Lettre à Madame Aubry, qui entame des procédures judiciaires contre des sites internet

Publié le 22 juillet 2011 - par - 1 706 vues
Share

Lettre ouverte à Mme Martine AUBRY
Candidate aux primaires du PS pour l’élection Présidentielle de 2012,

Madame,
Je viens d’apprendre que vous avez entamé des procédures judicaires à l’encontre des sites Internet dont le blog « Puteaux Libre » de M. Gérard Brazon, blog que je consulte de par sa liberté de ton et son courage pour braver la chape de plomb du politiquement correct.
En lisant les articles concernant votre couple, je n’ai rien trouvé de « diffamant », uniquement des critiques et des satires dans la longue tradition française à l’égard des personnalités politiques ou autres. Je dirais même d’une « férocité » moindre que tant de médias pendant l’histoire de notre pays.
En effet, le rédacteur de ce blog n’a fait que rappeler le choix particulier pour la défense juridique de certains groupes et personnes par votre mari, Maître Brochen, et votre penchant de favoriser certaines organisations communautaristes, même s’ils sont un peu borderline par rapport aux lois républicaines (je me réfère à l’accueil enthousiaste et chaleureux de la conférence de la Ligue Islamique du Nord au Palais de Congrès de Lille en mars 2008), la création d’horaires séparés pour les femmes dans le piscines municipales (décision dont vous avez du faire marche arrière) et j’en passe. Initiatives dont votre mari autant que vous-même avez parfaitement le droit de mener, mais il faut aussi avoir le courage de les assumer !
Les menaces de poursuites civiles et pénales émanant de vos avocats (8 avocats, rien de moins !!) ont conduit à la menace de suppression du blog par son hébergeur. Ceci s’appelle en bon français de la censure pour délit d’opinion, et ceci amène de ma part quelques réflexions.
1 Aucun de vos compétiteurs aux primaires du PS n’a fait usage de telles mesures, bien que ils ont été et ils sont aussi objet de critiques, d’attaques ct de satires. Je présume qu’eux, ils n’ont rien à cacher devant les électeurs.
2 Par ces attaques vous pensez fermer des sites et décourager des gens, des professionnels des médias, de dévoiler des aspects par très réjouissants de votre action. Je suis sûre que vous vous trompez dans cette analyse, car le peuple de France n’aime pas les censeurs et encore moins l’essai de museler l’opinion. Les rumeurs (même certaines infondées) ne vont que s’accroitre, d’autre blogs apparaitrons, se multiplierons, un énorme buzz médiatique peut s’emparer de l’Internet qui nuiront encore plus à votre crédibilité, déjà fortement entamée.
3 Votre action préfigure d’autres, inquiétantes de la part d’une personne censée accéder au plus haut niveau de l’Etat. Ceci me rappelle d’autres temps, que je pensais révolus, où votre prédécesseur en tant que Premier Secrétaire de PS, devenu Président de la République donc le garant de la légalité républicaine, et qui a utilisé les moyens de l’Etat, du contribuable, pour payer des barbouses et ordonner des écoutes téléphoniques illégales, pour préserver ses secrets d’alcôve.
Si c’est celui le message que vous voulez donner aux électeurs, c’est réussi.
4 Bien que hors contexte, je me permets de vous rappeler une autre facette de votre action ; votre collègue et candidat aux primaires, Maître Montebourg a fait un rapport détaillé et circonstancié sur les disfonctionnements gravissimes (c’est un euphémisme) constatés à la fédération socialiste du Bouche du Rhône, disfonctionnements qui ont conduit Maître Montebourg à proposer la mise sous tutelle de la dite fédération. Quelle suite avez-vous donné à ce rapport, en qualité de première Secrétaire du PS ? Enfoui dans les tiroirs de la rue de Solferino !
Je me permets d’envoyer cette lettre à tous les médias plus connus ou moins connus, en espérant que vous allez me poursuivre aussi en justice. Je n’ai pas les moyens financiers de me défendre face aux escouades de vos avocats, mais bien que simple citoyen, je ne renie et je ne renierai rien de ce que je vous ai écris.
Vous souhaitant une bonne réception de la présente

Sorel ZISSU

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.