L’État régalien existe-t-il encore ?

Dans l’analyse politique classique, les fonctions de l’État se concentrent principalement sur ce que l’on appelle communément le Régalien, qui inclut, la justice, la police et l’armée. C’est l’organe chargé de faire appliquer la loi et d’assurer le respect de ces lois.

Dans une vision Hobbesienne de l’État, celui-ci se doit en effet d’agir afin de faire régner l’ordre car la nature des hommes étant ce qu’elle est, nous sommes incapables de nous entendre sans État pour vivre dans la paix et l’harmonie fraternelle.
Au regard de la situation actuelle de notre pays, il paraît évident que l’analyse de Hobbes du Léviathan, se vérifie de jour en jour. L’homme n’est pas très charitable et si l’État n’est pas là pour faire respecter l’ordre, l’homme est un loup pour l’homme. Savoir, si c’est la société qui a rendu l’homme mauvais, comme le pensait Jean-Jacques Rousseau, ou bien si c’est dans sa nature, n’a, en l’occurrence que peu d’importance. Les deux sans doute.

Dans ce contexte, au regard de l’insécurité et de la criminalité grandissantes dans notre pays, nous sommes en droit de nous demander, où est passé l’État Régalien ?
En effet, la justice est débordée, les policiers osent à peine se servir de leur pétoire et les miliaires sont couilles croisées à la caserne à astiquer leurs fusils et à chanter la Marseillaise, pendant que des victimes de plus en plus jeunes sont égorgées sur le territoire tous les jours.

Enfin, pour rajouter à la misère de cette situation, l’État régalien, censé représenter l’ordre et l’autorité, passe son temps à se plaindre, tantôt des conditions de travail difficiles, tantôt du manque de moyens, tantôt de la dangerosité du métier, tantôt de l’absurdité des décisions politiques.
Ils ont toujours des raisons valables de dire que ça ne va pas. Et nous citoyens, sans défenses et sans la capacité de l’usage de la violence légitime, n’avons-nous pas encore davantage de raisons de dire que nous ne sommes pas satisfaits du travail des institutions que vous incarnez ?

Reconnaître publiquement que vous êtes dépassés par la situation, c’est plus qu’un aveu de faiblesse, c’est laisser à l’ennemi que vous êtes censés combattre et neutraliser l’opportunité de se saisir de votre faiblesse. En reconnaissant publiquement que vous êtes débordés, vous lancez le message à l’adversaire qu’il est en passe de vous dominer. Vous êtes des professionnels de la guerre et de la gestion de conflits, c’est le b.a.-ba de la stratégie militaire.

Alors, la prochaine fois que vous aurez envie de vous plaindre sur la place publique, pensez à toutes les victimes qui n’ont plus l’occasion de dire quoi que ce soit, parce qu’égorgées du fait de votre inaction et votre incompétence.

Et si vous estimez que les pouvoirs politiques ne font rien pour vous aider, vous avez les armes et des représentants pour vous faire entendre. Nous autres, citoyens, n’avons que notre vote qui est spolié élections après élections au ministère de l’Intérieur qui trafique les résultats pour maintenir l’oligarchie que vous servez docilement.

Etienne Darcourt Lézat

 

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Qu’attendent les Français pour réclamer dans la rue la destitution de Macron et son jugement pour mise en danger du pays ?? Aller à l’essentiel, à l’urgence !!!

    • J’estime en faire plus que ma part en proposant des alternatives concrètes d’actions et de solutions. Si personne ne veut suivre, c’est le choix de chacun, mais ne venez pas chouiner, ici, le bureau des pleurs est fermé.

  2. « L’État régalien existe-t-il encore ? »…je dirais un gros NON !! pas avec ce clown a l’Elysée,macron ce qui l’intéresse c’est l’UE,Bruxelles et son écologie a la con,macron n’est pas fait pour etre président peu importe le pays pays,ca ne l’interesse pas,macron est un mondialiste c’est tout,regardez tout le fric qui distribue a foison….a l Ukraine,dernierement a l’Afrique du sud,aux migrants etc….alors que notre France coule.

    https://i83.servimg.com/u/f83/19/48/51/99/33093410.jpg

Les commentaires sont fermés.