Lettre à mes 3 enfants et à mes 10 petits-enfants : le fascisme islamiste est le nazisme du 21e siècle

Publié le 23 avril 2013 - par - 2 724 vues
Share

A mes 3 enfants et leur conjoint, à mes 10 petits-enfants.

Un peu d’histoire mondiale

29-30 septembre 1938. La conférence de Munich réunit les représentants de la Grande-Bretagne : Neville Chamberlain premier ministre conservateur, de la France : Edouard Daladier président du Conseil, de l’Italie : Benito Mussolini, Duce et de l’Allemagne : Adolf Hitler, Führer. En est absente la Tchécoslovaquie, pourtant au centre des négociations.

De retour à Londres, Chamberlain est accueilli par une foule enthousiaste. Winston Churchill avait pourtant prévenu : « Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre ».

En France, Daladier craint une réaction courroucée de la population. C’est au contraire des Français en liesse qui l’accueillent. «  Les cons ! », murmure Daladier. Le socialiste Léon Blum est partagé entre « un lâche soulagement et la honte ».

Des accords symboles de la lâcheté, de l’aveuglement et de la naïveté de dirigeants politiques de démocraties face au totalitarisme.

Des enseignements tirés des accords de Munich ?

Les accords de Munich ont démontré l’inanité et le danger de la « politique d’apaisement », du déni de la réalité (réarmement allemand, projet expansionniste nazi), du pacifisme ayant guidé les démocraties européennes à l’égard de l’Allemagne nazie.

Ce chemin de la lâcheté, de l’aveuglement, de la vanité et de l’illégalité est jalonné par des étapes importantes auxquelles ces démocraties, comme la Société des Nations (SDN), ne réagissent pas : le rétablissement du service militaire obligatoire par Hitler en 1935 ou l’occupation en 1936 par l’Allemagne nazie de la Rhénanie démilitarisée, en violation de trois clauses du traité de Versailles et des traités de Locarno.

Munichois ou antimunichois ? Depuis des décennies, ces épithètes qualifient les partisans ou les adversaires de l’apaisement lors des crises affectant les relations internationales. Et certains s’efforcent de tirer des enseignements de ces accords honteux pour éviter une telle faute politique aux conséquences graves : des millions de victimes de la guerre.

Comment et quand faut-il réagir face aux dictateurs ? Les démocraties doivent-elles s’atteler à soutenir tous ceux qui luttent contre des dictateurs ou autocrates, et au risque d’amener au pouvoir, via des élections démocratiques des ennemis des libertés, des islamistes qui imposeront un régime autoritaire fondé sur la sharia (Libye) et promouvront le jihad ?

Mettre en parallèle Hitler et les islamistes s’impose, ils étaient des alliés d’Hitler.

  • En 1974, dans un discours à la tribune de l’ONU Houari Boumediene déclare : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire »
  • « Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C’est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l’expulser. »  Françoise Giroud (1916 – 2003)  Gais-z-et-contents (15/05/1998)
  • « J’ai vu des démocraties intervenir contre à peu près tous, sauf contre les fascismes. » André Malraux (1901-1976) L’Espoir (1937)
  • « Il existe actuellement des extrémismes de tous bords qui testent nos institutions. C’est particulièrement flagrant avec l’intégrisme musulman. En tant que laïque, mais aussi que croyante, je me dois de dénoncer ce que j’appelle le fascisme vert. Il dévoie le message d’amour et de paix que, à l’égal des autres religions, l’Islam porte en lui », affirme Fadela Amara, ex-secrétaire d’Etat à la Ville, dans une interview au magazine Gala daté du 29 décembre 2010.

Petite histoire familiale

Pendant la seconde guerre mondiale (quand on dit second, c’est qu’il n’y en a que 2), après sa démobilisation, mon père fut un « modeste » résistant, modeste car « une ombre parmi les ombres », sans responsabilités « de chef » sur ses épaules.

Comme tout résistant de l’époque, il a combattu contre l’occupant, ignorant les « atrocités » réalisées par le nazisme, au nom d’une idéologie portant sur l’élimination de certaines populations.

Les facilités de déplacement et de communication actuelles n’existaient pas (internet, entre autres), d’où un manque d’information. Les seuls messages qui passaient à la radio, étaient ceux de la propagande du pouvoir de Vichy.

Cela n’a pas empêché tout citoyen désireux de conserver sa liberté, de prendre les armes et de résister à l’envahisseur.

Mon père, sans le savoir à l’époque, a combattu pour que ses enfants ne soient pas sous le joug de l’occupant, pour que ses enfants soient libres dans un pays où LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE a une signification importante.

Est-ce que, en 2013, les Français reprochent encore aux Allemands les horreurs du nazisme  (certains ayant été les 1ères victimes) ? Est-ce que les résistants de l’époque ont été accusés de « racisme » par leurs compatriotes ?

Les Allemands et les « collabos » les traitaient de « terroristes » car ne voulant pas se plier aux ordres de Vichy, tout en pratiquant des actes de sabotage.

En 2013, avec tous les moyens d’information auxquels j’ai accès, je ne peux plus affirmer :

« Je ne sais pas, je ne vois rien ».

Et pourtant, il n’y a pas si longtemps encore, cela m’agaçait de lire dans le Dauphiné Libéré, dans la rubrique « faits divers », la précision concernant les coupables « d’origine maghrébine ». Pour moi, c’était des Français.

Mais après les violences que Grenoble a connues suite à la mort d’un des braqueurs du casino d’Uriage, j’ai décidé de chercher les informations ailleurs que sur la presse écrite, la radio ou la télévision, ces médias ne sachant que conseiller de ne pas stigmatiser, de ne pas amalgamer.

Je parcours des sites sur internet, des sites de diverses origines, afin de me forger ma propre opinion, loin de la pensée unique, hors du moule du parfait mouton.

Des articles de musulmans : http://www.oumma.com/  http://www.postedeveille.ca/ http://www.kabyles.net/

d’ex musulmans : http://lecoran.over-blog.com/http://ripostelaique.com/author/pascal-hilout/ http://www.bvoltaire.fr/hamidzanaz/francois-hollande-a-peur-de-denoncer-les-djihadistes,14300

Site laïque : http://www.resistancerepublicaine.eu/

ou journalistique : http://www.ojim.fr/dossier-de-l-ojim-nique-les-journalistes/

En 2013, essayez de critiquer l’islam, qui n’est pas une religion

En 2013, essayez de parler de viande halal, et des risques sanitaires très bien expliqués dans un reportage télévisé, ah oui, madame Le Pen en a reparlé, c’est donc AUTOMATIQUEMENT une idée de l’extrême droite

En 2013, essayez de manifester contre le fascisme islamiste, vous êtes ignorés ou catalogués « d’extrême droite ».

Le 5 mai 2013, notez les médias qui feront leur travail d’information sans la déformer, il est prévu une manifestation à Paris (non pas celle de Mélanchon) mais celle de citoyens républicains français : « Tous unis, quelles que soient nos divergences éthiques, politiques, idéologiques, quelles que soient nos prises de position sur le libéralisme, le communisme, l’avortement, le mariage homosexuel, la République, la royauté, le bonapartisme, la révolution, les Lumières, le régionalisme, le jacobinisme… »

Des regrets

En 2013, il faut avoir des œillères ou une épaisse peau de saucisson sur les yeux pour ne pas voir que le terroriste du XXI° siècle n’a plus les mêmes objectifs héroïques de libération que ceux qui ont poussé nos parents ou grands-parents au combat.

En 2013, il est très difficile de faire part de son opinion personnelle qui n’est pas en phase avec « l’opinion officielle », celle que tout le monde doit avoir. Il ne faut pas « stigmatiser » il ne faut pas « amalgamer » …… surtout pas de vagues ……

En 2013, parler du problème du fascisme islamiste, c’est être obligatoirement catalogué(e) de raciste.

Depuis quand une religion est-elle une race ?

Depuis quand ne peut-on plus donner son opinion sur ce que l’on juge dangereux pour soi, mais surtout pour ses enfants et petits-enfants ?

Depuis 1905, n’y a-t-il pas séparation de « l’église et de l’état » ?

Depuis 1905, les citoyens ne s’offusquent-ils pas chaque fois que les religieux tentent de réagir (IVG, par ex.)

Mais la religion « d’amour et de paix » n’est pas une religion, c’est un véritable parti politique avec ses lois, la charia, incompatibles avec les lois républicaines. Et les islamistes ne reconnaissent qu’une loi, la leur.

Le simple musulman, qui l’est obligatoirement dès sa naissance, celui qui ne pratique pas, celui qui ne suit pas les lois coraniques, est la 1ère victime des islamistes (1 exemple parmi tant d’autres : agressé pour avoir été surpris en train de boire pendant le ramadan).

Alors, que défendent les terroristes qui tuent ou préparent des attentats sur le territoire français ? Leur pays ? Leur liberté ?

Va-t-on encore longtemps nous lancer à la figure « le colonialisme » ?

Va-t-on encore longtemps tolérer les violences meurtrières de « ces d’jeunes » ?

« Le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes » auteur inconnu

Maintenant, je sais, c’est pour ça que je ne peux plus me taire.

Et pourtant, il n’est pas facile de parler de ses craintes.

Me taire, c’est me faire complice de tous ceux qui, par lâcheté, laisse faire,

Me taire, c’est juger que l’islam intégriste n’est pas dangereux,

Me taire, c’est ne pas souhaiter protéger les miens.

Alors je parle ou plutôt j’écris,

Alors, je lis et je peux prêter : la France orange mécaniqueReconquista (ou mort de l’Europe)

Alors, je me documente grâce à internet.

Alors j’essaie d’informer autour de moi : Mission presqu’impossible, tant certains de mes destinataires sont encore au stade où je l’étais, il y a environ 2 ans, quand je ne savais pas, tant il est difficile de parler d’un sujet « tabou », tant il est martelé « on ne critique pas l’islam » – tant on a peur « de mettre le feu dans les banlieues » – tant on est vite catalogué « raciste ».

Mais bon sang de bonsoir, ouvrons les yeux : le fascisme vert est le nazisme du XXI° siècle, à petit pas, sans armes.

Et j’écoute :

http://www.youtube.com/watch?v=LJhwWN_wa2s

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=zHANNV-2vbQ

http://www.youtube.com/watch?v=NpDi27DrCVk

ou encore les slams de Khalis quand il parle de sa maman, de son Paris, des kamikazes :

http://www.dailymotion.com/video/x4u8x2_khalis-maman-music_music#.UUJqGvJ8NLE

http://www.dailymotion.com/video/x5x3fx_khalis-sur-scene-au-cabaret-sauvage_music#.UUJpofJ8NLE

http://www.dailymotion.com/video/x2w3dp_khalis-kamikaze-music_music#.UUJqLfJ8NLE

Maintenant, tu sais, car je tenais à t’informer, pour qu’à ton tour, tu informes.

Gilberte Martoia

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.