, qui bafoue des valeurs universelles en organisant ce colloque, reste dans l’équipe dirigeante de la mairie de Condom.

Là, on est au sommet des méthodes de fascistes. On livre en pâture à la population, en diffusant sa photo, une adjointe qui a le tort d’être la présidente de cette association. Cette femme ose avoir des convictions, et permettre (sans contrainte) à ceux qui veulent se souvenir de cette période, et d’en avoir une lecture moins repentante, de pouvoir le faire. Au nom de quoi devrait-elle démissionner, alors qu’elle a été élue démocratiquement, et n’a commis comme seul crime d’inviter des personnes qui déplaisent aux islamo-collabos de NPA ? De même, des élus de gauche invitent-ils fréquemment les agents du FLN et ses propagandistes, sans que personne n’empêche la tenue de ces réunions. Pour moi, le fascisme commence quand on empêche des citoyens de s’exprimer librement, et qu’on demande des sanctions contre les esprits libres. C’est pourquoi, définitivement, je pense que le vrai fascisme n’est absolument pas du côté d’une fausse extrême droite. Le Front national ne me fait absolument pas peur, car jamais ils ne se sont opposés à la tenue d’une initiative, contrairement aux miliciens du pouvoir, les gauchistes.

C’EST POURQUI J’ACCUSE LES GAUCHISTES ET AUTRES PRETENDUS ANTIFASCISTES DE PACOTILLE D’ETRE LES VERITABLES FASCISTES DU 21e SIECLE, LES COMPLICES DES ISLAMISTES ET DES EGORGEURS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, ET D’ETRE AU SERVICE DU MONDIALISME DONT ILS SONT LES MEILLEURS MILICIENS.

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.