L’esprit du sang

Publié le 28 octobre 2017 - par - 15 commentaires - 1 204 vues
Traduire la page en :

Révélé dès l’époque adamique (meurtre d’Abel par son frère Caïn) sur les terres arides de la Mésopotamie, il y a plus de 3500 ans, cette trace de sang intemporel va stigmatiser l’évolution de l’humanité. Ce fait mémorable demeure indélébile dans l’inconscient collectif des hommes. Il s’illustra par la suite dans la rivalité d’Isaac et d’Ismael son demi-frère. Tous deux fils d’Abraham assistèrent aux derniers moments du patriarche de la foi monothéiste.

Apprenant qu’il ne serait pas l’héritier de l’Alliance entre l’Eternel et les hommes, une grande frustration saisit le cœur d’Ismael, d’autant que ce dernier, fils légitime, l’obtint naturellement. Selon les dernières paroles d’Abraham, Ismael apprit qu’il allait engendrer une multitude de peuples et, par leur postérité, conquérir de nombreuses nations (56 de nos jours).

1400 ans plus tard, ce statut de conquérant fut mis à l’épreuve lors de l’avènement de Jésus. Par son message extraordinaire, sa mort sacrificielle et sa résurrection, Jésus fit naître le peuple chrétien de toutes nations en le greffant sur celui des juifs hébreux. Plus tard, la croissance démographique du monde ismaélo-arabe fut orientée au 7ème siècle de notre ère par le prophète Mahomet. Celui-ci illustra la rivalité ontologique d’Ismaël à l’encontre du peuple judéohébreux, héritier de l’Alliance à laquelle fut enté le christianisme.

Ces derniers enseignèrent la théologie hébraïque à ce chamelier attentif. Saisissant l’opportunité de son élévation sociale, Mahomet se sépara de ses enseignants, s’auto-proclama le dernier des Prophètes et massacra les judéo-chrétiens. S’intronisant comme le modèle islamiste par excellence, Mahomet transmit sa doxa personnelle à ses disciples mercenaires. Ses paroles d’interdits et de guerre contre les infidèles devinrent une compilation rédactionnelle d’où sortira une version Coranique agréé et déclarée comme « incréée ». Habilement falsifié sur la Torah des juifs, des historiens islamistes y insérèrent des légendes, dénaturèrent les personnages bibliques. Ils promurent l’usage de l’incantation mnémotechnique et le commandement du cimeterre djihadique tueur d’infidèles. Le coran devint un manuel de guerre de conquêtes trans-historique.

De nos jours, qu’en est-il de la traçabilité du sang intemporel dans nos sociétés occidentales contemporaines ? Comment font-elles face à une colonisation islamique à rebours opérée par le regain d’une idéologie religieuse datant du 7ème siècle moyenâgeux ? Certes, nombreuses sont les fautes et les erreurs du train de vie occidental. L’oublie de son Histoire, de sa grandeur passée, de sa foi chrétienne, le cumul de richesses inouïes et les avancée pionnières de ses sciences et technologies l’ont rendu aveugle et borné. La perte de son âme religieuse créa un gouffre abyssal dans lequel s’engouffra l’Islam totalitaire.

Sans scrupule de conscience, les Etats occidentaux règnent encore sur nombre de peuples maintenus dans la paupérisation sociale, par l’épée monétaire des lois du Marché. Aussi, comme au temps de Babylone, les élites et leurs peuples soumis s’enorgueillirent et osèrent attenter au Ciel de l’Eternel, ce dont ils subirent en retour le châtiment de « la confusion des langues ». De nos jours, Chefs d’Etats, élites financières et populations citoyennes sont intoxiqués d’auto-suffisance, de consumérisme et de mensonges. Leur négation de l’existence divine les amène à provoquer la colère du Tout Puissant qui les châtie non par la confusion des langues mais de celles de leurs esprits. Aussi, croyant orchestrer le chaos mortifère qu’ils suscitent, pour acquérir de fabuleux bénéfices en retombées monétaires, les grands financiers de la planète fondèrent le Nouvel Ordre Mondial (NOM).

Pour l’obtention de ce pouvoir planétaire, ils vont jusqu’à s’associer à une alliance conjoncturelle avec l’Oumma, la communauté mondiale musulmane, elle aussi hégémonique, en se retournant contre lui. A l’heure actuelle, l’Europe représente pour le NOM un terrain prédisposé à sombrer. A cette fin, des politiciens couards, des historiens, des enseignants et des médias réécrivent l’Histoire de France et de l’Europe en la falsifiant et en glorifiant l’odyssée criminogène de l’Islam. Impunément, ils avilissent leur propre civilisation et crucifient l’avenir de leurs enfants. Avec méthode et habileté langagière, ils dissimulent qu’en Europe, durant près de 14 siècles historiques, des rivières de sang judéochrétiens furent répandues par l’Islam.

Alors que je dirigeais la rédaction d’un ouvrage sur Le choc des religions, Le Recteur Dalil Boubaker, alors Président des musulmans de France, m’évoqua son admiration pour l’harmonieuse tolérance des trois religions de l’Andalousie (islamisée). Mais il se garda de faire allusion à la multitude de juifs et de chrétiens réduits en esclavage ou assassinés pour insoumission. Par ailleurs, nul n’ignore à présent la pléthore de bureaucrates européens avides de dollars qui exercent sans scrupule l’anesthésie des 27 pays de l’EU jusqu’à leur prochaine euthanasie. Ce que n’évoquent jamais les grands médias sur la carence majeure de l’islam, c’est son incapacité d’inventer et de créer pour le bien d’autrui, de même que son extension phénoménale par le terrorisme religieux et le pillage.

Il fut un temps où les dirigeants européens avaient le courage de les combattre. Ceux d’aujourd’hui sont d’une pleutrerie magistrale, en cela, ils se condamnent eux-mêmes à la justice immanente qui les attend. Pour qu’advienne la domination du NOM, ses suppôts et leurs sbires s’appliquent à la destruction des frontières, des identités nationales, des traditions de vie culturelle via l’affaissement du civisme et du patriotisme, des mixages forcés avec des cultures étrangères incompatibles, ainsi qu’a de juteux transferts de populations. L’élite dirigeante du NOM à déjà mis en place une stratégie remplaciste, avec la tacite complicité des politiciens et des grands médias, l’inversion des valeurs judéo-chrétiennes, le Bien c’est le Mal. Bien que rongés qu’ils sont par la peur qui les hante, ils s’estiment encore tout puissant grâce à leur colossale manne financière.

L’élite du NOM nargue Dieu, inconsciente qu’elle est de se vouer aux forces occultes de Mammon, le grand argentier du Mal. Dans toutes cette noirceur qui fond sur la terre, une lueur d’espérance serait celle d’un retournement moral de leur captivité de l’esprit, semblable à la conversion d’un athée à la foi (ce qui m’arriva) par une capitulation intellectuelle devant Dieu ou encore, celle d’une immense plaidoirie de prières des populations désespérées. Un éclair de lucidité providentielle montrerait au créateur NOM qu’ils n’ont qu’une seule alternative, se repentir devant le Seigneur de la vie et devenir peut-être, un « juste dans
les nations », ou alors mourir l’âme carbonisée. Cette guerre que certains nomment Armageddon se précise par des signes évidents et par l’ampleur des conflits religieux sur toute la planète.

Les chefs d’Etats onusiens sont foncièrement agnostiques. La plupart d’entre-eux observent les traces de sang intemporel qui sillonnent la terre, mais n’osent reconnaître leur implication. Se fiant obstinément à leur professionnalisme manœuvrier, ils ignorent cette parole de sagesse: « Malheur à ceux qui se confient en leur propre intelligence ». Rares sont les Chefs d’Etats et leaders des places fortes de la planète qui entendent la voix du bon sens populaire. Plus rares sont ceux qui ont le courage de se remettre en question, pour l’avenir pour leurs enfants. Pour la majorité des onusiens, réfléchir sur la vulnérabilité de leur propre existence leur semble puéril et hors sujet d’entendement. Par delà les insurrections et révolutions populaires, y compris militaires qui se fomentent çà et là, d’autres pistes sont à explorer pour échapper à la fatalité du sang intemporel.

Néanmoins, sur le plan éthique, il y a ceux que je nomme « les Justes des nations ». Ils forment une sorte d’armée discrète noyée dans la dispersion des peuples. Qui sont-ils ? Des hommes, femmes, enfants et seniors qui ont foi en Dieu. Mais tout autant, d’autres personnes, bien qu’agnostiques vivent cependant selon les préceptes de Noé et les Commandement de Moïse. A leur insu, ils sont l’armée secrète de l’Eternel. Par ailleurs, en politique et diplomatie existe aussi le magistère
d’« Ambassadeur Sans Portefeuille » (ministre, diplomate, parlementaire, philosophe, humaniste, philanthrope ou entrepreneur altruiste). Or, ils se multiplient de nos jours. Exerçant une activité reconnue pour ce qui est Juste et véritable, ils ont l’aptitude à inciter les consciences au respect des Lois de la vie ou encore, mettre en garde sur les conséquences des conflits guerriers. De même, ils savent anticiper les situations susceptibles de créer des aberrations géopolitiques et savent les décrypter en les comparant à des évènements analogues puisés dans la Bible.

Ce magistère, qui nécessite de l’humilité, a le devoir de dire des paroles fortes, dérangeantes, voire iconoclastes aux leaders dans les nations. Les voix de Josué, Elie, Daniel, Zacharie, Ezekiel ou Isaïe retentissent jusqu’à nos jours pour qui sait les “entendre” et les adapter. Un Diplomate Sans Portefeuille doit savoir marcher sous le regard de Dieu et discerner les hommes de réelle valeur morale pour notre temps.

L’armée secrète du Seigneur de tous les hommes se lèverait alors…

François Celier

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
MCF68

Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne à Mahomet ? (Alphonse de Lamartine)

Vincent L.

” Quand Mahomet promet aux siens un paradis tapissé, paré d’or et de pierreries, peuplé de garces d’excellent beauté, de vins et de vivres singuliers; leur sens et entendement sont entièrement étouffés en leur passion » Montaigne.
« L’islam ! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers. » Bossuet
« Je dois remarquer que j’ai été le seul, avec Benjamin Constant, à signaler l’imprévoyance des gouvernements chrétiens : un peuple dont l’ordre social est fondé sur l’esclavage et la polygamie est un peuple qu’il faut renvoyer aux steppes des Mongols. » (Mémoires, XXIX, 12) Chateaubriand

MCF68

Mahomet a été le plus intelligent, le plus religieux, le plus clément des Arabes de son temps. Il n’a dû son empire qu’à sa supériorité. La religion prêchée par lui a été un immense bienfait pour les races qui l’ont adoptée.
Gustave Le bon (Mahomet et le Coran (1865), Jules Barthélemy Saint-Hilaire, éd. Didier et cie, 1865, p. 82)

Vincent L.

« Tous les éléments de la morale et de la société politique sont au fond du christianisme, tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet. » Chateaubriand
« Mahomet a fait descendre du ciel, et a placé dans le Coran, non seulement des doctrines religieuses, mais des maximes politiques, des lois civiles et criminelles (i.e. traitant du domaine pénal), des théories scientifiques. L’Évangile ne parle, au contraire, que des rapports généraux des hommes avec Dieu et entre eux. Hors de là, il n’enseigne rien et n’oblige à rien croire. Cela seul, entre mille autres raisons, suffit pour montrer que la première de ces deux religions ne saurait dominer longtemps dans des temps de Lumières et de démocratie,
Tocqueville, etc.

MCF68

Si l’Islam méprise le christianisme, il a mille fois raison: l’Islam suppose des hommes pleinement virils. Nietzsche L’Antéchrist (1888)

Vincent L.

« Combien effrayantes sont les malédictions que le mahométanisme fait reposer sur ses fidèles ! Outre la frénésie fanatique, qui est aussi dangereuse pour l’homme que la peur de l’eau pour le chien, on y trouve une terrible apathie fataliste.

Les effets sont patents dans certains pays. Habitudes imprévoyantes, systèmes agricoles aberrants, lenteur des méthodes commerciales, et insécurité de la propriété se retrouvent partout ou les adeptes du Prophète gouvernent ou vivent. Etc.

Churchill

MCF68

Aussi souvent que nous le lisons (le Coran), au départ et à chaque fois, il nous repousse. Mais soudain il séduit, étonne et finit par forcer notre révérence. Son style, en harmonie avec son contenu et son objectif, est sévère, grandiose, terrible, à jamais sublime. Ainsi ce livre continuera d’exercer une forte influence sur les temps à venir. (Goethe, 1819, West-Oestlicher Divan, dans Dictionary of Islam (1885), paru chez Laurier Books Ltd, 1996, p. 526, Thomas Patrick Hughes).
C’est dans l’Islam que je trouve le mieux exprimées mes propres idées. ( Goethe, 20 septembre 1820, Lettre à Zelter, dans Goethe et l’Islam, paru dans Studia Islamica, No. 33 (1971), p. 151, G.-H. Bousquet.)

dufaitrez

De quelle thèse en Université s’agit-il ?
Vu la confusion, vous serez reçu!

Charles DALGER

C’est toujours une bouffée d’air frais de lire ici, les billets de mon ami, l’excellent François CELIER.
Merci chers amis de RL, de continuer à les publier, malgré les remarques déplacées de quelques rares ronchons.

BALT

Article incroyable. Bravo.
“Le coran devint un manuel de guerre”. Exact. Je me répète depuis plusieurs mois. Pour moi, ce “livre” est tout simplement un programme de destruction massive.Merci.

Mimitou85

Ce qui est inquiétant par rapport à toutes les religions issues de la Bible c’est qu’on accepte un “Dieu” dont l’histoire ne peut pas donner très envie de l’accepter:
En effet, Les 2 premiers humains n’ont pas respecté la loi donné par ce Dieu, trompés qu’ils ont été par un ange rebelle. On constate donc que les 1ères créations de ce Dieu ont été pour le moins ratées(anges humains). Et çà continue, les 2 1ers enfants de ce 1er couple se fâchent et Caïn tue Abel. C’est la 1ère guerre mondiale qui aura fait 25% de morts.Si on continue la lecture, on va trouver de nombreux autres exemples.
On peut bien se demander pourquoi on pourrait faire confiance à un Dieu qui a autant échoué ?
A moins que finalement, il ne soit qu’une invention des hommes en tout cas , tel que le Livre le présente.

MCF68

Je vous recommande la lecture de “Et l’homme créa les Dieux” un essai de l’anthropologue Pascal Boyer.

Essef

Que viennent faire ces élucubrations sur Riposte “Laique”?

jan le Connaissant

Aucune preuve de l’existence d’un dieu, quel qu’il soit
Affirmer sans prouver ( principe de la Croyance-Ignorance ) n’est rien d’autre que de la manipulation mentale, instrument du Mal
C’est de l’intolérance
C’est servir le Mal ( que la Connaissance définit comme un égoïsme négatif )

( Enseignement du Bien )

butterworth

jean de jerusalem le livre des propheties le troisieme millenaire revele

Lire Aussi