Lettre à Laurent Mucchielli, multi-récidiviste de la désinformation

Je vous transmets un courrier adressé à Laurent Mucchielli qui, régulièrement désinforme avec cynisme.Le portrait brossé par Gérard Brazon sur votre site est exact. Ce truqueur est en réalité le symbole de toute la gauche judiciaire, politique et journalistique. Tous les arguments fallacieux se retrouvent en copié-collé dans les différents discours. Compliments à Riposte Laïque qui offre un espace de discussion démocratique face à la dictature actuelle.

Un fait étonnant: pour une fois FR3 a diffusé un reportage sur les frères musulmans qui montre le vrai visage de ceux qui veulent établir le « grand califat »

J’espère que Riposte Laïque parviendra à résister aux tentatives multiples visant à vous faire taire.

Dans la société actuelle, seuls les imposteurs désinformateurs ont un large accès à la parole, les autres sont interdits de plateaux télé et de radio. Mais parfois ces imposteurs ont des surprises; Marcel Rufo, pédo-psy qui avait osé dire que les enfants « violés allaient bien en général » a été assailli par les mouvements de défense des enfants et de nombreuses féministes. Il a dû s’excuser publiquement et le gros buzz a été évité.

Dans tous les domaines les désinformateurs protègent les lâchetés des politiques.

Votre analyse du discours d’Askolovitch est à ce sujet rigoureusement exact.

Sincères salutations.

LETTE A LAURENT MUCCHIELLI :

Bonjour,

Bien que depuis longtemps je ne crois plus à la teneur de vos analyses, je me permets de vous transmettre quelques-unes de mes réflexions.

Citoyen indépendant des partis politiques mais sympathisant de tous ceux qui n’acceptent pas l’abandon des nombreuses victimes de la criminalité et de la délinquance j’ai remarqué que vous avez une fâcheuse tendance à traiter « d’esprit lepénisé » tout citoyen (professionnel ou non) qui met en avant des faits pourtant dûment vérifiés.

Vos écrits démasquent en vous un récidiviste de la désinformation. Quand vous osez dire que notre pays est en proie à une « hystérie sécuritaire », une « inflation du système pénal » et à un « populisme pénal dangereux » vous ne pouvez que révolter les légions de victimes qui sont abandonnées depuis des lustres par des institutions,des syndicats et des journalistes volontairement sourds et aveugles pour la plupart.

Par le passé, je vous ai envoyé les analyses d’un humaniste très courageux, Bernard Valadon qui s’est battu pendant onze ans contre la pédocriminalité sur internet. Ce citoyen est décédé en 2006 mais ses éditos sont aujourd’hui connus par la mouvance citoyenne la plus informée sur la loi du silence qui ravage nos sociétés.

Les conclusions de tous les défenseurs des enfants et des femmes sont aux antipodes des vôtres. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, les conclusions des citoyens honnêtes de gauche et de droite arrivent aux mêmes constats: dans les affaires sensibles la règle appliquée est POUVOIR + JUSTICE + MEDIAS =circulez il n’y a rien à voir.

Un journaliste indépendant (qui est loin d’appartenir au Front national) le dit clairement dans un article sur le net.

A droite, les citoyens les plus informés disent la même chose.

En réalité aujourd’hui beaucoup de citoyens ont peur de la justice du fait que beaucoup de victimes accusent celle-ci de les traiter en coupables. Les féministes le savent bien et l’une d’entre elles, Muriel Salmona a écrit un article percutant, bien loin de vos analyses : « la victime c’est la coupable ». Des mères qui ont voulu protéger leurs enfants se sont retrouvées parfois emprisonnées ou internées alors qu’elles détenaient les preuves de leur innocence et les preuves de l’agression de leur enfant.

Voilà des faits qui ne sont pas mentionnés dans vos écrits pas plus que dans ceux des syndicats de magistrats comme le SM et l’USM. Il est vrai que dans les années 70 ces derniers ne trouvaient rien à redire à la harangue d’Oswald Baudot qui magistrat, conseillait à ses collègues de ne « pas rechercher la vérité judiciaire, d’abandonner la répression inutile et de prendre le parti du voleur et non celui de la police. »

Voici un programme peu rassurant pour les deux cents femmes violées par jour en France, les 2000 victimes d’agressions et les 13000 vols.

Sur le site « DONDE VAMOS » et le site de « Jacques Thomet » vous trouverez toute la criminalité barbare dont la presse ne parle presque jamais et qui, elle aussi, n’est jamais évoquée dans vos écrits.

Les méthodes des imposteurs visant à nier cette criminalité sont bien connues.

– Ne jamais répondre à des courriers signalant des faits graves détaillés et précis.

– Refuser tout entretien, refuser tout débat à la télévision et à la radio, faire disparaître les dossiers et les rapports gênants.

– Menacer les humanistes de poursuites

– Monter des dossiers contre eux avec de faux témoignages (lire juge sur la Côte d’Azur missions impossibles de Jean Pierre Murciano).

En ce qui concerne la culture pédocriminelle vous pouvez étudier des livres comme les « Voleurs d’innocence » de Patrick Meney et « Enquête sur une société qui consomme des enfants » d’Homayra Sellier et Serge Garde. Ces écrits prouvent la fausseté de vos affirmations péremptoires. Il n’y a aucune hystérie sécuritaire mais au contraire une dictature libertaire qui banalise le viol de façon criminelle.

Aujourd’hui les féministes et les défenseurs des enfants continuent le combat pour ne pas abandonner les victimes d’inceste. Ce combat est engagé depuis longtemps mais n’a toujours pas abouti.

Des millions de victimes demandent justice mais se heurtent à un front du refus.

Je vous transmets deux éditos de Bernard Valadon qui demandait la protection des enfants violés, prostitués, torturés et tués pour les plaisirs pervers de légions de prédateurs masqués et cachés dans nos fausses démocraties.

François Xavier

image_pdf
0
0