Lettre à André Gérin, président la mission parlementaire sur le voile intégral

A M. André Gérin et aux membres de la Mission de Réflexion sur les signes religieux
Mesdames, Messieurs,
Vous entreprenez un travail de réflexion sur les vêtements religieux ostentatoires auxquels est confrontée la population française. Cette mission, tardive, me semble extrêmement importante pour nous tous. Je suis inquiète depuis vingt ans des objectifs réels des divers courants qui traversent la société musulmane française. Car enfin, quel était le but recherché par ceux qui ont voulu, à tout prix, faire entrer le voile dans notre école laïque en 1989? Certainement pas l’acceptation de nos valeurs républicaines ( laïcité, égalité) , mais vraisemblablement une volonté de modifier notre pays en profondeur, pour imposer une société ou l’image et le sort des femmes seraient profondément différents. Pouvions-nous et pouvons nous, laisser faire cela ? La réponse à cette première attaque ayant été insignifiante, nous assistons depuis 89 à un « envoilement » manifeste de tous nos espaces, je dirais que les plus fondamentalistes ont gagné, avancé leurs pions et progressé, puisque nous sommes passés maintenant d’une explosion de voiles aux « niqab, tchador, burqa »

De plus, Monsieur Sarkozy, en prônant ouvertement la primauté de la croyance religieuse sur la non-croyance, a, par la hiérarchisation ainsi affirmée, encouragé ces comportements. Rappelons-nous des discours de Latran et de Ryad.
Alors, Mesdames, Messieurs, il est temps de rappeler à tous que nous ne sommes pas dans une République islamique mais dans une République laïque. En aucun cas il ne devrait y avoir prééminence du fait religieux (le rappeler gentiment à notre Président de la République). Les non-croyants ont le droit de bénéficier d’espaces publics laïques dans lesquels n’interfère pas le prosélytisme d’aucune religion. Votre commission devrait donc écouter attentivement leurs demandes. On assiste en effet depuis 20 ans à ce que j’appellerais une « religionisation » de nos espaces partagés, comme si la loi de 1905 se dissolvait inexorablement.
Si votre commission ne dépassait pas le problème de la burqa, elle manquerait son objectif. Je me permets de vous suggérez quelques pistes :
– L’espace public et laïque qu’est-ce aujourd’hui ?
– Quelles sont les tensions qui s’y exercent et pourquoi ?
– Quels sont les excès des uns et des autres.
– Sommes-nous toujours dans une République laïque ?
Un point important sera aussi d’étudier la manière dont notre République contrôlera les prédicateurs dans toutes les mosquées et écoles coraniques qui vont s’ouvrir partout sur notre hexagone, qui sont derrière les femmes voilées, en pensant que ce sont dans ces lieux qu’ont été instruits au Pakistan les Taliban que combattent nos soldats .
Votre commission doit donc aller bien au-delà du phénomène burqa.
Je souhaite apporter ma pierre à la réflexion que vous entreprenez, et à cet effet je vous envoie 4 dossiers :
– rencontre avec de jeunes françaises converties à l’Islam
– Débat avec M Malek Chebel à Toulouse
– Redéfinir l’espace public
– Interpellation des femmes musulmanes.
Soyez tous remerciés d’avoir senti l’urgence de cette démarche. Le débat ne sera pas simple, mais, sachez que les Français sont à vos côtés pour que vous affirmiez clairement nos valeurs républicaines. Bien cordialement.
Chantal Crabère

image_pdf
0
0